Forums

 
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15 - Filae.com
Serge.S273
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 27 juillet 2010 18:02



Inscrit le: 10/05/2007
Messages: 3 217
Bonsoir,



Bénédicte parlait d’Aigues Mortes…

Un joli dessin trouvé dans les collections de la B.N.

Bonne soirée.
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 27 juillet 2010 18:31



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
Bénédicte

j'ai encore besoin d'aide




peux tu ,en plus de la date,me donner le nom de la maman!!!

avec ton site je trouve
nona=9

septembris =septembre

septuagesimo = soixante-dixième??? 1700


patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 27 juillet 2010 18:37



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
9 septembre 1770

Mais d'où sont donc ces actes ?....le curé écrit encore en latin à cette époquereflechis

Pour le nom, je vois Anne Marie...??

:bisou:
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 27 juillet 2010 18:44



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
il viennent du bas-rhin (Reutenbourg) le berceau de ma famille

merci

le début ressemble à DOSSMANN ?
car j'ai bien une anne marie Dossman mariée avec un Michel Rall dans mon arbre

bonne soirée ,on m'offre l'apéro


patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Sylvie.G217
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 27 juillet 2010 20:47


Inscrit le: 29/12/2005
Messages: 745
Bonsoir, hier soir je croyais apprendre à mon mari votre histoire Bénédicte mais il la connaissait déjà. Et il croyait que je le savais.
Je suis contente de votre site car j'apprends beaucoup.
Chris moi c'était à midi que j'étais invitée à un apéro.
Sylvie
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 28 juillet 2010 07:00



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonjour

encore un PB



moi la date que j'avais pour Michel était 13/12/1773
mais je crois lire 07/11/1774 sur l'acte

on retrouve le meme début pour la mère Dossman
le père était Maçon = muraric je pense !!!


patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 28 juillet 2010 10:34



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Serge, Christophe , Sylvie...

Christophe: 16 novembre 1774.

Pour t'aider avec les professions:

http://guy.joly1.free.fr/latin_profession.html



Jan Amós Komensky (Comenius): Orbis Sensualium Pictus
Edition anglaise de 1659.


Bonne journée


:bisou:
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 28 juillet 2010 10:54



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301


merci

Bénédicte tu es vraiment incollable comme le riz de l'oncle Ben's

Riziculteur = page 125

on peut rire de tout ici même du riz ,hi hi!!


patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 28 juillet 2010 16:20



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Pas de métier aujourd'hui, mais puisqu'on est dans tout ce qui a trait aux vacances, le.....


Campeur


La France est le pays du camping. C’est là que l’on compte le plus de terrains de camping et de campeurs, qui pratiquent toutes les formes de camping. Nous sommes ainsi plus de dix millions. Camping traditionnel en tente comme les intellectuels sportifs du début du 20e siècle, camping confortable avec caravane, camping résidentiel en mobile home qui constitue désormais le premier mode d’hébergement de vacances, ou itinérant avec le camping-car.


Affiche scolaire des années 1960

L'origine du mot camping est souvent présenté comme venant de l'anglais (les premiers campeurs et voyageurs français se référant au modèle britannique en parlant de « camping site ») mais il vient du latin campus, champ et d'une expression qui apparaît au XIXe siècle, « faire campos », désignant l'arrêt de la scolarité pour que les enfants aillent à la campagne accomplir les travaux agricoles (moissons en été). En France, le premier écrit sur le camping date de 1898 : un célèbre campeur et voyageur français, Lucien Baudry de Saunier, fait paraître dans la revue du Touring Club de France un article racontant son voyage en Angleterre où il rencontre des aristocrates anglais utilisant des roulottes (avec une baignoire dans le sol) tractées par des chevaux ou utilisant les premières voitures pour parcourir leurs immenses propriétés.


Caravane en Angleterre.




Avant la première guerre mondiale, ce sont surtout des hommes seuls partant à pied dans la campagne, la forêt ou la montage avec un simple drap ou une ancienne tente militaire.





Les campeurs sont très souvent des randonneurs (pédestres, cyclotouristes ou canoéistes) appartenant à des catégories socioprofessionnelles élevées : la pratique du camping apparaît donc dans les sociétés industrielles où les personnes cherchent à quitter l'air pollué des villes pour retrouver un lien avec la nature et un « esprit sain dans un corps sain ». Le premier Club français de camping naît en 1910.


Campeurs anonymes . Canada .Photo Frank William Micklethwaite (1849–1925)


Avec l'apparition des congés d'été (premiers congés payés en 1936 en France), se développe le camping en famille. En 1938, l’Union française des associations de camping est créée et en 1939, un Code du camping est écrit.


Après la première guerre mondiale, le camping se structure à travers deux systèmes :
• des grandes organisations, comme le Touring Club de France ou le Groupement des Campeurs Universitaires, publient des livres recensant les lieux de séjour pour les campeurs, puis achètent et réalisent des aires de repos.





