Forums

 
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15 - Filae.com
Michelle.N37
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 1 mars 2010 11:38



Inscrit le: 21/05/2007
Messages: 3 629
Christophe et bénédicte bonjour!!!
Merci pour votre réponse,et bonne journée à toute cette file passionnante!


http://gw4.geneanet.org/index.php3?b=michellelabarre&lang=fr
83-Brun,Bruna,Brunet,Filliol,Issaurat
02-Sellier,Demonceaux
04-Camatte,Collomp,Fouque,Guichard
06-Diaque, Diaque
22-Le Bideau,Nicolas.
29-Guezelou,Postic.
60-Douchement,Genvy,Guerbe,Magnier ou Mangnier
80:-Crepy,Fortin,Jourdain,LeJeune,Meigneux,Pegard,Tourneur.







Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 1 mars 2010 17:37



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonjour Jean, bonjour Christophe, bonjour Bénédicte, bonjour Michou...:bisou:
Michelle.N37
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 1 mars 2010 17:49



Inscrit le: 21/05/2007
Messages: 3 629
Bonjour Jean Marc!


http://gw4.geneanet.org/index.php3?b=michellelabarre&lang=fr
83-Brun,Bruna,Brunet,Filliol,Issaurat
02-Sellier,Demonceaux
04-Camatte,Collomp,Fouque,Guichard
06-Diaque, Diaque
22-Le Bideau,Nicolas.
29-Guezelou,Postic.
60-Douchement,Genvy,Guerbe,Magnier ou Mangnier
80:-Crepy,Fortin,Jourdain,LeJeune,Meigneux,Pegard,Tourneur.







Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 2 mars 2010 15:55



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Bonjour Jean

Très jolis, les masques de Venise...



Quant aux poudres à poudrer, il s'agit comme tu le sais déjà de poudres pour le maquillage ou pour les perruques, et parfumées.

C'est fou ce qu'on a pu se mettre sur le corps, et surtout sur le visage pendant des millénaires!!!

ORIGINE DES POUDRES A TRAVERS L'HISTOIRE

Depuis la naissance du monde, les femmes et les hommes ont cherché des substances pour modifier leur apparence avec au premier rang la poudre, utilisée pendant des siècles avant tout pour blanchir la peau ;il semble que les premières poudres soient d'origine minérale mais, très vite, on a utilisé .d'autres matières.

Les poudres minerales

Le talak
Ancêtre du talc, il servait de parure aux princes et aux femmes, voici plus de quatre millénaires en Mésopotamie. Aujourd'hui encore, dans certaines regions du Moyen-0rient, on continue à broyer le talak trouvé dans la montagne pour blanchir le teint.

Le plâtre
Surtout utilisé en Ethiopie, il couvrait le visage des prêtres pendant les cérémonies avant d'être adopté par les femmes.

La craie
Son utilisation viendrait de Crête. Á Rome, les élégants et les femmes de la haute société couvraient leur corps d'un mélange de plâtre et de craie.

Le mica
Au cours des grandes cérémonies, les prêtres et les caciques de l'empire inca s’enduisaient le visage el le corps de mica broyé qui les faisait briller de mille feux sous les rayons du soleil.

Le kaolin
Dans la Grèce antique, les femmes. confinées dans leur gynécée, s’enduisaient de kaolin. C'était la marque d'une conduite irréprochable
En Afrique, le kaolin est un élément de maquillage rituel qui symbolise la mort.


Les poudres animales

Les ailes de papillons
Au Sri Lanka et à Bali, les danseuses et les danseurs, utilisent pour leur maquillage, au cours de certains rituels,des poudres jaunes et vertes provenant des ailes de papillons.

La soie.
Prenant des cocons fraichement déroulés, la soie, broyée dans les mortiers, composait I'essentiel des poudres chinoises. Les courtisanes, les acteurs d'opéra, mais aussi les hommes, hauts dignitaires el généraux d'armées, employaent des poudres de soie colorées
L'industrie cosmétique moderne n'a pas renoncé à cette substance animale.

A la frontière du mineral et de I'anímal...

La perle
Quelques reines de I'Egypte pharaonique se couvraient déjà le front et les joues de perles broyées. Mais ce cosmétique est longtemps resté un privilège rare et ce sont les élegantes de la Renaissance italienne qui en firent la plus large utilisation.


La nacre
Dans certaines îles du Pacifique, les larges coquilles produisant la nacre abondent. Broyées, elles fournissent une poudre irisée.


Les poudres métalliques

La céruse
Carbonate de plomb, la céruse ou plomb blanc, servait à blanchir le teint des femmes de la Grèce et surtout de la Rome antique A cette époque, on savait déjà que sous l'effet
des rayons solaires et de la transpiration la céruse provoque un noircissement de la peau.

Le sulfure de plomb, l'hydrosilicate de cuivre étaient utilisés en Egypte du temps des pharaons; Le titane, I'oxyde de zinc entrent dans la composition de certaines poudres actuelles


Les poudres d'origine végétale

La liste des plantes pouvant produire une poudre est interminable...


La farine de fèves
Ovide (43 av.J-C.-17/18 apr. J.-C.) cite dans sa Manière de soigner le visage féminin, ce légume reputé pour donner une poudre fine el très blanche.

La farine de blé
Sous la Rome décadente, on se poudrait déjà avec de la farine de blé, tout cornme au Moyen Age où la peau devait avoir la blancheur et la transparence de la pureté.


Sous Louis XIV, il fallait toujours avoir le teint pâle, el le maquillage consistait souvent en I'application d'un masque épais de farine blanche sur lequel on posait deux ronds de fard rouge!

Sous Louis XV, tout le monde est poudré, femmes, hommes, enfants, religieux, militaires... el tout se poudre, le visage, les mains, la chevelure, la perruque...

La farine de mais
Elle était utilisée par les gens du peuple en Amerique latine, alors que les castes aristocratiques se servaient de poudres métalliques.

Le riz
Utilisée depuis des siècles en Asie, la poudre de riz, originaire de Java, entre en Europe à la fin du XIXème siècle. C'est alors le seul cosmétique convenable, le fard étant réservé aun actrices et aux galantes.

Le tinaka

Le tinaka est un arbre dont les morceaux de tronc bien secs, rapés avec patience, fournissent une poudre jaune citron dont les femmes se couvrent les joues en Birmanie

Le Lotus
Avant le VIIème siècle de notre ère, les Coréens el les Coréennes de I'aristocratie se poudraient avec un mélange de racines de lotus el de graines de belles-de-nuit pour avoir la peau blanche el lisse.

Le camphre
Montaigne évoque son utilisation pour paraitre “ blanche, la plus blanche posible”.



Depuis la fin du XIX° siècle, la poudre n'est pas destinée à blanchir le teint, mais à le matifier et I’on utilise des poudres de plus en plus fines depuis la découverte de la micronisation (François Coty. 1928) qui permet d'obtenir des
grains de l’ordre du micromètre.


Présentation




Les boites à poudre ont été, à certaines époques, des objets précieux faites d'écailles, de bois des îles, de galuchat (peau de raie ou de squale préparée el teinte pour la gainerie..,).
Dès son industrialisation la poudre a élé vendue,et pour longtemps, dans des boîtes en carton rondes souvent décorées, avec une houpette en plumes de cygne.


