Forums

 
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15 - Filae.com
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 11 février 2010 19:03



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bon, pas militaire mais chirurgien juré

Trouvé sur le Web:

B. 98. (Liasse.) — 108 pièces, papier.
1702. — Civil. — Placets d'audience. — Y figurent: François de Taillevis, chevalier, seigneur de La Mezière, de La
Perrine et autres lieux, contre François Gautereau; — Marie-Ignace de Brault, abbesse de l'abbaye royale des Filles-
Dieu du Mans, contre Claude-Charles de Laval, marquis de La Faigne; — René Gasté, conseiller du Roi et son premier
médecin en la ville de Mayenne, contre Michel Griffaton et Barthélemi Hottier, chirurgiens-jurés de la même ville, etc.
(Collections Gen***.org)

Je te remets la définition de la p94:

Chirurgien Juré
Chirurgiens jurés, titre que l'on donnait aux chirurgiens, à cause du serment qu'ils prêtaient entre les mains du magistrat.

Ces chirurgiens jurés (comme les médecins jurés), qui donc avaient prêté serment, pouvaient travailler auprès des tribunaux dans des tâches de médecine légale.


:bisou:



Yves.G389
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 12 février 2010 09:56


Inscrit le: 25/01/2007
Messages: 448
Oui je sais bien que beaucoup de haies ont disparu en France j'y ai moimeme participé puisqu'ancien agiculteur normand à la retaite, mais il faut vivre aussi avec son temps,entre transformer le bocage normand en une vaste plaine type la Bauce ou le Sahara et revenir au temps de Jesus Christ il y a une marge. Voyez vous de cette époque l'outil n'a pas changeait l'araire devenue charrue est toujours la meme si ce n'est que de un soc on est passé à un grand nombre ! Les autres metiers ont évolué sans que personne n'y trouve à redire moi je veux bien que les gens de la ville imposent aux agriculteurs de revenir au temps de mon grand-père ,mais comme lui plus d'ordinateur ,de calculatrice et de telephone portable mais vive la plume Sergent-Major ,les belles additions d'une page et les actes calligraphiés et le calcul du robinet qui coule dans la baignoire qui fuit !!! C ETAIT LE BON TEMPS
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 12 février 2010 10:26



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Bonjour Béné, Bonjour Jean, Bonjour Christophe, et Bonjour Jean Marc,

Bienvenue à Yves.

Merci Béné, pour ces éclaircissements.

Toujours la neige ici. Béné, j'espère que ta maman n'est pas ensevelie sous la neige, car cela tombre fort du coté de Lannemezan!!!!!!!

:bisou: :bisou:

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 12 février 2010 12:43



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Je ne sais pas Joelle car aujourd'hui je n'ai pas parlé avec elle..... mais je le crains...

Bonjour Yves

Ne vous fâchez pas! Loin de moi l’idée de vouloir faire retourner les agriculteurs aux temps de Jésus Christ. Je respecte profondément et j’admire le métier d’agriculteur; la plupart de mes ancêtres l’étaient, jusqu’à mes grands parents maternels.
Je comprends et je suis d’accord avec vous que les agriculteurs doivent utiliser un outillage moderne qui leur facilite la tâche.
Je suis consciente également des difficultés que la plupart ont rencontrées pour s’adapter aux demandes de notre société et aux exigences souvent contradictoires des décideurs de la politique agricole de la Communauté Européenne.
Mais vous reconnaitrez avec moi que certaines décisions ont été erronées …… et une fois encore je ne crois pas que la faute en soit des agriculteurs.

Quelques scènes du temps de votre grand-père (sans nostalgie...)







Et celle ci, nettement antérieure.... mais après J.C.Mr. Green



Je vous souhaite une excellente retraite dans cette jolie région de Normandie.Laughing
Amicalement.

Bonne journée à tous

:bisou:
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 12 février 2010 14:00



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
un petit coucou

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Yves.G389
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 12 février 2010 16:40


Inscrit le: 25/01/2007
Messages: 448
Bon je suis un peu calmé,mais depuis J.C.le "laboureur a toujours travaillé de la meme façon Very Happyans le sens de la longueur du champ alors commençons par faire des remenbrements intelligents et orientez les parcelles dans le sens que vous voulez qu'on laboure (je sais c'est une vérité de La Pallice mais peu y pensent).
Personne non plus ne s'émotionne que tous les 10 ans la valeur d'un département français disparait en terres agricoles au profit de l'urbanisation ,zone industielle et pavillonnaire parking de supermarché et autoroute, et là on ne parle jamais de disparition de haies !!!
Je me doit de vous dire quand meme que si il m'est arrivé d'arracher des haies j'en ai replanté aussi ,moins certes !
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 12 février 2010 22:04



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonsoir Jean, bonsoir Bénédicte, bonsoir Yves et bienvenu, bonsoir Jacqueline, bonsoir christophe, bonsoir Joëlle...:bisou:
Hier, c'était pas terrible le temps en IDF...Angry Pour rentrer chez moi,il y a une côte à grimper recouverte de neige verglassée, mais la pente a eu raison de ma voiture...Je me demandais s'il ne fallait pas laisser mon"carrosse" sur place et le récupérer aujourd'hui.Embarassed Sûr, un éléphant n'aurait eu aucune peine à monter ça.Mr. Green
Bonne soirée.
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 13 février 2010 06:29



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonjour,je suis à Orléans pour le Week end ,
il y à 5 cm de neige ,bon samedi à tous


patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 13 février 2010 10:15



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Les hirondelles sont parties.
Le brin d'herbe a froid sur les toits ;
Il pleut sur les touffes d'orties.
Bon bûcheron, coupe du bois.



Les hirondelles sont parties.
L'air est dur, le logis est bon.
Il pleut sur les touffes d'orties.
Bon charbonnier, fais du charbon.



