Forums

 
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15 - Filae.com
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 23 novembre 2008 07:50



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
il est l'heure ,hop debout

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 23 novembre 2008 10:18



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Tu as raison Christophe....



.....je fais cuire le pain pour le petit déjeuner...


Bonne journée.

:bisou:
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 23 novembre 2008 19:18



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301



le vendeur de pastèques

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 23 novembre 2008 21:59



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Ça été calme ce week-end...

Alors Christophe,tu te lances dans la culture de la pastèque?clinoeil

Bonne nuit à tous.

A demain.
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 24 novembre 2008 09:31



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonjour Bénédicte, Christophe, Joeëlle, Jean,Kty, Sibie et ceux que j'ai oublié.

Et les grèves aussi...
Merci à nos rédacteurs pour leurs sujets tous plus passionnants les uns que les autres.
Bonne journée, il faut prendre ses précautions pour éviter d'arriver en retard au boulot.
A plus.
Jean-Marc
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 24 novembre 2008 10:28



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Bon courage Jean Marc.

Jean, l'espèce des professeurs d'université est aussi vieille que les universités elles-mêmes.....

Université



Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures).
Le mot université vient du latin Universitas magistrorum et scholarium qui désigne à l'origine la corporation des enseignants et des étudiants d'une même ville.


Classe à l'Université vers1350 .Parchemin de Laurentius de Voltolina, Musée-de-Berlin.

C?était en Italie il y a 800 ans. Quelques jeunes gens de Bologne mécontents de ce qu?ils apprenaient dans les écoles des monastères ou des cathédrales avaient décidés de choisir eux-mêmes leurs maîtres et de les rétribuer. Ils venaient de créer la première université ; celle qui, au début du XIII° siècle, allait servir de modèle à Montpellier, Oxford, Paris, Salamanque, Leipzig, Lisbonne, ou Prague. En quelques années toute l?Europe s?était couverte de ces communautés d?étudiants et de maîtres qui s?étaient associés pour enseigner et pour apprendre non seulement ce qu?on appelait les arts libéraux : la grammaire, la rhétorique, la dialectique, l?arithmétique, la musique, l?astronomie et la géométrie, mais aussi, la médecine et le droit pour répondre aux besoins croissants des villes en juristes, en notaires et en médecins. Dès sa naissance l?université avait donc déjà une double vocation. L?acquisition et la diffusion des connaissances et la formation des cadres de la société.



Le renouveau des savoirs qui marque la naissance des universités est étroitement lié à l?institution ecclésiastique. Les disciplines enseignées, où la théologie et le droit canon tiennent une bonne place, le sont à des étudiants venus de toute la chrétienté, sous le contrôle de la papauté. Dès les XIVe et XVe siècles cependant, le pouvoir de l?État s?affirme sur les universités, même si celles-ci restent en majeure part « institutions d?Église ».




Au XIIIe siècle, les disciplines enseignées se regroupent autour des « quatre facultés » que se doit de posséder toute université : arts, médecine, droit, théologie. En sont exclus, au départ, les « arts mécaniques » et les « sciences lucratives », « victimes du double mépris qui frappait le travail manuel et le profit pécuniaire ». L?enseignement est fondé sur un certain nombre de textes de référence (« autorités »). La rareté des exemplaires disponibles explique que, presque dès l?origine, nombre d?universités se soient dotées de bibliothèques.
La pédagogie s?organise autour d?une double figure, celle de la lectio (lecture) et celle de la disputatio (« dispute », autrement dit débat ou discussion menée sur le mode du syllogisme). De fait, l?enseignement était surtout oral : les auteurs notent qu?il était souvent interdit de dicter ses « lectures ».


Guillaume Rondelet Professeur de la Faculté de Médecine de Montpellier.16eme siècle.

Entre XVIe et XVIIIe siècles
A ce moment-là, les créations d?universités se poursuivent à un rythme soutenu, en Europe, mais aussi en Amérique latine et en Amérique du Nord. Les clivages et les particularismes s?accentuent, tant dans les disciplines enseignées que dans les pratiques religieuses. La montée des nationalismes, par exemple en Allemagne et en Autriche, aboutit à un contrôle de plus en plus étroit des états sur les universités, qui perdent peu à peu l?autonomie dont elles bénéficiaient, au moins par rapport au pouvoir politique. Ces évolutions signent la fin de la peregrinatio academica, et les effectifs d?étudiants stagnent ? tandis que se rétrécit « l?éventail social » de leurs origines.



La Sorbonne.XVIIème siècle
.


A ce tableau plutôt sombre, il faut ajouter les critiques, qui vont croissant, à l?égard du fonctionnement des institutions universitaires, et de leur utilité. on s?interroge sur les écarts entre les enseignements dispensés et la culture vivante, notamment en plein siècle des Lumières ; on se demande si le but de la formation universitaire est de produire des compétences utilisables, ou d?assurer aux titulaires de diplômes un rang élevé dans l?ordre social ; on déplore le manque d?assiduité des enseignants comme des étudiants ; on suspecte la qualité et la valeur des diplômes délivrés, où la fraude et la complaisance ont leur part.


