Forums

 
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15 - Filae.com
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 17 avril 2008 16:21



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
manquerait plus que cela nous emmène en enfer!!!!!

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 17 avril 2008 16:46



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
j'avais pas vu le message de jean marc ,merci

j'ai reçu un vélo tout neuf ,je vais vous le scanner ,Antoine alias DANY BOON n'a qu' à se tenir ,j'arrive!!


patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 17 avril 2008 16:50



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301


patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 17 avril 2008 17:14



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Magnifique vélo, Christophe, mais je vois qu'il a de petites roulettes...... on vous les enlève quand vous savez monter à bicyclette?Mr. Green

:bisou:
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 17 avril 2008 19:19



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
pour faie remonter

le tondeur de chien


"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 17 avril 2008 19:26



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
non Bénédicte, on les met quand on rentre bourré hi hi !!!

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 17 avril 2008 20:31



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonne nuit

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 17 avril 2008 21:09



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonsoir Bénédicte.
Je lance un appelpour les photos à toute ma famille et je vous tiens au courant.
Pour Christophe : Super le vélo ! Il est loin le temps où le facteur faisait sa tournée à pied ou sur un vélo d'un autre temps ! Attention de ne pas livrer un colis de verres à un vigneron qui vous pourrait vous proposer une desgustation de la dernière cuvée.
Quand j'aurais un peu de temps, j'irai au musée de la Poste à Paris, prés de la gare montparnasse, voir ce qu'il y a d'interressant comme photos ou cartes.
Bonne soirée, Jean-Marc
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 17 avril 2008 22:52



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Bonne nuit Béné et tout le monde
a demain


"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 17 avril 2008 22:54



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonne nuit à tous

:bisou:Joelle

A demain.
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 18 avril 2008 06:13



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonjour

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 18 avril 2008 09:39



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Bonjour Béné
Bonjour à tous ( vous devenez de plus en plus nombreux)
passez une bonne journée
je reviens tout à l'heure

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 18 avril 2008 10:35



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

:bisou: Joelle

Bonne journée
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 18 avril 2008 10:55



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
aujourd'hui et spécialement pour Christophe

LA BIERE ET LES BRASSEURS

Au Néolithique (VIIIe millénaire av. J.-C.), l?homme découvrit la culture des céréales et la fermentation par hasard. Souvent composée d?orge, cette bière préhistorique entrée dans l'alimentation courante traversa le temps jusqu'à ce que la culture de l'orge soit attestée en Mésopotamie dès le IXe millénaire av. J.-C. et le brassage de la bière vers le IVe millénaire av. J.-C..
Consommée en famille et utilisée comme moyen de paiement à Babylone, puis boisson des dieux en Égypte, la bière devint dans la Grèce antique et dans l'Empire romain celle du pauvre, et le vin celle des dieux. Elle resta cependant la boisson de choix des peuples du nord, celtes et germains. La préférence pour le vin se confirma dans l'Europe chrétienne au début du Moyen Âge, notamment grâce au concile d'Aix-la-Chapelle de 816 qui encouragea les viticultures épiscopales et monastiques dans le but de célébrer l'eucharistie. Il fallut attendre le VIIIe siècle pour voir le brassage de la bière y reprendre de l'importance, en particulier en Bavière. Par la suite, aux environs du XIIe siècle, certains monastères (par exemple en Belgique et en Bavière) se spécialisèrent dans le brassage de la bière, bue par la population à la place d'une eau souvent non potable.

Tout commence à Sumer

L'histoire de la bière est intimement liée à celle de ses ingrédients ainsi que des avancées technologiques qui firent de cette boisson le breuvage que l'on connaît aujourd'hui. Les premières cultures de céréales, et notamment de l'orge et de l'épeautre (une variété de blé), ont été attestées en 8000 avant J.-C. en Mésopotamie.