• Le scoutisme dont la volonté est notamment de mieux préparer les jeunes au prochain conflit. Cela donne lieu à la création de multiples groupes de jeunes garçons encadrés par des hommes d'expérience, souvent d'anciens militaires inculquant une discipline stricte et une vie spartiate.



Ancêtre du camping car vers 1910:


Ancêtre du mobil home vers 1920:



Le camping entre dans une « pratique de masse » à partir des trente glorieuses : les campeurs partent en famille et utilisent de plus en plus de grandes tentes quasi-intransportables par train ou par vélo. La destination est liée soit à un retour en famille, soit plus largement vers les plages françaises.



Dans les années 1960, les terrains de camping existants se trouvent impuissants pour absorber cette masse de campeurs. De nombreux arrêtés préfectoraux sont édictés pour limiter cette pratique pour des questions de salubrité et de sécurité publique. Le premier décret sur le camping paraît le 7 février 1959. Il permet de limiter le camping sauvage, notamment sur les côtes. La plupart des campeurs se rendent alors dans les terrains de camping se multipliant ou achètent une parcelle privée. C'est à ce moment précis que se crée la pratique du camping-caravaning sur parcelles privées. C’est en 1961 que la première édition du Guide Fédéral des Terrains voit le jour : la brochure « Réglementation, aménagement et exploitation des terrains de camping » fait dès lors l'objet d'actualisations régulières, condition indispensable pour les nouveaux gestionnaires.




Les années 1970, 1980 et 1990 voient le développement des terrains de camping dans lesquels le gérant édicte son propre règlement, ce qui permet de faire « tomber » les barrières sociales. Elles voient aussi le déclin de la caravane au profit du camping-car et du mobile home, puis des habitats sédentarisés, chalets et bungalows, à partir des années 2000. Cette progression continue du camping va de pair avec avec une segmentation de plus en plus fine des terrains de camping selon :

• leur mode de gestion : gestion communale (la municipalité souvent entre les années 1930 et 1960 un terrain de camping pour développer son offre touristique), gérance (employé engagé par la collectivité ou la chaîne hôtelière), gestionnaire-propriétaire.

• leur « concept » : terrain avec caravanes de collections, yourtes, « castels », cabanes perchées, etc.

• type des installations : « camping-carisme », camping-caravaning sur parcelles privées (250 000 en France en 2009 regroupant 5% de caravanes mobiles et environ 95% d'habitats sédentarisés), chaînes de camping pour entreprises, parc résidentiel de loisirs, camping village, etc.

• les services : ils font l'objet de classifications (0 à 5 étoiles).
(Wikipédia)

Bonne après-midi


:bisou:

christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 28 juillet 2010 17:06



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
moi ,si je campe devant mon ordi ,ça compte pour le nombre de Campeur!!

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 28 juillet 2010 18:37



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
Bénédicte ! help me!!





dc Rall barbara le 9 germinal XI


à quel age ?
épouse de qui ?
fille de qui (nicolas rall et ?
déclaré par qui ?

je vois
Michel Rall ...
Anna maria ? ,
Antoine Flech,?
Antoine Adolff ?
merci



patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 28 juillet 2010 19:01



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301



la date ? l'an XI!

Rall magdelena =madeleine, acte de DC ?

père ou mari :Antoine Rall ,berger,?

merci D'avance


patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 28 juillet 2010 19:25



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Alors là Christophe.... je ne peux rien pour toi, désolée!!!

Le latin je veux bien, le français bien sûr, l'espagnol pas de problème, l'anglais je veux bien essayer.....mais l'allemand (ou l'alsacien) ...quoi c'est pas pour moi!!

Demande de l'aide sur le fil Alsace, ou Allemagne.

Bonne soirée


:bisou:
Marie Christine.S101
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 28 juillet 2010 19:33


Inscrit le: 11/05/2009
Messages: 377
bonsoir à tous

je n'ai pas trouvé dans votre liste Voltigeur au 8eme régiment de la garde impériale.difficile à croire qu'il était dans un cirque
si vous avez une idée ...merci d'avance super la liste des métiers :bisou: bravo super

BONNE SOIREE à TOUS
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 28 juillet 2010 19:34



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
Dans son sens militaire, le voltigeur est un fantassin porté en première ligne par un cavalier qui le prend en croupe.

Plus généralement, le terme désigne les unités d’infanterie légère d’une compagnie d’élite destinée à agir en tirailleur en avant de la ligne d’un bataillon.

La Garde impériale a eu jusqu’à 19 régiments de voltigeurs. Il est alors le fin tireur de l'armée française, mais plus faible au corps à corps.



merci wikipedia

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Marie Christine.S101
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 28 juillet 2010 19:40


Inscrit le: 11/05/2009
Messages: 377
:bisou: bravo merci CHRISTOPHE

je sais maintenant qu'il était très bon tireur mais le pauvre n'a pas survecu au combat .

bonne continuation super Thumb Up :bisou:
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 28 juillet 2010 19:42



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour Marie Christine

Si,si, le voltigeur a été vu p 102.