Gravure de 1780.Grand Amphithéatre de Chirurgie.Paris

XIXe siècle et ère moderne
Bien évidemment, la Révolution française et le courant libéral qui parcourt l?Europe au XIXe siècle, mais aussi la domination napoléonienne sur une large partie du vieux continent, ont de profondes conséquences sur les universités, en France et dans le reste de l?Europe. C?est de cette époque qu?il faut dater la puissance et la renommée des universités allemandes, où l?augmentation des effectifs va de pair avec le renforcement de l?enseignement des disciplines « nouvelles », comme la philologie, mais aussi les mathématiques ou la physique ; en France, le « système napoléonien », profitant de l?abolition des universités de l?Ancien Régime par la Convention, suscite la création d?écoles prestigieuses (ou devenues telles), comme la (future) École polytechnique, ou l?École normale supérieure. Parallèlement, il réorganise le système universitaire, en s?octroyant par exemple le monopole de la collation des grades universitaires ? tandis que la prédominance parisienne se renforce.
Aux Etats-Unis, où la première université d?État naît... en 1789, se développe un modèle spécifique, qui se démarquera bientôt profondément de celui de l?ex-colonisateur anglais. Ce « modèle américain », perçu comme un « enseignement supérieur de masse » s?affirme et est renforcé par le développement rapide de ce pays, marqué par les influences hétérogènes des millions d?immigrés qui en assurent le dynamisme.
Le système français entame dès 1860 une réforme, que les auteurs estiment inachevée. Si le rassemblement des facultés en universités est bien effectué par la loi de 1896, et dote les universités de la personnalité civile et d?une certaine indépendance dans leur gestion (notamment sur le plan pédagogique), elle n?entame que peu la suprématie parisienne, là où l?objectif était de créer des pôles régionaux de qualité comparable aux grandes universités parisiennes. En 1914, 43 % des étudiants restent concentrés à Paris.(...)


!907 Professeurs de l'Ecole de Médecine et de Pharmacie.Université d'Angers.

Des débats toujours d?actualité
Il n?est pas besoin de forcer le trait, et l?on peut rester fidèle à ce qui est écrit, pour voir que l?évolution de l?institution universitaire depuis la fin de la guerre est marquée par des bouleversements, des querelles, des critiques, qui, tous, ont déjà été évoqués depuis le XIIIe siècle. Il est même frappant de constater combien les discours, les polémiques, les invocations, dont chacun pourra être le témoin, ne sont que le prolongement d?une histoire déjà riche de près de 800 ans.
(Sources Yves Desrichard Histoire des universités)


Bonne journée.

:bisou:
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 24 novembre 2008 12:24



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Ah que coucou tout le monde, me voilà revenue.
Ca y est j'ai chaud enfin!!!!!!!! Il était temps, les températures commencent à baisser.

Que dire? Bravo Béné, d'avoir tenue la boutique. Et merci à tous.

Je vous souhaite une excellente journée, je fais quelques recherches sur des idées qui me sont venues, et j'espère que demain après midi, ou peut êtr ce soir, je vous ferais un petit topo sur mes trouvailles.

Bisous à tous et à+



"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 24 novembre 2008 15:13



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Salut Joelle, contente de te revoir.....je vais enfin pouvoir me reposerLaughing

Meuh non Jean......du moins en Italie....:

http://www2.unibo.it/avl/storia/storia10.htm

"La légende parle d'une femme qui enseigna à Bologne entre le XII et le XIII siècle, Bettisia Gozzadini. La tradition veut que non seulement elle tenait ses leçons dans le Studium mais même sur les places publiques face à de grandes foules.



La tradition parle même d'une fille d'Accursio qui aurait enseigné le droit, et, pour le XlV siècle, de Novella d'Andrea, qui tenait leçon ,couverte de voile pour ne pas distraire les étudiants avec sa beauté, de Bettina Sangiorgi qui enseigna le grec et de Giovanna Bianchetti experte en latin, ainsi que, et ici les informations semblent plus sûres, que Teodora Crisolora, femme de Francesco Filelfo, enseignait elle aussi le grec.
En tout cas l'Université de Bologne admit les femmes à l'enseignement depuis le XII siècle. Cette ouverture à des spécialistes du sexe féminin est évidente au XVIII siècle. Les nouvelles idées de l'illustration changeaient des anciens prejugés et dans toute l?Europe on discutait du problème de la culture des femmes.
Parmi les plus célèbres des enseignants de sexe féminin on se souvient de Laura Bassi :



à l?université de Bologne en 1733 elle obtint la chaire de philosophie et en 1776 celle de physique expérimentale; elle s'occupa de logique, de métaphysique, de philosophie, de chimie, d? hydraulique, de mathématiques, de mécanique, d'algèbre, de géométrie, de langues anciennes et modernes. En 1760 Anne Morandi devient modeleuse de cires anatomiques de la chaire d'anatomie. Vers 1750 les chaires de mathématiques et de géométrie analytique de l?université de Bologne furent otorguées à Marie Gaetana Agnesi,



(mais celle-ci préfera se consacrer à la dévotion et se retira de la vie publique).

Clotilde Tambroni obtint en 1791 celle de grec."

En France.....reflechis ...ben ,je ne vois pas...il semble qu'il faille attendre le XXème siècle....


Bonne après midi.

:bisou:
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 24 novembre 2008 16:40



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Oui Béné, mais je ne suis là que l'après midi, car le matin GYM!!!!!!!



