Forums

 
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15 - Filae.com
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 27 juin 2010 11:30



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Un métier que l'on ne voit qu'en temps de crise grave.....


Marchande de chiens chats rats et souris



Bon dimanche.



:bisou:
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 27 juin 2010 12:42



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonjour à tous

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 28 juin 2010 09:21



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
bonjour à tous

Panneleur

Artisan qui fabrique des panneaux de bois, sculptés ou pas, pour des meubles ou des tableaux peints.


Les États de la société, enluminure de Jean Bourdichon, France, fin du XVe siècle. Paris, BnF, département des Manuscrits, Français 2374, fol. 1v

Il s’agit en fait d’une spécialité du métier de menuisier.

-Panneaux pour meubles :

Aux XIVe et XVe siècles, apparaissent les meubles à boiseries et à panneaux.
Le coffre gothique, par exemple ,est presque toujours constitué de montants et de traverses assez épais, assemblés à tenons et à mortaises dans lesquels sont embrevés, à rainures et à languettes , d’étroits panneaux de bois. Les avantages de ce procédé sont multiples. Il permet l’emploi de bois moins coûteux puisque de petite dimension, et d’épaisseur moindre ; les panneaux peuvent subir sans inconvénients les différences de chaleur ou d’humidité, puisqu’ils jouent librement dans les feuillures ; le coffre ainsi construit est plus léger que les coffres précédents ; enfin, les panneaux se trouvant en retrait sur les bâtis, sont davantage à l’abri des chocs et les sculptures peuvent être d’un relief plus accentué. N’oublions pas, en effet, que même au XVe siècle, le coffre doit être essentiellement transportable


Coffre gothique. Musée de la ville de Cognac.


-Panneaux pour tableaux peints :
Vers la fin du Moyen Âge, les polyptiques sont encore peints sur bois, voire certains sur les deux faces (Maestà de Duccio) pour leur déambulation processionnaire.
À la Renaissance artistique, beaucoup d'œuvres sont encore peintes sur panneau de bois comme La Joconde de Léonard de Vinci sur peuplier, avant l'avènement de la toile de lin sur châssis et surtout de la nouveauté de la peinture à l’huile qui se systématise et qui remplace la tempera moins pérenne.
La peinture sur toile rendra le tableau plus transportable que le panneau de bois fragile et lourd.


La Joconde.

Bonne journée.


:bisou:


christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 28 juin 2010 14:21



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
coucou,Bénédicte ,je suis là moi!!! ,avec tous mes messages

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 28 juin 2010 14:22



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
coucou,Bénédicte ,je suis là moi!!! ,avec tous mes messages

et la liste est encore en page 15


patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 28 juin 2010 19:24



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Jean Marc,Christophe, je sais bien que je ne suis pas toute seuleLaughing Laughing

et j'apprécie votre compagnie:bisou:



Bonne soirée

:bisou:
Christophe.R258
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 28 juin 2010 19:37


Inscrit le: 28/02/2006
Messages: 109
ah oui Bénédicte,pour retrouver les articles correspondant aux numéros de pages annoncés en page 15 ,j'avais pas compris ton problème

Jean Marc l'important c'est que tu ailles mieux ,le temps perdu pour rien c'est moins grave

Yves.G389
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 28 juin 2010 20:00


Inscrit le: 25/01/2007
Messages: 448
Oui ,mais si Jean a effacé tous ses messages ,c'est qu'il était exaspéré par cette....Justine qui embete tout le monde sur d'autres files en particulier la sienne : "Perles Généalogiques" ou il a été copieusement insulté par cette malade !!
Annick.C15
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 28 juin 2010 20:04



Inscrit le: 02/08/2005
Messages: 1 877
Bonsoir à tous!

Christophe, mes parents ayant une maison à la Tranche sur Mer, à l'époque 1975! nous avions des chats et un colley qui faisaient , en été, leur 60km en voiture, pour venir "en vacances" pendant 3 mois!

Le chat fut mordu à la patte par une vipère et la chienne, avec son long nez, sur le museau!
Les visites chez le véto on connaissait, et en plus dans le frigo, on avait une dose de sérum pour les morsures, au cas, où l'un d'entre nous se ferait piquer!

Même une voisine, en récoltant ses échalottes s'était fait mordre et elle en était morte!

Maintenant, je me méfie encore...même si la forêt a disparu!

Bonne soirée à tous

amicalement

Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 28 juin 2010 21:13



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonsoir Christophe, bonsoir Yves, bonsoir Annick.:bisou:

Allez, courage Bénédicte! Jump Ne te laisses pas désarmé ainsi !Angry Le travail que tu fais est un travail de Titan, mais tellement inspensable pour ceux qui sont de passage sur notre fil.bravo bravo bravo super
Bonne soirée, il faut que je répertorie mes divers documents pour demain ...Rolling Eyes Sad
Serge.S273
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 29 juin 2010 08:07



Inscrit le: 10/05/2007
Messages: 3 217
Bonjour.

Je prends de nouveau la route, avec mes Guyanais-Bretons récupérés dimanche matin, vers la Bretagne.

Je serai donc moins bavard les jours prochains, surtout en raison de l'éloignement de ma bibliothèque dans laquelle je puise habituellement mes informations. Cependant, j'emporte toutjours dans mon pc une bonne documentation ; je ferai avec...

Un forum, cela fluctue inévitablement, alors restons calmes.

Amitié.


Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 29 juin 2010 14:07



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
bonjour Serge, bonjour Annick, bonjour Yves, bonjour Christophe, bonjour Bénédicte.:bisou:
Serge, bonne route, faites bien attention : le danger vient souvents des autres !Shocked Et d'autres part, les routes des vacances sont de retours avec ses contrôles, à commencer par la vitesse.Mr. Green
A plusWOW
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 29 juin 2010 22:42



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonne nuit

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 30 juin 2010 12:49



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonjour Christophe, bonjour Bénédicte.:bisou:

Pour faire remonter la file.Thumb Up
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 30 juin 2010 14:45



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Bon j'ai refait la liste... il y a peut-être encore quelques petites erreurs... je corrigerai peu à peu...



Bonne journée.

