Forums

 
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15 - Filae.com
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 24 août 2009 13:39



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Flex le fil est désert.... toujours pas de Joelle à l'horizon?reflechis j'espère que tout va bien...:bisou:

Pour ma part, toujours en vacances...de nouveau dans les Pyrénées. Je n'ai pas d'ADSL mais je vais essayer de vous mettre un petit quelque chose:

Brioleur ou baudelier, celui qui transporte du bois avec des bêtes de somme (Tarif des patentes, 1850.)



Bonne journée.

:bisou:


christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 24 août 2009 14:45



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonjour


droit de committimus


Lettres royales que le roi donnait à ceux qui avaient leurs causes commises aux requêtes du Palais, ou au grand conseil, ou à quelque autre tribunal particulier ; et, en général, privilège accordé à certaines personnes de plaider devant certains juges et d'y faire évoquer les causes où elles avaient intérêt.

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 24 août 2009 17:50



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonsoir Christophe, bonsoir Jean, bonsoir Bénédicte, bonsoir Khalida....

on l'attendait, elle est venue! Espérant que cette pluie fera baisser la température dans les appart' (chez moi, il y a 25°C dns la chambre, fenêtre ouvere, volet entre ouvert...).
Anne Marie.P114
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 25 août 2009 08:47


Inscrit le: 10/09/2007
Messages: 984
Jean ne pas oublier ROLAND et son cor !Je ne sais pas si Béné sonne je n'entends rien depuis Noisy le Grand !
Orage ici et les feuilles sont toutes propres, les herbes redressent la tête et les canards sur la pièce d'eau étaient tous fous ! Ce matin c'est gris mais frais ouf
c'était la canicule au Québec me dit ma fille. espérons que notre amie n'a pas fondu !
Bonne journée à tout le monde

Anne Marie (en Creuse : Valaizon,Juillet,Meaume,Heyret, Pauly, Bord, - Pécher, Gout, Peynoche, Deluchat ... et par ma GM maternelle en Ille et Vilaine :Chemin, Lépinay,Fresnais, Ballus, Labbé, Rihet,Tirel, Abachesne,...)
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 25 août 2009 13:08



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonjour

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Stéphanie.B1309
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 26 août 2009 14:45


Inscrit le: 25/08/2009
Messages: 19
Bonjour,

J'ai pas mal de femmes de ma famille qui étaient recercisseuse de velours ... C'est ce que je lis sur les actes en tout cas lol! merci d'avance si vous savez ce que c'est exactement ...
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 26 août 2009 14:53



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569
Voici un vrai extrait de manuel de jeunes filles de 1960.....





je vous glisserais aussi une nouvelles histoire du code de la route pour que les hommes prennent de la graine
"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 26 août 2009 15:34



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
Khalida essayes avec http://tinypic.com/

pour réduire la taille des images tu la choisis avant de parcourir tes fichiers

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 26 août 2009 16:06



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonjour christophe, bonjourKhalida,bonjour Jean, bojour Anne-Marie, bojour Stéphanie, bonjour Bénédicte...


Merci Khalida pour ces superbes photos!
Tiens, je fais suivre un lien que Béndicte m'avait donné pour les photos.
http://www.casimages.com.
Ca marche comme tinypic.com

Stéphanie, on va voir ceque l'ontrouve pour votre métier.
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 26 août 2009 19:12



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
ça marche comme ça tinypic

cliquer sur la 2ème ligne avec le code IMG


[ IMG ]http://i26.tinypic.com/15ohy4j.jpg[ / IMG ]





La vie résumée en 4 bouteilles !!!!!!!!!!!



> Zut..on est déjà à la 3ème !



patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 26 août 2009 19:20



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
on règle la taille



on fait parcourir ,puis télécharger maintenant



on double clic sur la 2 ème ligne



on clic droit et on colle dans son message

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 27 août 2009 08:37



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569
Bonjour Jean, bonjour Jean Marc, bonjour Christophe, bonjour Bénédicte....et bonjour à tous.