(Esthétique Cosmétique. M.C.Martini .Ed.Masson)


Bonne journée.

:bisou:


Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 2 mars 2010 17:44



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonjour Jean, bonjour Bénédict, bonjour Michou, bonjour Christophe, bonjour Joëlle, bonjour Serge...:bisou:

Jean, pour ce qui est de ma grand mère, étant plus jeune que vous, c'était dans les années 70's qu'elle se poudrait. Tout comme la votre, sa peau était rose pâle et un peu satinée...
Elle le faisait essentiellement quand elle "allait à la ville"!Mr. Green (oui, elle était campagnarde; un village d'environ 6-800 âmes) Et dans son sac à main, elle n'oubliait jamais son poudrier. ouioui
Nostalgie du (bon) temps...Rolling Eyes
Michelle.N37
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 2 mars 2010 17:47



Inscrit le: 21/05/2007
Messages: 3 629
Un grand bonjour à tous!
Je me félicite chaque jour d'avoir découvert cette file,elle est vraiment très intéressante.bravo
Hiding Jean-marc bonjour,avez-vous également de l'arnica dans votre pharmacie?vous m'avez fait une belle bosseLaughing


http://gw4.geneanet.org/index.php3?b=michellelabarre&lang=fr
83-Brun,Bruna,Brunet,Filliol,Issaurat
02-Sellier,Demonceaux
04-Camatte,Collomp,Fouque,Guichard
06-Diaque, Diaque
22-Le Bideau,Nicolas.
29-Guezelou,Postic.
60-Douchement,Genvy,Guerbe,Magnier ou Mangnier
80:-Crepy,Fortin,Jourdain,LeJeune,Meigneux,Pegard,Tourneur.







Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 2 mars 2010 18:03



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Désolé Michou, je ne voulais pas vous afficher comme une personne ayant de l'expérience... Sad Embarassed J'en suis tout confus.Embarassed Embarassed Embarassed
Néanmoins, ayant 44 ans, je pense que Jean pourrait être mon père.Neutral
Michelle.N37
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 2 mars 2010 18:10



Inscrit le: 21/05/2007
Messages: 3 629
Et moi je pourrais être votre mère !
Mon fils va avoir 40ans le 31!Laughing


http://gw4.geneanet.org/index.php3?b=michellelabarre&lang=fr
83-Brun,Bruna,Brunet,Filliol,Issaurat
02-Sellier,Demonceaux
04-Camatte,Collomp,Fouque,Guichard
06-Diaque, Diaque
22-Le Bideau,Nicolas.
29-Guezelou,Postic.
60-Douchement,Genvy,Guerbe,Magnier ou Mangnier
80:-Crepy,Fortin,Jourdain,LeJeune,Meigneux,Pegard,Tourneur.







Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 2 mars 2010 18:13



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Alors : Bonjour Maman Michou ! Mr. Green Laughing
Michelle.N37
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 2 mars 2010 18:16



Inscrit le: 21/05/2007
Messages: 3 629
C'est bien ,maintenant j'ai 2 bébés!
Mais attention à fête des mères!Laughing


http://gw4.geneanet.org/index.php3?b=michellelabarre&lang=fr
83-Brun,Bruna,Brunet,Filliol,Issaurat
02-Sellier,Demonceaux
04-Camatte,Collomp,Fouque,Guichard
06-Diaque, Diaque
22-Le Bideau,Nicolas.
29-Guezelou,Postic.
60-Douchement,Genvy,Guerbe,Magnier ou Mangnier
80:-Crepy,Fortin,Jourdain,LeJeune,Meigneux,Pegard,Tourneur.







Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 2 mars 2010 18:40



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Pardon pour interrompre cette conversation materno-filialeclinoeil .. juste un petit complément aux poudres...



Dame à sa toilette. F.Boucher.


MAIS POURQUOI DIABLE FAUT-IL AVOIR LE TEINT BLANC?

Le blanc est destiné à provoquer un effet de statuaire et, souvenir du Moyen Age, à évoquer la virginité. Il donne l'illusion d'un visage pur, exempt de toutes taches, de toutes cicatrices, et il permet de dissimuler les rougeurs, les couperoses et les dermatoses provoquées par la nourriture très épicée et par les vins capiteux. Les précieuses se blanchissent et bannissent le hâle: lors des promenades, elles portent un masque qu'elles tiennent par un bouton entre les dents, ce qui d'ailleurs évite la conversation. «Pour farder une élégante, il faut une boutique entière», écrit Fitelieu, en 1642. Quand une femme veut se mettre sur le marché de la séduction, elle ajoute du rouge: c'est ce que fait Arsinoé, dans Le Misanthrope. Dès 1673, toutes les femmes en portent, à l'exemple de la Montespan. Sous Louis XIV, le fard est le symbole de l'amour, de l'émancipation, mais aussi de l'adultère, de l'impudeur. Même si les grands seigneurs ne l'avouent pas, la société se sécularise petit à petit, l'athéisme se développe, le culte marial est délaissé, renvoyé chez les dévots. on en revient à l'ostentation, au culte de soi, et donc à la représentation.
(….)

on IMAGINE QUE, SOUS LA COUCHE DE FARDS, L'HYGIENE EST CATASTROPHIQUE.

Jusqu'au début du XVe siècle, on prenait le bain, on y recevait ses amis, on y dînait, on se caressait aussi... L'Eglise a mis le holà. Désormais, on se contente de se frotter avec un linge parfumé et de prendre, parfois, un bain de rivière, habillé évidemment. Pour cacher le manque d'hygiène, on utilise des parfums fleuris, des muscs. on se brosse les dents avec de la poudre de corail, très abrasive, de la poudre d'huîtres ou avec un peu de vin blanc... Les courtisans devaient avoir des bouches calamiteuses.


QUEL IDEAL DU CORPS PROFESSE-T-ON ALORS?
La rupture avec le Moyen Age est consommée. L'idéal, ce n'est plus la nymphette à peine nubile, modèle nordique qui prévalait au XVIe siècle, mais le modèle italien, déjà promu par Catherine de Médicis: la femme-femme, replète, avec des seins volumineux, exposés dans de profonds décolletés, des cuisses plus larges... La société progresse, on mange mieux, il y a moins de famines. on aime donc naturellement les femmes plus grasses, fécondes et plantureuses. Mais on préfère toujours les genoux fins et des petites fossettes sur les coudes. on garde quand même la taille serrée: la Montespan, déformée par tous ses accouchements, boit du vinaigre pour ne pas trop grossir, et se blondit les cheveux, car le blond reste à la mode. Les femmes ont des rondeurs dues à la contention, les seins jaillissent, le ventre gonfle, ce qui provoque une mauvaise circulation du sang. Tout est construit, arrangé, maquillé. Les corps comme la nature.


Madame de Pompadour à sa toilette.F.Boucher.1758.