Enki dieu sumérien des agriculteurs - père de Ninkasi déesse de la bière

Tous les ingrédients étant disponibles à partir de cette époque là, la bière pouvait exister et l'on estime son invention/découverte à 6000 avant J.-C.. Cependant, les preuves formelles de son existence, découvertes dans la province de Sumer, remontent au IVe millénaire av. J.-C. À cette époque, la bière, alors appelée « sikaru» (dont la traduction littérale est pain liquide) était à la base de l'alimentation quotidienne. on la fabriquait par cuisson de galettes à base d'épeautre et d'orge que l'on mettait à tremper dans de l'eau, afin de déclencher la fermentation nécessaire à la production d'alcool, et que l'on assaisonnait avec de la cannelle, du miel ou toutes autres épices en fonction des préférences des clients. La bière, connue des peuples de Chaldée (maintenant Irak, Koweït) et d'Assyrie (Syrie,Liban,Israël), devenue monnaie d'échange, commença sa dissemination.

La conquête de l'Égypte



Arrivée depuis la Babylonie, la « sikaru » renommée « zythum » (dont la traduction littérale est vin d'orge) fut très appréciée des Égyptiens. Selon la légende, le brassage fut enseigné par le dieu Osiris, symbole de l'agriculture, et bénificiait de la protection d'Isis, la déesse de l'orge. Ramsès II, que l'on surnommait le pharaon brasseur, contribua positivement à l'implentation durable de la bière et à la pérennité des toutes premières brasseries. À cette époque, le moût était mis à fermenter dans des pots de terre semi-enterrés.



En plus de ses qualités nutritionnelles, la bière était également utilisée de façon médicale contre les migraines et certaines infections. Les femmes l'utilisaient comme produit de beauté pour leur peau.

Le pourtour méditerranéen

Contrairement à ce que l'on pensait, la bière a rapidement infiltré le pourtour méditerranéen (durant le premier millénaire avant J.-C.). on en retrouve les traces en Grèce, en Ibérie, dans le sud de la Gaule et dans tout l'Empire romain, mais on lui préféra le vin, boisson noble par excellence, partout à l'exception des contrés reculées, moins ensoleillées et moins propices à la culture de la vigne.


L'Europe continentale

Grâce à leurs multiples expéditions, les peuples du nord de l'Europe découvrirent la bière. Appréciée pour son goût et par son degré d'alcool assez élevé, la bière ne rencontra aucune résistance de la part de la vigne et s'implanta durablement au-delà de ces latitudes aux précipitations idéales à la culture de l'orge et du houblon. C'était le temps de la cervoise (ou cervesia) tant appréciée des celtes et des gaulois (qu'ils appelaient korma), par ailleurs inventeurs des tonneaux. Le brassage était une opération familiale généralement réalisée par la femme.


Moyen Âge

Contributions monastiques

.Le Moyen Âge apporte une certaine reconnaissance à la bière et ce n'est pas le dicton « liquida non frangunt jeunum » qui prouve le contraire. La tradition monastique veut que les moines assurent le gîte et le couvert aux gens de passage. À cette époque, les moines vont mener à bien de multiples expérimentations sur les techniques de fabrication et l'arômatisation de la bière. on pouvait trouver toutes sortes de goûts même les plus excentriques comme la bière à l'écorce de chêne ou la soupe de bière. C'est ainsi que Hildegarde de Bingen (1099-1179) découvrit les vertus aseptisantes et conservatrices du houblon (ainsi que son amertume) et les moines développèrent donc sa culture.



C'est également à cette époque que la fermentation basse est inventée dans les monastères, toujours grâce au houblon aseptisant et aux multiples caves de ces lieux. En plus d'assurer les besoins de la communauté monastique, les surplus de production permettait de tirer des revenus supplémentaires[4]. Le succès de la bière engendre la formation de diverses guildes[5]. Ce corporatisme aura un certain poids dans la société de l'époque. Cependant, les moyens techniques de l'époque ne permettaient pas d'exporter la bière et c'est à la fin du XIIIe siècle, que l'on attribue à Gambrinus (ou Cambrinus) la diffusion de la bière hors d'Allemagne. C'est en 1259 qu'apparaît le premier brasseur de métier.