Merci à tous les 3. J'utilise déjà tinypic donc la solution de Jean Marc sera plus facile pour moi parce que je n'ai jamais su faire fonctionner casimages ?

Jean : donne moi le nom du logiciel photo afin que je l'achète.

Je fais un test ce matin avant d'aller travailler avec une photo de rue à toronto
suite sur le prochain envoi
"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 27 août 2009 08:51



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569
Distribution gratuite de boisson DR PEPPER dans une rue de toronto (yonge street)



Dr Pepper (prononcer Dr doctor) est la plus ancienne des marques de soda américain. A l'origine fabriquée artisanalement dans une quincaillerie de Waco (Texas) par un dénommé Morrisson, la boisson connut son premier succès lorsqu'elle fut mise en vente en 1885 (un an avant Coca-Cola). Morrisson fut donc le créateur de cette boisson, et la dénomma Dr Pepper en référence à un docteur de Virginie du nom de Charles Pepper, premier patron à donner un emploi à Morrisson.

Aspect et goût

L'aspect du Dr Pepper est visuellement le même que celui d'un soda au cola : brun, et avec le même type de bulles, c'est-à-dire extrêmement pétillant.

Son goût rappelle un peu l'amande amère, qui évoqua longtemps pour les écoliers français l'odeur de la colle blanche. on obtient un goût assez voisin, bien que non identique, en plaçant quelques gouttes d'essence d'amandes amères dans un soda au cola quelconque (6 gouttes par litre).

Au Marché mondial de Saint-Louis en 1904, la boisson fut distribuée à des millions de visiteurs et connut un engouement immédiat. Après ces débuts encourageants, Dr Pepper devint l'une des plus grosses entreprises américaines de rafraîchissement.

En 1986, Dr Pepper fusionna avec Seven-Up afin de former la Dr Pepper/Seven-Up Corporation, à son tour rachetée en 1995 par Cadbury Schweppes plc pour ainsi devenir la plus grosse firme de boisson extérieure à la Coca-Cola Company.

Dr Pepper n'est distribué en France et en Belgique que dans quelques enseignes ;
(wikipédia)
"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 27 août 2009 08:52



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569
Distribution gratuite de boisson DR PEPPER dans une rue de toronto (yonge street)
je l'ai goutée = coca cola cherry


Dr Pepper (prononcer Dr doctor) est la plus ancienne des marques de soda américain. A l'origine fabriquée artisanalement dans une quincaillerie de Waco (Texas) par un dénommé Morrisson, la boisson connut son premier succès lorsqu'elle fut mise en vente en 1885 (un an avant Coca-Cola). Morrisson fut donc le créateur de cette boisson, et la dénomma Dr Pepper en référence à un docteur de Virginie du nom de Charles Pepper, premier patron à donner un emploi à Morrisson.

Aspect et goût

L'aspect du Dr Pepper est visuellement le même que celui d'un soda au cola : brun, et avec le même type de bulles, c'est-à-dire extrêmement pétillant.

Son goût rappelle un peu l'amande amère, qui évoqua longtemps pour les écoliers français l'odeur de la colle blanche. on obtient un goût assez voisin, bien que non identique, en plaçant quelques gouttes d'essence d'amandes amères dans un soda au cola quelconque (6 gouttes par litre).

Au Marché mondial de Saint-Louis en 1904, la boisson fut distribuée à des millions de visiteurs et connut un engouement immédiat. Après ces débuts encourageants, Dr Pepper devint l'une des plus grosses entreprises américaines de rafraîchissement.

En 1986, Dr Pepper fusionna avec Seven-Up afin de former la Dr Pepper/Seven-Up Corporation, à son tour rachetée en 1995 par Cadbury Schweppes plc pour ainsi devenir la plus grosse firme de boisson extérieure à la Coca-Cola Company.