Les hirondelles sont parties.
L'été fuit à pas inégaux ;
Il pleut sur les touffes d'orties.
Bon fagotier, fais des fagots.



Les hirondelles sont parties.
Bonjour, hiver ! bonsoir, ciel bleu !
Il pleut sur les touffes d'orties.
Vous qui mourez, faites du feu.




Victor Hugo.Les hirondelles.


Bonne journée

:bisou:
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 13 février 2010 11:29



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour Jean

Pas trouvé de gardiataire dans le Littré... et pour cause, ce mot-là n'est pas français... il faut dire gardien



(Nouvelle orthologie française, ou Traité des difficultés de cette langue Par Benjamin Legoarant 1832)

Mais gardien de quoi?
Selon le Littré:

Gardien:

Celui, celle qui garde quelqu'un ou quelque chose. Le gardien d'un détenu. Le gardien d'un dépôt.
Celui qui veille à la conservation d'une chose. Le gardien d'un monument.
Agent préposé à la surveillance dans les jardins publics, dans les musées. Les gardiens du jardin du Luxembourg.
Celui qui est préposé par la justice à la garde des objets saisis. on l'a établi gardien des scellés, des meubles saisis.
Terme de marine. Celui qui, dans les ports, garde un magasin, un navire ; le matelot qui surveille la chambre des poudres, etc


Bonne journée

:bisou:
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 13 février 2010 14:16



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Alors Jean, on fait mumuse avec les motsLaughing Laughing

Allez on se couchera moins bête ce soir...

Garderobier, garde-robier

Anciennement, officier chargé, chez les princes, du soin de la garde-robe et des armes.

Gardinier
Synonyme de gardien
Actuellement et en Afrique :Gardien jardinier

Gardier
Celui qui est chargé de veiller à la conservation des droits de quelqu’un (curateur)


Mais moi, voilà ce que je viens de découvrir....

In English a garderobe (or privy) has come to mean a primitive toilet in a castle or other mediaval building, usually a simple hole discharging to the outside. A garderobe tower is tower specifically constructed to house such privies, usually projecting from the outer wall of a castle.
(Wikipedia)




en français... Latrine...

:bisou:
Anne Marie.P114
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 13 février 2010 15:25


Inscrit le: 10/09/2007
Messages: 984
Bonjour, Dans certains de la Creuse et autres départements, ils replantent les haies..Ils se rendent compte que oui les terres réunies c'est mieux mais les haies étaient là pour protéger du vent, du ruisselement de l'eau et pour abriter les bêtes.

Tiens en parlant de bêtes,
un LANGEYEUR : inspecteur qui arpentait les foires agricoles afin d'inspecter les langues des porcs pour être certain que les bêtes n'étaient pas ladre (atteinte de la ladrerie maladie due au Ténia)
Je ne sais pas commment il faisait pour faire tirer la langue au porc ! lui chatouillait il le dessous du grouin ?

a suivre
Anne Marie (en Creuse : Valaizon,Juillet,Meaume,Heyret, Pauly, Bord, - Pécher, Gout, Peynoche, Deluchat ... et par ma GM maternelle en Ille et Vilaine :Chemin, Lépinay,Fresnais, Ballus, Labbé, Rihet,Tirel, Abachesne,...)
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 13 février 2010 16:13



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
un complément sur ce beau métier :le Facteur (quoi vous aimez pas les fleurs!!)


Héritier d’un riche patrimoine, garant de pratiques ancestrales, le facteur, celui qui au sens de la racine latine facto, « fait » la tournée, n’a eu de cesse d’évoluer avec son temps.



Personnage emblématique de la société française, personnage qui relie les hommes, porte la casquette et présente le « calendrier des Postes » à ces clients en fin d’année.

Dans l’Antiquité, puis au Moyen-Age, le messager couvre les distances en courant. D’ailleurs, le mot courrier, dérivé du latin correre (courir) désigne au XIIIème siècle les porteurs de messages avant de qualifier au XVIIIème siècle l’ensemble des lettres. A l’époque, les messagers sont employés par les monastères et les universités, et considérés comme des domestiques. Les grands du royaume ont recours à des chevaucheurs, mieux lotis car équipés de chevaux.

Peu à peu, la distribution du courrier s’organise. Les chevaucheurs, plus nombreux, bénéficient, à partir du XVIème siècle, des services du maître-postes, propriétaire de relais et fournisseur de montures rapides. Un siècle plus tard, apparaît le facteur, qui porte les missives à leurs destinataires.



Au 18ème siècle on ne compte à cette époque là, tout au plus que quelques centaines de facteurs répartis dans les principales villes du royaume. Ceux-ci distribuent le courrier intra muros mais ne desservent toutefois pas les campagnes. C’est la Grande Poste.

En 1759, PIARRON de CHAMOUSSET crée la Petite Poste de Paris : des facteurs relèvent des boites aux lettres disséminées partout dans la capitale et distribuent le courrier adressé pour Paris. Petite et Grande Poste fusionnées avant la Révolution, c’est un facteur aux fonctions élargies, mais au rayon d’action toujours urbain, qui oeuvre à la fin du siècle des lumières.

Après la Révolution , les lettres sont transportées de ville en ville dans des malles-poste, sortes de diligences. Les ruraux voient arriver les premiers facteurs dans les campagnes, pour nombre d’entre eux, à bicyclette, seulement à partir du XIXème siècle.

Le facteur est toujours aux aguets :

Le 21 juin 1791, pendant la Révolution Française , le roi Louis XVI est en fuite. Il est reconnu par le maître de poste de Sainte Ménéhould, Jean-Baptiste Drouet, particulièrement physionomiste. En effet, il n’avait comme seule référence que les pièces de monnaie à l’effigie du roi.



