Forums

 
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15 - Filae.com
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 14 novembre 2009 11:11



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Bonjour Jean, j'en étais restée à ton Mr Miraud,au nom prédestiné pour signaler que l?opération de cataracte était déja pratiquée dans l?Antiquité.....


La médecine antique s?est développée en Grèce et Hippocrate (460-370 av. J.-C.) en est le plus fameux représentant. A Rome, comme dans les provinces, les médecins sont souvent d?origine grecque. Un grand nombre de praticiens sont itinérants; certains peuvent exercer dans le cadre d?un sanctuaire, d?un hôpital militaire (valetudinarium) ou d?un cabinet privé (taberna medica). Dans quelques cités, dont Aventicum, une association de médecins possède un lieu de réunion (schola). Des femmes ont également exercé cette profession.

La formation médicale s?acquiert en assistant pendant plusieurs années un médecin reconnu. A l?issue de cet apprentissage, le nouveau médecin sait notamment réduire une fracture, amputer un pied ou une main puis cautériser la plaie au fer rouge, ligaturer les vaisseaux, opérer la cataracte. Pour effectuer ces diverses opérations, il dispose de scalpels à lames interchangeables, de crochets pour soulever ou écarter les chairs, de sondes pour cautériser ou sonder des plaies, de spatules pour prélever ou étaler un produit, enlever un kyste ou même un ?il entier.

Les médicaments les mieux connus sont les collyres pour les yeux. En effet, en Gaule, les ophtalmologues utilisent des sceaux qu?ils impriment sur des préparations solides. L?inscription indique en général le nom du praticien, celui du collyre, l?effet escompté et l?affection à soigner. Ces médicaments, qu?il faut délayer au moment de leur utilisation, sont à base de végétaux, de métaux ou de substances animales; certaines de ces composantes possèdent des vertus thérapeutiques reconnues aujourd?hui encore.
(Sources: Musée Romain d?Avenches)

Voir exemples de sceaux d?occulistes sur ce lien:

http://www.ville-chartres.fr/site/upload_doc/vv49p12.pdf


Bonne journée

:bisou:
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 15 novembre 2009 06:11



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonjour à tous et bon dimanche

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 15 novembre 2009 11:48



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

La faïencière





Bon dimanche

:bisou:
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 16 novembre 2009 11:29



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

C'est vrai Jean, on ne voit plus ce genre de bonimenteur qui cassait des piles d'assiettes pour t'en vendre un lot..... (je suppose que ce qu'il cassait,c'était la vaisselle invendable car avec défauts.....)

Je n'ai pas trouvé d'illustration pour ton casseur de vaisselle.
Par contre voici un autre bonimenteur:



Bonimenteur vendeur de tissu, au bord de la Loire vers Nantes.

Bonne journée

:bisou:
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 16 novembre 2009 14:13



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569
Bonjour Christophe, bonjour Bénédicte, bonjour Joelle, bonjour Jean, bonjour Jean-Marc, bonjour à tous et à toutes,

Nouvelle "thérapie" japonaise -- casser pour se défouler......

Au Japon, on brise la vaisselle pour relâcher la pression.
La dernière trouvaille des Japonais pour lutter contre le stress de la crise ?
Fracasser de la porcelaine contre un mur.

L'archipel a connu plusieurs crises économiques successives. Dont, celle des années 1990 qui a particulièrement marqué les Japonais. Pour éviter que celle qui frappe actuellement l'économie mondiale soit LA crise de trop, des entrepreneurs nippons proposent un service thérapeutique de masse à leurs concitoyens : casser de la porcelaine. En fracassant une tasse (200 yens) ou un plat familial (1000 yens), la personne se venge, symboliquement, de la crise financière ou du stress qu'elle subit au travail. Ainsi, des camions circulent dans les villes, dont la capitale Tokyo, pour vendre ce service. Pour boucler la boucle, les débris de porcelaine sont recyclés en vaisselle. Finalement, animateur d'un stand de casse ou recycleur de porcelaines pourraient être des métiers d'avenir.

http://www.youtube.com/watch?v=5QarghZMGnM

C'est un métier qui va avoir de beaux jours devant lui par les temps qui courent!!!

"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 16 novembre 2009 15:07



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonjour Khalida, bonjour Bénédicte, bonjour Jean, bonjour Christophe...:bisou:
Super articles et trés interressants ! Thumb Up Thumb Up Thumb Up
Khalida, c'est pas aussi dans ce pays, où il y avait une photo de son patron sur laquelle on pouvait se défoulait avant de commencer sa journée de travail?etrange Question
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 17 novembre 2009 10:58



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonjour Jean, bonjour khalida, bonjour Bénédicte, bonjour Christophe.:bisou:
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 17 novembre 2009 11:34



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonjour à tous

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 17 novembre 2009 12:45



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Hiding tout le monde

En 146 avant J.C., les romains organisent la première vente aux enchères publiques d?objets provenant du sac des cités grecques. Le consul LUCIUS MUMIUS préside à la vente. A la chute de l?empire romain, la profession disparaît. Elle ne va renaître que 8 siècles plus tard en 1254, sous le règne de Saint Louis. Les sergents à verges et à cheval remplissent diverses fonctions : rédaction de constats, conduite des prisonniers, apposition des scellés et éventuellement ventes judiciaires ou forcées. Les fripiers ont en charge les ventes volontaires ou après successions. L?édit de 1556 par Henri II réglemente la profession de priseur-vendeur de meubles en France.