Dr Pepper n'est distribué en France et en Belgique que dans quelques enseignes ;
(wikipédia)
"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 27 août 2009 10:08



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonjour Khalida, bonjour Christophe, bonjour Jean.

Merci pour ces photos magnifiques des tes vacances.
Etant fan des "Scarabées", groupe mythiques dans les années 60, ton DR Peper, j'aurais préféré qu'il soit Sergent.
Cela dit, ton reportage sur cette boisson est très intéressant!

Stéphanie, je n'ai pas trouvé grand chose sur ce métier, mais j'ai un lien concernant la ville (ou village) de Poulainville proposant une multitude de métier dont certains ont déjà été évoqués sur cette fille.
www.ville-poulainville.fr/article.do&id=958
Stéphanie.B1309
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 27 août 2009 16:49


Inscrit le: 25/08/2009
Messages: 19
merci quand meme !!! on verra bien ...
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 30 août 2009 09:09



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonjour et bon dimanche

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Anne Marie.P114
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 30 août 2009 19:12


Inscrit le: 10/09/2007
Messages: 984
Un petit bonjour en passant par là !
ca est tout le monde est rentré, les magasins sont bourrés
A propos de Bourrés j'ai piqué la photo des bouteilles ! trop drôle. Je ne peux toujours pas me servir de Tynipic j'ai pourtant refait une inscription et tout et tout mais je crois que c'est mon ordi. Donc j'attends octobre et j'en rachète un.
bonne soirée
Anne Marie (en Creuse : Valaizon,Juillet,Meaume,Heyret, Pauly, Bord, - Pécher, Gout, Peynoche, Deluchat ... et par ma GM maternelle en Ille et Vilaine :Chemin, Lépinay,Fresnais, Ballus, Labbé, Rihet,Tirel, Abachesne,...)
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 31 août 2009 04:35



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonjour à tous

Anne Marie de rien pour la photo,il faut prendre aussi le texte !!!!

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 31 août 2009 09:54



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
La clarinette est un instrument à vent de la famille des bois à anche simple. Elle a été créée vers 1700 par Johann Christophe Denner (1655-1707) à Nüremberg sur la base d'un instrument à anche simple plus ancien : le « chalumeau ». La clarinette en si (ou B en anglais) en est le modèle le plus commun.

La clarinette est à perce cylindrique, ce qui la distingue du hautbois et du saxophone, tous deux à perce conique, et lui confère une aptitude au quintoiement[1]. Son timbre chaud dans le registre grave, peut s'avérer extrêmement brillant voire agressif dans l'aigu.

De tous les instruments à vent, elle est celle qui possède le plus grand ambitus (ou tessiture) avec 3 octaves plus une sixte mineure soit 45 notes en tout[2]. Elle se décline en une famille d'instruments presque tous transpositeurs, depuis la clarinette contrebasse, jusqu'à la clarinette sopranino, couvrant ainsi toute l'étendue d'un orchestre symphonique. À l'exception des percussions, la clarinette est l'instrument qui possède la plus grande famille.
Registre du chalumeau (info)
Des problèmes pour écouter le fichier ? Aidez-moiRegistre du clairon (info)
Des problèmes pour écouter le fichier ? Aidez-moiGamme chromatique (info)
Des problèmes pour écouter le fichier ? Aidez-moiAncienne clarinette à 4 clefs
Clef de douzième sur une clarinette moderne (1)



La clarinette de J.C DennerLe chalumeau européen du Moyen Âge fut sans doute l'ancêtre[3] le plus direct de la clarinette. Aujourd'hui encore, le registre grave de la clarinette est appelé registre du chalumeau. C'est à Johann Christoph Denner (1655-1707) que l'on doit l'invention de la clarinette lorsque vers 1690[4], il ajouta au chalumeau français le pavillon et deux clés d'importance majeure.