Un facteur qui possède toutefois déjà des signes distinctifs de son homologue d’aujourd’hui, comme des étrennes qu’il reçoit en fin d’année en échange d’un almanach. S’il porte la sacoche, il n’entre cependant pas dans les habitations, se contentant d’avertir de son passage avec son claquoir. Le métier balbutie encore.



Au 19ème siècle. C’est au XIXe siècle que se mettent en place les contours du métier et l’image du facteur. Tout d’abord il se généralise sur l’ensemble du territoire.


Par contre, à l’inverse d’aujourd’hui, il travaille et surtout marche 7 jours sur 7 puisque les premières tournées à bicyclette ne seront réellement encouragées qu’à partir de 1902.

Sa tenue adaptée aux saisons et au terrain sur lequel il exerce, ne lui est que tardivement imposée et il doit longtemps en supporter le coût. Quant à son salaire, il est alors indexé sur le nombre de kilomètres parcourus et la pénibilité de sa tournée ! Ensuite et enfin, s’il ne peut se faire remplacer que sur ses deniers, il bénéficie toutefois du droit à la retraite à 55 ans.


Le prestige du corps de fonctionnaires de l’Etat auquel il appartient en fait un métier très recherché. D’autant plus recherché qu’il se voit le droit de distribuer, contre des étrennes, un Almanach des Postes repensé, voué à l’acculturation des Français.


Au 20ème siècle. C’est le siècle de la maturité pour le facteur, puisque l’on ira jusqu’à compter 90 000 agents en 1990 contre 25 000 e, 1900.

Une croissance exceptionnelle donc, qui va de pair avec celle du développement de la correspondance écrite.

A l’image de cette société de transformation, le métier de facteur se féminise :

tout d’abord à cause des guerres qui voient les hommes partir au front, puis les années 1970, par l’égalité de recrutement qu’imposent les concours. S’il a domestiqué la bicyclette pour en faire son attribut fétiche, il conquiert aussi l’automobile.



Au point, dans les années 1950, de former un célèbre duo rural jaune et bleu, la fine équipe « reliant les hommes ». Quant à la casquette, dotée du logo dès 1962, elle se visse définitivement sur sa tête, supplantant ainsi tous les autres couvre-chefs.



Au 21ème siècle. Le facteur du IIIe millénaire est l’héritier d’un passé pluriséculaire. Son métier a évolué avec les services qu’il est amené à rendre. Forte de 100 000 agents en ce début du 21e siècle, la profession continue à se moderniser à grande vitesse en fonction de nouvelles méthodes de distribution toujours plus performantes.




on doit à Charles Le Téméraire (1433-1477), le mot poste. Duc de Bourgogne et rival de Louis XI, il mène une guerre ne Lorraine, en 1477. Pour être informé du déroulement des hostilités, il a l’idée de disposer ses chevaucheurs tout le long de la route de l’Est afin qu’ils se transmettent les messages de main en main. Ces hommes sont dits des chevaucheurs tenant le poste pour le roi. Le mot poste désignait la place de chaque cheval dans l’écurie et le mot postier, des chevaux de race bretonne pouvant porter de lourdes charges à vive allure.



un autre métier le Farceur pour ANNE MARIE

pour voir la langue d'un cochon :
il faut soit lui tirer sur la queue ,
soit faire déshabiller une femme devant lui

ah ah !!!


patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 13 février 2010 17:11



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Hiding Anne Marie,Christophe

Synthèse des 2 articles précédents......



.... le cochon facteur (attention, n'inversez pas les termes...)


Réponse Anne Marie en p10

Et pour Christophe, un carosse pour distribuer le courrier...



:bisou:
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 14 février 2010 08:44



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
Merci Bénédicte ,


en voila un qui répond à ta définition




tu vas bientôt me dépasser dans les blagues




facteur en pays de Buch

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 14 février 2010 09:23



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
je crois que j'ai un nouveau métier "Disc jockey"

bon d'accord c'est pas un vieux métier(
mais avec un gramophone ça le fait non!!! )


patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 14 février 2010 10:44



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Alors Christophe, on est allé en boîte?Laughing

Un Disc jockey (souvent abrégé en DJ, prononcé didjay) est une personne qui sélectionne et diffuse de la musique à destination d'un public, que ce soit pour une émission radiophonique, dans une discothèque ou à l'occasion d'une soirée.



Dans son activité la plus courante, le disc-jockey sélectionne et passe des disques sur ses platines (vinyles ou CD, MP3 et Wma aussi). on trouve ce métier principalement dans les boîtes de nuit, mais aussi dans certains bars et dans les fêtes de musique techno ou les raves.
Il peut simplement enchaîner les morceaux de musique les uns après les autres en fonction des envies des auditeurs. Il peut aussi modifier ou superposer deux musiques, ou une musique et une version a capella, et faire preuve de créativité et d'inventivité, voire utiliser des équipements spéciaux ou des ordinateurs pour refondre entièrement le morceau utilisé. Dans le milieu du « DJing », cette technique est connue sous le nom de bootleg ou encore de mashup ou medley.
Depuis, le rôle du disc-jockey a pris de l'ampleur dans les musiques populaires récentes. Il est parfois reconnu comme un musicien à part entière. Le DJ peut parfois produire une œuvre originale à partir de matériaux musicaux existants, soit qu'il joue un rôle de « découvreur » de titres passés inaperçus ou tombés dans l'oubli, soit qu'il combine avec talent des œuvres mineures. on peut considérer alors qu'il se réapproprie le travail d'autres musiciens, exploitant un matériau sonore qu'il serait incapable de créer lui-même.
(wikipedia)


Si on s’en tient à la définition, on pourrait parler de DJ pour la personne qui à la fin du XIXème mais surtout au début du XXème siècle à l’occasion d’une soirée dansante, sélectionnait et diffusait de la musique à l’aide d’un gramophone et de disques d’ébonite ou de gomme-laque (le vinyle est apparu dans les années 50)……




…. Mais non, le mot (encore moins la profession..) n’avait pas encore été inventé !
Le DJ apparaitra dans les années 1950.