Après la révolution, le 26 juillet 1790, les charges de jurés-priseurs sont supprimées, celles des huissiers-priseurs le sont en 1793. L?absence de toute réglementation oblige Bonaparte, premier consul, à rétablir la profession sur Paris par la loi du 27 vendôse de l?an IX. En province, la profession réapparait par l?ordonnance du 28 avril 1816.

Bonne journée et bisous:bisou: :bisou:

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 17 novembre 2009 12:49



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
un lien qui décrit l'histoire de la vente aux enchères

http://www.vlimmo.fr/FR/Page_OrigineVentes.htm


à+

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 17 novembre 2009 13:42



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Salut Joelle et merci pour ce lien... très interessant.

Si je comprends bien, le juré priseur et huissier priseur étaient les ancêtres de notre commissaire priseur





Le commissaire-priseur dirige la vente publique aux enchères de biens meubles. La prisée étant l?estimation d?une chose destinée à la vente. La vente aux enchères publiques permet l?établissement du juste prix par la confrontation transparente entre l?offre et la demande.


Ce statut restera une spécificité française et un gage de sécurité jusqu?à la réforme du 10 juillet 2000 qui en réduira l?impact en posant une distinction entre les études de commissaires-priseurs judiciaires (CPJ) et les sociétés de ventes volontaires (SVV). Cette réforme avait pour but d?harmoniser les statuts de la profession en Europeet d?ouvrir le marché français à la concurrence internationale.

1)Le commissaire-priseur judiciaire est un officier ministériel nommé par arrêté du garde des Sceaux et titulaire d?une charge. Il est donc seul compétent pour organiser et réaliser les ventes publiques aux enchères prescrites par la loi ou par décision de justice. Son domaine d?intervention est vaste, allant de la procédure collective (redressement et liquidation judiciaires), aux saisies-ventes, successions ,tutelles,crédits municipaux, etc.

2)Autrefois monopole des commissaires-priseurs judiciaires, les ventes volontaires aux enchères publiques de meubles sont désormais réalisées par des sociétés commerciales agréées par le Conseil des Ventes : les Sociétés de Ventes Volontaires (SVV).
Toute SVV doit compter parmi ses membres une personne ayant les qualifications requises à cet effet ou titulaires d?un titre, d?un diplôme ou d?une habilitation reconnus comme étant équivalents Cette personne est appelé commissaire-priseur habilité.
Dans une vente volontaire, c?est le propriétaire du bien meuble qui mandate la SVV pour la vente. Le prix du meuble est estimé par la SVV (expert, commissaire-priseur, clerc, etc.) au-dessus de la réserve éventuellement fixée par le vendeur.
La vente volontaire ne peut concerner que des biens meubles : objets d?art, antiquités, véhicules automobiles ou agricoles, électroménager, livres, etc.
La SVV est rémunérée par le prélèvement d?un pourcentage (entre 5% et 15%) du prix d?adjudication et en imputant des frais supplémentaires aux acheteurs (entre 10% et 25%).
(Wikipedia)


Bonne journée

:bisou:
André.V21
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 17 novembre 2009 20:22



Inscrit le: 26/08/2005
Messages: 2 299
Bonsoir tout le fil,

Jean, ton histoire de bonimenteur cassant de la vaisselle, je l'ai vue sur les champs de foire! Extravagant, come tu le soulignes et je pense à la chanson de Claude PERRET "vaisselle cassée, c'est la fessée, ( même si on parle de son abolition!), vaisselle foutue, panpan cucul"

http://www.wat.tv/video/vaisselle-cassee-pierre-perret-ccne_a0x4_.html

et cette esquisse .... mais c'était le "CASSE-Bouteille"



Sans malice,
André
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 18 novembre 2009 10:25



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Bonjour à toutes et tous, André ravie de ta visite et de ta participation

Pour Jean

intelligenceDéfinition:

Ensemble des fonctions mentales ayant pour objet la connaissance conceptuelle et rationnelle (par opposition à la sensation et à l'intuition. Aptitude à comprendre et à s'adapter facilement à des situations nouvelles

Source:
(Tiré de Terminologie de neuropsychologie et de neurologie du comportement. Recherche et réd. Louise Bérubé., c1991., 176 p. Reproduit avec la permission de Les Éditions de la Chenelière Inc., p. 8)


Je suppose que le Maitre s'appuyait sur la capacité à s'adapter de la part de son futur domestique. Il ne désirait sans doute pas un homme borné!!!!!!!!

Bonne journée à tous et :bisou: :bisou:

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 19 novembre 2009 12:32



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Bonjour Jean,
Bonjour à tous et toutes

LES DROITS DE TREPAS

Trépas de Loire, (Finances de France.) bureau de France où l?on fait payer le droit de la traite-foraine, à l?embouchure de la Sarre dans la Loire. Apparemment que ce mot trépas est dit par corruption de outrepasser, parce que ce droit se paie sur les marchandises qui passent outre la Loire, & qui vont en Bretagne, qui étoit autrefois province étrangere.