L'ajout de la « clé de 12e»[5] permit de tirer parti de l'aptitude de l'instrument au quintoiement, que les musiciens les plus doués pouvaient provoquer par une modification de la position de l'embouchure. Le registre atteint est alors celui dit du clairon et sa sonorité se rapproche de la clarine, petite trompette du XVIIIe siècle, qui donna son nom à la clarinette.


Registres de la clarinette, notes lues pour les clarinettes en clef de sol.[6]À cette époque, l'instrument était manipulé via huit trous bouchés par les doigts, ce qui permettait à l'instrumentiste de jouer la gamme depuis le fa grave jusqu'au sol médium. La gamme ne se poursuivait sur le registre supérieur qu'à partir du do, et se faisait donc avec un défaut de 2 notes sur la gamme : le la et le si étaient absents de la gamme. La deuxième clef, celle « du la », étend vers le haut le registre du chalumeau.

Le si est obtenu par quintoiement d'une note plus grave (le mi) grâce au pavillon prolongeant la clarinette et l'ajout d'une clef actionnée par l'auriculaire de la main gauche alors innoccupé. Il fait donc partie du registre du clairon. La gamme (diatonique) est alors complète et le changement de registre se passe sans discontinuité.

Dans l'état, l'instrument ne disposant pas d'une gamme chromatique complète, il restait prisonnier de quelques tonalités particulières. Pour y remédier, les musiciens disposaient de différents modèles de clarinettes, réalisés chacun pour une tonalité spécifique. Les altérations pouvaient cependant être obtenues par des doigtés fourches ne permettant pas une grande virtuosité, et à la sonorité peu satisfaisante.


La clarinette moderne [modifier]

Clarinettes système Oehler
Différentes vues d'une clarinette à quarts de tons de Fritz Schüller (1883-1977)En 1810, Heinrich Bärmann (1784-1847) proposa le retournement du bec[7], positionnant ainsi l'anche sur la lèvre inférieure du musicien. Ceci adoucit et garantit la sonorité. Iwan (ou Ywan) Muller[8],[9] y apporta en 1812 treize clés supplémentaires offrant enfin la gamme chromatique complète. Ces nouveautés permirent d'abandonner peu à peu la collection d'instruments dédiés aux tonalités distinctes dont disposaient les musiciens pour interpréter les différentes pièces.

La clarinette fut amenée à son degré de perfectionnement actuel par le facteur d'instruments français Louis Auguste Buffet en collaboration avec le clarinettiste Hyacinthe Klosé.[10],[11] Tous deux adoptèrent le principe des anneaux mobiles que l'Allemand Theobald Boehm avait imaginé pour la flûte : le système Boehm. Aujourd'hui, le système Boehm est utilisé par les clarinettistes du monde entier, aux exceptions des Allemands et des Autrichiens, qui se servent pour la plupart du système concurrent : le système Oehler[12].

Une clarinette utilisant le système Boehm, peut disposer de près de 22 éléments mobiles utiles, auxquels il faut ajouter les paliers, les axes, les vis et les ressorts. L'ensemble dépasse la centaine de pièces mécaniques, et participe à la manipulation de 17 tampons obturant autant d'orifices inaccessibles avec les doigts.

Le nombre de clés annoncé par les facteurs correspond au nombre de points de commande intentionnelles (les anneaux n'en font donc pas partie puisqu'ils sont actionnés en même temps qu'un trou est bouché). La clarinette Boehm comporte donc 17 clés, parfois 18 avec la clé de rappel de mi main gauche. Il existe deux variantes du système Oehler comportant respectivement 19 et 27 clés.


La famille des clarinettes modernes [modifier]

Petite clarinette en la, en mi et en siLa famille des clarinettes modernes est très étendue. La taille et la tonalité sont les principaux éléments différentiels. Si l'étendue de la tessiture est à peu près constante, les registres de jeu sont différents.