Gambrinus-le roi de la bière


Naissance officielle de la bière

Il faudra attendre le XVe siècle et Jean Sans Peur, duc de Bourgogne, pour voir l'utilisation du houblon prendre de l'ampleur. Ce dernier imposa en effet le houblon comme arôme principal de la bière, stabilisant un peu plus son goût. Jean Sans Peur meurt en 1419 aprés avoir créé l'ordre du Houblon. Un édit en 1435 impose cette recette et le mot bière apparaît pour la première fois.

Der Bierbreuwer (Le brasseur), Jost Amman, 1568.


Période contemporaine

La brasserie Guinness à Dublin était devenue la plus grande brasserie du monde en 1914 et reste la plus grande brasserie de stout.


La période contemporaine, en particulier le XIXe siècle, a marqué un tournant décisif dans l'histoire de la bière.

La révolution industrielle apporta de nombreuses évolutions à la production de la bière. Jean Louis Baudelot de Sedan inventa en 1856 un refroidisseur de moût grâce auquel on pourra désormais fabriquer de la bière toute l'année, Hansen identifia les levures, Watt construisit sa machine à vapeur. En 1873, Louis Pasteur préconisa l'élévation de la température pour éliminer les germes indésirables contenus dans la bière (pasteurisation). Et enfin, en 1870, Carl von Linde (1842-1934) inventa la machine frigorifique qui permettra l'expansion de la fermentation basse, jusqu'alors cantonnée à la Bavière depuis le XVe siècle, à travers le Monde.

Toutes ces évolutions ont permis d'obtenir une bière propre, limpide, de qualité égale et l'expansion du chemin de fer assura le transport dans toutes les régions. En 1870, l'Alsace envoyait ainsi chaque jour un train entier de bière vers Paris. Les brasseurs durent s'industrialiser. Des milliers de brasseries fermèrent dans toute l'Europe, remplacées par des établissements de plus en plus gigantesques, comme à Sedan, Pilsen, Milwaukee, Strasbourg, Dublin, Amsterdam. La concentration de ces brasseries crée les grands groupes que nous connaissons aujourd'hui, comme InBev, BDF, Heineken, Foster's, Guinness.



a suivre















"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 18 avril 2008 12:14



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
bravo Joelle mais pour l'instant Christophe doit se contenter de la biere à l'ecorce de chêne.... je ne sais pas s'il va apprecierBlink

Donc on attend la suite..:bisou:
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 18 avril 2008 13:55



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
FABRICATION DE LA BIERE


Diagramme de fabrication



La fabrication de la bière a évolué à travers les âges. Ce que l'on considérait comme de la bière il y a 8 000 ans est sans aucun doute très éloigné de ce que nous connaissons aujourd'hui. Les « migrations » de ce breuvage à travers le Monde et le temps ont obligé les brasseurs à adapter le mode de fabrication en fonction des évolutions techniques et des matières premières disponibles. Ce qui n'était autrefois qu'une sorte de « bouillie » alcoolisée plus proche des aliments solides que des boissons, est devenu, notamment grâce aux progrès de la micro-biologie et des techniques industrielles au XIXe siècle, la boisson limpide que l'on connaît aujourd'hui. Les méthodes de fabrication actuelles sont cependant très proches de celles de ces derniers siècles ce qui dénote une normalisation dans le processus de fabrication.


La fabrication du malt

Le malt désigne l'orge germée.



Cette fabrication commence par l'étalage des grains d'orges en couches minces, puis par l'humidification de ceux-ci. Cela afin de fournir au grain les quantités d'eau et d'oxygène qui seront nécessaires à la germination.

La germination du grain dure entre trois et quatre jours, et il faut prendre soin de le remuer chaque jour pour empêcher l'asphyxie d'une partie des grains jusqu'à l'apparition des germes (2/3 de la longueur du grain).

Pendant la germination, l'amidon dans le grain est transformé en dextrine et en maltose.

Après cela, l'orge est séchée et ensuite touraillée. Le touraillage consiste à arrêter la germination en chauffant le grain jusqu'à une température comprise entre 80° et 105°. La température de touraillage donnera au grain, donc à la bière une certaine couleur.

Le malt touraillé ainsi obtenu sera concassé et la farine obtenue sera prête pour le brassage.