Mais je vois que Christophe vous a redonné la définition.Il n'y a guère plus à ajouter.

Amicalement

Christophe, essaie ce fil:

http://www.notrefamille.com/v4/forums/recherches-genealogiques-allemagne-vous-cherchez-un-traducteur-ou-un-lecteur-pour-vos-actes-en-allemand-c-est-ici-t1290858.html
Marie Christine.S101
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 28 juillet 2010 20:00


Inscrit le: 11/05/2009
Messages: 377
merci BENE
:bisou: super
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 29 juillet 2010 06:08



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonjour

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 29 juillet 2010 10:35



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonjour Bénédicte, bonjour Christophe...:bisou:

Mes vacances en Sarthe sont malheureusement finiespleure , mais il me reste une semaine de bonheurWOW : 1 semaine pour se remettre douuuuuucement dans l'enfer francilienMr. Green . Je sui encore en retard dans la page qui ont été écrites durant mon absence mais ce que j'ai luy me plait beaucoupBook bravo bravo bravo . A plus.Cool
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 29 juillet 2010 10:51



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Hiding Jean Marc

Aujourd'hui un métier:

Fabricant de fouets


« Petit fou » est la racine du mot fouet. Fou est l’ancien nom du hêtre, dont les branches effilées font de bonnes badines. Fouailler : frapper de coups de fouet répétés, fréquentatif de fouetter.

Le fouet est un instrument composé d'une ou plusieurs lanières, généralement en cuir, et d'un manche. Le fouet peut être utilisé comme arme, comme instrument de torture ou pour l'exécution d'une peine prononcée par un tribunal mais il est surtout été utilisé pour le dressage et la conduite des animaux. L'usage habituel est simplement d'inciter, sans coups violents, un animal de trait à avancer plus vite. De plus le claquement du fouet sert à donner des ordres aux animaux.
A noter que le fouet claque parce que sa mèche franchit le mur du son.. !

Le fouet est un instrument très ancien .déjà connu dans l’Antiquité.




Le fouet noué à la française, parfois appelé « fouet cassé » a été le modèle le plus utilisé au XIXème siècle, comme en témoignent les nombreux modèles proposés dans les catalogues des fabricants. C’était le fouet d’usage courant de tous les professionnels, attelages agricoles, transports urbains, camionnage. Tous les meneurs de chevaux de trait l’utilisaient car il était solide et peu onéreux, à l’inverse du fouet anglais, luxueux et fragile.




Le manche : il est presque toujours de micocoulier (Celtis australis), lisse ou cordé, encore appelé « perpignan », du nom de sa région d’origine. Ce manche est verni ou peint aux couleurs de la région ou de la corporation de l’utilisateur.
La monture est à lanière pendante, nouée au manche par une accouple de cuir plat surliée à l’extrémité du manche. Elle peut être de cuir ou de corde de lin et sa longueur varie de 1m50 à 2m50, parfois plus.
Les poignées sont gainées ou non ; des bagues décoratives multiples ornent les manches lisses qui peuvent être peints aux couleurs des corporations. Ces fouets de commerce sont très prisés en Angleterre.






Depuis le 13ème siècle, et jusqu’aux années 1930, Sorède était la capitale du fouet français. Sorède est un gros bourg, près d’Argelès/mer dans les Pyrénées orientales.




Fabriqué au départ avec un faisceau de branches de hêtre, le fouet de qualité devait bientôt n’être fabriqué qu’en bois de micocoulier. C’est avec cet arbre que la renommée des fouets et les cravaches de Sorède atteignit le monde entier. Certains fouets étaient même appelés " Fouet Perpignan " dans toute l’Europe.

Au XVIIème siècle, à l’époque où le cheval était encore le principal outil de locomotion de l'homme, on se servait empiriquement de petites branches de cet arbre, dont on appréciait la souplesse, pour fouetter la croupe des chevaux d’attelage. Dans les Pyrénées-Orientales, la famille Massot va utiliser la propriété de ce micocoulier – qui peut être déformé à chaud et conserver sa nouvelle forme après refroidissement – pour fabriquer des cravaches et des fouets. Elle implante à Sorède, un village au
pied des Albères, une fabrique qui va connaître une expansion très rapide.



Outre Massot ,plusieurs usines fabriquaient des fouets : on peut citer : Jarlé, Jean Dispan, Pierre Cadène, Rabasset-Giret, Ducoup de St Paul et Cie, La Société Sorèdienne H. Chêne…



Le micocoulier va alors être planté à tour de bras dans la région Le micocoulier de Provence(Celtis australis L.) est un arbre de la famille de l’orme, du groupe des ulmacées. Des dizaines d’hectares verront le jour en bordure des ravins des Albères et du Vallespir, car l’arbre aime les zones ombragées.