"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 24 novembre 2008 16:45



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Tous les matins?quoi

quelle athlète..!bravo

:bisou:
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 24 novembre 2008 18:11



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Ouais tous les matins, il faut absoluement que je retrouve la forme, et que je perde quelques kilos. Alors régime draconien, plus d'apéro, plus de pain, et plus de féculents le soir. Et puis il faut bouger, bouger.

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 24 novembre 2008 19:32



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonne soirée,c'est pas moi qui cultive les pastèques ,
c'est Joëlle qui avait une tête grosse comme une pastèque


Citation:
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 20 novembre 2008 20:16

Bonsoir tout le monde, j'ai la tête comme une pastèque,
Une bonne nuit me fera du bien.
Bisous Béné et tous,
et à demain.


patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Catherine.J420
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 24 novembre 2008 20:00


Inscrit le: 28/08/2008
Messages: 876
Bonsoir toute la file,

Que d'infos sur cette file !! et d'une grande précision !! Bravo!!

Au cours de mes recherches généalogiques dans le 28 j'ai trouvé 2 métiers que je n'ai pas trouvé dans la liste page 15:
GABILLEUR DE PRé
CHASSEUR (ou CHASSEUX) DE MEUNIER

Est-ce que cela inspire l'un ou l'une d'entre vous?

Bonne soirée.

Catherine J

22:STEUNOU, HILLION, LE CUZIAT, CASTEL, MARTIN,
FRICOT, BRIAND, MORVAN, COSSON, BOURGES.
76: FLAUNET, CHAUVET, KASSAC, NICOLET, LEROY
28: FLAUNET, GUÉRET, MONGRUEL, LANÇON, HUE
72: JAMIN, DRONNE, MORILLON, GUIET, GAIGNARD

Micro Dico Vocabulaire Informatique http://jeanlouispichot.free.fr/
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 24 novembre 2008 20:57



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonsoir Catherine

L'ideal serait de pouvoir voir l'acte...au moins savoir l'époque et le lieu...

Pour le second métier, ça me fait penser à...

Chasse-maisnié (ancien français)
sorte de courtier en grains,vient de chassemanderie ,autorisation donnée à un meunier de prendre le grain à domicile et livrer la farine en échange.Garçon meunier (aller chercher, mener la farine), domestique ou valet de meunier qui va chez les particuliers recueillir les manées pour les porter au moulin et en rapporter la farine. Ils parcouraient jadis les villages à cheval ou à baudet. Ils voyagèrent plus tard avec une voiture spéciale
la charrette à manée. Mais gare à celui qui "chassait" sur la banalité d'un autre moulin !


Quant au premier je pense à gabelleur
Employé de la gabelle.Voir en fin de p 25 l'explication sur la gabelle.

"de pré".... je pense que c'etait un lieu car il existait en Eure et Loir une commune de ce nom (Pré, actuellement Pré Saint Evroult)


Qu'en penses-tu Joelle?


Bonne soirée


:bisou:
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 24 novembre 2008 21:42



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Bonsoir Béné,

J'avais trouvé le chasse maisnier, mais tu as été plus rapide que moi.

Quant au gabilleur, je n'ai pas d'idée. Peut-être que Gabelleur est le bon choix?
Je ne sais pas.
ou peut être habilleur????
Faudrait voir l'acte.

Je verrais cela demain.

Bonne nuit et bisous.


"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 24 novembre 2008 23:13



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569
Hiding Hiding rapide
de retour bcp de retard de lecture sur ce fil



à demain. khalida
"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 25 novembre 2008 05:49



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonjour

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 25 novembre 2008 07:31



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569
Hiding tout le monde
à tous
"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 25 novembre 2008 10:43



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Hiding Khalida...te revoilà..

Je reviens au "gabilleur"... en effet Joelle,ça pourrait être habilleur... mais si j'en crois la définition:

habilleur.sur un morutier,marin chargé de desosser les morues en leur otant la colonne vertébrale

....en Eure et Loir...pas vu beaucoup de morutiers Mr. Green

il y a aussi Habilleur:hongreur dans le Lyonnais et le Brionais...ce n'est pas tout à fait la région....

on pourrait penser aussi à rhabilleur de meules de moulin...il y a beaucoup de moulins en Beauce...




Mais bon,c'est Joelle qui travaille aujourd'hui ,on va attendre qu'elle ait fini sa...



...gym.

Bonne journée.

:bisou:
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 25 novembre 2008 14:05



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Coucou, me voilà. Une bonne séance d'aqua gym et hop, en forme pour la journée. Je repart à lapêche aux infos.

à tout de suite.

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 25 novembre 2008 14:32



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Petite trouvaille : GABILLE c'est une toupie

Un gabilleur serait-il un fabricant de toupies???????
à suivre

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 25 novembre 2008 15:57



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
La gysmnastique


Les acrobates de l?Égypte ancienne furent les premiers gymnastes. Au IIe siècle av. J.-C., en Crète minoenne, des hommes et des femmes devinrent de véritables experts du saut de taureau, discipline consistant à courir vers un taureau en train de charger, à le saisir par les cornes et à exécuter diverses acrobaties en profitant de l?élan donné par l?animal, puis à rebondir sur son dos avant de sauter avec légèreté au sol.