Le brassage :

C'est ici que commence vraiment la fabrication de la bière. Il s'agit de prendre le malt et de le faire bouillir pour en retirer toutes les substances qu'il contient et qui sont utiles au brassage.

Dans un premier temps le brasseur doit concasser les grains de malt pour en faire de la farine. Plus cette farine sera fine, plus l'extraction sera facile. on utilise pour cela un moulin. En effet, le malt dégage une enzyme permettant l'élaboration de sucres une fois qu'il est concassé.


Moulin à malt


Lors du brassage, l'eau est le solvant. Celle-ci doit être traitée à l'aide de filtres, car elle peut donner un goût métallique à la bière du fait des sels minéraux et des traces de sodium qu'elle contient. C'est elle qui dissout les sucres, les protéines et la plupart des autres substances contenus dans le malt. on met le malt dans une grande cuve et on ajoute de l'eau chaude tout en brassant le mélange appelé "moût". Cette phase s'appelle l'empattage.



Un brassage est constituée de 1400 litres d'eau et de 575 kg de malt. Ces proportions doivent être respectées scrupuleusement pour obtenir un résultat similaire à chaque brassage. En effet, si le mélange comporte trop d'eau, celui-ci aura trop d'enzymes lors de la fermentation, donc trop de sucres et trop d'alcool; et inversement, un mélange trop pauvre en eau et donc en sucres empêchera une fermentation optimale. on obtient alors une boullie appellée "maïshe".

Vers 45/50°C, les protéines du malt se transforment en acides aminés, par l'action combinée de l'eau et des enzymes qui sont réactivés. Entre 60°C et 65°C, les sucres fermentiscibles se forment par la décomposition de l'amidon. A l'issue du mélange, on laisse reposer le maïshe pendant environ 1h30. Ensuite, on prélève des échantillons pour vérifier si le processus de fermentation est entamé.

Le moût doit être clair et ne pas présenter de dépot.

Le but du brassage étant de transformer l'amidon en sucre, il convient de s'assurer que la transformation complète de cet amidon a bien été effectuée. C'est cela que l'on appelle "saccharification".

on réalise facilement cette vérification avec de la teinture d'iode.





on prélève une petite quantité de mélange, et on verse 2 ou 3 gouttes de teinture d'iode. Si le mélange se colore en noir (photo du haut), c'est que l'on est encore en présence d'amidon. Il faudra donc continuer le brassage.



Au contraire (photo du bas), si l'on n'observe pas de changement de couleur, c'est que tout l'amidon est bien transformé. on peut donc passer à la filtration


Filtration du moût

on fait ensuite passer le maïshe dans des filtres incorporés à la cuve dans laquelle s'opère le mélange afin de débarasser ce dernier des résidus insolubles du malt. Ce qui reste du moût est appellé "drèche".


L'idéal est d'utiliser une cuve filtre. Cette cuve dispose d'un faux fond, amovible, avec des trous ou des fentes. Ces trous ou ces fentes doivent avoir une dimension précise, avec un chanfrein pour éviter l'engorgement de ces orifices. De plus, l'écartement des orifices doit être calculé pour avoir en moyenne 6% de vide sur la surface.



Le premier moût obtenu est très dense (généralement 18-20° Plato). Il faut ensuite laver les drêches, avec de l'eau à 78-80°C, pour extraire le sucre encore présent. Ce lavage nous permettra d'obtenir un volume de moût avant ébullition d'environ 15% supérieur au volume de bière que l'on désire faire. En effet, pendant l'ébullition, l'évaporation atteint facilement 10% par heure.


Drèche



Cuisson et houblonnage


Le processus de fabrication requiert l'utilisation de houblon. Ce dernier que l'on trouve en grappes à l'état naturel, est acheté sous forme de granulés. Il s'agit de houblon minutieusement selectionné selon des critères pré-établis et propres à l'entreprise et propre à chaque brasserie.


houblon

houblon écrasé

on envoie le moût dans une autre cuve, où il repose pendant une heure. La cuisson a pour but de stabiliser le moût en détruisant les enzymes du malt et en le stérilisant. le fait de faire boullir le moût à pour but de stopper toute action des bactéries et d'obtenir la précipitation des protéines contenues dans le mélange.


le ^moût

Le houblon est ajouté au moût. Son rôle est important. Il fourni au moût, par l'intermédiaire de ses résines, deux acides qui stérilisent et donnent l'amertume à la bière. Le houblon agit en qualité d'agent préservateur et stabilisateur. Celui-ci doit toutesfois cuire longtmeps afin de libérer ses résines dans le moût.