En 1639, Christomwal capitaine anglois, s?empara de l?abbaye de Saint-Maur-sur-Loire, où il se fortifia. Le connetable du Guesclin, après des tentatives inutiles pour l?en chasser, traita avec lui de la rançon de cette abbaye, à 16 mille francs d?or, dont il consentit avec le sieur Dubeuil une obligation au capitaine anglois. Pour la payer, on établit un peage de douze deniers par livre, de la valeur de toutes les marchandises montant, descendant & traversant la Loire depuis Candé jusqu?à Chantoceaux. Il devoit être éteint dès que la somme seroit remboursée ; mais cette promesse fut oubliée : la seule grace qu?on accorda, fut de réduire ce péage en 1654 à deux deniers obole.

En 1665, ce droit fut continué, sans aucune justice, par un arrêt du conseil, avec une nouvelle imposition sur l?Anjou ; le tout fut uni aux fermes générales, & depuis aliéné, comme il l?est encore aujourd?hui ; l?extension arbitraire que les engagistes ont donnée à ce droit, les procès & les formalités qui en résultent, ont prodigieusement affoibli le commerce de ces cantons. Les receveurs du trépas de Loire, par exemple, se sont avancés jusque dans la Bretagne, où le droit n?est point dû : enfin leurs tarifs sont falsifiés & contraires aux premiers principes du commerce. (D. J.)

Diderot - Encyclopedie 1ere edition tome 16.djvu/593

Bon appetit et bonne journée

Bisous

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 19 novembre 2009 13:59



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

régisseur des droits de trépas

bravoon en apprend des choses...!!!

C'est vrai que le mot trépas pouvait prêter à confusion.....Laughing

Bonne journée.

:bisou:
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 19 novembre 2009 15:14



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonjour les amis et amies

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 21 novembre 2009 11:24



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Bonjour Jean, Bonjour Christophe, bonjour Khalida, Bonjour Jean Marc, et Bonjour Béné,

Pas eu le temps de venir hier, la file me semble bien déserte.

Jean ton enigme je ne l'ai pas trouvé. C'est quoi la réponse ?etrange

Bon week end à tous et à lundi


BISOUS BISOUS

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 21 novembre 2009 14:51



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonjour

dur dur comme énigme Jean


patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 21 novembre 2009 18:33



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonsoir à tous


A propos de libraire et d'animal, voici une marque de libraire dite "au lion moucheté"......
(je n'en ai pas trouvé avec le "noble" animal qui brait...et moi qui croyait que c'était le cheval que l'on qualifiait de noble.....)




Les marques de libraires et d'imprimeurs apparaissent à la fin du XVe siècle. Placées sous le titre ou à la fin du livre, parfois établies à partir de jeux de mots, elles rappellent le nom, l'enseigne ou encore la devise du libraire ou de l'imprimeur et permettent ainsi de bien l'identifier.
Elles se transmettent souvent pour tout ou partie aux héritiers. Certaines marques sont signées : peuvent apparaître les noms du dessinateur, du graveur, ou même celui du peintre qui a peint le tableau à partir duquel la marque a été créée.


Bonne soirée et bon week-end

:bisou:
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 22 novembre 2009 08:47



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569
Bonjour Christophe, bonjour Bénédicte, bonjour Joelle, bonjour Jean, bonjour Jean-Marc, bonjour à tous et à toutes,

L'âne est un animal gentil et affectueux.
cela m'a donné l'idée de vous faire une petite recherche sur internet sur l'âne et le lait d'ânesse.


Animal Objet : Transport, guerre et combats

Au départ, la domestication de l?animal répondait à des besoins vitaux comme se nourrir ou s?habiller. Nos rapports avec le monde animal se sont peu à peu détériorés. Plus nous avons pris conscience de notre pouvoir de dompter notre environnement, plus nous avons rabaissé à l?état d?objet les autres espèces.
Dans un partenariat, les deux parties y trouvent un bénéfice. Malheureusement, le destin de l?animal partenaire a été dans la plupart des cas : la mort.
Transport, jeux du cirque, combats, guerres : l?homme a toujours utilisé l?animal plus souvent pour la pire que pour le meilleur.

Le lait d'ânesse est considéré comme le lait le plus proche de celui de la femme. Il est très nutritif car il contient plus de lactose et moins de matières grasses que le lait de vache.

Utilisation alimentaire
Il était utilisé jusqu'au début du XXe siècle comme substitut au lait maternel[4]. Le témoignage de 1928 du Pr Charles Porcher (1872-1933) de l?École vétérinaire de Lyon montre que la pratique se déroulait encore, mais dans une moindre mesure, dans l?entre-deux-guerres : « Il semble que l?on revienne au lait d?ânesse pour l?élevage de la première enfance, dans les cas, notamment, où le jeune est d?une santé plutôt délicate. Ce n?est pas que le lait d?ânesse ait été tout à fait abandonné, mais alors que dans les villes on trouvait assez facilement, il y a quelques 25 ou 30 ans, quelques ânesses entretenues pour fournir leur lait en vue de la nourriture des jeunes bébés, on peut dire que ceci avait, depuis, pour ainsi dire, complètement disparu »

Plus récemment, des études montrent que le lait d?ânesse pourrait servir d?alternative au lait de vache pour les enfants présentant une allergie aux protéines bovines.