:bisou:
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 30 juin 2010 16:09



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Chapeau bas Bénédicte !!bravosuper bravo bravo

Si, vraiment tu as fais un travail de titan ! Un grand bravo.ouioui Thumb Up
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 30 juin 2010 23:09



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonne nuit ,moi aussi je remonte

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 1 juillet 2010 08:49



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonjour Christophe, bonjour Bénédicte.:bisou:

C'est un peu désertique sur le fil depuis quelques jours!quoi

A plus.
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 1 juillet 2010 09:30



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Les soldes ont commencé....aujourd'hui deux métiers pour le prix d'un !!



Rentoileur

Personne qui fait des rentoilages



Le sens du verbe rentoiler a subit une évolution au cours des siècles.

1. 1449 « mettre une toile neuve à un objet rembourré » (Compte d'ouvrages, 5e Somme de mises, A. Tournai ds GDF. Compl.);

2. 1690 « renouveler la toile qui garnit une dentelle » (FUR.);

3. 1793 « transporter sur une toile neuve une peinture dont la toile est tout à fait usée » (SCHWANN, Nouv. dict. de la lang. all. et françoise


Le sens nº2 ne donne pas lieu à un métier particulier

En ce qui concerne le premier sens, on fait appel actuellement à un tapissier.





A noter qu’au début du siècle dernier, on pouvait voir , faisant partie de la grande famille des marchands ambulants, des rempailleurs et rentoileurs de chaises qui allaient de village en village, exerçant leur art sur les marchés ou chez les particuliers.


Actuellement, il ne reste que le troisième sens pour le rentoileur :

Personne qui fixe un tableau sur une toile neuve pour le renforcer.



Métier né au XVIIIe siècle. La technique est minutieuse : sur une toile de lin, il consolide par marouflage la couche picturale de tableaux dont le support est trop fragilisé - par l’humidité ou des déchirures - pour assurer une conservation de l’œuvre.



La technique du marouflage est attestée depuis 3000 ans et a beaucoup évolué. Elle consiste en général à appliquer une couche de colle à la fois sur le support et au dos de la peinture, cette dernière est ensuite pressée, par exemple au moyen d'un rouleau, de façon à éliminer les bulles d'air qui auraient pu se loger entre les deux surfaces.



En Occident, la colle de peau fut le principal liant utilisé jusqu'à l'apparition de procédés de marouflage utilisant la céruse à la fin du XVIIIe siècle elle-même abandonnée en raison de sa grande toxicité pour les colles polyvinyliques ou polyacryliques.



Maroufleur


Décorateur spécialisé dans la fixation de peintures sur un support rigide.

A noter que si le rentoileur utilise la technique du marouflage, le maroufleur utilise la technique pour fixer une feuille de papier ou une toile peinte sur un support plus rigide (un panneau de bois , un mur, une plaque de verre) .Il s’agit alors d’une technique de décoration (vitrine ou murs d’une boutique, une maison etc….)



Par exemple, les boulangeries de Paris à la fin du XIXe siècle et au début du XXe ont fait appel pour décorer leurs boutiques à des équipes composées de plusieurs personnes dont un maroufleur. Les décors de boulangerie sont peints sur des panneaux mis sous verre. Ce procédé a l'avantage de livrer des décors faciles d'entretien et s'inscrit dans l'engouement pour les matériaux propres, suscité par les découvertes de Pasteur : céramique, marbre et verre.
Ces décors peints sont encore nombreux à Paris.


Actuellement un maroufleur est aussi un technicien spécialiste de la pose de moquette et tapisserie dans l’industrie automobile.

Bonne journée

:bisou:


Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 1 juillet 2010 09:57



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Ahhhhhhhhhh. Ca fait du bien de voir un peu de monde.super

Bénédicte, il y avait également les rémouleurs qui allaient de village en village.Mr. Green

Quand j'étais encore enfant, j'allais en vacances chez ma grand-mère paternel, j'entendais ces gens qui appellait la population pour aiguiser leur couteaux, outils de jardinage...
J'ai également ouie dire que l'un d'entre eux avait demnder un banc à ma grand-tante, habitante de Louvemeont(52), pour se mettre à l'ouvrage . D'aprés mes vagues souvenirs de gamin, le travail effectué n'était ni fait, ni a faire... carton quoi

Rémouleur : page 10 et 38
Sylvie.G217
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 1 juillet 2010 15:36


Inscrit le: 29/12/2005
Messages: 745
Bonjour Jean Marc, avez-vous repris le travail?
Comme vous dites cela fait du bien de voir à nouveau du monde. Je vous lis tous les jours.

Sylvie
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 1 juillet 2010 17:59



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonjour Sylvie.:bisou:
Heureux de vous lire et de voir que quelqu'un nous a rejoind.super

Votre Shérif reprendra le travail lundi à 13h00 avec un avis favorable du médecin de l'administration super mais avec un aménagement de mon poste pour 30 jours.Blink
Honnêtement, je ne me vois mal régler la circulation avec un résidu douloureux de mon entorse cevicale qui prend naissance à la base du cou, descend au niveau de l'aisselle gauche, poursuit dans le bras et fini dans la main gauche...quoi
Ce ne sont pas mes amis automobilstes et commerçants qui s'en plaindront Mr. Green : je suis sévèreExclamation , mais je pense être juste avec tout le monde.Razz
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 2 juillet 2010 06:05



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
Bonjour


J-2 pour les Vacances et J-4 pour la reprise de Jean Marc ah ! ah !!



patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 2 juillet 2010 09:17



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Ne sois pas cruel Christophe!!Cool

Un métier.....

Moussier



Ce travail se pratiquait au XIXème siècle, souvent en famille. Le moussier récoltait la mousse des sous-bois, la triait, la nettoyait, la mettait en ballots de toile.



La mousse était destinée aux fleuristes, aux marchands de fruits et légumes pour embellir des corbeilles, des vitrines ou des étals.




Bonne journée


:bisou:
Serge.S273
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 2 juillet 2010 09:30



Inscrit le: 10/05/2007
Messages: 3 217
Bonjour,

Un métier comme un autre...



Vacancier !

Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 2 juillet 2010 11:38



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bien sûr Serge...

voir vacancier p61.