Le mélange, qui a été porté à ébullition, doit être refroidi en vue des opérations ultérieures. Un ingénieux système de refroidissement permet de faire passer le moût de 100°C à 23°C, et de chauffer l'eau qui sert lors de la première étape de la fabrication. Le motif de ce refroidissement du mélange s'explique par le fait qu'une température supérieure à 30°C empêche le procédé de fermentation par destruction des levures utilisées (étape suivante). Le moût est ensuite ensemencé de levures et prêt pour la fermentation.


La fermentation

Il existe deux types de fermentation pour la bière. La fermentation haute, qui utilise des levures de type Saccharomyces cervisiae et le fermentation basse, avec des levures de type Saccharomyces uvarum. La fermantationhaute donne des bières de type "ales", populaire surtout en Angleterre, et la fermentation haute donne des bières de type "lager", popularisé par les brasseries d'Europe centrale. Les bières de fermentation basse doivent fermenter plus longtemps et à des températures plus basses que les bières de fermentation haute.


cuves de fermentation

on verse ensuite le moût dans une cuve et on laisse reposer 5 à 7 jours. Après 24 heures, il se forme une mousse en surface. Après 72 heures, la mousse devient brune. Les résines amères et le tanin de la mousse se sont oxydés. Il s'agit de la fermentation initiale.

Il est préférable d'enlever cette mousse pour ne pas déteriorer le goût de la bière.

La levure a entièrement transformé la quantité de sucre initialement présente dans le moût de l'alcool.

Par la suite, le mélange est transféré dans une cuve de conditionnement dans laquelle il repose 2 jours à 10°C (2ème) fermentation).


cuve de garde

Le moût est maintenant de la bière. Il possède les principales composantes de son goût et il est pétillant. Il ne rest plus qu'à le filtrer et à lemboutteiller.

la filtration et l'embouteillage

on clarifie une dernière fois la bière. Pour cela, on utilise de la colle de poisson (issue des sécrétions de sa prostate). Les colles sont des prootéines, elles ressembent à du blanc d'oeuf. ces colles enlèvent le trouble protéique que l'on retrouve dans les bières. Cette techique fut découverte au XVIII ème siècle par des scientifiques anglais. Ce procédé permet de séparer la bière à proprement parler des levures, que la colle animale fait tomber au fond de la cuve.

A l'issue de cette clarification, un échantillon est prélevé et contrôlé afin de s'assurer de la pureté de la bière avant la mise en fûts ou l'embouteillage.

De plus, on refroidit la bière sous le point de congélation et en la gardant sous pression. Les impuretés de la bière gèleront avec l'eau contenue dans la solution et il sera alors facile de les enlever avec un filtre. C'est la technique de la "ice" qui est très souvent utilisé par les micro brasserie qui n'ont pas les moyens d'investir dans des centrifugeuses.

Les levures sont récupérées et réutilisées. on peut ainsi utiliser les mêmes levures prendant plusieurs années.

La principale menace pour la bière est l'infection. Il faut donc nettoyer les fûts en y injectant sous pression une quantité d'eau et de produit stérilisant. on les remplit ensuite de bière. Si ce procédé est mécanisue, on obtient une bière exempte de tout gaz ajouté (les seuls gaz présents sont les gaz naturels issus de la fermentation).


fût pour bière lambic



La refermentation en bouteille permet de rendre la bière gazeuse. Le processus est on ne peut plus simple.