Utilisation cosmétique
on raconte que Cléopâtre, reine d'Égypte antique, prenait des bains de lait d'ânesse pour entretenir sa beauté et la jeunesse de sa peau[1]. La légende dit qu'il ne fallait pas moins de 700 ânesses pour lui fournir la quantité de lait nécessaire à ses bains quotidiens.

C'est également le cas de Poppée (v. 30-65), seconde épouse de l?empereur romain Néron, mentionné par Pline l'Ancien, décrivant les vertus pour la peau : « on croit que le lait d'ânesse efface les rides du visage, rend la peau plus délicate et en entretient la blancheur. on sait que certaines femmes s'en fomentent le visage sept cents fois par jour, observant scrupuleusement ce nombre. Poppée, femme de l'empereur Néron, mit le lait d'ânesse à la mode ; elle s'en faisait même des bains et pour cela elle avait des troupeaux d'ânesses qui la suivaient dans ses voyages »

Pauline (1780-1825), s?ur de Napoléon Bonaparte, aurait également eut recours au lait d'ânesse pour des soins de peau.

on s'en sert encore aujourd'hui pour fabriquer des savons et de la crème hydratante. Les revenus de la vente complètent ceux que les éleveurs d'ânes tirent de l'élevage ou de la location aux randonneurs.
à plus tard
Khalida

"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 22 novembre 2009 11:15



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonjour Khalida, bonjour Bénédicte, bonjour Joëlle, bonjour Christophe, bonjour Jean, bonjour André...:bisou:

Que de belles choses passionnantes apprises par vos articles sublimes !bravo bravo bravo
Merci à toutes et à tous.Thumb Up

Bon, c'est pas le tout, mais il est l'heure pour moi de partir traviller.Sad
A plus.clinoeil
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 22 novembre 2009 11:54



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Bonjour tout le monde

Merci Jean pour la solution de l'enigme.

sclauneurnm (sklô-neur)
Nom donné, dans les houillères du Hainaut, aux ouvriers employés au transport du charbon dans l'intérieur de la mine.
+
- REM. Le sclauneur ne diffère du hercheur ou hiercheur, qui est un enfant de douze ans et au-dessus, une jeune fille, ou un ouvrier incapable de travailler à la veine, que parce qu'il est plus fort, quand l'exploitation se fait par voies montantes.

ref : le littré

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 22 novembre 2009 12:17



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous



Sclauneur




Hiercheuse.

Bon dimanche

:bisou:
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 23 novembre 2009 13:45



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Serait-ce toi Jean cet athlète...??

Saute-ruisseau

Définition du Littré : Petit clerc chargé des courses dans une étude.



Le petit Norin, diminutif affectueux d?Honoré-Victorin Daumier, est embauché en 1820 dans le cabinet d?un huissier pour un emploi temporaire de « saute-ruisseau », soit l?équivalent du garçon de courses. Le souvenir de ce Petit Clerc, coiffé d?un chapeau haut-de-forme, sera évoqué plus tard par Daumier dans sa première lithographie de la série des Types Français (1835-1836).

Book Honoré Daumier (1808-1879) était un graveur, caricaturiste, peintre et sculpteur français, dont les nombreuses oeuvres commentaient la vie sociale et politique en France au 19e siècle. Dessinateur prolifique, auteur de plus de 4000 lithographies, il est surtout connu pour ses caricatures d'hommes politiques et ses satires du comportement de ses compatriotes. La valeur de sa peinture a aussi été reconnue, bien qu?à titre posthume seulement.


Bonne journée

:bisou:
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 23 novembre 2009 18:04



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
bonjour à tous


« Faire un pas de clerc »


Commettre une maladresse, faire une erreur par inexpérience ou ignorance.
Entamer une démarche, prendre une initiative imprudente.


Si, autrefois, c'était du côté des ecclésiastiques et du clergé qu'on rencontrait des clercs[1], de nos jours, il est clair que c'est plutôt dans les métiers du droit.
on parle ainsi souvent du clerc de notaire, mais c'est oublier le clerc d'avoué, le clerc de lune ou le clerc d'huissier.

Ces clercs-là étant des personnes se préparant à exercer le métier dont ils sont clercs, ils sont considérés comme des novices.
Partant, en raison de leur inexpérience, ce sont eux qui sont susceptibles de commettre le plus d'erreurs au sein d'une étude.
Ce qui explique la naissance de l'expression qui date du XVIe siècle.

Mais pourquoi un 'pas', me direz-vous ? Cela vient simplement d'une métaphore identique à celle du "faux pas", autre maladresse.

[1] Selon le Grand Robert, le clerc était "Celui qui étudie pour devenir ecclésiastique" puis "Celui qui est entré dans l'état ecclésiastique par réception de la tonsure".