Bonnes Vacances!


Il existe également d’autres ramasseurs de « mousse » : mousse d’arbre et mousse de chêne. Ce sont en fait des lichens, destinés principalement à la parfumerie.



La parfumerie appelle Mousse de Chêne, un lichen (Evernia prunastri) qui se développe sur le tronc et les branches de plusieurs essences d’arbres selon les conditions de lumière et d’humidité.




Son nom vulgaire ou latin est quelque peu restrictif; la mousse de chêne ne pousse pas que sur le chêne ou le prunellier, loin s’en faut. En réalité, elle adopte l’écorce de nombreux autres feuillus d’Europe, d’Afrique du Nord et d’Amérique du Nord, ainsi que le tronc des vieux arbustes, les troncs abattus et les vieilles souches. Plus rarement les rochers.
La "Mousse d’arbre" (Pseudoevernia furfuracea) est récoltée sur les troncs des conifères des régions montagnardes (pins sylvestres par exemple)




Le ramasseur doit, à l’aide de simples gants ou d’un outil, gratter les troncs et les branches, afin de récupérer le maximum de lichen. La cueillette, qui a lieu au cours de l’hiver, reste marginale en raison de ces conditions de travail.
La « mousse » doit être ensuite nettoyée et séchée. Elle est ensuite compactée en balles et envoyée aux parfumeurs.



L’absolue mousse de chêne, obtenue par extraction aux solvants, est la base des accords fougère et chypres. Elle a des tonalités complexes de moisi, sous-bois, champignon, légèrement fumée et terreuse, mais apporte beaucoup de chaleur et de sensualité à un parfum.
Le caractère olfactif terreux de la mousse d’arbre en fait une note de fond intéressante dans les compositions vertes, boisées et chyprées. L'absolu de mousse d'arbre est également utilisé dans les parfums comme fixateur.



:bisou:


Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 2 juillet 2010 17:05



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonjour Bénédicte, bonjour Sezrge, bonjour Christophe.:bisou:

Chrisophe, réponse du Berger à un autre Berger : je serai en vacances le 8 juillet au soirLaughing Mr. Green Laughing , mais je ne partirai que le samedi dans la matinée vers Alençon.super

Serge, bonnes vacances.Thumb Up

Bénédicte, vers chez toi, dans les Pyrénées, il y a aussi des gens qui ramasse les fougères.ouioui Ne me demande pas ce qu'ils font avecEmbarassed . Ce sont mes amis Basques du côté de St Jean Pied de Port qui m'avaient informé de ce fait.Wink
Sylvie.G217
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 2 juillet 2010 18:02


Inscrit le: 29/12/2005
Messages: 745
Bonjour tout le monde, moi je pars mardi matin en Aveyron puis en Dordogne jusqu'au 17 juillet. J'espère qu'il fera moins chaud qu'ici dans le sud surtout pour dormir.
Jean Marc en faîte vous reprenez le travail juste histoire de reprendre la main avanr vos congés.
Si un jour j'entends dans la région un métier que vous ne connaissez pas je vous en ferais partager à tous. Sans les images car je ne suis pas douée pour cela.

Sylvie
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 2 juillet 2010 20:45



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonsoir Sylvie et Jean Marc

Bonnes vacances à tous les deux.

Tu as raison Jean Marc:


Les sous bois, bords de talus et abords des cours d’eau offrent en Pays Basque, des milieux très favorables au développement de nombreuses espèces de fougères. Cependant, l‘espèce la plus présente dans le paysage de la montagne Basque demeure la fougère aigle.





on la trouve pratiquement partout : dans les prairies mal entretenues, sur les pentes non cultivées, sur les versants de montagnes bien exposés, dans les pierriers, sur les collines. La fougère aigle préfère les sols acides et les hivers doux, ce qui explique sa grande présence en Pays Basque.
La fougère omniprésente dans les paysages du pays rythme les saisons. En Basque, Septembre se dit «Iraila », ce qui signifie la « mort de la fougère ». C’est en effet au cours de ce mois de l’année, que la plante commence à prendre des couleurs automnales pour complètement sécher sur pied. Les landes pourront donc être fauchées à la fin de ce mois jusqu’à la mi-octobre.


Fauchage des fougères.

Les zones d’élevage du Pays Basque peu favorables à la culture des céréales à paille, utilisent cette ressource comme litière. Au début de l’automne les landes sont fauchées. Jusque il y a peu, les éleveurs érigeaient en montagne de grandes meules de fougères qu’ils évacuaient en hiver au fur et à mesure des besoins en litières de l’étable ou de la bergerie.


Meules de fougères.

Aujourd’hui dans les terrains accessibles à la mécanisation, la fougère est round ballée comme le foin.


Bonne soirée
:bisou:
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 3 juillet 2010 06:17



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonjour,

il me semble que les Fougères sont riche en Potassium ,très utilisé dans la fabrication du verre de mes ancêtres


L’oxyde de potassium (K2O) : Il entrait autrefois dans la composition sous forme de cendres de plantes terrestres comme la fougère ; aujourd’hui, on utilise du salpêtre (nitrate de potassium KNO3). Il abaisse le point de fusion, augmente l’éclat du verre et le rend doux à la taille, mais il diminue sa résistance chimique. Il avantage le soufflage du verre car il augmente le temps de travail lors du façonnage.

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 3 juillet 2010 10:08



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Merci Christophe pour cette précision.

Et pour en terminer avec les ramasseurs de mousse, aujourd'hui le......


Ramasseur de mousse d’Irlande





La mousse d'Irlande (Chondrus crispus, Rhodophycées) mesure entre 5 et 10 cm et se trouve en abondance dans l'Atlantique nord, particulièrement près des côtes de l'Irlande, ainsi qu'en France, au Royaume-Uni, en Espagne et au Canada. Cette petite algue vivace qui croît habituellement dans les eaux comprises entre la ligne de marée basse et environ 9 mètres de profondeur, à des températures oscillant entre 5 et 15 degrés Celsius.




