Les registres paroissiaux de l’Ancien Régime ont brûlé avec le reste en 1871. Mais les églises avaient conservé leurs registres pour la période 1792-1860 : l’ensemble se trouve dans les paroisses, mais un double a été déposé par l’archevêché aux archives de Paris.

La collection de l’archevêché

L’archevêché a versé aux archives de Paris leurs doubles des registres paroissiaux de baptême et de mariage pour la période 1793-1869. Cette collection est cependant un peu moins complète que celle des paroisses. Elle est en cours de microfilmage. Elle est conservée sous la cote V.11E. Les archives de Paris ont la liste exacte de ce qui est disponible sur place ou dans les paroisses.
Y chercher un ancêtre se fait selon la méthode habituelle. A ceci près qu’il s’agit de la capitale, qu’elle compte soixante-douze paroisses, que la population de chacune est très importante, que rien n’obligeait votre ancêtre à demeurer attaché à une seule paroisse et qu’il n’existe pas de tables systématiques.... Bref, la tâche est colossale : il y a au total 3 953 registres !

Les registres paroissiaux de la BNF

La Bibliothèque nationale de France dispose aussi des doubles de quelques registres paroissiaux parisiens ainsi que des noms de toutes les personnes mises à mort à Paris pendant la période révolutionnaire. Le Guide des recherches sur l’histoire des familles, de Gildas Bernard en donne la liste complète. Il signale aussi quelques fonds du même genre, mais moins conséquents, dans les bibliothèques de l’Arsenal, de la ville de Paris Sainte-Geneviève, ou bien encore quelques documents détenus par les Archives nationales.

Le relevé des registres paroissiaux

Cette opération de dépouillement des registres paroissiaux s’effectue à partir de la collection des registres détenus par chaque église, beaucoup plus complète. Elle relève aussi bien les baptêmes et les mariages que les sépultures. Elle est terminée pour une vingtaine de paroisses. Les fiches de dépouillement sont consultables aux archives de Paris (série V.11E) mais, si l’on veut consulter les actes signalés, il faut souvent encore s’adresser aux paroisses concernées.

Les registres paroissiaux des banlieues

Les paroisses de l’ancien département de la Seine qui sont passées sous la responsabilité des évêchés de Créteil, de Nanterre ou de Saint-Denis ont versé leurs registres de la période 1793-1869 aux archives départementales des nouveaux départements : Val-de-Marne, Hauts-de-Seine ou Seine-Saint-Denis.
Les registres d’état civil rescapés sont conservés quant à eux presque tous dans les communes. A noter : les tables décennales de l’ancienne banlieue pour la période 1793-1902 ont survécu et sont conservées aux archives de Paris (cote D.2M9).