COMME DANS UN GIGANTESQUE THEATRE. CETTE COMEDIE DE L'APPARENCE VA ENCORE S'ACCENTUER AU XVIIIº SIECLE.
Oui. C'est la période baroque la plus radicale pour la beauté: on ne veut pas voir les muscles, qui évoquent l'effort. Alors, on se bride de partout, on se coiffe avec des constructions de bois, on se harnache si bien qu'on peut à peine bouger. Même les souliers, avec le talon médian, sont conçus pour accentuer l'ondulation de la démarche, mais ils provoquent un basculement vers l'avant. Les hommes mettent de fausses hanches, de faux mollets avec les bas, des attelles pour rectifier les épaules tombantes, des sachets de senteurs sous les bras... C'est un véritable échafaudage! Le Casanova de Fellini en donne une idée, dans cette scène où le héros se déshabille et se découvre, harnaché, enveloppé de bandelettes. L'oisiveté, la duplicité, les orgies et les intrigues de la cour poussent l'art du trompe-l'oeil à l'excès. Chacun arbore une perruque blanche, farinée avec de la poudre d'os, des racines d'iris - à la Révolution, certains diront que le peuple connaît la famine parce que la farine est accaparée par les nobles et les courtisans. on maquille tout: son visage, son corps, ses sentiments, son langage... Une couleur marque l'apogée de cette illusion: c'est le rouge, qui fait l'objet d'une véritable obsession.


POURQUOI CELA?
Le rouge est censé masquer la vieillesse et refléter la sensualité. on en met partout, jusque sur les joues des morts. Casanova le dit: «On le met pour faire plaisir aux yeux, qui voient les marques d'une ivresse qui leur promet des égarements et des fureurs enchanteresses.» Même au lit, les femmes s'enduisent d'un demi-rouge. Des publicités l'exaltent: il y a le rouge végétal de la Demoiselle Latour, «qui unit au parfum de la rose son coloris le plus brillant, sous toutes les nuances» (1788); «le fard merveilleux de Jacquelin, rue du Bac, cosmétique composé de deux liquides: le premier blanchit, le second donne l'incarnat le plus beau» (1742); le célèbre «Rouge de la Reine, chez le sieur Dubuisson, rue des Ciseaux» (1770). A la fin du XVIIIe, il se vendra un millier de pots de rouge pour la cour! Lady Montagu décrira alors Versailles comme une assemblée de «moutons nouvellement écorchés». on souligne aussi en bleu les veines du front, des tempes et de la gorge, pour bien montrer le sang bleu aristocratique.

(Extraits de «Le fard cache les nuits de folies» de Dominique Paquet.Propos recueillis par Dominique Simonnet sur l’Express.fr)


Cette fois c'est bon, je prens la poudre..... d'escampette!

Bonne soirée

:bisou:


Michelle.N37
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 2 mars 2010 19:20



Inscrit le: 21/05/2007
Messages: 3 629
Merci Béné pour ce cours d'hygiène
Beurk!ça devait sentir drôlement mauvais!
Il devait en falloir du parfum pur masquer tout ça.
et maintenant bon appétitLaughing


http://gw4.geneanet.org/index.php3?b=michellelabarre&lang=fr
83-Brun,Bruna,Brunet,Filliol,Issaurat
02-Sellier,Demonceaux
04-Camatte,Collomp,Fouque,Guichard
06-Diaque, Diaque
22-Le Bideau,Nicolas.
29-Guezelou,Postic.
60-Douchement,Genvy,Guerbe,Magnier ou Mangnier
80:-Crepy,Fortin,Jourdain,LeJeune,Meigneux,Pegard,Tourneur.







christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 3 mars 2010 07:11



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
Bonjour

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Michelle.N37
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 3 mars 2010 11:09



Inscrit le: 21/05/2007
Messages: 3 629
Bonjour Jean,et bonjour à tous ceux qui vont passer par là ,ce jour.
Brrr,écorcheur rien que le mot fait froid dans le dos!



http://gw4.geneanet.org/index.php3?b=michellelabarre&lang=fr
83-Brun,Bruna,Brunet,Filliol,Issaurat
02-Sellier,Demonceaux
04-Camatte,Collomp,Fouque,Guichard
06-Diaque, Diaque
22-Le Bideau,Nicolas.
29-Guezelou,Postic.
60-Douchement,Genvy,Guerbe,Magnier ou Mangnier
80:-Crepy,Fortin,Jourdain,LeJeune,Meigneux,Pegard,Tourneur.







Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 3 mars 2010 12:17



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Écorcheur.
Celui qui écorche les bêtes pour la boucherie

Appelé aussi Affachayre, il sépare viandes et cuir.




Ecorchage d'un boeuf aux Abattoirs de La Villette.





Et un écorcheur célèbre :

Caboche (Simon Lecoustellier, dit), écorcheur de la Boucherie de Paris au commencement du XVe siècle. on ignore la date de sa naissance et celle de sa mort. Il était sans doute fils de "Pierre Le Coustellier, escorcheur de la Grande Boucherie", qui vivait encore en 1401. Simon Caboche apparut au milieu de la lutte des Armagnacs et des Bourguignons; il a joué un rôle important dans les émeutes qui ont agité Paris en 1413. Comme les principaux bouchers, il était en relations secrètes avec Jean Sans Peur, le duc Bourgogne, depuis la seconde moitié de 1411.

Voir : http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=R%C3%A9volte_des_Cabochiens&oldid=42108622

Bonne journée.

:bisou:
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 3 mars 2010 13:17



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
coucou

j'ai un nouveau métier



Accastilleur


patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 3 mars 2010 13:19



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
et un autre




Accouveur


patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 3 mars 2010 13:27



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
et encore




un Affréteur


patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 3 mars 2010 14:14



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Billonneur

Celui qui falsifie la monnaie, et distribue cette fausse monnaie
Aujourd’hui on dit Faux monnayeur


Mais Jean, nous pouvons l’inclure dans la liste des métiers car il fut un temps (très lointain certes…..) où c’était un métier honnête… Mais depuis le XIVème siècle, cela ne l’est plus…



Encyclopédie Méthodique. Histoire publié par Charles-Joseph Panckoucke (París)1783








Dictionnaire de la pénalité dans toutes les parties du monde connu. Edme Théodore Bourg , connu comme Saint-Edme – 1825


Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 3 mars 2010 14:20



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Alors Christophe, tu t’es endormi avec le dictionnaire sur l’oreiller hier soir ?Blink Blink


Accastilleur , mot récent pour Gréeur

Ouvrier qui grée les bâtiments, qui garnit un bâtiment de voiles, poulies, manoeuvres, etc. dont il a besoin pour naviguer



Actuellement, l’accastilleur assure le montage, la pose, l’ajustage et le réglage de l’accastillage des bateaux et navires de plaisance : taquets, winches, poulies, gouvernail et autres accessoires de pont. Il travaille sur les fixations de liaison entre la coque, le pont et les superstructures (mâts, gréements, voiles). Il pose les éléments d’aménagement de l’espace habitable (balcons, mains courantes, hublots), dont il assure l’étanchéité.
L’accastilleur travaille en atelier pour un chantier naval ou sur un parc de stockage pour navires en cale sèche en voie de finition ou de réparation. Il opère seul ou en équipe selon l’importance du navire à équiper. Il identifie et évalue les délais de réalisation des travaux, définit les moyens techniques et l’outillage à mettre en œuvre.