Cette algue vert jaunâtre, marron ou pourpre, n'est comestible qu'après cuisson. on en tire un polysaccharide visqueux nommé carragheen. La carragheen est utilisée en Irlande depuis des siècles; elle porte le nom d'un village côtier irlandais où se font la cueillette et la distribution de cette algue.
La mousse d’Irlande contient une importante proportion de carragheen. Une transformation adéquate de la mousse permet en effet d’en tirer une proportion de carragheen équivalente à environ 60 % de son poids.
La carragheen a un grand pouvoir gélifiant. Les Irlandais l'utilisent notamment pour épaissir les blancs-mangers et autres produits laitiers. Les États-Unis en sont les premiers producteurs. L'industrie alimentaire l'utilise abondamment comme agent stabilisant, épaississant et gélifiant dans la fabrication de crèmes glacées, sorbets, fromages, laits évaporés, soupes instantanées, gâteaux, biscuits et confiseries, notamment.
Si actuellement elle est surtout utilisée dans l’industrie alimentaire, elle a aussi

été utilisée autrefois en médecine comme on peut le voir dans la Gazette Médicale de Paris de 1835 :



Récolte

La mousse pouvait se récolter manuellement sur les plages après le passage d’une tempête. Après une tempête ayant amené de forts vents, les bouquets de mousse brisés sont poussés en eaux peu profondes C'est alors que la récolte manuelle commence à l’aide de râteaux à long manche.




Une méthode typique de récolte consistait à harnacher des chevaux à des paniers râteaux qu’on passait dans l’eau afin de recueillir la mousse, parcourant les eaux peu profondes en bordure des plages.



L’opération s’effectuait un peu à la manière dont on labourait jadis les champs sauf que la personne était assise sur le dos du cheval.



Une fois les paniers remplis, les chevaux remontent la mousse sur la plage et cette dernière est transférée dans des véhicules à hauts bords à l’aide de fourche.



La plus grande partie de la récolte s’effectue désormais à l’aide de bateaux.
Les dragues détachent la mousse des roches el cette dernière est collectée a l'aide de râteaux Une fois les râteaux pleins, on les remonte dans le bateau à l’aide d'une série de câbles el de poulies et on les vide sur le pont du bateau



La mousse est ensuite étendue sur les pelouses ou les entrées de cour des pêcheurs où elle est mise à sécher au soleil. Au fur et à mesure du processus de séchage, on retire les impuretés et les roches.



Une fois séchée, la mousse sera acheminée vers une usine de préparation.

(Sources : http://www.virtualmuseum.ca/Exhibitions/PrinceEdwardIslandHarvest/home_f/index.html )


Bonne journée


:bisou:

Serge.S273
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 3 juillet 2010 17:53



Inscrit le: 10/05/2007
Messages: 3 217
Fabriquant de tables de calcul.

François Barème.

François Barème (1) naquit en 1634 à Lyon et décéda à Paris en 1703 (2). À son époque peu de personnes pratiquaient le calcul. Certaines procédaient à l’aide de l’antique système de numération figurée, utilisant en Europe occidentale des jetons disposés sur une surface réglée ; on les nommait parfois : abacistes. D’autres préféraient user de la plume et, par conséquent d’un système de numération écrite ; on les nommait parfois : arithméticiens.

Abaciste, arithméticien : quelle acception rigoureuse attribuer à chacun de ces deux noms de métiers ? Souci d’exactitude louable mais superfétatoire : nos anciens, ou bien étaient incapables de comprendre les travaux de ces spécialistes et par conséquent de les nommer avec pertinence, ou bien appartenaient à cette classe instruite en la matière, auquel cas leurs disputes sur la façon de se nommer allaient bon train…

De toutes les manières, l’apprentissage du calcul manuel était et reste encore aujourd’hui une affaire délicate pour la plupart des individus ; en outre sa pratique demeure une activité des plus ennuyeuses, fatigante de surcroît, car requérant une attention soutenue ; faits que nos modernes instruments, désormais chargés de ces travaux, nous font oublier.

Or, l’idée d’effectuer une fois pour toutes ces opérations et d’en enregistrer les résultats sous la forme de tables, germa rapidement suivant de près la naissance du calcul et celle de l’écriture ; notons que cette idée, ainsi que les premières tables qui en résultèrent, remontent donc à quelques milliers d’années… Néanmoins depuis ces époques reculées, l’usage des tables resta pratiquement l’apanage des spécialistes du calcul.

Le grand mérite de Nicolas Barème fut de vulgariser les tables numériques, celles qui existaient déjà et celles qu’ils construisit à diverses fins. Sa belle réussite lui donna l’aisance dans sa vie mais plus encore une notoriété qui lui survécut puisque son nom désigne toujours ce genre d’instrument, dans le langage courant.

Le Magasin Pittoresque relate le peu que l’on connaisse de son existence (2). Selon cette biographie, la première édition des « Comptes Faits » serait de 1669,. Le fils de François Barème, Nicolas, continua l’œuvre de son père. Ensuite de nombreux auteurs s’approprièrent le nom que l’on retrouve, devenu commun, dans les titres d’innombrables tables ultérieures, de toutes natures.

L’édition la plus ancienne que je possède date de 1704.

Le succès de ces travaux indique que le père et le fils furent très attentifs des besoins de leurs lecteurs ; la composition des éditions successives témoigne donc de ce que la société de l’époque attendait du calcul dans le quotidien.

Cette édition de 1704 est assez homogène et répond à un besoin particulier général de l’époque de Barrême : calculer le prix d’une certaine quantité d’un produit négocié. C’est une table générale de « comptes-faits » pour différentes quantités d’une « chose » dont on connaît le prix en livres, deniers, sols, oboles et pites ; chacun sait que dans le Royaume de France une pite est un huitième de denier, qu’une obole est une moitié de denier, que douze deniers font un sol, enfin que vingt sols valent une livre… Ce rappel est destiné aux étourdis. Néanmoins, grâce à Barreme on sait, sans effort que, 16 « choses » valant chacune 6 livres et 17 sols et 6 deniers font un compte rond de 110 livres mais qu’avec une de plus elles valent au total 116 livres 17 sols et six deniers.

Ouf ! Même en sachant compter convenablement on comprend vite que le livre du Sieur Barème se soit bien vendu. Ajoutons que la « chose » peut être une journée de gage, une ration ou un muid ou une toise - carrée ou non - de ce qu’on voudra.