Voir l’histoire du DJ sur ce lien :

http://pianoweb.free.fr/histoireduDJ-discjockeyanimateur.html


Alors peut-on parler d’un vieux métier ? Pour toi Christophe, sans doute oui….

Et pour les nostalgiques irréductibles...



Bonne journée.

:bisou:

Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 14 février 2010 11:29



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonjour Christophe, bonjour bénédicte, bonjour Joëlle, bonjour Jean...:bisou:

A tous les amoureux de ce site, un e bonne St Valentin.

A ce tritre, un petit article sur cette fête.Book

Le jour de la Saint-Valentin, le 14 février, est considéré dans de nombreux pays comme la fête des amoureux et de l'amitié. Les couples en profitent pour échanger des mots doux et des cadeaux comme preuves d’amour ainsi que des roses rouges qui sont l’emblème de la passion.

À l’origine fête de l’Église catholique, le jour de la Saint-Valentin n’aurait pas été associé avec l’amour romantique avant le haut Moyen Âge mais avec l'amour physique. La fête est maintenant associée plus étroitement à l’échange mutuel de « billets doux » ou de valentins illustrés de symboles tels qu’un cœur ou un Cupidon ailé.

À l’envoi de billets au XIXe siècle a succédé l’échange de cartes de vœux. on estime qu’environ un milliard de ces cartes sont expédiées chaque année à l’occasion de la Saint Valentin,[réf. souhaitée] chiffre battu seulement par le nombre de cartes échangées lors des fêtes de Noël. on estime aussi que 85 % de ces cartes sont achetées par des femmes
L’association du milieu du mois de février avec l’amour et la fertilité date de l’antiquité. Dans le calendrier de l’Athènes antique, la période de mi-janvier à mi-février était le mois de Gamélion, consacré au mariage sacré de Zeus et de Héra.

Dans la Rome antique, le jour du 15 février était nommé les lupercales ou festival de Lupercus, le dieu de la fertilité, que l’on représente vêtu de peaux de chèvre. Les prêtres de Lupercus sacrifiaient des chèvres au dieu et, après avoir bu du vin, ils couraient dans les rues de Rome à moitié nus et touchaient les passants en tenant des morceaux de peau de chèvre à la main. Les jeunes femmes s’approchaient volontiers, car être touchée ainsi était censé rendre fertile et faciliter l’accouchement. Cette solennité païenne honorait Junon, déesse romaine des femmes et du mariage, ainsi que Pan, le dieu de la nature.

Au moins trois saints différents sont nommés Valentin, tous trois martyrs[1]. Leur fête a été fixée le 14 février par décret du pape Gelase Ier, aux alentours de 498. C’est à cette date qu’ils sont mentionnés dans les premiers martyrologes[2] :

Valentin de Rome, un prêtre qui a souffert le martyre à Rome dans la seconde moitié du IIIe siècle et qui a été enterré sur la Via Flaminia.
Valentin de Terni, un évêque d’Interamma (le Terni moderne), qui a également souffert le martyre dans la deuxième moitié du IIIe siècle et qui a également été enterré sur la Via Flaminia.
Un martyr en Afrique du Nord, nous savons peu sur lui.
Le rapprochement entre la Saint-Valentin et l’amour courtois n’est mentionné dans aucune histoire ancienne et est considéré par des historiens comme une légende. Il existe une légende selon laquelle la fête de la Saint-Valentin a été créée pour contrecarrer la pratique des lupercales par les jeunes amoureux qui dessinaient leurs noms sur une urne, mais cette pratique n’est citée dans aucune source écrite de l’époque.

Le jour de la Saint-Valentin a longtemps été célébré comme étant la fête des célibataires et non des couples. Le jour de la fête, les jeunes filles célibataires se dispersaient aux alentours de leur village et se cachaient en attendant que les jeunes garçons célibataires les trouvent (définition des lupercales)
À l’issue de ce cache-cache géant, les couples formés étaient amenés à se marier dans l’année. Ceci permettait de développer la démographie et stimuler l’expansion des villages.
Cette pratique laissait libre cours à beaucoup de tricheries de la part de couples officieux ainsi que des hommes qui visaient une jeune fille en particulier et notamment « la plus belle du village », très courtisée.

L’époque médiévale
La première mention du jour de la Saint-Valentin avec une connotation amoureuse remonte au XIVe siècle en Angleterre, où l’on croyait que le 14 février était le jour où les oiseaux s'accouplaient (lire entre autres « La Dame à la licorne »). Cette croyance est mentionnée dans les écrits de Geoffrey Chaucer au XIVe siècle. Il était courant durant cette période que les amoureux échangeassent des billets et qu’ils s’appellent chacun leur Valentin. Un de ces billets du XIVe siècle se trouverait à la British Library. Il est probable que nombre de légendes sur la Saint-Valentin aient été inventées pendant cette période. Parmi ces légendes, on trouve celles-ci :

La veille du martyre de Saint Valentin, il a glissé un « valentin » à la fille du geôlier qui aurait lu « de la part de votre Valentin ».
Pendant une période d’interdiction de mariage des soldats romains par l’empereur Claude II, Saint Valentin arrangeait secrètement les mariages[3]. Dans la plupart des versions de cette légende, le 14 février est la date liée à son martyre.
Ce fut Othon de Grandson, poète et capitaine à la cour d'Angleterre, qui fit connaître cette coutume dans le monde latin, notamment à la cour de Savoie : trente pour cent de sa poésie est dédiée à cette tradition. Citons par exemple La Complainte de Saint Valentin (I et II), La Complaincte amoureuse de Sainct Valentin Gransson, Le Souhait de Saint Valentin et Le Songe Saint Valentin.