Aujourd'hui, les clarinettes suivantes sont utilisées, depuis la plus aigüe jusqu'à la plus grave[13] :

Nom de la clarinette Tonalité Commentaire Tessiture
La petite clarinette sopranino en la Presque plus fabriquée, sinon pour l'exécution des bandas (musique militaire italienne), et aujourd'hui pour la musique contemporaine, car sa sonorité criarde intéresse les compositeurs[14] ;
La petite clarinette en mi Son timbre est très caractéristique, un peu criard. Encore très utilisée aujourd'hui en harmonie, sa tonalité étant très « compatible » avec la plupart des autres instruments (si principalement) ;
La petite clarinette en ré Fabriquée presque uniquement pour l'exécution des concerti de Johann Melchior Molter pour clarinette en ré. En grande désuétude car son répertoire est très limité ; généralement, les musiciens préfèrent transposer les passages de clarinette en ré pour les jouer à la petite clarinette en mi;
La clarinette soprano en ut En désuétude car son timbre est un peu vulgaire et sa justesse perfectible[15]. Utilisée comme instrument d'étude pour les jeunes enfants en raison de sa petite taille ;
La clarinette soprano en si La plus usitée : utilisée dans tous les styles de musique, elle allie brillance et éloquence. C'est avec celle-ci que l'on débute ;
La clarinette soprano en la Au son un peu plus rond, encore très jouée aujourd'hui, son timbre est très approprié à la musique de chambre ;
La clarinette de basset en la Clarinette en la avec une extension au do, fabriquée uniquement pour l'exécution du concerto pour clarinette de Mozart dans sa version originale. En grande désuétude aujourd'hui, elle est très rare ;
La clarinette turque en sol Principalement jouée pour les musiques turques et grecques ;
Le cor de basset en fa Pour lequel a été écrit à l'origine le concerto pour clarinette et orchestre de Mozart. Il a été très usité à la fin du XVIIIe siècle ;
La clarinette alto en mi Très appréciée en musique de chambre et en orchestre d?harmonie ;
La clarinette basse en si Très utilisée en musique contemporaine et dans le jazz ;
La clarinette contralto en mi Utilisée en ensemble de clarinettes et de plus en plus en orchestre, notamment d?harmonie ;
La clarinette contrebasse en si Utilisée presque uniquement en ensemble de clarinettes.

Un prototype de clarinette octobasse a été fabriqué par Léon Leblanc[16]. Cet instrument était plus grave d'une octave par rapport à la clarinette contrebasse. Elle sonnait comme un jeu d'orgue de 32 pieds. Le projet, très ambitieux de par la taille de l'instrument, a été abandonné.


Anatomie de la clarinette [modifier]

Clarinettes droites [modifier]
La clarinette en si (mais aussi celles en la, en ut, en ré et mi) se présente sous la forme d'un long tuyau droit. La clarinette est généralement réalisée en bois noble tel que l'ébène ou le palissandre (au moins pour le corps). Certains modèles, dits d'études, sont parfois moulés en plastique. Dans les années 1930 le jazz a utilisé des modèles en métal[17],[18]. Aujourd'hui, des clarinettes en matériau composite ont fait leur apparition. Ces clarinettes allient les avantages du bois et ceux du plastique, sans leurs inconvénients[19] Ainsi ces clarinettes conservent la sonorité du bois, gagnent en légèreté, et sont moins onéreuses du fait de la disponibilité des matières premières et des coûts de production du plastique.

Les clés sont en maillechort (alliage à base de nickel) nickelé, parfois argenté, ou plus rarement doré. Pour des raisons pratiques de fabrication et de transport, la clarinette se compose de 6 éléments principaux (de haut en bas) :

1.le bec et sa ligature,
2.l'anche fixée sur la partie inférieure du bec,
3.le barillet,
4.le corps supérieur (pour la main gauche),
5.le corps inférieur (pour la main droite)
6.le pavillon.
Ces éléments sont reproduits sur la figure ci-contre.