A titre indicatif, un hectare en pleine production, régulièrement arrosé et élagué peut produire 3000 tiges ou barres qui devront sécher deux ans à l’air libre avant d’être contrôlées et débitées puis fendues en quatre pour les manches qui seront cordés au dessus de la poignée ; les autres sont rendus cylindriques et effilées, à la main ou à la machine, avant d’être redressés à la vapeur ; Ponçage, vernissage ou laquage terminent les finitions . Les poignées seront gainées, des accouples ligaturées a à l’extrémité supérieure, et les montures de cuir tressé mises en place pour les fouets d’attelage selon les méthodes classiques.
Jadis, chaque province et chaque profession exigeait des fouets aux couleurs spéciales ou garnis de clous, bagues et anneaux, pompons de laine, peau de blaireau. on retrouve ces détails dans les catalogues anciens.




Italiens et espagnols produisirent aussi des perpignans cordés, on reconnaissant les fouets italiens par leur enroulement des brins qui se faisait à droite, français et catalans le réalisant vers la gauche.


Mais avec l’avènement du tracteur et l’abandon du fouet, après la deuxième guerre mondiale, cette industrie locale bat de l’aile.

C’est en 1981 qu’un Centre d’Aide au Travail à Sorède décide de faire revivre l’artisanat du fouet, partie intégrante du patrimoine catalan. Il est donc à l’origine de la relance de la micocouleraie qui représente environ 150 hectares en Pays Catalan. Les handicapés de ce centre fabriquent fouets et cravaches dont, entre autres, les célèbres cravaches" Hermès ".


Cravaches Hermes en bois de micocoulier.



Fabrication

Pour le travail du bois, un séchage de deux ans est nécessaire




Le micocoulier est d'abord débité dans le fil, coupé en deux jusqu'à l'obtention d'une ébauche de manche avec quatre brins découpés.



Ceux-ci sont cylindrés pour être rendus coniques



Le tressage se fait par système d'étuve à vapeur. Le treissaire cale une poignée de l'ébauche dans une douille fixée a sa ceinture de cuir. Il faut alors tourner le tourne-à-gauche.



L'ensemble est maintenant torsadé et posé dans un râtelier pour sécher.



Après le ponçage et le vernissage, les lanières en cuir sont tressées pour fabriquer les fouets



Pour les cravaches, la finition consiste à poser une accouple en cuir avec une ligature à la française en fil poissé, collé à l'extrémité du manche.


(Sources : http://www.fabrique-micocouliers.com/boutique.php
http://www.jbwhips.com/Fouets-J-B-Whips.html )


Si les fouets de Sorède avaient une renommée internationale, d’autres régions de France en produisaient. Par exemple en forêt de l’Argonne, dans la vallée de la Biesme. surtout à Bellefontaine ( petit hameau de Futeau en Meuse) les brintiers fabriquaient des manches de fouet, faits avec des brins de houx, de néflier sauvage et d'aubépine. Ces fouets s’exportaient également.


Bonne journée.


:bisou:



christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 29 juillet 2010 19:04



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
j'ai trouvé un acte bizarre
(il me semble qu'il y avait une file pour les perles !!)




une partie en allemand ?

et l'autre ,il me manque un mot

mon fils apprenez que le premier devoir de la
Justice ------ Dieu comme votre créateur


patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Yves.G389
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 29 juillet 2010 19:48


Inscrit le: 25/01/2007
Messages: 448
oui il y avait une file pour "les perles" mais la "justine" a réussi à la détruire !! et c'est elle qui demande réparation!!!!
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 29 juillet 2010 20:14



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
merci Yves ,je vais laisser mon acte ici ,

je ne voudrai pas réveiller la Justine !!

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 30 juillet 2010 10:39



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Je ne déchiffre pas non plus ton mot Christophe.......

Certains métiers déjà vu manquent d'illustrations. C'est le cas pour....

Charretier

vu en p 4


Avant que l'industrie automobile ne se généralise, le charretier transportait des marchandises au moyen de charrettes attelées à des bœufs ou des chevaux .On parle aussi de rouliers et voituriers. Aujourd'hui, cette profession a disparu au profit des chauffeurs routiers.











Bonne journée.


:bisou:

christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 30 juillet 2010 13:35



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
coucou,il fait beau chez moi

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 30 juillet 2010 17:38



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonjour christophe, bonjour Bénédicte, bonjour Yves...:bisou:

Je viens de finir de lire le livre de cette file.Book transpire
Beau travail !bravo Bravo à toutes et à tous !Thumb Up bravo
Christophe, ici aussi il fait beau.Mr. Green ouioui
A plus.
Sylvie.G217
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 30 juillet 2010 17:42


Inscrit le: 29/12/2005
Messages: 745
Bonjour Bénédicte, je viens d'aller à la page 15 et dans la liste je n'ai pas vu "le chauffeur de forges" ou peut-être est-il dans une autre page.
Pouvez-me dire si vous l'avez déjà illustrer? Cela vous éviterait d'en reparler.
Sylvie
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 30 juillet 2010 19:30



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour Sylvie

Nous avons vu le forgeron et le maître de forges en p 81 mais pas le.....

Chauffeur de forge

Personne chargée d'entretenir le feu d'une forge et de porter le métal à la bonne température pour être martelé.