Affréteur

Celui qui prend un bâtiment à louage.

Actuellement le métier concerne d’autres moyens de transport que les navires.

Un affréteur est une personne ou une société , qui loue un navire, un avion, un camion, etc. pour un temps déterminé (affrètement à temps), ou pour un voyage particulier (affrètement au voyage).

L'affréteur est un intermédiaire entre clients (qui ont des marchandises à expédier ou passagers à transporter) et transporteurs. Il cherche le meilleur moyen de transport.

Accouveur

Qui s'occupe de l'accouvage (technique permettant de faire incuber et éclore des oeufs dans des couveuses artificielles).

Je pensais que c’était un métier récent……. Mais non !!!

Trois mille ans avant l'ère chrétienne, les hommes pratiquaient l'incubation artificielle.
Dans l'échelle des civilisation, c'est en Chine que l'on trouve les premières traces de l'incubation artificielle, trois mille ans environ avant l'ère chrétienne. Mais c'est en Egypte que l'on peu voir encore aujourd'hui, fonctionner les manals, monuments construits il y a quatre ou cinq mille ans en vue de l'incubation artificielle. Chaque manal comprend un nombre variable de fours chauffés à la fiente de chameau desséchée. Certains, comme celui d'Alexandrie, ont une contenance de 90.000 oeufs.
Particularités curieuse:
Les spécialistes de cette profession, se transmettent leurs principes et leurs secrets en famille, de père en fils. Aucun appareil de contrôle n'est utilisé, le mirage se fait à l'oeil, en plaçant l'oeuf sur le trajet d'un rayon de soleil.
La température est évaluée par le contact de la coquille avec la paupière.
Tout chauffage est supprimé à partir du 11e jour, <<La vie entrant à se moment précis dans la coquille>>.
Malgré ces méthodes rudimentaires, les résultats d'éclosion, excellents dans leur ensemble, atteignent 60 à 65 % des oeufs mis en incubation, pourcentage qu'envieraient de nombreuses installations modernes.
(Extrait du livre Poule et Oeuf de G.Lissot.)



Et dans l’Encyclopédie ou Dictionnaire Raisonné des Sciences , des Arts et des Métiers(1751-1772) , on trouve ces planches qui décrivent des couveuses.




Le haut de la Planche représente la maniere de construire les fours à faire éclore les poulets. c'est un tonneau enfoncé dans le fumier avec des couvecles qui lui sont propres.
Fig. 1. Tonneau dont le fond est posé sur un lit de fumier f f, h h. i, intérieur du tonneau enduit de plâtre.
2. Tonneau plus enfoncé dans le fumier avec son couvercle, dont les pieces d, c c, b b, a a, sont représentées fig. 4.
Fig. 3. Tonneau trop enfoncé dans le fumier.
4. Pieces du couvercle du tonneau ou four. a a, premiere piece qui reçoit le bord du tonneau ou four. b b, piece qui est reçue dans la piece a a. c c, piece qui est reçue dans la piece b b. d, piece qui est reçue dans la piece c c. Ce sont des especes de regîtres qui font monter ou descendre la chaleur.
5. Toutes les pieces du couvercle du four ou tonneau assemblées, ou le couvercle vû en - dessous.
6. Portion du tonneau & du couvercle brisée, où l'on voit la maniere dont le tonneau est reçû dans la premiere piece, & dont toutes les autres pieces sont reçûes les unes dans les autres.
7. Bouchon.
8. Vûe d'un tonneau ou four à couvercle plus simple.
9. Piece de bois qui ferme l'ouverture quarrée du couvercle.
10 & 11. Deux thermometres, l'un ordinaire, & l'autre propre à l'art de faire éclore les poulets.
12. Bouteille propre à faire un thermometre à beurre.
13. Panier d'oeuss, avec un thermometre dessus.
14. Panier qui montre l'extrémité d'un canal d'osier dans lequel le thermometre sera placé.
15. OEuf numéroté du jour où il a été mis au four.
16. Four brisé en partie, pour montrer comment deux paniers y peuvent être suspendus l'un au - dessus de l'autre.
17. Autre four brisé en partie pour laisser voir comment trois paniers peuvent être ajustés les uns au - dessus des autres.
18. Bourlet complet qui s'adapte dans le bourlet brisé de la fig. 17.
19. Usage de la propriété d'expansion des liqueurs, pour ouvrir les regîtres d'un four.



Fig. 1. Tonneau destiné à être un four, avec un porte - vent pour y renouveller l'air. e c d, le porte - vent. a, son extrémité garnie de tuyaux percés en arrosoir.
2. L'extrémité du porte - vent séparée.
3. Vûe d'un four horisontal. A B C D E, mu abattu pour montrer le four. F F, couches de fumier. G G, fumier sous le four. H I, H, montans à coulisses pour la porte K. M, boîte d'oeufs. P, O, O, piés de devant du chariot. Q, table qui soû - tient le chariot tiré. R R T T, entrée du deuxieme four. T T, V V, porte brisée du four. X, bâton qui sert de soûtien à la table. Y, regîtres. Z a b, boîte pleine d'oeuss. a, petite cloison. d d, e e, un des côtés du chariot. e o, roulettes. h, bord supé - rieur d'un des côtés de la caisse. k, derriere du four. m, restes de tringles qui regnent d'un bout à l'autre du four, & sur lesquelles posent les roulet - tes du chariot. o o, partie du chariot vûe par l'en - trée du four.





N'en jetez plus, la cour est pleine!!!

Bonne après midi

:bisou:

joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 3 mars 2010 16:56



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Hiding Béné,
Bonjour à tous,

Pas très présente en ce moment, mais je pense à vous tous les jours.

bravo Béné, pour tes excellents articles, (comme toujours)et merci à Jean pour ces trouvailles dans les affiches d'Angers)/

Christophe, j'espère que la tempête t'a épargné, ce qui malheureusement n'est pas le cas de tout le monde.

Chez nous pas grand chose, le plus dur à été pour les vallées des pyrenées, qui étaient orientées Nord-Sud.

Argelès Gazost à bien dérouillée,
Hautacam est obligée de fermer, et Luchon..........

Je vous souhaite une bonne fin de journée.

:bisou: :bisou: :bisou:

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 4 mars 2010 09:44



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Hiding Joelle.


Restaurateur ambulant en Cochinchine.


Bonne journée.

:bisou:
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 4 mars 2010 15:22



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
Bonjour

oui Joëlle pas de problème pour mon Moulin,
il faudrait encore plus d'eau pour le recycler en phare

mais là il y aurait encore plus de victimes


patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 4 mars 2010 16:53



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Hiding Christophe,
Coucou tout le monde,

Je suis contente pour toi Christophe, mais avais tu au moins eu le temps de mettre les ailes à ton moulin?

Bon fin de journée à tous

:bisou: :bisou:

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 4 mars 2010 16:54



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
On a pas beaucoup parlé du travail des enfants !


industrie textile en 1908

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 4 mars 2010 16:59



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
NON Joëlle ,et vu le prix !!!,


j'attends un heureux donateur

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 4 mars 2010 17:00



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
un vieux métier des Enfants : écolier !!!!