Ce livre fut vraisemblablement rédigé par François Barème ; cette supposition est fondée sur la présence d’un acrostiche versifié sur le nom de Colbert ; François Barème était, selon son biographe, amateur de ce genre d’écrits.

(1) Orthographe adoptée actuellement pour le nom commun ; l’orthographe ancienne subit bien des avatars : Bareme, Barème, Barreme, Barreme, Barrême, etc.
(2) Magasin Pittoresque, 1852, pp.179/182.
(3) Le Magasin Pittoresque, 1852, cite Joseph Marie Querard comme auteur d’une bibliographie des travaux de Barème, bibliographie que je n’ai pas encore retrouvée dans les ouvrages de cet auteur, disponibles en version numérique à la B.N.

...


Serge.S273
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 3 juillet 2010 17:54



Inscrit le: 10/05/2007
Messages: 3 217



Barreme, 1669 (extrait du Magasin Pittoresque)

Serge.S273
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 3 juillet 2010 17:56



Inscrit le: 10/05/2007
Messages: 3 217


Barreme, 1704 (coll. pers.)



Serge.S273
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 3 juillet 2010 17:57



Inscrit le: 10/05/2007
Messages: 3 217


Page de Barreme, 1704 (coll. pers.)



Serge.S273
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 3 juillet 2010 17:59



Inscrit le: 10/05/2007
Messages: 3 217


Barreme, vers 1710 (coll. pers.)



Serge.S273
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 3 juillet 2010 18:00



Inscrit le: 10/05/2007
Messages: 3 217


Barreme, XIXe (coll. pers.)



...
Serge.S273
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 3 juillet 2010 18:01



Inscrit le: 10/05/2007
Messages: 3 217


Barreme, édition de Pellerin en livret de colporteur (coll. pers.)



Faites de beaux rêves, peuplés de chiffres… Je reviendrai sur le métier de calculateur, il présenta parfois des aspects étonnants.

Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 3 juillet 2010 19:24



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonsoir serge, bonsoir Bénédicte, bonsoir Christophe.:bisou:

Serge, j'y comprends trop rien avec cettez monnaie.Wall Bash Angry J'en suis resté aux "anciens francs"!Mr. Green Book Voilà qqchose que beaucoup de gens qui ont de l'expérience comprennent bien.Mr. Green Thumb Up
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 3 juillet 2010 20:17



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonsoir à tous

bravo Serge, très interessant cet article.



Un abaciste utilisant un abaque à jetons.





Abaque romain




Bonne soirée.

:bisou:






Serge.S273
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 4 juillet 2010 09:47



Inscrit le: 10/05/2007
Messages: 3 217
Bonjour.

Mon bavardage concernant le Sieur Barrême comporte une petite erreur :

Je suis incertain de l’édition dans laquelle il convient de placer l’acrostiche que j’ai située sans précaution dans l’édition de 1704 ; toutefois, loin de ma bibliothèque, je suis dans l’incapacité de vérifier.

L’erreur semblera vénielle, plus que vénielle, mais il ne faut jamais laisser traîner une étourderie qui pourrait entraîner un collègue dans une impasse.

Je reviendrai dans quelques minutes sur l’abaque.

Amitié.
Serge.S273
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 4 juillet 2010 10:29



Inscrit le: 10/05/2007
Messages: 3 217
Bénédicte,

Bonjour.

Je recommande la prudence pour ce qui concerne la naissance, lieu et date, de l’abaque.

Je viens d’indiquer que je suis loin de mes bouquins donc dans l’incapacité de donner des références précises. Elles sont certainement quelque part dans la mémoire de mon pc, encore faut-il les retrouver.

L’instrument romain que tu présentes est bien connu pour sa robuste constitution qui lui permit de résister aux ravages du temps. Il n’en fut pas de même de nombreux autres instruments de ce genre, certainement antérieurs, qui disparurent. La table dite de « Salamine » ainsi que quelques vases grecs représentant des personnages utilisant l’objet attestent toutefois de l’ancienneté de l’abaque.

Le mot : abaque, semble provenir de « abax » signifiant poussière. En fait il suffisait à nos anciens du Moyen-Orient d’une surface place recouverte de sable ou de poussière et de quelques cailloux pour fabriquer et utiliser un simple instrument de calcul que le vent effaçait ensuite. Il faut se souvenir que les Grecs usèrent couramment d’une surface plane couverte de sable pour étudier l’arithmétique et la géométrie et d’en établir des théorèmes fondamentaux. L’abaque faite d’une table de pierre couverte de sable et de cailloux apparaît donc parfaitement plausible mais il est bien évident qu’il n’en reste rien.

Où traça-t-on pour la première fois un tel instrument ? Nul ne le sait. Vraisemblablement quelque part le long de l’un des antiques chemins commerciaux reliant l’Orient à l’Occident ; les innombrables va et vient des caravaniers assuraient le transport des marchandises mais aussi des idées. on constate donc aujourd’hui que l’abaque exista dans l’Antiquité, aussi bien en Chine que dans le Bassin Méditerranéen, sans aucune certitude sur son origine. Joseph Needham, éminent sinologue, reste très évasif à ce sujet.

Petits détails dont je suis certain : la forme des boules est arrondie dans le « souan-pan » chinois, biconique dans le « soroban » japonais. Les plus anciens « soroban » japonais présentaient la même structure « 5-2 » que les « souan-pan » chinois dont ils n’étaient que des copies ; il furent ensuite simplifiés par étapes pour aboutir récemment à la forme moderne « 4-1 ».

Je reviendrai ultérieurement sur ce sujet .

Amitié.


Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 4 juillet 2010 11:00



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

D'accord Serge... l'abaque est sûrement antérieur aux Romains.... mais le boulier, qui est un type d'abaque...reflechis bien que, connaissant les chinois....le boulier aussi doit être plus vieux que ça......