Dans la Grèce antique, trois types de gymnastique étaient pratiqués : le premier était destiné à acquérir et à maintenir une bonne condition physique, le deuxième à entraîner les soldats et le troisième faisait partie du programme d?entraînement des athlètes. Chaque ville grecque possédait un gymnase (« lieu où l?on s?entraîne nu »). Les premiers professeurs grecs de culture physique inaugurèrent des programmes d?exercices destinés aux athlètes et aux citoyens. Ces programmes, constitués de mouvements de gymnastique, étaient considérés comme indispensables à l?éducation formelle des enfants. Les Grecs pensaient en effet que l?harmonie entre le corps et l?esprit n?était possible que par la pratique d?exercices physiques. Les programmes de gymnastique ayant pour but de préparer les soldats au combat étaient pratiqués intensivement par les Romains.

Les techniques récentes de gymnastique ont été développées en Allemagne au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Le premier professeur de gymnastique moderne fut Johann Simon ; il enseignait à l?école de Basedow à Dessau, en Allemagne, en 1776. Friedrich Ludwig Jahn, éducateur et créateur de la gymnastique moderne, fonda le Turnverein, société allemande de gymnastique prônant des idéaux patriotiques, à Berlin en 1811. Il mit au point des exercices utilisant des appareils fixes permettant de développer la force physique et l?autodiscipline.









Le système suédois créé par le gymnaste Pehr Henrik Ling insistait plutôt sur le rythme et la coordination par le biais d?enchaînements exécutés avec des cerceaux, des massues et de petits ballons ; la gymnastique rythmique et sportive est issue de cette méthode.

La Fédération française de gymnastique fut créée en 1873 et la Fédération internationale de gymnastique en 1881. En 1896, une épreuve masculine de gymnastique fut inscrite aux premiers jeux Olympiques ; la première épreuve olympique féminine fut disputée en 1928. Dans les épreuves olympiques, les concurrents sont notés sur 10 points par six juges. Pour certaines épreuves, une valeur correspondant à la difficulté est ajoutée au score dont on calcule ensuite la moyenne. Le niveau de chaque épreuve est déterminé par la Fédération internationale de gymnastique. Une note globale est attribuée aux équipes, composées de six compétiteurs (plus un remplaçant). Depuis 1952, la gymnastique olympique est très nettement dominée par des gymnastes originaires de l?ex-URSS, d?Europe de l?Est et du Japon.

Les premiers Championnats du monde se sont déroulés en 1903 et ont ensuite eu lieu tous les deux ans jusqu?en 1913. Ils reprirent en 1922 et furent organisés tous les quatre ans ; depuis 1979, le Championnat est biennal. Le premier Championnat féminin se déroula en 1934. Il a été dominé par des gymnastes d?URSS et d?Europe centrale.

Il existe d?autres compétitions importantes comme la Coupe du monde (créée en 1975), le Championnat du monde individuel (créé en 1992) et le Championnat d?Europe (créé en 1955).

Parmi les principales gymnastes figurent Olga Korbut, triple médaillée d?or aux jeux Olympiques de Munich en 1972, et Nadia Comaneci, qui remporta trois médailles d?or aux jeux Olympiques de 1976 à Montréal, en étant la première à obtenir la note maximale de 10, et deux médailles d?or aux Jeux de 1980.

Le premier Championnat du monde de gymnastique rythmique et sportive a eu lieu en 1963 et ce sport devint discipline olympique en 1984. La Coupe du monde a été inaugurée en 1983, puis s?est déroulée tous les quatre ans à partir de 1986. Là encore, les gymnastes de l?ex-URSS et d?Europe centrale dominent les épreuves.

La Fédération française de gymnastique compte environ 150 000 licenciés.


"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 25 novembre 2008 16:06



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Pour Jean

LE SECRETAIRE DE MAIRIE
DE LA PERIODE GALLO-ROMAINE A NOS JOUR




Du Scribouillard, Clerc, Secrétaire-Greffier, Secrétaire en Chef, Secrétaire de Mairie, Secrétaire Général de Mairie et bientôt Directeur de Villle

Une histoire qui n?a pas sa pareille.

Sous la période gallo-romaine, l?ancêtre du Secrétaire de Mairie était un Scribouillard.

Il faut attendre le 12ème siècle pour voir apparaître des Officiers de Ville, fonctionnaires supérieurs des communes et parmi eux, le Clerc dont le rôle se rapproche du Secrétaire de Mairie.

Le sort de ce Clerc est lié à celui des élus municipaux. Sa charge devient rapidement contractuelle, puis vénale, à savoir qu?elle peut être achetée par le plus offrant. Cette adjudication de la charge de clerc, à partir du 16ème siècle, outre qu?elle procure des rentrées d?argent aux communes, présente comme avantage de stabiliser la fonction de clerc, car elle n?est plus alors liée au sort des élus municipaux, le Clerc exerçant sa charge à vie et cela quels que soient les changements politiques affectant le Conseil Municipal.

Cette situation dure jusqu?en 1764, dès lors, le Clerc se transforme en Secrétaire-Greffier élu par l?assemblée des notables de la commune.

Le Secrétaire-Greffier est un personnage important ; il participe avec voix délibérative aux travaux du Conseil Municipal, détient un pouvoir de signature propre et représente la permanence de l?autorité municipale.

Ces dispositions ne devaient pas durer, elles allaient être remises en cause avec la Révolution de 1789.

Avec la loi du 14 décembre 1789, les Secrétaires-Greffiers sont nommés par le Conseil Municipal.

Le Secrétaire-Greffier devient fonctionnaire public.

Il est précisé dans cet aperçu historique que cette époque est une époque de changements.