« (?) il (Haugwitz) comprenait, du coup, l'effroyable erreur où l'on était à Berlin quand on croyait pouvoir dicter la loi à Paris, et le pas de clerc qu'il venait de faire. »
Louis Madelin - Histoire du Consulat et de l'Empire

« Les nations étrangères se moquent souvent des pas de clercs que fait la France en fait de révolutions et des déconvenues qui la font revenir tout bonnement au point d'où elle était partie, après avoir payé chèrement sa promenade. »
Ernest Renan - L'avenir de la science


Certains objecteront que "être un grand clerc", c'est être érudit ou savant, ce qui va à l'encontre du sens de 'clerc' contenu dans notre expression.
Effectivement, cela fait partie des bizarreries de la langue française : on ne parle plus ici du 'clerc' comme d'un apprenti, mais on utilise une ancienne signification du mot qui désignait une personne instruite, sens qu'on retrouve encore dans cette locution, et qui s'explique par le fait qu'à une certaine époque, c'étaient les membres du clergé (donc également les clercs dans son sens initial) qui pouvaient étudier et qui détenaient le savoir.

http://www.expressio.fr/expressions/faire-un-pas-de-clerc.php

Bonne soirée à tous
:bisou:

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Lucette.R58
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 24 novembre 2009 14:54


Inscrit le: 24/11/2009
Messages: 2
Je recherche de la documentation sur le métier de stoppeuse (couture) live, logiciel etc etc
Merci
Lulu 01
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 24 novembre 2009 19:32



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonsoir à tous

Stoppeuse

Bonsoir Lulu.... pas de livre ou logiciel à vous proposer.... seulement cette définition sur Wikipedia:

Le stoppage est une opération de tissage sophistiqué consistant à recontituer le tissu, le plus souvent d'habillement, parfois d'ameublement, ayant subi un accident : accroc, brûlure, coup de lame ou de ciseau intempestif, etc.
Selon le type d'atteinte, la chaîne et la trame du tissu peuvent être affectées. Le stoppage reconstitue aussi bien la chaîne que la trame du tissu à l'aide d'une longue aiguille dite aiguille à stopper ou à rentrayer. Pour ce faire, la stoppeuse (car le métier fut essentiellement féminin jusqu'à ce qu'il disparaisse) récupère la gamme des fils de trame dans les ourlets et celle des fils de chaîne dans les surplus des coutures longitudinales.
Elle reconstitue chaîne et trame en respectant l'armure et le résultat de son travail après repassage, est invisible sur l'endroit du travail. En revanche, sur l'envers, la place restaurée est marquée par le long dépassement des fils de travail. Ce dépassement est nécessaire car le travail ne comprend aucun point d'arrêt qui déformerait le tissu (contrairement au travail de reprisage)
Le stoppage est un métier dérivé du rentrayage dont il diffère par le fait que le rentrayage est une étape de la production industrielle tandis que le stoppage est une activité de service qu'on peut encore trouver chez les teinturiers de luxe. D'autre part, le résultat du rentrayage est invisible sur l'envers comme sur l'endroit.
Jusque dans les années 1970, le CAP de rentrayage-stoppage était commun. A l'heure actuelle, le métier s'est replié vers les métiers d'art et est devenu un métier dérivé du travail du lissier


et ce lien avec des illustrations très "parlantes":

http://stoppage-art.com/metier.html

aussi:

http://www.lepharedunkerquois.fr/actualite/Gens_d_ici/2009/07/09/isabelle-la-stoppeuse.shtml

Bonne soirée à tous.

:bisou:
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 24 novembre 2009 21:33



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonsoir Bénédicte, bonsoir Joëlle, bonsoir Jean, bonsoir Christophe, bonsoir Khalida.:bisou:

STOP! N'en jetez plus, la coupe est pleine! Mr. Green Et pourtant, comme dans tous ces métiers d'artisanat, la jeunesse ne reprend pas le flambeau pour que le geste si technique perdure dans le temps...Rolling Eyes

Bonne soirée.
Lucette.R58
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 24 novembre 2009 21:40


Inscrit le: 24/11/2009
Messages: 2
Bonsoir Bénédicte,
Je te remercie pour tout ces renseignements, ça met des cordes à mon arque.
En deux mots, je "connais" le métier de stoppeuse, je travaille dans un pressing ou nous sommes très souvent sollicité et n'arrivons pas à trouver de stoppeuse. De ce fait je me suis dit que je pourrais peut-être apprendre. Le souci c'est que je ne trouve aucun manuel précis et les personnes ayant ce savoir nous ont pratiquement toutes quittées. Aucune école à l'horizon. Bref j'ai du mal !!!
Merci encore !
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 25 novembre 2009 11:15



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Bonjour à toutes et tous,

pour Lulu,
il existe des formations pour le stoppage voir les liens ci -dessous

http://www.studya.com/formations_metiers/artisanat/couturiere_costumiere_tailleur.htm


http://www.cv.com/fiches-metiers/artisanat-habillement-cuir-textile-rome-472/ROME-47211/STOPPEUR-STOPPEUSE.html

:bisou: :bisou:

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Martine.L89
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 25 novembre 2009 11:29


Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 329
Bonjour,

Dans mes aïeux, figurent un "chirurgien juré", un hongreur et un croquetier notamment.

Je crois savoir que le croquetier passait dans les fermes récolter des oeufs qu'il vendait ensuite, que le hongreur devait castrer les étalons, mais pourriez-vous m'éclairer sur le métier de chirurgien juré ?