Au début du XVe siècle, Charles d’Orléans fit connaître l'œuvre d'Othon à la cour de France. Il écrivit lui-même plusieurs poèmes dédiés à la Saint-Valentin. Par la suite, cette tradition se perdit dans le monde latin et ne fut réactualisée qu'au XIXe siècle.

Les reliques
Il existe plusieurs saints, donc plusieurs sites :

à Dublin : au XIXe siècle, les reliques de Saint Valentin de Terni furent léguées par le pape Grégoire XVI à l’église des Carmélites de la rue Whitefriar à Dublin, qui est alors devenue un lieu de pèlerinage pour le 14 février. En 1969, dans le souci d’épurer le calendrier catholique de tous les saints légendaires, l’Église a ôté le jour de la Saint-Valentin de son calendrier officiel.
à Roquemaure : depuis le 25 octobre 1868, l’église de Roquemaure dans le Gard abrite les reliques d’un Saint Valentin. En 1868, elles furent achetées à Rome par un riche propriétaire viticole du pays qui les utilisa dans le but de protéger les vignobles du phylloxera[4], apparu ici deux ans auparavant.
à Saint-Pierre-du-Chemin, église Saint-Pierre depuis 1847 et authentifiées par le Vatican.
La Saint-Valentin en Amérique du Sud
Au Brésil, on ne parle pas de Saint-Valentin mais de dia dos namorados (jour des amoureux) fêté non pas le 14 février mais le 12 juin.

En Colombie, la Saint-Valentin est fêtée le troisième samedi du mois de septembre. Elle s'appelle día del amor y amistad (jour de l'amour et de l'amitié).

Bon, voilà, je dois prendre le train pour aller travaillerAngry , loin de ma Valentinepleure ...
Bonne journée.
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 14 février 2010 11:41



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour Jean Marc

Merci pour cet article et....




à tous

:bisou:
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 15 février 2010 07:54



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonjour



patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 15 février 2010 09:47



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonjour christophe, bonjour Bénédicte, bonjour Jean, bonjourJoëlle...:bisou:

Merci pour ton message Bénédicte.Thumb Up
quand je suis rentré hier soir vers 21h30, on a fêté St Valentin avec ma femmeamour . Pour moi, c'est une fête plus commerciale qu'autre chose; je n'attends pas ce jour spécialement pour lui offrir un petit présent, je le fais tout au long de l'année.Razz
Bonne journée.
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 15 février 2010 10:08



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Bonjour à tous,



:bisou: :bisou:

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 15 février 2010 13:45



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Je crois que c'est l'imprimeur qui avait levé le coude.....


Pour ceux qui ont encore de la neige, un excellent moyen de transport pour aller travailler....



... le traineau à hélice!

Bonne journée.

:bisou:
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 15 février 2010 14:56



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Coureur de vin
Coureur de vin, officier qui porte à la suite du Roi, à la chasse & ailleurs, du vin, de l'eau, & de quoi se raffraichir. (source : ENCYCLOPÉDIE OU DICTIONNAIRE RAISONNÉ DES SCIENCES, DES ARTS ET DES MÉTIERS)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 15 février 2010 16:26



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour Jean,Jean Marc

Dans le même ordre d'idée,voici le personnel de la Maison-bouche de Marie Josèphe de Saxe (1731-1767),Dauphine de France:



-Premier Maître d’hôtel

-Maître d’Hôtel ordinaire

Echansonnerie – bouche ou Gobelet :
-Chef
-Aide
-2 Sommiers servant semestre
-Coureur de vin
-Lavandier

Paneterie :
-Chef
-Aide

Cuisine - bouche :
-Sommier servant par semestre
-Ecuyer ordinaire
-Ecuyer de quartier
-Maître queux
-Hâteur
-Potager de quartier
-Pâtissier
-Enfant de cuisine de quartier
-2 galopins servant par semestre
-Porteur
-Huissier de quartier
-Garde vaisselle
-Lavandier



Hâteur: officier qui était chargé des viandes à la cuisine royale ...

Potager,Potagier, : cuisinier chargé de la préparation des potages


Galopin : Dans les grandes maisons royales, nom de petits marmitons qui tournent les broches et courent çà et là pour les besoins de la cuisine


Officiers de quartier, ceux qui servent par quartier(espace de trois mois, quart d'année, servant à désigner des fonctions où l'on se relève de trois en trois mois), par opposition à ceux qui sont ordinaires et qui servent toute l'année.


Bonne après-midi

:bisou:

.

joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 15 février 2010 16:47



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Hiding Béné, Jean Marc, Jean, et Christophe,

Book
j'en ai appris encore de nouveaux métiers.bravo bravo

y'en a qui reflechis sérieux.

:bisou:



"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 16 février 2010 09:28



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonjour Jacqueline, bonjour Jean, bonjour Bénédicte, bonjour Joëlle, bonjour Christophe...:bisou:

Jacqueline, on va demander la réponse au spécialiste lui-même Book : Christophe, notre bon facteur.WOW
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 16 février 2010 10:18



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Bonjour Jean Marc, Jean, Christophe
Bonjour Béné et Jacqueline
Mais où est passée Khalida???

Je ne sais pas pourquoi les facteurs ne portent plus le képi, mais chez nous ils ne portent même plus de casquette, car en moto il portent un casque et les facteurs en voiture sont des femmes, et portent pas de couvre-chef.

:bisou: :bisou: à tous et bonne journée.

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 16 février 2010 13:58



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Hé bien dis moi Jean, t'en trouve des "trucs" pas possible

voilà ce qu'en dit wikipédia

Devoirs de Bretagne
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : Navigation, rechercherEn France, sous l'Ancien Régime, les devoirs sont des droits d'Aides, spécifiques à la Bretagne, qui portent sur la vente et la consommation des boissons alcoolisées.