Les changements, nous connaissons. Sur ce point, les époques se suivent et n?ont jamais cessé de se ressembler.

Secrétaire en Chef en 1795, il disparaît avec le Consulat et revient avec la fonction de Secrétaire de Mairie en 1808 par un décret impérial et dès lors, il ne peut plus authentifier un acte municipal par sa signature.

Un costume officiel lui est instauré (est-ce en compensation ?) par un décret du 8 messidor an VIII.

C?est aussi l?époque où une circulaire du 6 nivose an IX vient prohiber l?exercice du métier de Secrétaire de Mairie avec celui de Receveur Municipal, de Notaire, de Receveur des Postes.

Viennent ensuite les lois et décrets que vous connaissez.

Quel chemin, mais aussi quelle étonnante continuité dans l?art d?administrer.

Il est curieux de constater dans l?histoire de ce « métier » comment, sous l?autorité du Maire, les fonctions sont restées à peu près identiques au fil des siècles, en termes de responsabilités.





"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 25 novembre 2008 16:10



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Mr Joseph DELAUNAY instituteur public à l?école des garçons de Breteil depuis 1904,est autorisé par le conseil municipal à remplir les fonctions de secrétaire de mairie. (Délib. 15/11/1908



"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 25 novembre 2008 17:38



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
bravo Joelle



je vois que ta devise est "un esprit sain dans un corps sain"....

Depuis le XVIIIème et en milieu rural, le secretaire de mairie était souvent l'instituteur...un site;

http://pagesperso-orange.fr/blsmcpce1/SMIhistoire.html

Pour le gabilleur, c'est en effet tentant...mais ,petite objectionEmbarassed ...la gabille est une toupie...en patois berrichon...ce n'est pas tout à fait la Beauce....

et il faudrait que le g soit vraiment un g...
Relevé sur un acte mispar Jean ce matin:



... pas vrai qu'on dirait un g?Ben non c'est ch (le mot est cherchant)

C'est pour ça que je n'élimine pas le rhabilleur.
Il faudrait voir l'acte.


:bisou:
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 25 novembre 2008 17:50



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Pour anecdote,en 1947 ma mère a été pour un certain temps secrétaire de mairie d'un petit village... voici son arrêté de nomination



:bisou:
Isabelle.R1198
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 25 novembre 2008 17:59


Inscrit le: 19/11/2008
Messages: 17
bonjour tous le monde esque quel qu un conetré un site ou il y a des photo de14 18 de se qui manger merci de repondre
Isabelle.R1198
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 25 novembre 2008 18:05


Inscrit le: 19/11/2008
Messages: 17
oui mes yoré un site vouyé jai 14ans et jai besoin de photo et de texte pour fair un travail
Isabelle.R1198
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 25 novembre 2008 18:11


Inscrit le: 19/11/2008
Messages: 17
et comment on fait pour trouver se gégé le catalan
Isabelle.R1198
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 25 novembre 2008 18:14


Inscrit le: 19/11/2008
Messages: 17
bénédicte esque cest de la guerre 14 18 se cite
Isabelle.R1198
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 25 novembre 2008 18:19


Inscrit le: 19/11/2008
Messages: 17
jai regarder le site mes cest pa de verdun donc sa minteresse pa moi ces de verdun que je cherche
Catherine.J420
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 25 novembre 2008 18:46


Inscrit le: 28/08/2008
Messages: 876
Bonsoir Bénédicte, Joëlle et toute la file,

Désolée mais je ne sais pas mettre de photos d'actes sur mon message.
Hier soir, je suis retournée sur les archives du 28 et en une dizaine de pages j'ai trouvé 4 gabillieurs de pré: c'était donc une profession répandue.
Je vous donne les côtes si cela vous intéresse:
Archives 28
Commune SAINT REMY SUR AVRE
NMD an VII-1806
page 41 Gauche 6ème ligne +Louis HUET
page 41 droite 3ème ligne + Marie Charlotte DUPUIS
page 46 Droite 4ème ligne avant la fin ° Louis MAILLARD
page 53 Gauche 8ème ligne ° Louis Jacques CORBON

Cordialement

Catherine J



22:STEUNOU, HILLION, LE CUZIAT, CASTEL, MARTIN,
FRICOT, BRIAND, MORVAN, COSSON, BOURGES.
76: FLAUNET, CHAUVET, KASSAC, NICOLET, LEROY
28: FLAUNET, GUÉRET, MONGRUEL, LANÇON, HUE
72: JAMIN, DRONNE, MORILLON, GUIET, GAIGNARD

Micro Dico Vocabulaire Informatique http://jeanlouispichot.free.fr/
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 25 novembre 2008 19:00



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonsoir Catherine

Je mets un acte à votre place...pour que tout le monde puisse donner son opinion:



Pour ma part, je pense qu'il s'agit

d' habilleur de pré

Regardez le h d'heures et celui d'henry de la signature...

Mais maintenant il faut trouver ce que c'estreflechis

Amicalement.
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 25 novembre 2008 19:14



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Première piste...

Habilleur provient du verbe médieval abillier,? vêtir,recouvrir devêtements?; mais il signifie également ?apprêter une chose pour l?usage qu?on veut en faire? .On habille ainsi une bête de boucherie ou un poisson, c?est à dire qu?on les met en état pour pouvoir les vendre...