Je suppose que ce devait être un médecin, reconnu par une assemblée de notables lui conférant ainsi le titre de "... juré".

Je vous remercie par avance.

Martine
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 25 novembre 2009 12:46



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonjour Jean, bonjour Bénédicte, bonjour Joëlle, bonjour Khalida, bonjour Christophe, bonjour Martine.:bisou:

Voilà ce que j'ai trouvé pour chirurgien juré :

, -ÉE adj. et n. XIIe siècle. Emprunté du latin juratus, « qui a prêté serment ». 1. Adj. Qui est consacré dans une fonction par le serment qu'il a prêté de l'exercer scrupuleusement. Expert juré. Traducteur, interprète juré. (On dit aussi Assermenté.) Anciennt. Se disait, dans les corporations, de celui qui avait fait les serments requis pour la maîtrise. Chirurgien juré. Se disait également, dans les corps d'artisans, de ceux qui étaient préposés à l'observance des statuts et règlements. Un maître juré et, subst., un juré (on dit aussi Jurat). La visite des jurés. Expr. fig. Être l'ennemi juré de quelqu'un, de quelque chose, en être l'ennemi déclaré à tout jamais. 2. N. m. DROIT. Chacun des citoyens tirés au sort pour faire partie du jury d'une cour d'assises. Appel des jurés. Récuser un juré. La liste des jurés.
(source : le site patrimoine de france)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 25 novembre 2009 14:04



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Pour Martine, je vous remets la définition de la p 94:

Chirurgien Juré

Chirurgiens jurés, titre que l'on donnait aux chirurgiens, à cause du serment qu'ils prêtaient entre les mains du magistrat.

Ces chirurgiens jurés (comme les médecins jurés), qui donc avaient prêté serment,pouvaient travailler auprès des tribunaux dans des tâches de médecine légale.

Pour Lucette et Joelle, d'après ce que j'ai pu trouver, il existait un CAP de couture avec formation de stoppeuse mais il a été supprimé dans les années 1970.... et pour se former actuellement il ne reste plus qu'à apprendre le métier auprès d'une des rares stoppeuses encore en activité (une dizaine en France aujourd´hui).

Bonne journée.

:bisou:
Martine.L89
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 25 novembre 2009 18:28


Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 329
Merci Jean-Marc et Bénédicte d'avoir répondu à ma demande.

C'est seulement maintenant, avant de lire vos réponses que j'ai découvert qu'il y avait en page 15 une liste des métiers déjà étudiés ! La prochaine fois, je lirai mieux la 1ère page d'une file...

Je vous souhaite une bonne soirée, ainsi qu'aux fidèles de ce forum.

Martine.
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 26 novembre 2009 12:37



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonjour Jean, bonjour Bénédicte, bonjour Martine...
:bisou:
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 26 novembre 2009 13:40



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Un petit métier....





Bonne journée.

:bisou:
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 26 novembre 2009 14:11



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569
Bonjour Christophe, bonjour Bénédicte, bonjour Joelle, bonjour Jean, bonjour Jean-Marc, bonjour à tous et à toutes,



je suis un peu absente parce que peu inspirée mais je vous lis chaque jour.

à bientôt
khalida.

"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 26 novembre 2009 15:39



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
S'il te plait Bénédicte, on peut le trouvé où ton vendeur de lacets: les miens sont prés à me lâcher.etrange
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 27 novembre 2009 14:56



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Hiding à tous
bonjour Béné, Bonjour Jean, Bonjour Jean Marc, Bonjour Christopje, Bonjour Khalida,

Un métier dont nous n'avons pas parlé, je crois,mais tout le monde connait!!!!!!!


les déménageurs (photo AGET)

Bonne fin de journée

:bisou: :bisou:

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 27 novembre 2009 17:03



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Meuh si Joelle, on a vu le déménageur..... en p 119!:bisou:

Par contre voici un petit métier dont on n'a pas parlé:

le tourneur de carrousel ou tourneur de manège

Dans un carrousel pour enfants sans moteur, personne chargée de faire tourner le manège avec sa propre force physique.



Bonne journée

:bisou:
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 27 novembre 2009 18:21



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
oups!!! la boulette!!!!

heureusement Béné veille aux grains...

jaleuse
Nom, avant la Révolution, des quarante femmes chargées de mesurer les grains et farines vendus à Paris.
(Littré)

Bonne soirée et bon week end

:bisou:


"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 28 novembre 2009 02:59



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonjour ou bonne nuit

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 28 novembre 2009 11:42



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Bonjour Jean,
Bonjour à tous

explication des points de dentelle

Le Point d'Angleterre
Le Point d'Angleterre est une des plus fines dentelles réalisée en mélangeant les techniques de dentelle aux fuseaux et dentelle à l'aiguille. Il n'y a pas de limite claire entre le travail aux fuseaux et à l'aiguille. Ces deux techniques se fondent l'une dans l'autre afin de mieux servir le dessin. Les contrastes sont plus marqués, les motifs plus délicats.