Après la période de garde, la bière est mise en bouteille (lavées, stérilisées, rincées...etc) avec une dose moyenne de 7 grammes de sucre par litre. Ce sucre va être consommé par les cellules de levure résiduelles et la réaction va donc à nouveau provoquer un dégagement de CO². Comme les bouteilles sont fermées de manière efficace, le gaz ne peut plus s'échapper. Il va se dissoudre dans la bière, et provoquer ainsi la "prise de mousse".


chaine d'embouteillage

Selon la théorie des gaz dissout, qui dit qu'un gaz se dissout mieux sous forte pression et à basse température, il convient de stocker la bière au frais, à l'abri de la lumière et bouteille debout, car le dépôt de lie étant inévitable, il serait dommage de tout mélanger en redressant une bouteille couchée. Bien sûr, le stockage s'effectue APRES une période de 5 à 7 jours à 20°C, pour que se produise cette REfermentation.

La bière se conserve au moins un an, dans de bonnes conditions de stockage.









"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 18 avril 2008 15:05



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569
Bonjour à tousSmile ,
Savez vous ce qu'était un "maître barbier" avant le 16ème siècle?
on allait le voir pour 2 raisons.
Savez vous lesquellesQuestion
Cela ne devait être que du bonheur pour bien commencer sa journéeNurse

"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 18 avril 2008 15:33



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour Khalida, je suis sûre que tu vas nous le dire....

Super Joelle,Christophe va pouvoir descendre quelques pintes....je comprends les petites roulettes de son vélo.....

:bisou:
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 18 avril 2008 15:44



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569
ok je vais vous le dire.
Autrefois on allait chez le barbier pour arranger sa barbe mais aussi parce qu' il avait des outils bien tranchants pour la barbe il les utilisait aussi pour arracher des dents! ouille! ouille!
Imaginons nous chez les barbiers pour les consultations dentaires de nos enfants!
Le métier a bien évolué.car les barbiers n'existent presque plus et le dentiste nous fait beaucoup de bien avec des outils miniaturisés avec maitrise de la douleur.

"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 18 avril 2008 15:52



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569
il y avait les maîtres barbier (barbier + semblant de dentisterie)
et barbiers (ne s'occupait que des barbes des hommes).
Ils recevaient des formations différentes ( de type "compagnonage").Pour les maîtres barbiers la formation était plus longue que pour le barbier. ils avaient des tuteurs qui garantissaient leur savoir faire et les autorisaient à exercer leur métier.
"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 18 avril 2008 15:59



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
bravo Khalida....
Heureusement qu'on a inventé l'anesthésie...




L?arracheur de dents 1523
Gravure sur cuivre originale de Lucas de Leyde (1489-1533)
Collection particulière.

Pour compléter le barbier, ces liens:

http://www.france-pittoresque.com/metiers/15.htm

http://razorland55.free.fr/barbier_2.htm

Et quelques illustrations:


1785 peinture de Franz Anton Maulbertsch, montre un barbier chirurgien dans l'exercice de son métier.


Le Barbier . Abraham Bosse




:bisou:
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 18 avril 2008 16:02



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
selon l'air d'une célèbre chanson :

j'ai 2 amours ,la kanterbrau et la krenanbourg

Hi Hi

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 18 avril 2008 16:05



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569
oh oui!!



"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 18 avril 2008 16:08



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569
ce qui est intéressant c'est l'évolution des métiers d'autrefois à nos jours.
si cela ne vous convient pas, faites moi le savoir.
merci à vous de me donner vos avis.
"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 18 avril 2008 16:09



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569
oh oui!!



"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 18 avril 2008 16:11



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569
mon ordi rame, je lance une défragmentation et je reviens
"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 18 avril 2008 16:37



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569
comment fait on pour vous mettre un photo.
J'ai fait un copier l'image mais cela ne marche pas
"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 18 avril 2008 16:39



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569
je ne suis pas tip topcarton de ce côté là. il faut que j'y arriveBook
"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 18 avril 2008 17:42



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569
Thumb Up MerciSmile Sibie,
L'explication semble claire et facile à fairebravo mais si ce n'est pas évident je vais apprécierreflechis . et si je n'y arrive pas je vous demanderais de l'aideJump . je ne le fais pas aujourd'hui car mon ordi rame.je mets une plombe pour changer de page.