Bien sûr, il ne s'agit pas du travail dans une petite forge artisanale.

En général il travaille dans une grosse forge, dans l'industrie metallurgique, où règne une division des tâches propre au monde industriel.

Au XIXème siècle ,le chauffeur porte le métal à la bonne température dans le four qu'il alimente par 600 pelletées de charbon de forge quotidiennes. L'ambiance y est torride et bruyante (nécessité de boire jusqu'à 5 l d'eau par jour).


Autrefois le chauffeur de forge était appelé le Maître du Feu.

Un lien qui peut vous donner une idée du travail d'un chauffeur de forge au XVIIIème siècle:

http://books.google.fr/books?id=agraGDaxDk8C&pg=PA211&lpg=PA211&dq=chauffeur


Bonne soirée.


:bisou:



christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 30 juillet 2010 19:49



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonne soirée

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Sylvie.G217
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 30 juillet 2010 22:50


Inscrit le: 29/12/2005
Messages: 745
Merci bénédicte et bonne nuit
Sylvie
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 31 juillet 2010 06:22



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
salut la compagnie

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Serge.S273
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 31 juillet 2010 09:49



Inscrit le: 10/05/2007
Messages: 3 217
Bonjour.

Au hasard de mes pérégrinations dans de vieux papiers,

Un métier qui m’est cher, dans l’acception économique de ce qualificatif, bien entendu :

Percepteur ou collecteur d’impôts.



in : Magasin Pittoresque, Tome IV, n° 31, juillet 1836, Métiers des anciens Égyptiens. pp.243/246.

L’article cite également des sculpteurs, mais cela, on s’en doutait bien.

Cette image pour illustrer l’arbre d’un éventuel collègue qui aurait déniché un aïeul dans cette époque lointaine, en Égypte et collecteur d’impôt de surcroît !

Le métier est fort ancien. Ces braves gens qui géraient les richesses collectées inventèrent même le calcul et l’écriture, il y a quelques milliers d’années, en Mésopotamie, pour se faciliter le travail. Ah ! Ces braves gens, sans eux, je serais incapable de vous écrire et je ne paierais pas d’impôts, avec volontairement la marque du pluriel.

Au fait, quel est le rigolo qui substitua, dans les années 80 je crois, le mot : « impôt », à celui, plus noble car suggérant le libre consentement du citoyen, de : « contribution ». Ce sont en effet les pères de notre Révolution qui supprimèrent l’impôt pour le remplacer par la contribution citoyenne aux frais de la Nation.

Seul invariant : le Percepteur !

Snif ! Snif !
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 31 juillet 2010 11:18



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Sylvie,Jean Marc, Christophe, Serge.....

Nous avions vu le collecteur d'impots en p 27, mais nous n'étions pas remontés aux Egyptiens...!
Ça doit être un des métiers parmi les plus vieux depuis que l'humanité vit en collectivité.

Autre métier.....

Marchand de pétrole

Il sillonnait les rues avec sa charrette équipée d'une citerne remplie de pétrole, charrette à bras ou tractée par un cheval.
Il soufflait dans sa corne ou agitait une grande cloche et les ménagères venaient remplir leur cruche de deux ou cinq litres de pétrole pour l'éclairage.




Apparue vers 1853, la lampe à pétrole est un luminaire constitué d'un réservoir contenant du pétrole lampant (distillat de pétrole), qui monte vers le bec grâce à une mèche. Le tout est surmonté d'une cheminée de verre.Elle remplace avantageusement les lampes à huile et les bougies.



Toute la seconde moitié du 19ème siècle a été dominée par la course au pétrole, clé de l’éclairage. Cette course, commencée aux Etats-Unis, s’étendit peu à peu aux territoires où des indices évidents de pétrole avaient été décelés : Russie (mer Caspienne), Indonésie… Au début du 20ème siècle, l’essentiel de la production pétrolière provenait de ces trois régions.




Affiche de 1900

Maurice Fenaille (1855-1937) était un pionnier de l'industrie pétrolière.
Son père, qui s'était associé en 1853 avec un négociant en graisses, s'associe en 1855 avec deux autres personnes, introduit dans le commerce la fameuse Saxoléine, huile de pétrole destinée à l'éclairage. C'est le début de l'ère pétrolière.En 1881, Maurice Fenaille, entré dans l'entreprise quelques années plus tôt, part travailler aux États-Unis dans la filiale de Fenaille et Despeaux installée à New York.Lorsque son père décède en 1883, il revient en France et il lui succède à la tête de l'entreprise; il ajoute à la Saxoléine, l'Oléonaphtine et le Saxol, deux lubrifiants, ainsi que le Benzo-moteur, essence pour voitures et avions.L'entreprise continue à se développer en même temps que l'utilisation du pétrole dans la vie courante; elle est renommée "La Pétroléenne", avant de prendre en 1936 le nom de "Standard Française des Pétroles", puis, en 1952, de "Esso Standard".