Les deux parties du corps d'une clarinette (en bois ou en plastique) sont parfois frappées d'un numéro de série, sorte d'immatriculation de l'instrument. Cette identification permet notamment de vérifier lors de l'achat d'un instrument d'occasion que les deux éléments appartiennent bien à un instrument unique. Le barillet et le pavillon n'étant pas taillés dans la même pièce de bois, et parfois même réalisés dans un autre matériau, ne sont généralement pas marqués.


Le bec [modifier]

Clarinette sous tous les angles
Description du becLe bec (ou embouchure) est l'élément par lequel l'instrumentiste insuffle l'air. Autrefois taillé dans le bois ou dans l'ivoire, il est aujourd'hui principalement moulé en ébonite noire ou blanche, en plastique voire en verre (alors appelé « bec cristal »). Dans tous les cas, la table (partie du bec sur laquelle s'applique l'anche) est finie par usinage ou polissage.

Les becs en ébonite sont les plus fréquemment utilisés et offrent une large gamme de sonorité. Les becs en verre ont un entretien[20] plus simple et une sonorité plus nette ; ils sont plus rares et sont généralement réservés à la musique classique. Moins chers, les becs en plastique ont également une moindre qualité sonore ; ils sont généralement réservés aux instruments d'étude.

L'ouverture (hauteur de flèche de l'anche) et la longueur de la table (longueur libre en flexion de l'anche) sont les principaux paramètres géométriques distinctifs des becs. Un bec ouvert offre plus de puissance mais peut dégrader la qualité du son.

Le choix d'un bec est aussi important que celui de l'instrument. Il influe grandement sur le confort du musicien. Si les conseils de clarinettistes professionnels peuvent aider au choix d'un bec, seuls des essais personnels permettent un choix définitif. Des prototypes de becs à géométrie variable sont développés[21].


L'anche [modifier]
L'anche est la partie vibrante de l'instrument. Elle est faite en roseau de canne et est placée sur le bec au moyen d'une ligature en métal, en cuir ou en plastique. Les modèles allemands utilisent une cordelette comme ligature. Lorsque la clarinette est montée, l'anche se trouve sous le bec, contre la lèvre inférieure du musicien.

Les anches sont vendues taillées selon un classement de dureté, en fonction de l'épaisseur de l'anche. De nombreux musiciens professionnels taillent ou retaillent eux-mêmes leurs anches. La dureté de l'anche et la géométrie du bec sont liées.

L'anche est à l'origine de la production sonore. Avec son utilisation, une anche se dégrade rapidement, et les fibres du roseau se brisent. La résistance de cette pièce à la pression de l'air, la force de l'anche, est rapidement modifiée. Par conséquence, la façon dont le son est produit est modifiée et affecte le jeu du musicien.

Le temps mis par l'anche pour perdre de sa force est variable. Il dépend de la force initiale de l'anche, de son temps d'utilisation, de la pression d'air exercée par le musicien, et de la façon dont le bec est tenu en bouche (de la puissance avec laquelle le clarinettiste serre l'anche entre ses mâchoires). Pour une utilisation quotidienne de deux heures par jour, l'anche doit être changée en moyenne toutes les deux semaines.


Le barillet [modifier]

Accord de la clarinetteLe barillet, situé après le bec, est une bague dont le rôle principal est l'accord de l'instrument. Beaucoup de clarinettistes se munissent de plusieurs barillets de longueur différente afin de pouvoir en changer selon les conditions de jeu (essentiellement les conditions de chaleur et d'humidité) et du diapason retenu par l'orchestre. La longueur de cette pièce et son écartement par rapport au corps de la clarinette influe sur la longueur totale de l'instrument et donc sur l'accord.