Dans la famille des abaques on peut classer
• l’abaque sur lequel on dessine : l’abaque grec

• l’abaque-compteur utilisant des galets ou des jetons : abaque égyptien ou romain

• l’abaque avec des boules coulissant sur des tiges : la grande famille des bouliers

• l’abaque formée d’un plateau et de réglettes mobiles, connue sous le nom de bâtons de Napier

• l’abaque avec graduation et correspondance. Il est constitué d’un réseau de courbes correspondant chacune à un paramètre et permettant de trouver une valeur numérique sans calcul explicite mais graphiquement. Par exemple:

-la règle à calcul

-les abaques professionnels : Ce sont des graphiques à lecture directe facilitant les calculs numériques. - Graphiques servant à déterminer spontanément des résultats obtenus par des calculs dans un système de lignes prédéfinies et préparées d’avance. Le nom actuel serait nomogramme au sens étymologique du mot (de nomos : loi, division). Constitué sur la base de graphiques à échelles diverses établis par le tracé de nombre de droites, souvent parallèles, rarement concourantes. Les abaques s’exploitent par une lecture directe, sans avoir à effectuer de tracés complémentaires soit en lisant directement les données se situant à l’intersection des droites correspondante par la lecture du point concourant en relation avec les besoins de l’intervenant.

........................-abaque de Smith en électronique

........................-abaque de Black dans le plan de Nichols en automatique

........................-abaque des marées au service hydrologique et océanographique de la marine

.......................-abaque de dépouillement, de Hull et Davay en cristallographie

.........................-abaque de lecture en microbiologie pour la constitution d’antibiogrammes

.........................-abaque de magnitude en sismologie

.........................-abaque de conversion franc/euros, Celsius/Fahrenheit

..........................-Nomogramme de Henssge en médecine légale pour la datation des cadavres

(Wikipédia)

J'avoue que les abaques professionnels sont bien trop compliqués pour moi !!fou


Bon dimanche





Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 4 juillet 2010 11:33



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963

Boulier chinois ou suan pan avec représentation du nombre 37 925.




Un boulier japonais ou soroban avec le nombre 987654321




Boulier russe ou stchoty.

Il est surprenant de remarquer, à l’ère de la calculatrice électronique, la grande importance que conserve cet instrument de calcul dans toute l’Asie. Il n’est pas rare de voir des commerçants russes ou asiatiques effectuer un calcul à l’aide d’une calculatrice et en vérifier le résultat à l’aide du boulier. Dans des mains expertes, celui-ci est d’une redoutable efficacité. En 1945, un match opposant un comptable japonais muni d’un soroban et un opérateur de calculatrice électrique (Matsuzaki contre Woods) fut gagné par le soroban par un score de 4 à 1.(Wikipedia)



Carte postale russe de 1929 où l’on peut voir un homme en bas à droite utilisant un stchoty.




:bisou:
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 5 juillet 2010 08:34



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonjour Bénédicte, bonjour Serge...:bisou:

Beaux articles!Book Bravo à vous deux !bravo bravo bravo

Aujourd'hui, ça y est, je reprends le travail ! super C'est tant mieux : je comme,çais à devenir comme un lion en cage.Blink

Bonne journée.Cool
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 5 juillet 2010 11:53



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Bonne reprise Jean Marc.

Tous ces calculs, ça m'a fait penser que nous n'avons pas vu le métier de....


Comptable
Personne tenant une comptabilité

L'enfance de la comptabilité remonte à celle de l'humanité : les Sumériens et Assyriens nous ont laissé de nombreuses tablettes d'argile, gravées de pictogrammes, d'inventaires (terres, bétails, hommes). . Ces comptes sont du type « à postes superposés », comportant les augmentations en haut et les diminutions en bas.



Tablette sumérienne


Quelques centaines d'années plus tard, les Egyptiens ont suivi une voie analogue à celle des Sumériens. La tenue comptable était bien sûr le domaine réservé des scribes. Au départ, seul le support d'écriture est différent : le papyrus, plus léger et plus maniable que les tablettes d'argile, est également plus sensible aux dégradations.


Extrait du Papyrus de Boulaq 18.

Mais les scribes ont su faire évoluer les techniques comptables au fil du temps. C'est notamment eux qui ont imaginé les premiers la méthode des « comptes à colonnes séparées ». Plus tard, les Egyptiens de la période hellénique, qui savaient enregistrer des recettes, des loyers et des dépenses, ont montré qu'ils savaient également falsifier des comptes ou effectuer des enregistrements fictifs pour redresser certaines situations douteuses !


La comptabilité grecque fut également très développée puisque les offrandes aux dieux se devaient d'être comptabilisées sur des plaques de marbre ou de calcaire (on en a retrouvé de nombreux vestiges). Au-delà de sa fonction religieuse, la comptabilité avait bien sûr en Grèce comme ailleurs une fonction économique. Les Grecs ont du reste été les premiers à doter la comptabilité de la technique du virement (en mouvementant un même compte « tiers » en positif et en négatif pour éviter les transports de valeurs).

La civilisation latine a quant à elle été la première qui a commencé à mécaniser le calcul, à l'aide de l'abacus, composé d'une table qui comporte plusieurs rainures parallèles, figurant les ordres de chiffres, dans lesquelles on pouvait faire glisser des petits cailloux et on obtenait ainsi l'équivalent romain des bouliers asiatiques.


La chute de l'Empire romain marque le début d'une période de recul des échanges. Le volume des transactions diminue considérablement, et les techniques commerciales et comptables périclitent.



Portrait de Luca Pacioli, attribué à Jacopo de Barberi.


Les historiens estiment que la comptabilité à "partie double" est apparue vers 1340 à Gênes. la découverte de l'imprimerie permit de généraliser cette méthode notamment avec les traités de Luca Pacioli, dont le premier ouvrage édité en 1494 sous le titre "Summa di aritmetica, geometrica, proportioni è proportionalita" en énonce les principes fondamentaux dans le chapitre relatif aux transactions et écritures.
Luca Pacioli(1445 - 1517) n'a fait que codifier plutôt que d'inventer ce système mais il est largement considéré comme le « père de la comptabilité ». Sa description comprend la plupart des éléments du cycle comptable tel que nous le connaissons aujourd'hui ainsi qu'une recommandation précieuse de ne pas aller se coucher avant que les débits n'égalent les crédits ! Ses journaux comportent des comptes pour les actifs (immobilisations, avoirs et inventaires), pour les dettes, pour le capital, pour les dépenses et les recettes ; toutes les catégories nécessaires à un bilan et un compte de résultat. Il présente les écritures nécessaires à une clôture des comptes de fin d'année et n'oublie pas les sujets relatifs comme l'éthique comptable et les centres de coût.