En 1662 le parlement anglais va interdire l'importation de dentelles en Angleterre. Sous l'influence des Stuarts la dentelle devient très importante. Si on veut être bien mis on ne peut plus se permettre de ne pas avoir de dentelles. Les commerçants anglais vont donc 'importer' des ouvrières belges afin de fabriquer la dentelle en Angleterre et contourner l'interdiction d'importation. Mais le lin anglais n'est pas aussi fin, ni aussi beau et les dentellières belges n'arrivent pas à réaliser des dentelles aussi belles que ce qu'elles faisaient en Belgique.

Afin de répondre à la demande anglaise et arriver à continuer à exporter les dentelles belges vers l'Angleterre les marchands ont simplement appelée ces dentelles belges 'Point d'Angleterre'.



La dentelles de Valenciennes
Les dentelles de Valenciennes apparaissent vers 1656 dans la ville d'Ypres. C'est en affinant les techniques du 'point de Flandres' que les ouvrières créent ce nouveau type de dentelle aux fuseaux.

La dentelle de Valenciennes était faite à Valenciennes jusqu'à la révolution française. on réalisait des dentelles avec la même technique à Gand. Ces dentelles étaient appelées 'dentelle de Gand' ou 'Valencienne batarde'. La production de Valenciennes était très importante dans la ville de Gand. En 1756 on comptait 5000 ouvrières rien que dans le béguinage de Gand. La ville de Gand a même offert une robe de mariée entièrement en dentelle Valenciennes à l'archiduchesse Marie-Henriette à l'occasion de son mariage avec le duc Léopold, futur roi de Belgique.

La ville de Valenciennes appartient jusqu'en 1679 aux Pays-Bas. La technique de dentelle de Valenciennes a migré vers Gand au début du XVIIe siècle. Cette technique se répand aussi à Binche et dans les petites villes alentour. Au départ la dentelle de Binche et de Valenciennes sont les mêmes mais avec le temps les dessins évoluent différemment et ces deux dentelles vont se différencier l'une de l'autre.




La dentelles de Malines
La dentelle de Malines est une dentelle aux fuseaux. Elle se caractérise par un fil un peu plus épais qui cerne le contour des motifs. Les décors de la Malines comportent presque toujours un motif de fleurons à quatre feuilles. Celui-ci est également présent dans les armes de la ville de Malines. Le style de décors de la Malines est inspiré des époques Louis XV et Louis XVI.
La Malines est une dentelle extrêmement fine et légère. Comme toutes les dentelles la Malines souffre vers la fin du XVIIIe siècle car les dentelles sont moins de mode. Mais vers 1820 elle connaît un renouveau d'intérêt important.



à vos aiguilles et fuseaus

Bon Samedi:bisou: :bisou:

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 28 novembre 2009 11:57



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
un site qui explique bien les autres points de dentelle

http://lesfilsdhelene.over-blog.com/article-17733362.html

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 28 novembre 2009 12:41



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Joelle, Jean....


Pas trouvé d'illustrations pour la jaleuse....


Une dentellière célèbre...



La Dentellière. J . Vermeer de Delf. Le Louvre. Paris.

Bon samedi.

:bisou:
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 29 novembre 2009 12:39



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Allez, encore un petit tour de manège....



mais dans celui-ci, pas de tourneur.... ce sont les usagers qui le font tourner...

Bon dimanche.

:bisou:
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 29 novembre 2009 21:13



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
bonsoir Jean, bonsoir Bénédicte, bonsoir Christophe, bonsoir Joëlle...

C'est trés instructif ce sujet sur les points de dentelle.bravo Thumb Up
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 30 novembre 2009 13:21



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Un métier non vu... je crois....

Liftier

Préposé à la conduite d’un ascenseur.

De l’anglais lift (ascenseur)



Depuis des siècles des lieux inaccessibles comme les monastères grecs — qu'on appelle météores — ne pouvaient exister que grâce à leurs ascenseurs rudimentaires.



Le premier ascenseur connu fut construit sous le règne de Louis XV, à Versailles, en 1743, et pour le roi lui-même. Il était installé à l’extérieur du bâtiment, dans une petite cour, et il permettait au monarque de monter de son appartement (au premier) à celui de sa maîtresse, Mme de Châteauroux (au second) Il s’agissait d'un "monte-personne" (le terme d'ascenseur n'existait pas encore) ;il fut surnommé "la chaise volante".
Cette "chaise volante", (qui n'était pas motorisée, mais fonctionnait par treuils, leviers ...et serviteurs), fut fut supprimée lorsque, en 1751, la marquise de Pompadour remplaça la duchesse dans le coeur du roi !


Mais c'est dans les mines qu'on situe en général l’apparition des ascenseurs. C'est là en tous cas qu'on imagina de doter les monte-charge d'un moteur à vapeur dès le début du XIXe siècle. Ces monte-charge à vapeur sont considérés comme les véritables précurseurs de l'ascenseur, puisque premier système n'utilisant pas la force musculaire pour hisser matériel et personnes.

Vers 1850, c'est un Américain, Elisha Otis, qui le dota d'un système limiteur de vitesse appelé parachute, assurant la sécurité des personnes en cas de rupture du câble et permettant, dès 1857, d'en équiper un bâtiment à New York.