Les droits perçus au profit de la province sont :

le « grand devoir » et son « augmentation » du tiers, taxant la consommation
le « petit devoir » portant sur le commerce de gros.
Selon la provenance des vins, les droits sont différents et perçus par barrique d'une contenance de 300 litres :

pour les vins produits hors de la Bretagne, l'ensemble des devoirs est de 31 livres ;
pour les vins bretons consommés en dehors de l’évêché de production les taxes sont de 20 livres ;
pour les vins bretons bus dans l'évêché de production, les taxes sont de 11 livres environ ;
La bière, le cidre et le poiré sont taxés à 7 livres la barrique.
Vu la prolifération des diocèses en Bretagne (9 diocèses) ces droits sont très fructueux et constituent la principale source de revenus pour les États provinciaux

La Bretagne reverse au roi le don gratuit d'environ un million de livres en temps de paix, la moitié plus en temps de guerre.

En même temps sont perçus des droits d’« Aides » au profit du roi : « l'impôt et le billot ». Pour les différentes catégories de vins ils sont respectivement de 22 sous et 11 sous la barrique. En sont exemptés certains seigneurs et les établissements religieux.

L'ensemble de ces droits est affermé pour deux ans. Ils rapportent 6 millions de livres vers 1690, et 9 millions en 1788.

Ce document provient de « http://fr.wikipedia.org/wiki/Devoirs_de_Bretagne ».

Peut être queBéné nous en dira plus car je n'ai rien trouvé d'autre.

Bon après midi.

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 16 février 2010 14:37



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Qu'il est mimi ton petit chat, Joelle!

Khalida?reflechis elle n'est pas venue sur le site depuis le 19 janvier..... j'espère qu'elle va bien.

Que de colles aujourd'hui!!

Ambulant dans les Devoirs de Bretagne

Ambulant : Receveur ambulant, receveur des contributions indirectes qui parcourt un certain district.

Il s'agissait donc probablement de celui qui percevait au profit de la province de Bretagne ce droit sur les vins.

Quant au képi...on attend Christophe pour la réponse....


Le célèbre facteur Cheval en uniforme avec son képi.

Le mot képi est emprunté à l'alémanique Käppi. C'est un diminutif de l'allemand Kappe, « chapeau », lui-même emprunté (VIIème siècle) au latin cappa « manteau à capuchon » d'où découleront la cape, la chape, etc.

L'artisan qui fait des képis a reçu le nom de Képissier. (Laughing un nouveau métier!!!...mais je ne trouve pas comment se fabrique un képi...)

Le képi est un couvre-chef rigide, de forme cylindrique, à fond plat et surélevé, munie d'une visière, porté en France par les militaires de l'armée de terre et de la Gendarmerie, mais aussi par certains fonctionnaires. Le képi est également porté en Belgique par les chefs de gare et par les accompagnateurs de train ou en Suisse. Il n'est porté que par les hommes.

Il semble que les facteurs aient abandonné le képi dans les années 1950-60.

Bonne journée.

:bisou:
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 16 février 2010 15:17



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
Bonjour ,je ne sais pas pour le Képi,je vais chercher

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 16 février 2010 15:35



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Toujour sur le képi...(chez les militaires... pour le facteur , on attend ChristopheLaughing )

Il semble que le port du képi date des années 1860 quand il remplaça le shako.



Le shako (schako ou mirliton) est un couvre-chef militaire, en forme de cône tronqué avec une visière ; il était souvent en poils et décoré d'une plume (nommée casoar), d'un pompon ou d'un galon.
C'est le couvre-chef qui remplace le bicorne à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle chez les officiers des armées. C'est l'armée prussienne qui fut la première à le porter, il avait alors le nom de shako hongrois. Il sera progressivement remplacé par le képi dans les années 1860.
Il est encore porté par les éleves-officier de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr et par le régiment d'infanterie de la Garde Républicaine.




:bisou:


christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 16 février 2010 15:41



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
Autrefois, ou plutôt avant la restauration - les Facteurs étaient choisis dans l’armée ce qui peut expliquer la présence du Képi

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 16 février 2010 15:42



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
à cette époque le facteur débutant s'appelait " Leveur de boîtes"

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 16 février 2010 15:45



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
le facteur recevait de l’administration un double habillement complet.
un habit bleu de roi, à parements et collet rouges,
une double paire de pantalons, les uns de drap gris mêlé, les autres de coutil, suivant la saison ;
le tout rehaussé d’un petit collet de drap marengo pompeusement qualifié du nom de manteau et dont l’usage ne doit pas être moindre de quatre ans et demi, aux risques et périls de l’homme qu’il est destiné à protéger contre toutes les intempéries ;
ajoutez à cela un chapeau rond de cuir verni, coiffure brûlante en été, glaciale en hiver, dont, en cas d’averse, les bords étroits remplissent merveilleusement l’office de gouttière au détriment de celui qui la porte,


patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 16 février 2010 15:58



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
En cherchant, je suis tombée sur cette liste de couvre-chefs de Wikipédia.....




http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Liste_de_couvre-chefs_par_ordre_alphab%C3%A9tique&oldid=49953134

quoi C'est fou ce qu'il y a comme choses à se mettre sur la tête!!

:bisou:
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 16 février 2010 16:38



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
L'habillement que tu décris Christophe est celui-ci:


Tenue de facteur rural.Musée de la Poste.

pas encore de képi.....

Les facteurs ruraux furent crées vers 1830.
En 1835 Antoine Conte, directeur des Postes, détermine la première tenue officielle des facteurs sans toutefois en imposer encore le port obligatoire.

Là il y a un képi...



et là aussi


Vers 1900. Musée de la Poste.

:bisou:
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 16 février 2010 16:59



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Pour éclairer notre lanterne, précision sur le "dongratuit" toujours d'après wikipédia

Le don gratuit était une contribution volontaire aux finances royales françaises versée par le clergé sous l'Ancien Régime. Dispensé d'impôts, le premier ordre fut d'abord sollicité pour financer la lutte contre les huguenots sous Henri IV, puis, à partir de 1636, pour la défense du royaume lors des guerres contre les États protestants. À partir de Louis XIV, le don gratuit devint coutumier et fut exigé à chaque assemblée du clergé.