Tandis que les progrès de l'électricité et du gaz suivent leur cours, l'utilisation régulière de lampes traditionnelles dans les foyers participe à la mise au point de lampes toujours appréciées fournissant une lumière chaude et conviviale. on aurait pu imaginer leur soudaine disparition, mais au contraire, cette diversification de l'éclairage insuffle une impulsion nouvelle dans l'évolution des lampes communément désignées sous le nom de "lampes à pétrole".
L'implantation progressive du gaz, puis de l'électricité est réservée aux agglomérations importantes. Sur le territoire, nombreux sont les foyers isolé, les petites communes, les campagnes, utilisant encore les lampes à pétrole pour seule source d'éclairage, et ce, jusque dans les années 40 où la généralisation des implantations électriques couvrira la plus grande partie du territoire.





Bonne journée


:bisou:



Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 31 juillet 2010 17:59



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonjour Bénédicte, bonjour Christophe, bonjour Serge.:bisou:

Serge, vous parliez d'un certain Percepteur.quoi Trés bien. Pourt éviter toute confusion, vous parlez ce cet illustre inconnu qui se permet d'écrire un courrier à de nombreuses personnes qui n'ont rien demander à personne dont moi ?quoi
Si vous avez l'occasion de le rencontrer, pourriez-vous lui demander d'arrêter de m'écrire des choses désagréable ?Mr. Green C'est vrai quoi, je ne le connais ni d'Eve ni d'Adan et il se permet de m'écrire pour me demander de l'argent !quoi carton Mr. Green
A plus.
Corinne.B1289 (du 28)
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 31 juillet 2010 21:07


Inscrit le: 26/06/2009
Messages: 248
Bonsoir à tous,

bravo pour votre file Book

Christophe,je lis sur votre acte "la relie à"etrange ?
Sinon, une personne de ma famille est allemande et je la vois fin août: si vous pouvez attendre un peu, je veux bien lui demander pour les autres actes.

Bonne fin de week-end ensoleillé,
Corinne
https://www.famillecorbet.fr
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 31 juillet 2010 21:39



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
merci Corinne pour les mots manquants ,

cela devient un sujet de philosophie maintenant :

mon fils apprenez que le premier devoir de la
Justice la relie à Dieu comme votre créateur


Pour les traductions ,
je veux bien pour l'instant je n'ai aucune autres réponses

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Serge.S273
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 31 juillet 2010 22:15



Inscrit le: 10/05/2007
Messages: 3 217
Jean Marc,

Bonsoir.

Je me suis contenté de commenter une image du Magasin Pittoresque représentant une collecte d’impôt dans l’Égypte antique et d’ironiser, un peu facilement je l’admets, sur le métier de percepteur en général, cela sans allusion à une personne particulière.

J’ignore donc absolument quel rapport mon dernier message peut avoir avec un inconnu que vous semblez vous-même ne pas connaître et dont j’ignorais l’existence jusqu’à ce que je vous lise.

Amitié.
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 1 août 2010 07:12



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
Bonjour

Serge ,Jean Marc faisait de l'Humour

il parle du service des Impôts ,
qui nous écrit sans que l'on ai rien demandé
et qui nous réclame de l'argent


patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Serge.S273
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 1 août 2010 07:44



Inscrit le: 10/05/2007
Messages: 3 217
Christophe,

Merci de m'éclairer et bravo à Jean Marc...

Car je n'ai pas marché, j'ai couru !

C'est tellement bon de dénigrer nos petites misères du quotidien. Mais où avais-je la tête ? De toute évidence je suis moi-même harcelé par cet individu qui fait mieux que me réclamer : il me ponctionne régulièrement et chèrement !

Tiens, de rire, ma tension baisse !

Amitié.
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 1 août 2010 10:51



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonjour Serge, bonjour Christophe, bonjour Bénédicte, bonjour Corine...:bisou:

Merci Christophe de ton intervention.super Il en va sans dire que j'aime la plaisanterie.Laughing

Pour la fin des vacancespleure , le soleil fait de brèves apparitions en IDF.:Blink Pourvu qu'il ne pleuve pas.carton
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 1 août 2010 10:53



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Un petit bain de mer ?





Bon dimanche.


:bisou:
Serge.S273
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 1 août 2010 17:40



Inscrit le: 10/05/2007
Messages: 3 217
Bonsoir.

Toujours les vacances…



Avec un emprunt aux collections publiques.

Jean-Haffen (Yvonne). Plage du Tréport. Dessin, vers 1950. Coll. Dinan, Maison d'artiste de la Grande Vigne.

Bonne soirée.
Serge.S273
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 1 août 2010 18:06



Inscrit le: 10/05/2007
Messages: 3 217
Christophe,

Bonsoir.

En chinant, ce matin à Juvisy, ce petit témoignage :



(Texte au verso : Pirogue Postale en Guyane. Pour assurer la distribution du courrier, René Ghiglione, gérant de t'Agence Postale de Pompidou·Papaïchlon, partant de Maripasoula. remonte trois fois par semaine le Haut -Maroni et ses rapides, au coeur de la forêt amazonienne.)