Dès 1864, l'ingénieur français Léon Edoux le dotera d'un moteur hydraulique et inventera le mot ascenseur. Il en équipera le marché aux bestiaux de la Villette en 1867.

C'est en Allemagne cependant qu'on pensera en 1880 à un ascenseur électrique. En 1889 la Tour Eiffel est inaugurée avec un ascenseur remarquable dû aux efforts conjoints de Léon Edoux et des frères Otis qui ont succédé à leur père.

Cette invention permit la naissance des gratte-ciel, qui, sans ascenseurs sécurisés, n'auraient pu voir le jour !



Pour des questions de sécurité et le confort des usagers,le système, comportant un interrupteur en cabine, est actionné par le liftier

Ce n'est qu'en 1924 qu'un ascenseur sans liftier — le machiniste — fera son apparition, exigeant la mise au point d'automatismes et de dispositifs de sécurité. Les commandes deviennent électriques puis électroniques et se dotent de mémoire. Les grilles fixes ou articulées disparaissent, les portes se verrouillent automatiquement, etc.


L’automatisation du fonctionnement des ascenseurs et les nombreux disposifs de sécurité ont rendu inutile la présence de liftiers pour le fonctionnement des ascenseurs modernes.


Mais certains établissements continuent à employer des liftiers pour le confort des usagers (hôtels, lieux publiques exploitant des ascenseur de grande capacité…).


Bonne journée.

:bisou:

khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 30 novembre 2009 14:54



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569
Bonjour Christophe, bonjour Bénédicte, bonjour Joelle, bonjour Jean, bonjour Jean-Marc, bonjour à tous et à toutes,

Moi aussi je pense vous avoir trouver un métier non traité encore :

Le feuillardier

Le feuillardier était, le plus souvent, un ouvrier travaillant à l'exploitation de taillis de châtaignier achetés par un marchand de bois. Ce dernier lui payait le façonnage du feuillard au millier de pièces.

Les outils de travail étaient la hache, la serpe, la plane et la scie. Pour faire son banc de travail, le feuillardier coupait un tronc d'arbre de petit diamètre qu'il faisait reposer, à une extrémité, sur deux pattes.Pour tenir le compte de la marchandise avec précision, le feuillardier faisait des encoches sur une baguette.

L'abattage des barres de châtaignier était fait avec soin. Les coupes à la hache étaient franches,le plus près possible de la souche. Les cépées suivantes restaient ainsi plus vigoureuses.Ce travail n'était pas rétribué. Les barres étaient ébranchées à la serpe et mises en tas à intervalles règuliers. Les branches étaient rangées en longues bandes.Rien à voir avec les chantiers actuels de débardage !

Pendant les jours les plus courts, ils faisaient du feuillard ; marchandise dite noire car elle n'était pas écorcée.Le feuillard s'obtenait en fendant en deux les tiges rondes. Ensuite chaque demi-rond était coché à la plane sur la côte pour la rendre lisse.Cette marchandise devenait cercle de barrique ou panier à crustacés.

Les jours plus longs du printemps étaient réservés pour faire la marchandise blanche (écorcée) : carrassones, piquets, échalas, lattes. Le pied des barres était paré à la scie. Ces chutes de 10 à 15 cm de long étaient données au feuillardier pour le chauffage (los rescalos)
La vie du feuillardier était rude et pénible.Il gagnait peu d'argent d'autant plus qu'il perdait du temps à abattre, à ranger, à porter.

La conservation des châtaignes

Tout au cours de l’histoire, le châtaignier a été considéré comme l’arbre à pain et a sauvé de la famine bien des populations. La châtaigne ne permettait pas de fabriquer du pain, la farine obtenue n’étant pas panifiable, mais elle le remplaçait avantageusement.
Très tôt le problème de la conservation de ce fruit s’est fait sentir, en effet si la châtaigne peut-être consommée facilement en produit frais, elle se conserve difficilement tout au long de l’année sans une préparation préalable.
En produit frais, elle peut être préparée en « boursée » c’est-à-dire cuite à l’eau, autrefois on les cuisait sur la chaudière servant à la préparation de la « baccade » ( la patée des porcs). Nous connaissons tous la châtaigne blanchie qui était le plat quotidien dans nos campagnes et le plat du dimanche chez les gens aisés. Les « chauvets » cuits dans la cendre ou au four étaient le régal à la fin des veillées. Quelques autres recettes étaient pratiquées localement telles que les châtaignes « ferrées ».
Afin de prolonger le plus longtemps possible le bon état des châtaignes fraîches, la méthode du trempage était appliquée, ce qui permettait d’aller jusqu’au mois de Mars-Avril de l’année après la récolte.
Il a fallu trouver une autre méthode, nos anciens n’étaient jamais à court d’idées, c’est donc la dessication qui fut adoptée. Cette méthode fut aussi appliquée à la conservation d’autres aliments, noix, prunes, abricots et même les viandes.
Au cours des siècles la méthode s’est affinée, du séchage dans des paniers percés maintenus au-dessus du foyer familial, on est passé dans certains cas à la construction de foyers spécifiques pour le séchage. Les clédiers étaient nés.
"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 30 novembre 2009 14:57



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
un petit coucou

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Répondre |  | 

Aller au forum