Les corps de la main droite et de la main gauche peuvent également être écartés l'un de l'autre, allongeant la taille de l'instrument. Cependant les écarts relatifs des orifices de chacun de ces corps sont calculés pour être fixes. La clarinette est très sensible à toute modification de ces longueurs. Il faut éviter d'utiliser ce moyen pour l'accord. Les professionnels réussissent à compenser la justesse simplement en modifiant leur technique d'embouchure et le support aérodynamique. Dans les cas extrêmes, le recours à des barillets de tailles différentes devient inévitable.


Le corps du haut et le corps du bas [modifier]
Les deux corps situés entre le barillet et le pavillon de l'instrument portent les trous, les anneaux et les clés. Les doigts de l'instrumentiste bouchent les différents trous en fonction de la note jouée. Lorsqu'un trou est hors de portée des doigts (car situé en haut, en bas et sur les côtés de l?instrument), l'instrumentiste utilise les clés prévues à cet effet.

Sur certains instruments, l'obturation des trous n'est pas confiée aux doigts eux-mêmes mais à des plateaux métalliques munis de tampons. on parle alors de clarinette à plateaux. Ceci peut s'avérer utile aux musiciens ayant des difficultés à assurer avec leurs doigts un bouchage parfait (arthrose,par exemple).

Certaines clarinettes (en ré, en mi, mais souvent aussi les clarinettes en métal) ont un corps en une seule partie.


Le pavillon [modifier]

Pavillon d'une clarinette siEn prolongeant le chalumeau, le pavillon permet l'émission d'une note plus grave (le mi) qui par quintoiement, donne le si (dit bouché) grâce à la clé de douzième. Ainsi la gamme de la clarinette est complète.

Enfin, cette pièce de forme évasée favorise une bonne diffusion du son des notes bouchées : mi, fa, sol, la pour le grave. Elle résout le problème de la justesse relative des notes les plus graves des registres grave et clairon.


Clarinettes à bocal [modifier]

Clarinette basse
Clarinettes contrebasse et contraltoLes modèles de clarinettes graves présentent quelques différences structurelles par rapport aux clarinettes droites. Il s'agit du cor de basset et des clarinettes alto, basse, contralto et contrebasse. Hormis les proportions plus grandes rendant leur tessiture plus basse, l'allongement global du tuyau est obtenu en partie, par l'ajout de pièces cintrées réduisant ainsi son encombrement : le bocal et le pavillon sont réalisés en métal (mêmes alliages que pour les saxophones ou les cuivres). Pour les plus grosses clarinettes, le corps lui-même peut être métallique.

Du fait du poids élevé de l'instrument, une béquille fixée sous le bocal le maintient à hauteur. Les clarinettes graves se jouent principalement en position assise.

Enfin, les modèles graves disposent de notes supplémentaires dans le grave, le mi essentiellement, voire jusqu'au do pour le cor de basset et certaines clarinettes basses.


La clarinette en chiffres [modifier]

Caractéristiques physiques [modifier]
Pour une clarinette en si, le tableau ci-dessous donne les dimensions et autres données physiques liées à l'instrument[22] Pour certains cas particuliers, ces valeurs pourront évidemment s'écarter des plages proposées.

Valeur mini Valeur maxi
Longueur 660 mm 670 mm
Masse 700 g
Modèle d?étude corps en ABS
900 g
Modèle en ébène

Perce ø 13 mm ø 16 mm
Diamètre extérieur du corps ø 27 mm ø 31 mm
Trous
Diamètre et écartement moyens
ø 5 mm écart : 22 mm
(corps du haut)
ø 9 mm écart : 25 mm
(corps du bas)

Notes entendues
(en ut)
ré (2)
à 147 Hz
si (5)
à 1867 Hz



Fonctionnement de la clarinette [modifier]

Prise en main de l'instrument [modifier]
Article détaillé : Doigtés de la clarinette.