à suivre
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 25 novembre 2008 19:41



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
J'ai trouvé aussi que l'habilleur est l'équivalent de rhabilleur...
Et il existe le Rhabilleur de prairie: celui remettant les prairies en état.

Je pense donc que l'Habilleur de Pré est quelqu'un qui mettait les prés en état d'être utilisés..

Voici ce qu'est "habiller un pré":



(extrait de La nouvelle maison rustique, ou Economie rurale, pratique et générale de tous les biens de campagne
Par Louis Liger, de La Bretonnerie
Publié par Chez Samson, 1790)






:bisou:
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 25 novembre 2008 20:55



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonsoir Jean, Bénédicte, Joëlle et les autres. :bisou:
Book Je suis comme vous Bénédicte, je vois un "H" => habilleur.
Bonne soirée.
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 25 novembre 2008 21:24



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Bonsoir Jean Marc,

Bon il s'agit bien d'un H.
Donc nous disons Habilleur de pré.
Habilleur dans l'ancien Français est un chirurgien.
Mais je ne vois pas le rapport avec le pré.

Habillier : ancien français : préparer, appréter, équiper, orner et accessoirement soigner.

ce qui rejoindrait l'idée de Béné.

C'est tout ce que j'ai pu trouver.

S'il y en a quiont d'autres idées????????
Nous sommes preneurs.

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Jean-Jacques.G195
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 26 novembre 2008 03:17


Inscrit le: 26/11/2008
Messages: 5
Bonjour à tous le monde.

Je me permets de répondre sur le sujet des phares en mer qui datait d'avril dernier, en espérant ne pas être trop tard.

De septembre 1986 à janvier 1987, j'ai eu l'honneur de travailler dans trois phares en mer au large du Finistère: les Pierres Noires ; Le Four et la Jument.
J'y faisais des remplacements de titulaires.
Il faut avoir l'esprit un peu kamikaze pour y monter et y descendre par très gros temps comme j'ai pu souvent le faire!

J'en garde de très bons souvenirs de ce joli métier pratiquement disparu.

Si des personnes ont des questions à poser, je me ferai un plaisir d'y répondre.

En espérant ne pas avoir "pollué" le forum.

Salut à tous.
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 26 novembre 2008 07:41



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569


"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 26 novembre 2008 09:21



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Bonjour Jean Jacques,

Ravie de t'accueillir sur notre forum des métiers.
J'aime beaucoup les phares et j'ai toujours eu une admiration très forte pour les gardiens de phare.

Si tu a des histoires à raconter à ce propos, elle sont les bienvenues.
Rien ne vaut le vécu.

Je te souhaite une belle journée, et à bientôt de te lire.

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 26 novembre 2008 10:45



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Bienvenu Jean Jacques.

Je crois que nous sommes tous admiratifs....




Bonne journée.

:bisou:
Jean-Jacques.G195
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 26 novembre 2008 11:14


Inscrit le: 26/11/2008
Messages: 5
Salut à tous.
Je peux par exemple vous raconter mon avant dernière mission dans les Phares et Balises, mais avant je tiens à signaler un bug sur le forum. J?avais commencé à rédiger mon récit puis j?ai laissé tomber le temps d?aller me chauffer un café. Quand je suis revenu mon texte avait disparu ! En fait il doit y avoir une auto-actualisation de la page. La première fois que je vois ça sur un forum. Du coup, j?utilise Word car je sens que ça va être un long texte !

Donc, début décembre 1986, coup de fil des Phares et Balises de Brest. on me demande si je veux monter dans un phare pour faire un remplacement. on me propose les Pierres Noires ou la Jument. Connaissant déjà les Pierres Noires et sa particularité un peu périlleuse pour y accéder j?avais choisis la Jument.
Suite à ce coup de fil, direction l?hypermarché pour acheter les vivres de mer classiques. Nous avions même une prime pour payer la nourriture sur la feuille de paye !

Le grand jour est enfin arrivé. J?avais rendez-vous aux Phares et Balises de Brest alors qu?habituellement on venait me chercher à domicile pour les Pierres Noires ou le Four. Déjà, je mets mon nez dehors et je constate que c?est la tempête. Ca commence mal !! Je gare ma p?tite Autobianchi sur le parking des Phares et Balises puis je cherche la Blodwen, la vedette qui sert pour la relève. Déjà, il faut que je passe dessus le vieux baliseur Georges de Joly pour y accéder. Ce dernier bougeait pas mal alors que le port de Brest est très bien protégé dans sa rade. J?avais déjà une idée que ça ne serait pas une partie de plaisir (heureusement que j?avais fait mon service dans la marine avant les Phares et Balises, j?avais donc le pied presque marin !!)

C?est le départ, direction le Conquet car il y avait d?autres relèves de prévues ce jour là. on sort du port et ça commence déjà à tanguer de partout. Déjà, pas une seule embarcation dans la rade, même pas la Marine Nationale, c?est dire que ça devait bouger au large !! on sort de la rade, on passe au niveau de la pointe Saint Mathieu. Ca bougeait de plus en plus. Ensuite, arrivée au Conquet. on attendait pour faire la relève des Pierres Noires à environ 12 kilomètres au large du Conquet mais ça été annulé vu que la mer était impraticable dans ce secteur. on est resté un peu au Conquet pour déjeuner. Les marins du bord me proposaient de boire un coup de vin rouge pour me redonner des couleurs car d?après eux, j?étais blanc!