Le montant des sommes versées a été très variable. Entre 1715 et 1788, le clergé aurait contribué pour 288 millions de livres, soit 2,7 % des revenus du Trésor royal d'après Necker.



"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 16 février 2010 17:01



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
pour élargir un peu la page



"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 16 février 2010 18:03



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour Jacqueline

Tu m'intigues.....reflechis

Entre 1830 où il ne porte pas de képi et 1898 où il en porte un... je ne vois que la guerre de 1870.
Cela aurait-il un rapport?
Je donne ma langue au chat.....

:bisou:
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 16 février 2010 22:00



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Tu m'en vois ravie Jean...



Et pour Christophe, pour s'il veut revenir à l'ancien temps... selon Jacqueline....



fou

Bonne soirée

:bisou:
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 17 février 2010 11:04



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Hanoche: mesure de bois

Le bois de chauffage se vend à la corde, longue à sa base de 8 pieds et haute de 4 ; la longueur des rondins détermine la différence entre :
la corde de grand bois ordinaire ( longueur : 1,35 m ) = 4,57 stères
la hanoche ordinaire ( bois longs de 0,866 m ) = 2,92 stères
la hanoche marchande = 2,73 stères

Moulin à venter
Moulin pour vanner le blé.




Déja les moissons Jean?


Bonne journée.

:bisou:
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 17 février 2010 15:02



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Le tandem facteur-bicyclette ne date pas d’hier !


En cherchant pour le képi du facteur, j’ai trouvé ce très intéressant article dont j’ai mis quelques extraits pour accompagner les illustrations :

http://www.mediologie.org/collection/05_bicyclette/charbon.pdf




C’est un postier qui en 1830 essaie d’imaginer le destin utilitaire du vélocipède… un peu en avance sur les techniques disponibles.
Avec la création de la distribution postale dans les campagnes en 1830, apparaît l’idée de doter cette armée de 5000 piétons, d’un auxiliaire technique sous la forme d’un vélocipède. Attention, il ne s’agit encore que de l’invention du baron de Drais von Sauerbronn, c’est-à-dire d’un bâti de bois muni de deux roues dont celle d’avant a été rendue orientable, et que le «chevaucheur
» fait progresser avec ses pieds directement appuyés sur le sol. Mais l’on peut atteindre sur cette «machine à courir» une vitesse supérieure à six kilomètres à l’heure, alors qu’un marcheur au pas ne dépasse guère les quatre.
Fort de ce gain de rapidité, un fonctionnaire des Postes nommé Dreuze «eut l’excellente idée — nous apprend L’Année scientifique — de proponer [un vélocipède amélioré de sa conception] pour le service des facteurs ruraux qui devaient y trouver de grandes facilités pour l’exactitude et la rapidité de leur service, en même temps qu’un notable allégement à leurs fatigues. Le
projet de M. Dreuze fut adopté et mis à exécution. Malheureusement, l’hiver était survenu, le service des facteurs montés sur des vélocipèdes présenta quelques difficultés : les roues patinaient sur la neige durcie et n’avançaient pas. on aurait dû se dire qu’il n’y avait qu’à suspendre l’emploi de ces appareils pendant les jours de verglas. on trouva plus court de tout arrêter, et par ordre supérieur, les vélocipèdes furent retirés aux facteurs ruraux»




Vélocipède de facteur de l'ancienne collection G. Cimetière acheté par la ville de Bourbon-Lancy


Autour des années 1880 certains facteurs intrépides utilisent cet engin dont la roue motrice atteint 2,20 mètres de diamètre, le Grand Bi.





A partir de 1880 bien des facteurs ruraux prennent l’initiative de s’équiper eux-mêmes et le public découvre une nouvelle silhouette sur les chemins. La Revue Mame encarte dans son numéro d’avril 1885, une composition du dessinateur Georges Scott représentant un facteur rural à bicyclette.Il chevauche une bicyclette Securitas — donc anglaise — modèle «Passepartout». Un autre croquis d’un facteur à bicyclette se retrouve dans le décor d’une assiette, avec cette légende «Autrefois, quel chien de métier. A présent, ça va comme sur des roulettes». Au premier janvier 1899, sur un total de 20.000 tournées, plus de 3000 sont tenues par des possesseurs de bicyclette.




Facteur rural en bicyclette 1894.


Bonne après-midi

:bisou:
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 17 février 2010 15:11



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonjour je suis encore à l'Honneur aujourd'hui sur la file ,
et dire que je fais jusqu'à samedi une tournée en vélo cette semaine sans casquette ni képi


patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 17 février 2010 20:56



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonsoir Christophe, bonsoir Bénédicte, bonsoir Jean, bonsoir Joëlle...:bisou:

Quelques nouvelles de Khalida : elle a été malade et elle se remet doucement.Nurse

Quelle classe ce Christophe!quoi Le voilà presque promu Star!Mr. Green
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 18 février 2010 09:13



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Bonjour à tous,

Bon rétablissement à Khalida,

Passez une excellent journée, le soleil est de retour!!!!!!!

Bisous

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 18 février 2010 14:41



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Prompt rétablissement Khalida.


Convalescence. Eugène Lami,1840.


Bonne journée.

:bisou:


Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 19 février 2010 11:52



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Restaurateur

Personne qui tient un restaurant



Les restaurants au sens actuel du terme, c'est-à-dire proposant plusieurs plats apparaissent à la Révolution.