"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 18 avril 2008 17:48



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569
:bisou: à tous. je reviendrais dans la soirée
peut être. Razz

"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 18 avril 2008 18:08



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Comme dab je vous abandonne pour le week end
je vous souhaite une bonne fin de semaine
bisous Béné et tout le monde

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 18 avril 2008 19:10



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour Sibie

OK Joelle, bon week-end :bisou:
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 18 avril 2008 19:14



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonsoir la file.
A la bonne votre !
Une Kro ou une "col blanc" Christophe? A moins que ça ne soit une "Chti" ou une "Bécasse"?
Pour rester un peu sérieux quand même, j'ai du mal à avoir des photos de mes ancêtres à la Vannerie mais je continue des investigations Bénédicte.Book
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 18 avril 2008 20:24



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonsoir Jean Marc

Bonne soirée à tous.

:bisou:
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 18 avril 2008 20:57



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonne nuit

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 18 avril 2008 22:14



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Liste des métiers déjà étudiés p 15

Bonne nuit à tous.

A demain

:bisou:

khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 18 avril 2008 22:32



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569
SmileThumb Up bonsoir à toute la file
pour vous faire travailler un petit peufou
Qu'est qu'un tétaïreQuestion
"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 18 avril 2008 22:58



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569
:bisou: à demainSleeping
"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 19 avril 2008 06:22



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonjour

c'est quelqu'un qui travaille à Hôpital et qui tombe sur un drôle de cas


patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 19 avril 2008 06:26



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
LE TETAÏRE

un métier ahurissant

"On ne peut pas vraiment parler d'un métier, disons qu'il s'agit plutôt d'une fonction.

"L'homme chargé de cette fonction travaille à côté de la nourrice, si l'on peut dire, car il s'agit du "téteur" en titre. Il venait, en effet, mettre en route l'allaitement lorsqu'il y avait un problème, on "l'appelait également lorsqu'il y avait un trop plein de lait, notamment après le décès d'un nourrisson .

"En général, son "intervention"se faisait en présence d'une petite assemblée féminine chargée d'empêcher "toute confusion entre la tétée de l'enfant et celle (que l'on pourrait qualifier de thérapeutique) du "tétaïre. Dans certains endroits, on enveloppe l'homme d'un grand sac pour éviter tout contact physique. Si "la femme est en état, elle se tient debout. Dans tous les cas, le tétaïre est soit un vieillard, soit un ""simplet" que l'on chasse avec quelque monnaie sitôt sa besogne terminée."

Fin de citation

Marc
Dans les Hauts-Cantons héraultais, il existait des tétaïres.
PIERRIL, le dernier tétaïre du Somail est mort en 1957.

Extrait du livre
"Les Métiers d'Autrefois"
de Régis GRANIER

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Anne Marie.P114
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 19 avril 2008 08:50


Inscrit le: 10/09/2007
Messages: 984
Bonjour tout le monde. une tite bière de si bon matin oups
Sibi désolée quant on parle Pierrefite mon âme de descendante creusoise le place immédiatement en Creuse !
Bonne journée tout le monde et pour compenser tout l'alcool qui coule ici, IL PLEUT !!!!
Anne Marie (en Creuse : Valaizon,Juillet,Meaume,Heyret, Pauly, Bord, - Pécher, Gout, Peynoche, Deluchat ... et par ma GM maternelle en Ille et Vilaine :Chemin, Lépinay,Fresnais, Ballus, Labbé, Rihet,Tirel, Abachesne,...)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 19 avril 2008 09:43



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Khalida, Christophe, Anne Marie....

bravo Christophe pour le Tetaïre...curieuse fonction en effet!
Voici le tetaïre moderne,ça s'appelle...un tire-lait:



Bonne journée à tous

:bisou:

joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 19 avril 2008 09:59



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
coucou tout le monde
pendant que mon homme est parti chez le "coiffeur"

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Véronique.D305
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 19 avril 2008 11:20


Inscrit le: 10/03/2007
Messages: 394
Bonjour à tous
Qui peut m'aider à dechiffrer ce métier (en bas) je lis Lulundier ou Tulundier ???