L?heure est venue pour la relève du phare du Four au large d?Argenton. Et hop, c?est reparti pour un tour ! Arrivé au petit port d?Argenton, le patron de la vedette me demande de rester sur le quai durant la relève du Four. Je refuse car j?avais envie de voir la relève car les fois avant j?étais monté au Four. Le patron accepte et hop, reparti pour être balancé de tous les bords dans la vedette. Le phare du Four est sournois : ça peut paraitre calme puis d?un coup une lame arrive du large pour repousser la vedette. Les marins avaient un truc, du genre qu?il y avait tant de petites vagues puis ensuite une énorme arrivait. Le patron de cette vedette était un as, car il arrivait très près du phare sans le toucher grâce à ses deux puissants moteurs.
La relève faite, on retourne au petit port d?Argenton. Ensuite direction l?ile d?Ouessant en pleine tempête ! La vedette de 17 mètres était ballotée de partout. J?ai vomi tout le long de la traversée, en fait ! Arrivé au port à Ouessant, le patron me dit encore de les attendre sur le quai car ils allaient faire la relève du phare de Kéréon. Comme pour le Four, je demande à aller voir et il accepte (un brin de masochisme peut-être ?). Avant ce jour là, j?avais déjà « gouté » à des relèves mouvementées mais pas autant que celle du phare de Kéréon ! Ce jour là, c?était le responsable de ce phare qui devait y monter. Déjà, tout le long il me disait que j?étais un pistonné car je n?étais pas un Ouessantin ! Merci beaucoup car j?étais blanc de peur (sans rancune Mr L. qui se reconnaitra si jamais il tombe sur ce texte)! La vedette a essayé au moins dix fois d?approcher l?énorme phare et à chaque fois la elle était repoussée en arrière. Le gardien n?était pas très content car il ne pouvait pas y monter. Pour finir, le patron de la vedette a prévenu, par haut-parleur, tous ceux qui étaient à l?avant de revenir car la relève était impossible. Retour au port de Lampaul à Ouessant. Déjà, étant le novice et le p?tit jeune (22 ans à l?époque), j?ai eu la corvée d?aller faire les courses pour le diner du soir. A peine arrivé dans le bourg, tout le monde me dévisageait car j?étais le seul touriste de l?ile en plein mois de décembre! J?ai donc passé une nuit à Ouessant, au frais de Phares et Balises. C?était très reposant en pleine tempête hivernale.

J?ai mal dormi en sachant ce qui m?attendait le lendemain. Je m?étais réveillé assez tard. La maison des Phares et Balises était vide. Plus un chat ! En fait, ils m?avaient laissé dormir pendant qu?ils allaient retenter la relève du Phare de Kéréon.
Les marins reviennent me chercher pour monter à la Jument. C?est là qu?allait commencer le clou du spectacle ! Dès qu?on était sorti du petit port de Lampaul, ça bougeait très bien déjà. Je vois la Jument au loin, du moins les marins me montraient une chose recouverte d?écume en permanence ! Je signale que ce phare fait environ 36 mètres de haut au niveau de la lanterne? Arrivé près de la tour, j?enfile le gilet de sauvetage dans l?attente de l?ordre d?aller à l?avant de la vedette. L?ordre est enfin donné. Je me demande comment je vais arriver à l?avant sans être balancé à l?eau. Vous allez tous vous foutre de moi, mais je suis allé à 4 pattes rejoindre les marins à l?avant ! Ces derniers, étaient debouts sans s?inquiéter de l?énorme houle. Auparavant, on avait fait monter les vivres sur le phare, ce qui était obligatoire en cas que le gardien ne puisse pas monter, donc les descendants auront quand même à manger au cas où. Par moment, la vedette était face à la porte du phare, la seconde d?après plusieurs mètres au dessous et deux secondes plus tard, au niveau de la roche, c?est dire la hauteur de la houle ce jour là, vu que ça devait faire pas loin d?une dizaine de mètres de dénivellation. J?étais donc à l?avant, cramponné à une poignée spéciale. La vedette a eu à faire quelques man?uvres car dès qu?elle voulait approcher la tour, elle était repoussée en arrière ou sur le côté. Soudain j?entends le chef au haut-parleur pour me dire de sauter sur l?espèce de pouf en cuir qu?il y a au bout du câble. Je saute dessus et je me cramponne au câble. En fait, une fois là-dessus, je n?avais plus peur du tout. En l?espace d?une seconde, la vedette était à plusieurs mètres au dessous de mes pieds ! on m?a donc treuillé sur le plateau du phare en moins de 10 secondes. J?avais mon c?ur qui battait à fond. Mais je n?avais même pas eu le temps de souffler car il fallait que j?aide à la manivelle pour descendre l?autre gardien. Il y avait des énormes vagues qui passaient de chaque côté de la tour. Il y a une photo célèbre où l?on voit le gardien sur le pas de la porte du phare avec deux énormes vagues à gauche et à droite.
Une fois à l?intérieur du phare je pensais que ça allait être mieux, mais non, il bougeait de partout ! La vaisselle qui s?entrechoquait dans les meubles de la cuisine ! Le surnom d?enfer pour ce phare n?est pas usurpé. Le temps de ranger les vivres, de boire un café, de faire connaissance avec le gardien, il me demande si je sais allumer le phare. Je lui demande donc si c?est électrique ou à pétrole. Il me répond que la rotation est électrique et le feu à pétrole. Donc pas de problème, je lui dis que je connais et il dit de monter faire la chauffe du corps du bruleur car la nuit allait arriver. Sympa le gardien de faire confiance à un novice !