Depuis cette date, la comptabilité à partie double, bien que s'étant enrichie de développements techniques, n'a pas subi de changement fondamental [...]

Le premier livre publié en anglais sur le sujet," A Profitable Treatyce called the Instrument or Boke to learn to knowe the good order of the kepyng of the famouse reconynge, called in Latin, Dare and Habere, and, in English, Debitor and Creditor", l'est en 1543 par John Gouge ou Gough à Londres.


Le comptable

En France, la comptabilité prend un véritable essor au XVIIe siècle avec l'ordonnance Colbert-Savary qui introduit la tenue de comptes obligatoire. Jacques Savary publie Le parfait négociant ou Instruction générale pour ce qui regarde le commerce des marchandises de France et des pays étrangers en 1675.

Prenant la suite des Lombards et des Vénitiens, les Français deviennent de redoutables théoriciens de la comptabilité publique. Citons le Projet de dixme royale de Vauban. Aujourd'hui, toutes les entreprises utilisent la comptabilité générale.

Les grands principes comptables étant posés, la méthode comptable n’évoluera plus guère au fil des siècles. Seules les techniques d’organisation comptables évolueront encore significativement.

Il y aura d’abord la technique de tenue des comptes sur feuillets mobiles, proposée par Quiney en 1817, pour permettre de réduire les risques d'erreur de report.




Puis la technique du décalque manuel, inventée par Bach en 1904, où la fiche servant de compte est superposée sur le document servant de journal (en intercalant une feuille de papier carbone) de sorte que le mouvement inscrit sur le compte se décalque sur le journal.


Puis c'est le système centralisateur (qui facilite la division du travail comptable dans les grandes manufactures) qui est inventé dans les années 1920 par Léon Batardon et Armand Delbousquet. Cette méthode suggère l'ouverture simultanée de plusieurs journaux auxiliaires spécialisés dans l'enregistrement d'une catégorie d'opérations (achats, ventes, trésorerie, opérations diverses). Quotidiennement, les opérations sont enregistrées sur les journaux auxiliaires tandis que les écritures sont ensuite centralisées mensuellement dans un journal centralisateur reporté dans les comptes généraux.

Enfin, à compter des années 60, la comptabilité commence à s'informatiser avec les ordinateurs Bull Gamma 60 ou IBM 1410, qui utilisaient essentiellement des fichiers séquentiels (cartes perforées, bandes magnétiques) en respectant la logique du traitement manuel.
(Wikipedia)


Bonne journée


:bisou:
Serge.S273
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 5 juillet 2010 16:07



Inscrit le: 10/05/2007
Messages: 3 217
Bonjour.

Je me permets de citer :

Haulotte (R.), Stevelinck (E.). Luca Pacioli. Sa vie. Son Œuvre. La première traduction en français du premier traité de comptabilité, Imprimé à Venise, en 1494, Intégré dans la Suma de Aritthmetica Geometrica Proportioni & Proportionalita. Ed. Pragnos, Vesoul, 1975. 312p.

Je possède cette belle biographie de Luca Pacioli contenant en outre une analyse de ses travaux. Elle offre en outre de nombreux fac-similés de publications de cet auteur.

Amitié.

Serge.S273
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 5 juillet 2010 16:21



Inscrit le: 10/05/2007
Messages: 3 217
Et une page de comptabilité, extraite des travaux de Luca Paccioli :



Page, retrouvée par hasard dans un recoin de mémoire de mon "lap-top".

Amitié.
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 6 juillet 2010 12:10



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Serge, c'est pas moi qui vait traduire cette page.....Laughing

Profitant du début du Tour, un métier:


Cycliste professionnel

Sportif qui pratique le cyclisme de façon professionnelle, recevant donc un salaire de son club et/ou de son sponsor pour pratiquer des épreuves sportives

Histoire

Le Véloce Club de Paris est fondé en 1868. La première course cycliste de l'histoire s'est déroulée le 31 mai 1868 dans le parc de Saint-Cloud, à Paris, elle est remportée par le Britannique James Moore. Il s'agit de la première course dont on trouve une mention officielle.
L'historien français Pierre Chany écrit :

« À Paris, les machines pédalantes prolifèrent, caractérisées par une roue d’ 1 m. ou 1 m. 10 à l’avant et 80 cm à l’arrière. Leurs cavaliers font des exhibitions au cours desquelles ils rivalisent de technique et de force. Voyant ces démonstrations, les frères Ollivier, qui dirigent la Compagnie Parisienne, ont décidé d’organiser une course le 31 mai 1868 dans le Parc de Saint-Cloud, mis à leur disposition par Leurs Majestés Impériales. « Cycling Record » informe que l'événement a commencé sur le coup de 15 heures en présence de l'aristocratie du Tout-Paris, ravie à l'idée de voir ces hommes rivaliser de force et de virtuosité »


Le 7 novembre 1869 a lieu la première course cycliste de ville à ville entre Paris et Rouen. Le parcours est de 123 km, une centaine de concurrents sont au départ, 33 à l’arrivée. Le Britannique James Moore remporte l’épreuve en couvrant la distance en 10 heures et 45 minutes avec un bicycle équipé de pédales fixées sur le moyeu de la roue avant.


James Moore (à droite) 1869.

À noter le caractère mixte de l’épreuve : « Miss América » termine 29e à 12h10 du vainqueur. D’autres courses ville à ville dans la foulée : Londres -Brighton notamment.


Le 13 janvier 1870, le Veloce club fiorentino du président Gustave Langlade est fondé. Il s'agit du premier club italien de cyclisme. Le premier club hollandais, le Deventer Velocipede Club, est fondé en 1871.

En 1881,l’Union vélocipédique de France est créé en regroupant plusieurs clubs. Elle organise la première édition du Championnat de France de cyclisme. L’UVF codifie également pratiques et compétitions.