Merci de m'éclaireretrange
cordialement
Véronique
recherches : Dieuaide (24), Trinquet (58 : Arleuf), Malarte (30), Laugier (13 : Arles), Violleau (79), Chupin (79) Alexandre (30) Sourbier (17)...
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 19 avril 2008 12:12



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour Véronique


reflechis pas facile... mais peut être que ces u sont des a malformés,(voir le anne pichon au dessus qui semble unne pichon;ou bien le faite en bas à droite qui ressemble à fuite..)dans ce cas on peut lire talandier...taillandier,

C'est ce que je propose...mais ce n'est pas du tout évident,alors voyons si quelqu'un a une autre idée.

Mais dites nous le lieu et la date...ça peut aider...

Amicalement

Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 19 avril 2008 14:22



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Une petite partie de cartes cet après-midi?



:bisou:
Véronique.D305
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 19 avril 2008 15:46


Inscrit le: 10/03/2007
Messages: 394
Merci Bénédicte, cet acte date de 1787 et a été rédigé à St Benoit du Sault dans l'Indre.
Effectivement les a ressemblent à des u
Si quelqu'un a une autre idée ?
Mais c'est peut -être ça Taillandier ?
Véronique

recherches : Dieuaide (24), Trinquet (58 : Arleuf), Malarte (30), Laugier (13 : Arles), Violleau (79), Chupin (79) Alexandre (30) Sourbier (17)...
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 19 avril 2008 17:02



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
coucou,dans le morceau d'acte ou voit des a et des u très bien formés dans d'autres mots ,donc pour moi c'est bien des u

lulundier mais est ce bien ,un métier,peut être autre chose


patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 19 avril 2008 17:40



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963

En attendant, petit rappel sur le

Tallandier Taillandier

Celui qui fabrique des outils qui servent à tailler, à couper

( Tailler (le verbe, issu du bas latin taliare) a donné: Taillant (1288), participe présent substantivé, qui désigne ce que l'usage moderne appelle "tranchant" (d'une lame). Il a probablement désigné en ancien français le tailleur. De taillant est dérivé le nom de métier Taillandier/Taillandière (1213), artisan qui fabrique des outils tranchants. De Taillant, on a fait Tallanderie (1422), qui a d'abord désigné des morceaux d'étoffe ainsi que le métier de tailleur. Il signifie ensuite "métier de taillandier" (1430) et désigne par métonymie les articles fabriqués (1581).)




on trouvait le taillandier partout, puisqu'il fabriquait des outils pour beaucoup d'autres ouvriers, du maçon au charpentier, du bûcheron au boucher. Mais son client de prédilection est celui qui travaille la terre, le paysan et le jardinier, le maraicher et le vigneron.
La matière première du taillandier est l'acier. Il était souvent fourni en barre de plusieurs mètres de long, que le taillandier coupait à la longueur voulue. Dans les temps de pénurie, ou pendant les guerres, le taillandier récupérait tout le métal qu'il pouvait afin de le "recycler". Parfois le taillandier fournissait aussi les manches des outils qu'il fabriquait lui-même en chataignier ou en frêne.
Les outils du taillandier sont les mêmes que ceux du forgeron. Il utilise bien sûr une forge pour chauffer le métal. Celui-ci est ensuite aplati au marteau par plusieurs ouvriers. Plus tard, ils seront remplacés par un marteau-pilon (ou martinet) qui fonctionnait au gaz ou à l'électricité. Le taillandier utilisait également, comme le forgeron, une gamme de marteaux et de pinces de forge.
Ce corps de métier était autrefois (XVIIème siècle) divisé en plusieurs métiers : les taillandiers en oeuvres blanches, les taillandiers grossiers, les taillandiers vrilliers et tailleurs de limes, les taillandiers ouvriers en fer blanc. Plus tard le taillandier est vraiment devenu l'artisan qui fabriquait les outils ayant un tranchant.


Et son atelier...


Sans préjuger du métier de votre ancêtre Véronique....
Peut-être Christophe a raison... ce n'est pas le métier qui est indiqué;pourrait-on voir l'acte en entier?



:bisou:
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 19 avril 2008 21:12



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonne nuit

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Répondre |  | 

Aller au forum