Je vais dans la lanterne, j?allume la petite lampe à alcool (un peu comme celle d?Aladin !) puis je la mets sous le bruleur une vingtaine de minutes. Au bout de ce temps, j?ouvre la vanne puis j?approche la lampe à alcool près du manchon (en fait le phare est un énorme Camping-Gaz si on veut) et hop ça s?allume. J?avais même oublié de mettre les lunettes noires et j?avais été éblouis avec la puissance de l?éclairage. Ensuite je lance la rotation en aidant un peu au démarrage et c?est parti pour une nuit de veille.

Ensuite ça été la routine, à part que le phare bougeait de partout et même parfois, je faisais attention lors de l?allumage du feu de ne pas toucher le manchon à cause des gros coups de butoirs sur la tour qui me faisaient sursauter. Le gardien pour mieux me faire peur m?avait dit que de temps en temps des plongeurs allaient boucher une grotte qui se creusait sous la base du phare (j?en ai eu confirmation l?automne dernier avec un employé des Phares et Balises).
Ce phare comporte trois grandes chambres avec des lits clos. on y dort très bien dans ces lits là. J?avais l?impression d?être dans un château. En fait là dedans, on vivait un peu comme à la fin du 19ème siècle/début 20ème.
Pour la descente du phare ça avait été reporté 4 ou 5 fois. En fait, j?avais fait 5 jours en plus à cause de la mère déchainée à cette époque là. Parti comme c?était, je me voyais passer Noël en mer à réveillonner avec des conserves.
Le jour de la relève, la mer était presque d?huile mais juste au moment de descendre elle s?est déchainée. Les marins m?avaient choppé par les pieds et comme d?habitude je m?étais cassé la figure sur le pont de la vedette !

Voilà voilà pour cette aventure au phare de la Jument.

Je suis d?un naturel très très bavard. J?espère ne pas avoir été trop long. Si des personnes ont des questions à poser, j?y répondrai volontiers.


A plus.


PS : s?il y a des fautes, ne pas hésiter à me le dire, j?ai arrêté mes études en 4 ème.


joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 26 novembre 2008 11:24



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Jean jacques, ce récit est superbe!!!!!!! que d'émotions!!!!!!!

Aurais- tu quelques photos????

Comment l'idée d'être gardien de phare a pu germer dans la tête d'un garçon si jeune??? Même si tu était dans la marine avant, c'est pas évident d'embrasser cette carrière!!!!!!!

Amitiés.

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 26 novembre 2008 11:28



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
bravo Jean Jacques..

mais j'en ai le mal de mer rien qu'à te lire...!

Si je comprends bien, tu n'es plus gardien de phare...?

Pour illustrer, le Phare de la Jument un jour de tempête...




Amicalement
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 26 novembre 2008 11:33



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Phare de Kéréon 'par beau temps'

Jean Jacques c'est toi sur la photo?


"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Jean-Jacques.G195
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 26 novembre 2008 12:01


Inscrit le: 26/11/2008
Messages: 5
Hello Joepiednoir.

Non, je n'ai jamais été pris en photo et de plus, je ne suis jamais monté à Kéréon bien que j'ai assisté à une tentative de relève de ce phare.
Je n'ai eu qu'une seule fois une mer calme pour une relève par treuillage. La seule fois ou je suis arrivé sur le pont de la vedette sur mes pieds sans me casser la figure!

edit: en fait, je n'avais pas le choix. Mes parents m'avaient dit qu'ils allaient me foutre dehors si je ne trouvais pas de boulot! Donc j'ai pris le premier travail venu mais je ne le regrette pas
Jean-Jacques.G195
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 26 novembre 2008 12:03


Inscrit le: 26/11/2008
Messages: 5
Oui, Bénédicte, je ne suis plus gardien ou plutôt électromécanicien de phares.
En fait, je faisais juste des remplacements.
C'est dommage car j'avais commandé exprès un joli appareil photo et je l'avais reçu juste après mon dernier phare, sinon j'aurais ramené de supers photos.

Jean-Jacques.G195
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 26 novembre 2008 12:17


Inscrit le: 26/11/2008
Messages: 5
La Jument est une tour octogonale reconnaissable facilement.

J'ai vécu le coup des énormes vagues sur le coté du phare. En fait, le gardien chef m'avait dit de venir derrière, face au large avec lui. on repérait une énorme vague au loin et quand elle arrivait sur nous, on se barrait vite fait au niveau de la porte pour voir les deux murs de flotte nous passer à gauche et à droite. C'était impressionnant de voir ce monstre nous passer si près. Des milliers de tonnes de flotte!!
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 26 novembre 2008 16:28



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963


Alors....tout le monde fait la sieste?

:bisou:
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 26 novembre 2008 17:07



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Non Béné, on n'a pas fait la sieste.
Une amie est passée me voir cet aprem, et du coup j'ai rien fait ; on a papoté et je n'ai pas vu le temps filer.

Maintenant j'ai réunion à 17h30 pour préparer le réveillon du jour de l'an, à la salle de quartier.

Donc bisous à tous et à tout à l'heure.

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Répondre |  | 

Aller au forum