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 4 mars 2010 19:52



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonsoir

C'est vrai Joelle.... tu nous prépare un petit topo?Smile


Comme dit Christophe, mieux vaut voir les enfants exercer ce métier-là....


Photo Robert Doisneau.

Bonne soirée.

:bisou:

christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 4 mars 2010 20:08



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonne soirée

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 4 mars 2010 21:23



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonsoir Christophe, bonsoir Joëlle heureux de te lire à nouvea, bonsoir Jean, bonsoir Michou...:bisou:
Oui, c'est une bonne idée de parler du travail des enfants. Comme beaucoup, j'en ai trés vagueemnt entendu parlé, mais sans savoir vraiment à quoi ça correspondait.etrange Question
Bonne soirée
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 5 mars 2010 11:11



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Bonjour Béné, Jean Marc, Jean et Christophe, sans oublier nos petits nouveaux.

Le travail des enfants, je vous prépare cela pour la semaine prochaine, mon homme sera en déplacement et j'aurai du temps.

En Attendant, je vous souhaite un bon week end.

:bisou: :bisou:



"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 5 mars 2010 12:43



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Bon Week-end Joelle.

Pensionnaire


Selon le Littré :

- Celui ou celle qui reçoit une pension d'un État, d'un prince, d'un particulier.
Par plaisanterie. Un pensionnaire du roi, un homme détenu en prison.

-En matière bénéficiale, celui qui jouit d'une pension sur un bénéfice.

-Celui ou celle qui paie une pension pour être logé et nourri.

-Élève à demeure dans une maison d'éducation.

-Élève de peinture, de sculpture ou d'architecture, entretenu à Rome par le gouvernement pour se perfectionner.


Et d’un point de vue professionnel, trois possibilités.

-Comédien pensionnaire, ou, simplement, pensionnaire, comédien qui ne participe point aux bénéfices de la société et qui reçoit un traitement fixe ; cela ne se dit qu'en parlant du Théâtre Français. Les pensionnaires du Théâtre-Français.



-Titre donné autrefois, dans l'académie des sciences, à certains membres. Les membres de l'ancienne académie des sciences depuis le règlement de 1699 étaient de quatre sortes : honoraires, pensionnaires, associés et élèves ; les pensionnaires étaient les véritables académiciens, ALF. MAURY, L'anc. académie des sciences, p. 42.



-Titre qu'on donnait en Hollande au premier ministre des états, ainsi qu'au ministre de la régence de chaque ville ; leur nom vient de la pension ou des appointements réglés qu'on leur donnait.



Bonne journée.

:bisou:
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 5 mars 2010 14:02



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
Bonjour

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 5 mars 2010 15:13



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
En attendant : à méditer

Où vont tous ces enfants dont pas un seul ne rit ?
Ces doux êtres pensifs, que la fièvre maigrit ?
Ces filles de huit ans qu’on voit cheminer seules ?
Ils s’en vont travailler quinze heures sous des meules ;
Ils vont, de l’aube au soir, faire éternellement
Dans la même prison le même mouvement.
Accroupis sous les dents d’une machine sombre,
Monstre hideux qui mâche on ne sait quoi dans l’ombre,
Innocents dans un bagne, anges dans un enfer,
Ils travaillent. Tout est d’airain, tout est de fer.
Jamais on ne s’arrête et jamais on ne joue.
Aussi quelle pâleur ! la cendre est sur leur joue.
Il fait à peine jour, ils sont déjà bien las.
Ils ne comprennent rien à leur destin, hélas !
Ils semblent dire à Dieu : « Petits comme nous sommes,
« Notre père, voyez ce que nous font les hommes ! »
Ô servitude infâme imposée à l’enfant !
Rachitisme ! travail dont le souffle étouffant
Défait ce qu’a fait Dieu ; qui tue, œuvre insensée,
La beauté sur les fronts, dans les cœurs la pensée,
Et qui ferait — c’est là son fruit le plus certain —
D’Apollon un bossu, de Voltaire un crétin !
Travail mauvais qui prend l’âge tendre en sa serre,
Qui produit la richesse en créant la misère,
Qui se sert d’un enfant ainsi que d’un outil !
Progrès dont on demande : « Où va-t-il ? Que veut-il ? »
Qui brise la jeunesse en fleur ! qui donne, en somme,
Une âme à la machine et la retire à l’homme !
Que ce travail, haï des mères, soit maudit !
Maudit comme le vice où l’on s’abâtardit,
Maudit comme l’opprobre et comme le blasphème !
Ô Dieu ! qu’il soit maudit au nom du travail même,
Au nom du vrai travail, saint, fécond, généreux,
Qui fait le peuple libre et qui rend l’homme heureux !


Victor Hugo, Les Contemplations, 1838

Malheureusement ce teste me semble toujours d'actualité et aurait pu être écrit auourd'hui.

à lundi

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 5 mars 2010 16:23



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonjour Joëlle, bonjour Bénédicte, bonjour Jean, bonjour Michou, bonjour Christophe...:bisou:
Joëlle, c'est fippant comme texte!Shocked
Ca me froid froid dans le dos...Shocked
Michelle.N37
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 5 mars 2010 19:17



Inscrit le: 21/05/2007
Messages: 3 629
Joelle,Béné,Jean,Christophe,Jean-marc bonjour à vous!:bisou:
Quand on pense à nos gamins d'aujourd'hui "pourris"et souvent insatisfaits,ça fait réfléchir...
Je n'aurais pas aimer vivre à cette époque,même si tout n'est pas rose aujourd'hui
.


http://gw4.geneanet.org/index.php3?b=michellelabarre&lang=fr
83-Brun,Bruna,Brunet,Filliol,Issaurat
02-Sellier,Demonceaux
04-Camatte,Collomp,Fouque,Guichard
06-Diaque, Diaque
22-Le Bideau,Nicolas.
29-Guezelou,Postic.
60-Douchement,Genvy,Guerbe,Magnier ou Mangnier
80:-Crepy,Fortin,Jourdain,LeJeune,Meigneux,Pegard,Tourneur.







christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 6 mars 2010 04:53



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
Bonjour et bon Week end

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 6 mars 2010 09:55



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Toujours dans les pays lointains et rejoignant le travail des enfants:


Petit barbier indochinois.


Bonne journée.

:bisou:
Michelle.N37
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 6 mars 2010 11:56



Inscrit le: 21/05/2007
Messages: 3 629
Bonne journée à tous:bisou:
Jump



http://gw4.geneanet.org/index.php3?b=michellelabarre&lang=fr
83-Brun,Bruna,Brunet,Filliol,Issaurat
02-Sellier,Demonceaux
04-Camatte,Collomp,Fouque,Guichard
06-Diaque, Diaque
22-Le Bideau,Nicolas.
29-Guezelou,Postic.
60-Douchement,Genvy,Guerbe,Magnier ou Mangnier
80:-Crepy,Fortin,Jourdain,LeJeune,Meigneux,Pegard,Tourneur.







Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 6 mars 2010 22:18



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonsoir Michou, bonsoir Bénédicte, bonsoir Jean, bonsoir Christophe, bonsoir Joëlle...:bisou:
Bénédicte, on avait pas parlé de travail des enfants l'an passé ?etrange Il me semble que l'on avait mentionné le cireur de chaussure entre autre.Neutral
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 7 mars 2010 08:56



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonjour

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 7 mars 2010 11:22



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonjour Christophe, bonjopur Bénédicte, bonjour Michou, bonjour Jean, bonjour Joëlle...:bisou:
Un petit coucou avant de partir au boulot. Angry
A toutes les Grand-mère, une bonne fête.bougie
Michelle.N37
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 7 mars 2010 11:44



Inscrit le: 21/05/2007
Messages: 3 629
Bonjour Jean marc!Tu bosses le dimanche?
Bon courage.
Petit bonjour à tous et plein de:bisou: aux mamies.


http://gw4.geneanet.org/index.php3?b=michellelabarre&lang=fr
83-Brun,Bruna,Brunet,Filliol,Issaurat
02-Sellier,Demonceaux
04-Camatte,Collomp,Fouque,Guichard
06-Diaque, Diaque
22-Le Bideau,Nicolas.
29-Guezelou,Postic.
60-Douchement,Genvy,Guerbe,Magnier ou Mangnier
80:-Crepy,Fortin,Jourdain,LeJeune,Meigneux,Pegard,Tourneur.







Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 7 mars 2010 14:19



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous





à toutes les Grands-Mères!

Bonne journée.

:bisou:
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 8 mars 2010 10:18



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonjour Jean, bonjour Bénédicte, bonjour Christophe, bonjour Michou, bonjour Joëlle.:bisou:
C'est interressant cet article Jean ! bravo Je me régale chaque fois que vous mettez un article de l'organe de presse.Thumb Up
Pour Michou, les anciens du fil pourront le confirmer : je suis Agent de Surveillnce de Paris. Mr. Green C'est à peu prés l'équivalent de Policier Municipal. Travaillant en cycle 4/2, j'ai mes repos consécutifs et tournants; d'où je traville aussi bien le dimanche que les jours fériés.carton
Je me souviens encore que Bénédicte, suite à ma présentation, avait fait un remarquable sujet sur la police municipale (merci Bénédicte!).ouioui Thumb Up
Bonne journée.WOW
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 8 mars 2010 10:57



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Bonjour à tous,
Temps pourri aujourd'hui, il fait froid et ils nous annoncent de la neige.

LE TRAVAIL DES ENFANTS

Il semble que les enfants aient travaillé depuis l’Antiquité, principalement aux champs avec leurs parents et en participant aux tâches domestiques. En Europe et en Amérique du Nord, la Révolution industrielle entraîne une prise de conscience de leurs conditions de travail et mène progressivement à une restriction du travail des enfants. Dans les pays actuellement « en développement », ce n’est qu’à partir de la mondialisation du XXe siècle qu’une véritable prise de conscience s’opère[3].

Avant l’industrialisation

.Le travail des enfants existe depuis l’Antiquité : l’enfance étant alors une période courte en raison de la faible espérance de vie, les jeunes filles sont mariées tôt (14 à 15 ans[11]) et les enfants participent aux tâches domestiques et agricoles. Le cercle familial est le principal « lieu de travail », les enfants participant ainsi à l’économie du ménage. Si les garçons apprennent progressivement le métier du père, les filles sont éduquées à la tenue de la maison puis, à partir du Moyen Âge, sont employés dans l’artisanat à domicile, par exemple avec le tissage. L’éducation au Moyen Âge n’est guère répandue et reste réservée aux familles aisées. Toujours à partir du Moyen Âge, les enfants commencent à travailler hors du foyer pour répondre à la fois à la demande d’employeurs à la recherche de main-d’œuvre peu coûteuse et au besoin des familles pauvres de survenir à leurs besoins : les garçons sont affectés aux travaux des champs et les filles travaillent comme servantes.



Des contrats de travail apparaissent sous la forme de « contrats de louage » ou de placement comme apprenti dans les corporations des villes et ce dès 12 ou 13 ans. on trouve ainsi des enfants et adolescents sur les grands chantiers de construction, bénéficiant toutefois d’un salaire inférieur à celui d’un adulte quand ils en reçoivent un. Les enfants abandonnés et les orphelins (environ 2 000 abandonnés par an à Paris au début du XVIIIe siècle, 35 000 par an en France vers 1830) sont mis au travail par les institutions qui les recueillent, comme pour des travaux de couture vendus par la suite, mais aussi placés en apprentissage. Certaines mineures sont prostituées et des enfants vivent de la mendicité comme c’est parfois le cas actuellement.

À la fin du XVIIIe siècle, l’école reste toujours aussi peu répandue et les enfants sont couramment placés comme valets de ferme à la campagne (dès 9 ou 10 ans) ou comme domestiques en ville. on en rapporte ainsi plus de 120 000 à Londres dans les années 1850. Le travail informel se développe avec les grandes villes et l’on trouve ainsi de jeunes cireurs de chaussures, vendeurs de journaux, porteurs, éboueurs ; on trouve même des enfants dans les théâtres et les cirques à Paris. En l’absence de protection sociale, leur salaire sert de supplément à celui des parents et permet entre autres de subvenir à leurs propres besoins.

La Révolution industrielle
Les enfants ouvriers

Dans une usine américaine à Newberry, Caroline du Sud, en 1908.La Révolution industrielle survient tout d’abord au Royaume-Uni et en France à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle. Alors que les nombreuses manufactures, les mines ou les chantiers embauchent des ouvriers en masse, ceux-ci, le plus souvent avec de nombreux enfants et un faible revenu, encouragent leurs enfants à entrer avec eux à l’usine où ils effectuent les tâches subalternes dans les mêmes mauvaises conditions que les adultes. on trouve ainsi des enfants dans les cotton mills du Nord de l’Angleterre, dans les docks et les ateliers textiles des États-Unis ou dans les filatures françaises.



Le travail des enfants, avec celui des femmes, a trois avantages pour les industriels. Il permet de faire pression à la baisse sur les salaires des ouvriers adultes masculins ; il permet de livrer la famille entière au travail ouvrier, ce qui accélère la rupture avec le monde rural traditionnel ; enfin il fournit une main-d’œuvre plus abondante, permettant d’utiliser les machines à plein rendement.



La souplesse et la petite taille des enfants leur attribueraient des aptitudes que les adultes n’ont pas. Ils sont employés à des travaux très précis, ils peuvent tirer en rampant les berlines dans les boyaux des mines, nettoyer les parties les moins accessibles des machines ou encore rattacher les fils brisés derrière les métiers à tisser. Le travail est très précoce : les enfants de quatre ans sont assez recherchés afin d’être « formés » sur les machines dès qu’ils en ont l’aptitude physique.

En Angleterre, les paroisses, qui ont la charge du secours aux enfants déshérités, les vendent aux industriels, par l’intermédiaire de petites annonces dans la presse, lorsqu’elles ne souhaitent plus les secourir ou font face à des surplus d’enfants. Cette traite se fait souvent sans même l’avis des parents.