En 1892, l'International Cyclist Association qui deviendra l'UCI en 1900. Le 1er décembre 1892 le premier numéro du journal sportif « Le Vélo » sort. Ce « journal quotidien de la Vélocipédie » est en fait ouvert à tous les sports même si le cyclisme est particulièrement privilégié.



1894. Première édition du Grand Prix cycliste professionnel de Paris. L'Américain Banker s'impose. Le cyclisme est sport pionnier en France en matière de professionnalisme en raison des enjeux économiques liés aux ventes de bicyclettes. Les coureurs deviennent vite des vedettes et dès la fin du XIXe siècle, nombre d’entre eux sont d’authentiques professionnels.

En 1896, le cyclisme sur route est présent lors des premiers Jeux olympiques de l'ère moderne organisés à Athènes.



Au cours de ces Jeux Léon Flameng remporte l’épreuve des 100 km sur route.
La même année l'équipe de cyclisme Exelsior Cycles Payan est fondée à Marseille.


Le premier Tour de France démarre en juillet 1903, il est soutenu par le quotidien « l’Auto » (ex-Auto-Vélo). Le concurrent, Le Vélo ne se remet pas de cette innovation qui lance parfaitement l'ancêtre de « L’Équipe ». Le Vélo cesse sa parution en novembre 1904.





Maurice Garin Vainqueur du Tour 1903 avec son masseur et son fils.

La discipline imposée par Henri Desgrange entre 1903 et les années 1930 fit beaucoup pour la légende de l’épreuve :

Les coureurs n’avaient droit à aucune forme d’assistance extérieure sur la route du Tour, et il fallait qu’ils réparent eux-mêmes leurs machines en cas d’incident technique. Lors du Tour 1913, Eugène Christophe, solide leader virtuel du classement général, brisa sa fourche dans le Tourmalet.



Au nom du principe d’autonomie édicté par Desgrange, Christophe fut contraint de réparer lui-même sa machine et perdit toutes ses chances de victoire finale(l’incident donne quatre heures d’avance aux premiers du peloton). Pas moins de trois juges du Tour assistèrent à cette réparation afin de s’assurer qu’il ne recevait pas d’aide extérieure. Les successeurs de Desgrange sont moins rigides, et le règlement s’assouplit progressivement.

La rivalité entre les organisateurs et les équipes de marque pose tant de problèmes durant les années 1920 que les équipes nationales sont créées en 1930. Tous les frais sont alors pris en charge par les organisateurs, bicyclettes incluses. C’est le journal L’Auto qui achète directement ces dernières au fabricant Alcyon. Elles sont jaunes et marquées des lettres gothiques de L’Auto. Afin de financer la course, une caravane publicitaire est mise en place avant le passage des coureurs. on revient aux équipes de marque en 1962 sous l’impulsion de Felix Lévitan, directeur de la course de 1962 à 1987.

Le Ruban jaune est créé en 1936 par Henri Desgrange, cette distinction honore le coureur détenteur du record de vitesse des courses de plus de 200 km. En 1945, l'Union vélocipédique de France devient la Fédération française de cyclisme.

Disciplines sportives

Le cyclisme sur route comprend plusieurs types d'épreuves :
• la "course à étapes", dont les grands tours (Tour de France, Tour d’Espagne, Tour d’Italie)
• la course "classique", course en ligne d'un jour (Paris-Roubaix, Liège-Bastogne-Liège, par exemple)


Paris-Roubaix 1900.


• la course "contre la montre", (Grand prix des Nations, par exemple)
• la course "contre la montre par équipe", (Contre la montre par équipes du Pro-Tour, par exemple)

on dit du cyclisme sur route que c'est un sport d'équipe, mais à classement individuel.

Les autres disciplines sportives du cyclisme :
-cyclisme sur piste
Les épreuves de cyclisme sur piste se déroulent sur des vélodromes et prennent des formes plus diversifiées, il existe des épreuves individuelles et des épreuves par équipes, des épreuves de sprint, de demi-fond et de fond. Les plus connues sont la vitesse, la poursuite et le kilomètre.
Les principales compétitions sont les Jeux olympiques et les Championnats du monde de cyclisme sur piste.


1893.Champion du monde de vitesse.

-cyclocross
Le cyclocross est une spécialité hivernale, qui se court en circuit. La course dure une heure environ, sur un revêtement souvent mixte (asphalte et terre).


Jean Robic.champion du monde 1950

-BMX/bicross
Le BMX est essentiellement caractérisé par sa très petite taille et ses roues de 20". Cela lui confère une maniabilité sans égale ce qui permit la création de plusieurs disciplines: race, dirt, flat, rampe,street.



-Vélo tout terrain
Cette discipline également appelée VTT est la plus récente du cyclisme sportif. Le Vélo tout terrain (ou Mountain Bike) a été inventé aux États-Unis en 1970. Il a été importé en France quelques années plus tard.



-Le polo-vélo ou polo à bicyclette (ou par anglicisme bike polo, cycle polo ou bicycle polo), est une variante du polo se pratiquant à bicyclette. Il a été inventé en Irlande en 1891.
Il a été le premier sport de démonstration aux Jeux olympiques de 1908 à Londres. En France, il a fait l'objet de sa première démonstration le 27 mai 1898 au Moulin Rouge.
Cette discipline est reconnue depuis 2002 par l'Union cycliste internationale.


Un championnat international se joue tous les ans depuis 1996 entre les meilleures équipes du monde
Pour la France, un championnat de France est disputé chaque année au sein de la Fédéraion française de cyclisme depuis 1931



L’outil de travail du cycliste est bien sûr principalement la bicyclette.
Celle-ci a évidemment beaucoup évoluée depuis le vélo de James Moore en 1869 qui pesait près de 30 kilogrammes et dont les pédales étaient fixées sur le moyeu de la roue avant jusqu’aux bicyclettes des champions de cyclisme sur route actuels. Elles sont faites sur mesure, de matériaux très légers (aluminium ou fibre de carbone et titane), système de changement de vitesse hypersophistiqué… etc.



Bonne journée.


:bisou:
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 7 juillet 2010 10:30



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous


Flex tous en vacances?




Bonne journée.

:bisou:
Répondre |  | 

Aller au forum