Mais, ne serait-ce pas une bonne idée pour distribuer le courrier dans le Marais Poitevin ? J'ai toutefois une question : le passage des rapides doit tout de même présenter quelques difficultés. À ma connaissance, de Saint Laurent, la seule route vers le sud rejoint seulement le village de Apatou, ensuite il n'existe qu'une simple piste ou le fleuve effectivement utilisé comme voie de communication.

Bonne soirée.
Serge.S273
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 1 août 2010 18:43



Inscrit le: 10/05/2007
Messages: 3 217
Apatou.

Le village, au bord du Maroni, semble au bout du monde. Une bonne route, bien revêtue arrive jusque là, puis c’est la piste encore carrossable dans les limites de la localité assez étendue, comme sur cette photographie (octobre 2009) :



Ensuite des layons dans la forêt ou le fleuve.
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 1 août 2010 19:14



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
oui Serge ,j'avais déjà cette photo ,mais pas aussi nette ,

je suis dans le Bocage vendéen donc petite rivière ,la pirogue est trop longue

bonne soirée ,je suis rentré au moulin ,je suis fatigué de la route

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 1 août 2010 19:20



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Serge, plus je vous lisBook , plus je me renconte que vous avez parcourus moultes terres connues et moins connues!fou N'auriez-vous pas été dans une vie antérieur pisteur ou explorateur ?Question
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 2 août 2010 05:53



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonjour,une nouvelle semaine

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 2 août 2010 11:21



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Un autre métier:



Pétissier

Orfèvre créateur de couverts en argent.




Fondée en 1690, la maison Odiot se consacre au commerce de la vaisselle d'or et d'argent, mais n'en produit pas. Le premier membre de la famille devenu orfèvre est Jean Baptiste Gaspard Odiot sous le règne de Louis XV, il fut reçu maître en 1720 et fut reconnu comme l'un des meilleurs orfèvres de son temps.


Service de table en argent et vermeil.Maison Odiot.

Petite histoire des couverts

La cuillère (ou cuiller) : ustensile formé d'une partie creuse et d'un manche plus ou moins long, utilisé pour puiser, manipuler, servir ou déguster des aliments le plus souvent liquides. Son usage est immémorial. Le matériau le plus courant était le bois. Son emploi devient fréquent au Moyen-âge, mais après celui du couteau.

Le couteau : dès la préhistoire, l'homme a utilisé le couteau silex. Les premières lames furent en bronze, puis en fer. Jusqu'à la fin du XVIe siècle, le couteau servait à la fois à couper et à piquer les aliments dans le plat, ainsi qu'à trancher le pain ; c'était un objet personnel que l'on portait à la ceinture. Les premiers couteaux à bout rond apparurent vers 1630, les règles du savoir-vivre imposant alors de ne pas se curer les dents avec la pointe de son couteau. Au XIXème siècle, pour répondre à un plus grand raffinement de la gastronomie, la panoplie des couteaux de table s'élargit au, couteaux à dessert, fruits, fromage et beurre...





La fourchette : bien que connues dans l'Antiquité, les fourchettes n'étaient utilisées par les Grecs et les Romains que pour présenter au feu le pain ou les viandes qu'on voulait griller (peut-être les termes furcilla ou furcula signifiant petite fourche désignaient-ils ces accessoires).
Au moyen Age, la fourchette n'avait que deux dents et était un objet aussi rare que luxueux, avec un manche en cristal ou en ivoire. jusqu'au milieu du 17e siècle en France, on mangeait avec ses doigts. la fourchette fut introduite par la reine Catherine de Médicis, au 16e siècle, et apparut à la table de son fils; le roi Henri III. Invité à quelques festins de la noblesse vénitienne par le doge, Henri III fut intrigué par un ustensile de table qu'il n'avait encore jamais vu: un manche finement ouvragé en corne, en ivoire ou en pierre dure, prolongé par deux dents effilées. Cet accessoire ingénieux qui se nommait "fourchette (petite fourche) présentait le double intérêt de piquer les viandes plus élégamment qu'avec ses doigts ou la pointe d'un couteau, en évitant de tacher cette fraise tuyauté et empesée que la mode imposait de porter autour du cou.
L'usage de la fourchette pour porter l'aliment de l'assiette à la bouche ne s'installa qu'à la fin du 18e siècle.

A noter qu’en termes professionnels, le "couvert" désigne seulement la fourchette et la cuillère.


Fabrication des couverts en argent et en métal argenté.

Il n'y a pas si longtemps dans les maisons, on réservait un jour pour l'argenterie. Traduisez, pour la nettoyer. Malgré ce petit inconvénient, le métal argenté a la préférence quand il s'agit de choisir une "Ménagère". De nombreux jeunes mariés inscrivent d'ailleurs les couverts en métal argenté sur leur liste de mariage.