Le travail est non seulement très dur, mais les enquêtes de l’époque témoignent en outre de sévices infligés par des employeurs : les membres trop courts des enfants sont adaptés à la machine par des appareillages, ils sont fouettés lorsque la cadence de production se met à baisser. Ces conditions ont des conséquences sanitaires. Comme les femmes, les enfants travaillant dans le textile sont souvent frappés par la tuberculose, du fait de la poussière et de l’humidité. Ils subissent aussi l’asthme, les allergies diverses. Les enfants souffrent plus particulièrement de scolioses et de rachitisme. D’après une enquête de la British Association de 1878, les garçons de onze et douze ans des milieux ouvriers ont une taille en moyenne inférieure de 12 cm à ceux des milieux bourgeois et aristocratiques allant à l’école.

Au cours du XIXe siècle, l’importance du travail des enfants varie selon les secteurs et les périodes. Ainsi, si en Angleterre la part des enfants dans la main-d’œuvre de l’industrie cotonnière est de seulement 5 % en 1850, contre 13,3 % en 1834, elle remonte beaucoup à l’occasion des crises économiques (14 % en 1874). L'historien Howard Zinn précise qu'aux États-Unis en 1880, un enfant de moins de seize ans sur six travaille.
wikipedia


L'embouteillage des eaux de la source Vittel Vosges

à suivre

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 8 mars 2010 10:59



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
TEMOIGNAGES :

Témoignage d'une fillette de 11 ans in Les débuts de l'industrie, p.43, Enquête de la commission des Mines (1842), en France.

"Je travaille au fond de la mine depuis trois ans pour le compte de mon père. Il me faut descendre à la fosse à trois heures du matin et je remonte à une ou deux heures de l'après-midi. Je me couche à six heures du soir pour être capable de recommencer le lendemain. A l'endroit de la fosse où je travaille, le gisement est en pente raide. Avec mon fardeau, j'ai quatre pentes ou échelles à remonter, avant d'arriver à la galerie principale de la mine. Mon travail c'est de remplir quatre à cinq wagonnets de deux cents kilos chacun. J'ai vingt voyages à faire pour remplir les cinq wagonnets. Quand je n'y arrive pas, je reçois une raclée, je suis bien contente quand le travail est fini, parce que ça m'éreinte complètement."




Extrait du Tableau de l'état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et de soie, de Villermé, 2 vol., 1840, t. l, p.25

Cette enquête fut écrite par Villermé, médecin français à Paris. Il fut chargé de cette mission par l'Académie de médecine dont il faisait partie.


« Les seuls ateliers de Mulhouse comptaient en plus de 5'000 ouvriers logés dans les villages environnants. Ces ouvriers sont les moins bien rétribués. Ils se composent principalement de pauvres familles chargées d'enfants en bas âge et venues de tous côtés, quand l'industrie n'était pas en souffrance, s'établir en Alsace, pour y louer leur bras aux manufactures. Il faut les voir arriver chaque matin en ville et en partir chaque soir. Il y a parmi eux une multitude de femmes pâles, maigres, marchant pieds nus au milieu de la boue et qui, faute de parapluie, portent renversé sur la tête, lorsqu'il pleut, leur tablier ou leur jupon de dessus pour se préserver la figure et le cou, et un nombre plus considérable de jeunes enfants non moins sales, non moins hâves, couverts de haillons tout gras de l'huile des métiers tombée sur eux pendant qu'ils travaillent. Ces derniers mieux préservés de la pluie par l'imperméabilité de leurs vêtements, n'ont pas même au bras un panier où sont les provisions pour la journée, mais ils portent à la main ou cachent sous leur veste ou comme ils peuvent le morceau de pain qui doit les nourrir jusqu'à l'heure de leur rentrée à la maison. Ainsi à la fatigue d'une journée déjà démesurément longue puisqu'elle est au moins de 15 heures vient se joindre pour ces malheureux celle des allers et retours si fréquents, si pénibles. Il en résulte que le soir ils arrivent chez eux accablés par le besoin de dormir, et que le lendemain ils en sortent avant d'être complètement reposés pour se trouver dans l'atelier à l'heure de l'ouverture.»

à suivre

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 8 mars 2010 11:00



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Conditions de travail des enfants

"Dans les mines de charbon ou de fer travaillent des enfants de quatre, cinq, sept ans ; la majorité toutefois a plus de huit ans. Ils sont employés à transporter les matériaux extraits du front de taille à la voie où passe le cheval ou au puits principal, et à ouvrir et refermer, au passage des travailleurs et des matériaux, les portes coulissantes qui séparent les différentes sections de la mine. Pour surveiller ces portes, on emploie ordinairement les enfants les plus jeunes qui, de cette façon, sont contraints de rester douze heures par jour dans l'obscurité, tout seuls, dans un passage étroit, la plupart du temps humide, sans même avoir le travail suffisant et nécessaire capable de les protéger de l'ennui abêtissant et abrutissant qui naît de l'inaction.

Le transport du charbon et du fer est en revanche un travail très dur, car il faut tramer ces matériaux dans d'assez grandes bennes sans roues, sur le sol inégal des galeries, souvent sur de la terre humide ou dans l'eau, souvent en montant des pentes raides et par des passages qui sont parfois si étroits que les travailleurs sont obligés d'aller à quatre pattes. Pour ce travail fatiguant, on prend par conséquent des enfants plus âgés et de jeunes adolescentes. Selon les cas, il y a avec la benne soit un seul travailleur, soit deux plus jeunes, dont l'un tire et l'autre pousse. L'extraction, qui est exécutée par des adultes ou déjeunes garçons robustes de seize ans et plus, est également un travail très fatigant. La durée du travail est habituellement de onze à douze heures, souvent plus ; en Écosse, elle va jusqu'à quatorze heures et, très fréquemment, on fait une double journée, si bien que l'ensemble des travailleurs reste sous terre en activité vingt-quatre, voire, assez souvent, trente-six heures consécutives. on ignore le plus souvent les heures fixées pour les repas, si bien que l'on mange lorsqu'on a faim et qu'on en a le temps.

Il n'est pas rare que les enfants, en arrivant chez eux, se jettent sur le carrelage devant le foyer et s'endorment aussitôt, qu'ils soient incapables de prendre aucune nourriture et que leurs parents soient obligés de les laver endormis et de les mettre au lit ; bien plus, il arrive qu'en route, ils se couchent de fatigue et que leurs parents, bien avant dans la nuit, les cherchent et les trouvent endormis.

La conséquence première d'un tel surmenage est que toute force vitale ne sert qu'à l'exercice des muscles, si bien que ceux des bras, des jambes, du dos, des épaules et de la poitrine en particulier, qui sont principalement utilisés en tirant et en poussant la benne, atteignent un développement anormal, tandis que tout le reste du corps souffre du manque de nourriture et se rabougrit. C'est la raison pour laquelle la taille reste petite et stationnaire. La puberté est retardée aussi bien chez les garçons que chez les filles, chez les premiers souvent jusqu'à dix-huit ans. Jambes arquées, genoux cagneux, pieds plats, déviations de la colonne vertébrale et autres malformations sont courants.