Avant,on parlait d’aubergiste, albergeur, hostelier
Mais aussi de cabaretier, cabarotier, rotier : tenancier d'un cabaret, maison où l'on vendait le vin (à l'assiette) c'est-à-dire accompagnée de nourriture,

Les métiers de bouche étaient organisés en corporations. Ces associations délimitaient rigoureusement le rôle de chaque corporation en interdisant la concurrence des métiers.
Par exemple :Les traiteurs proposent toutes sortes de viandes cuisinées sous forme de ragoûts, c'est-à-dire accompagnés de sauce.
Les rôtisseurs sont habilités à vendre toutes sortes de viandes rôties exceptées les ragoûts

Cabaretier p33
Rotisseur p64
Aubergiste p71

“Le restaurant était un bouillon restaurant ( bouillon qui restaurait les forces.)
Un marchand de bouillon, nommé Boulanger s’était établi près du Palais du Louvres et vendait ses bouillons restaurants non plus en plein air mais dans une boutique où l’on pouvait s’asseoir quelques instants à table.

Son enseigne était :
......................................« Boulanger débite des restaurants divins. »

Sa spécialité était non seulement des bouillons mais des pieds de mouton sauce poulette servis en portions individuelles. Il fût alors attaqué par la corporation des traiteurs en 1765 qui perdit son procès. C’est en 1791 que la loi Le Chapelier supprima les corporations.


En 1782, Antoine Beauvillier, ancien chef de cuisine du prince de condé et futur officier de bouche de Louis XVIII, ouvrit ce qui est considéré par la profession comme le premier restaurant, rue de Richelieu. Cette reconnaissance de la profession est sans doute due au fait que Beauvillier a su transposer la cuisine et les manières des grandes maisons à des établissements payants.

Brillat-Savarin qui fût un de ses clients nous raconte que Beauvilliers « fût un des premiers à avoir un salon élégant, des garçons bien mis, un caveau soigné comme une cuisine. » Beauvilliers, se promenait, dit-on entre les dîneurs, l’épée au côté, privilège des officiers de la couronne. A la révolution, il sera emprisonné, libéré, il rouvrira un autre restaurant, « la Taverne de Londres ». Le premier ayant été confisqué.

A la révolution, les cuisiniers qui travaillaient pour les nobles ou les aristocrates, sont menacés, ils n’ont alors d’autre choix que de s’exiler ou d’ouvrir leur propre restaurant.
Robert, ancien Maître de bouche du prince de condé, ouvrit son établissement Chez Robert rue de Richelieu en 1791, de nombreux autres suivront les frères provençaux, Véry...

Le terme de restaurant semble si nouveau à la révolution que Brillat Savarin dans la physiologie du goût en 1824 ressent la nécessité d'en donner une définition :
« Un restaurateur est celui dont le commerce consiste à offrir au public un festin toujours prêt, et dont les mets se détaillent à prix fixe sur la demande du consommateur(….)On appelle carte : l’état nominatif des mets, avec indication du prix, et carte à payer : la note de la quantité des mets fournis et de leurs prix. »







Le Restaurateur des sans-culottes 1790
Gravure de Jean-Baptiste Compagnie
d'après Deray, vers 1790.
Paris, musée Carnavalet.

Les clients mangent à de longues tables.



Le Cabaret Ramponaux 1815
France, fin du xvIII ème siècle.
Paris, musée Carnavalet.

Cette gravure montre l'intérieur d'un célèbre cabaret parisien , le cabaret Ramponaux. D'un Côté les clients mangent à de longues tables disposées parallèlement sur deux rangs, de l'autre les hôtes s'affairent dans la cuisine. Entre cuisine et salle, un guichet permet d'assurer le service des boissons. Celles-ci sont distribuées dans la salle à partir d'une sorte de buffet derrière lequel opère une femme. Au premier plan, à droite, l'arrivée par la cuisine d'un couple élégant montre la vogue extraordinaire de ces cabarets vers la fin du XVlll ème siècle, qui vont bientôt être remplacé par les restaurants



Le Restaurant de Justa 1815
Georg Emmanuel Opitz,
Planche extraite des Tableaux de Paris, vers 1815.
Paris, musée Carnavalet

La nouveauté des restaurants parisiens du début du XIX ème siècle venait de ce qu’on y mangeait « à la carte » et sur des tables séparées. La différence entre le restaurant et le cabaret saute aux yeux. La qualité de la cuisine des Aristocrates de l'Ancien Régime à la portée de qui voulait bien la payer et le luxe du cadre de certains de ces établissements consacrèrent définitivement leur succès.




5 Heures. L'agrément d'un salon 1826
Lithographie de Langlumé d'après Jean-Jacques Grandville extraite des
Dimanches d'un bourgeois de Paris,
Paris, 1826-1827 Paris, Bibliothèque nationale.


Il y avait des restaurants adaptés à toutes les bourses, simples, mais comme on peut le voir ici, corrects. C'étaient des endroits bruyants et animés où le service n'était pas toujours parfait; celui-ci semble surtout fréquenté par des petits-bourgeois, peut-être provinciaux, qui étaient souvent la cible des caricaturistes. »

(Extraits du site suivant ; pour voir l’intégralité :
http://pagesperso-orange.fr/quelquejeu/Arts%20de%20la%20table/tablemoderne.htm)

Bon appétit.


Bonne journée

:bisou:

christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 19 février 2010 13:57



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
Bonjour,


une grosse pensé pour une bonne santé de Khalida.

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Serge.S273
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 19 février 2010 16:27



Inscrit le: 10/05/2007
Messages: 3 217
Bonjour,

Je suis nouveau dans ce forum dont j’ignorais l’existence ! Or, ce matin j’essayais de vous « doubler » dans la file des Vosges et un facteur, là juste au-dessus, m’a donné un coup de sa boîte à lettres sur les doigts.

Ouille ! Désolé, je ne recommencerai plus.

Voici une contribution qui, je le souhaite, me fera accepter ici…






Amitié.
Répondre |  | 

Aller au forum