Jusqu'au 19éme siècle, lorsque l'on parlait d'argenterie on parlait d'argent massif.
Cependant, outre son coût élevé, l’argent de par sa relative souplesse n'était pas vraiment adapté aux contraintes que subissent des couverts.
Ce que l'on appelle argent massif est donc en faite un alliage car il est composé principalement d'argent pur avec un faible pourcentage de cuivre. Le titre de l'argent est le pourcentage de métal précieux. Il existe 2 titres : 1er titre (depuis 1549) : 950/1000e, cela veut dire qu'un objet en argent de 1kg contient 950g d’argent + 50g de Cuivre (liant) et 2e titre : 800/1000e.

Fabrication de couverts en argent massif:

on utilise des lingots d’argent massif 950 millième.
L'orfèvre détermine la longueur et l'épaisseur du lingot d'argent à travailler selon le type de couvert à réaliser.





Ensuite ce lingot recevra successivement plusieurs coups de marteau de forge, alternés par un recuit au chalumeau lui redonnant toute sa malléabilité.














Après ces nombreuses "passes", l'orfèvre confronte le lingot forgé au gabarit et à la matrice.



Après quelques réglages à froid, la pièce est frappée entre deux matrices sous une presse à balanciers.







Le couvert est ensuite ébarbé, limé et peut être alors inculpé du poinçon de maître et du poinçon de titre : Minerve.





Après polissage les couverts trouveront toute leur beauté.



( http://www.orfevrerie-richard.com/orfevrerie-paris.php )

A partir de 1838 les pièces portent seulement 2 poinçons :
-le poinçon du maître orfèvre ; il comporte désormais deux initiales dans un losange.

-le poinçon de titre : il s’agit d’une minerve, debout, tête à droite dans un cadre chanfreiné à simple listel. Il porte le numéro 1 pour le premier titre et le numéro 2 pour le second titre.




Parfois on utilise un alliage d'argent qui est réargenté en surface, mais même ainsi, le coût encore très élevé en fait un produit de luxe.


Il existe des procédés d’imitation de l'argent massif :

Très tôt on pense à argenter des métaux présentant des caractéristiques mécaniques plus intéressantes tels que le cuivre ou l’étain.

-D’abord on utilise le métal plaqué : il s’agit de la superposition d’une plaque au 1/10e de laiton ou cuivre appliquée par laminage sur une feuille d’argent.

-Puis le métal argenté

Soit argenté au mercure : on dissout de l’argent dans du mercure à amalgame qui est étalé sur l’objet, on chauffe, le mercure s’évapore et on poli l’argent. Il peut être amati vers 1830. Technique arrêtée en 1840 à cause de la toxicité pour l'homme des vapeurs de mercure !

Soit argenté par galvanoplastie/électrolyse.
C’est à un français M. de RUOLZ et à un anglais Sir ELKINGTON que l’on doit la découverte de l’argenture par électrolyse en 1841. Ce procédé breveté fut racheté en 1841 par Charles CHRISTOFLE à prix d'or pour argenter et dorer des pièces fabriquées par d'autres orfèvres. L'électrolyse sonna le glas de l’orfèvrerie plaquée. Le substrat de base, le cuivre rouge, fut vite remplacé par le laiton puis par le maillechort, alliage de cuivre, zinc et nickel des la seconde moitié du 19éme. Ce type d'orfèvrerie se développa très rapidement et notamment après que NAPOLEON III décida d'en équiper le Palais des Tuileries.
La couche d'argent déposée était alors très variable du plus épais au moins épais.
Les couverts pauvres, ceux qui seront bon marché, ne sont plongés qu’une ou deux fois dans le bain d’électrolyse, les autres y sont plongés trois fois, pour que l’argent reste longtemps.
Afin de se protéger des produits de médiocre qualité importés des Pays d'Asie ou d'ailleurs les orfèvres de France imposèrent une réglementation au début des années 1980.
Depuis juillet 1983, I’ appellation " METAL ARGENTE " est soumise en France à une réglementation très stricte. Celle-ci détermine deux niveaux de classe en fonction de l’épaisseur moyenne du dépôt d'argent et du type de pièces. Le poinçon carré ne pourra être apposé que sur les pièces répondant à ces critères. Les normes internationales et européennes sont inférieures aux critères de la loi française.


Le métier s’exerce en atelier.

Parfois les orfèvres sont équipés d'un tablier destiné à recueillir les résidus de métal précieux. Toutes les phases de production nécessitent une grande précision du geste et une attention constante.


Bonne journée.


:bisou:


Serge.S273
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 2 août 2010 11:29



Inscrit le: 10/05/2007
Messages: 3 217
Bonjour.

Le 2 août 1914, à Épinal, commençait le regroupement des réservistes, l’ordre de mobilisation générale ayant été affiché la veille ; voir à ce sujet le forum des Vosgiens.

Un métier, disparu seulement depuis peu, puisque ma génération l’exerça, fut donc remis à l’honneur :

Réserviste.

Une plaisanterie amère à ce sujet : le temps de travail n’était pas limité à 35 heures.

Bonnes vacances néanmoins.
Répondre |  | 

Aller au forum