[Suit la description des principales maladies qui touchent les mineurs, qui vont des maux d'estomac aux maladies pulmonaires, en passant par les malaises cardiaques.]

La conséquence de ces maladies est que, dans tous les districts miniers sans exception, les mineurs vieillissent précocement et sont inaptes au travail peu après la quarantième année. À quarante ans, il est normal de dire qu'un tel travailleur commence à entrer dans la vieillesse.

Si nous résumons les conséquences du travail dans les mines de charbon, nous voyons, d'un côté par l'état infantile prolongé, de l'autre par une vieillesse prématurée, se réduire d'une fraction considérable le temps pendant lequel l'homme est en pleine possession de ses forces et se raccourcir la durée de sa vie par une mort précoce."

D'après Friedrich ENGELS, La situation de la classe ouvrière en Angleterre (1845)

Cité dans BOURGEOIS, Claude, l'époque contemporaine : livre du maître, Lausanne, LEP, 1999

à suivre

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 8 mars 2010 11:05



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Loi sur le travail des enfants


LA PROTECTION DES ENFANTS AU TRAVAIL :
LA LOI DU 22 MARS 1841.



art. 1. Les enfants ne pourront être employés que sous les conditions déterminées par la présente loi.
1° dans les manufactures, usines et ateliers à moteurs mécaniques ou à feu continu, et dans leurs dépendances ;
2° dans toue fabrique occupant plus de vingt ouvriers réunis.

art. 2. Les enfants devront, pour être admis, avoir au moins huit ans.
De huit à douze ans, ils ne pourront être employés au travail effectif plus de huit heures sur vingt-quatre, divisés par un repos.
De douze à seize ans, ils ne pourront être employés au travail effectif plus de douze heures sur vingt-quatre, divisés par des repos.
Ce travail ne pourra avoir lieu que de cinq heures du matin à neuf heures du soir.
L'âge des enfants sera constaté par un certificat délivré sur papier non timbré et sans frais, par l'officier de l'état-civil.

art. 3. Tout travail, entre neuf heures du soir et cinq heures du matin, est considéré comme travail de nuit.
Tout travail de nuit est interdit pour les enfants au-dessous de treize ans.
Si la conséquence du chômage d'un moteur hydraulique ou des réparations urgentes l'exigent, les enfant au-dessous de treize ans pourront travailler la nuit, en comptant deux heures pour trois, entre neuf heures du soir et cinq heures du matin.
Un travail de nuit des enfants ayant plus de treize ans, pareillement supputé sera toléré, s'il est reconnu indispensable, dans les établissements à feu continu dont la marche ne peut pas être suspendue pendant le cours des vingt-quatre heures.

art. 4. Les enfants au-dessous de seize ans ne pourront être employés les dimanches et jours de fêtes reconnus par la loi.

art. 5. Nul enfant âgé de moins de douze ans ne pourra être admis qu'autant que ses parents ou tuteur justifieront qu'il fréquente actuellement une des écoles publiques ou privées existant dans la localité. Tout enfant admis devra, jusqu'à l'âge de douze ans, suivre une école.
Les enfants âges de plus de douze ans seront dispensés de suivre une école, lorsqu'un certificat, donné par le maire de leur résidence, attestera qu'ils ont reçu l'instruction primaire élémentaire.

art. 6. Les maires seront tenus de délivrer au père, à la mère ou au tuteur, un livret sur lequel seront portés l'âge, le nom, les prénoms, le lieu de naissance et le domicile de l'enfant, et le temps pendant lequel il aurait suivi l'enseignement primaire.
Les chefs d'établissement inscriront :
- 1° sur le livret de chaque enfant, la date de son entrée dans l'établissement et de sa sortie ;
2° sur un registre spécial, toutes les indications mentionnées au présent article.

art. 7. Des règlements d'administration publique pourront :
1° étendre à des manufactures, usines ou ateliers, autres que ceux qui sont mentionnés;
2° élever le minimum de l'âge et réduire la durée du travail déterminés dans les articles deuxième et troisième à l'égard des genres d'industrie où le labeur des enfants excéderait leurs forces et compromettrait leur santé ;
3° déterminer les fabriques où, pour cause de danger ou d'insalubrité, les enfants au-dessous de seize ans ne pourront être employés.
4° interdire aux enfants, dans les ateliers où ils sont admis, certains genres de travaux dangereux ou nuisibles ;
5° statuer sur les travaux indispensables à tolérer de la part des enfants, les dimanches et fêtes, dans les usines à feu continu ;
6° statuer sur les cas de travail de nuit, prévus par l'article troisième.

art. 8. Des règlements d'administration publique devront :
1° pourvoir aux mesures nécessaires à l'exécution de la présente loi ;
2° assure le maintien des bonnes mœurs et de la décence publique dans les ateliers, usines et manufactures ;
3° assurer l'instruction primaire et l'enseignement religieux des enfants ;
3° empêcher, à l'égard des enfants, tout mauvais traitement et toute châtiment abusif ;
5° assurer les conditions de salubrité et de sûreté nécessaires à la vie et à la santé des enfants.

art. 9. Les chefs des établissements devront faire afficher dans chaque atelier, avec la présente loi et les règlements d'administration publique qui y sont relatifs, les règlements intérieurs qu'ils seront tenus de faire pour en assurer l'exécution.

art. 10. Le gouvernement établira des inspections pour surveiller et assurer l'exécution de la présente loi. Les inspecteurs pourront, dans chaque établissement, se faire représenter les registres relatifs à l'exécution de la présente loi, les règlements intérieurs, les livres des enfants et les enfants eux-mêmes ; ils pourront se faire accompagner par un médecin commis par le préfet ou le sous-préfet.

art. 11. En cas de contraventions, les inspecteurs dresseront des procès-verbaux, qui feront foi jusqu'à preuve contraire.

art. 12. En cas de contravention à la présente loi ou aux règlements d'administration publique, rendus pour son exécution, les propriétaires ou exploitants des établissements seront traduits devant le juge de paix du canton et punis d'une amende de simple police qui ne pourra excéder quinze francs.
Les contraventions qui résulteront, soit de l'admission d'enfants au-dessous de l'âge, soit de l'excès de travail, donneront lieu à autant d'amende qu'il y aura d'enfants indûment admis ou employés, sans que ces amendes réunies puissent s'élever au-dessous de deux cents francs;
S'il y a de récidive, les propriétaires ou exploitants des établissements seront traduits devant le tribunal de police correctionnelle et condamnés à une amende de seize à cent francs. Dans les cas prévus par le paragraphe du second présent article, les amendes ne pourront jamais excéder cinq cents francs.
Il y aura récidive, lorsqu'il aura été rendu contre le contrevenant, dans les douze mois précédents, un premier jugement pour contravention à la présente loi ou aux règlements d'administration publique qu'elle autorise.

art. 13. La présente loi ne sera obligatoire que six mois après sa promulgation.




"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 8 mars 2010 11:24



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
C'est effarent!quoi Je n'arrive pas à comprendre que l'on ait fait subir de tels actes à des enfants!carton Wall Bash Angry
Aujourfd'hui, c'est la journée de la femme. Alors mesdames, tenez, c'est pour vous.amour
Répondre |  | 

Aller au forum