Position des doigts sur la clarinette. Exemple pour l'exécution du fa# clairon en doigté fourche[23]
Clés de l'auriculaire de la main droiteComme presque tous les instruments à vent, la clarinette se tient avec la main gauche en haut du corps (plus près de la bouche) et la main droite en bas du corps. Sur le corps inférieur, une patte accueille le pouce qui maintient l'instrument, et qui n'intervient pas dans le jeu. Le poids de l'instrument repose entièrement sur ce doigt, les clarinettistes peuvent souffrir d'une pratique prolongée (risque de tendinite[24]). Les jeunes instrumentistes peuvent alors utiliser un collier.

La clarinette est tenue en bouche et les bras avec un angle de 30° à 45° avec le corps du musicien. Le corps du haut possède trois trous qui sont bouchés par l'index, le majeur et annulaire de la main gauche. Le corps du bas possède également trois trous. Ils sont bouchés par les mêmes doigts de la main droite et dans le même ordre. Les auriculaires de chaque main permettent de manipuler les clés de bas de registre. Chaque auriculaire est utilisé pour contrôler quatre clés. Le travail de ces doigts est certainement celui qui demande le plus d'efforts au début[25]. Le changement d'instrument peut nécessiter un temps d'adaptation.

Comme tous les instruments à trous, la note jouée est d'autant plus aiguë que le nombre de trous ouverts est grand et la note la plus grave est obtenue lorsque tous les trous sont bouchés. Pour un même registre, les doigtés des autres notes, s'obtiennent en ouvrant progressivement les trous de la main droite puis ceux de la main gauche.


Émission sonore [modifier]

Vibration de la colonne d'air dans l'instrument[26]Le son est une onde qui se propage dans l'air. Elle résulte d'une variation locale de pression. Les étapes du déroulement d'un cycle d'oscillation de la colonne d'air (en régime d'anche battante) sont les suivantes[27]:

1.La colonne d'air contenue dans la perce de l'instrument est à pression atmosphérique et se déplace en direction du pavillon (ou du premier trou ouvert). La minuscule fente entre le bec et l'anche ne permet qu'à une quantité infime d'air d'entrer dans l'instrument. Ceci crée une dépression dans le bec. La différence de pression entre les deux faces de l'anche augmente, ce qui provoque la fermeture immédiate de l'anche (un peu comme une porte qui claque dans un courant d'air).
2.Une onde de dépression progresse dans le corps de l'instrument et arrive au 1er trou ouvert.
3.L'air extérieur, à pression atmosphérique, est aspiré par la dépression. Cet air qui jusqu'ici sortait par le trou ouvert change brusquement de direction et entre dans la perce.
4.La dépression se comble progressivement au fur et à mesure de la progression de l'onde de dépression en direction du bec.
5.Lorsque toute la colonne d'air contenue dans la perce se trouve à pression atmosphérique (se déplaçant en direction du bec), la différence de pression entre les deux faces de l'anche diminue, ce qui ouvre l'anche.
6.La progression de la colonne d'air est stoppée net avec la soudaine confrontation avec l'air sous pression régnant dans la bouche. on observe alors la formation d'une onde de surpression se dirigeant vers le 1er trou ouvert.
7.Quand elle y arrive, l'air qui entrait dans la perce change brusquement de direction et sort par le trou.
8.La surpression se comble progressivement et on se retrouve au début du cycle, lorsque toute la colonne d'air se retrouve à pression atmosphérique, se déplaçant en direction du pavillon.
Ce cycle se répétant à fréquence constante, on obtient l'émission d'une note dont la hauteur est liée à cette fréquence. Ainsi le la (3), à 440 Hz, est obtenu quand ce cycle se produit 440 fois par seconde.


La clarinette dans les formations musicales [modifier]
Article détaillé : Ensembles de clarinettes.

Orchestre symphonique [modifier]
Dans l'orchestre symphonique, la clarinette s'inscrit au pupitre des bois, avec une faible occurrence. La plupart du temps une à deux clarinettes sopranos sont utilisées (si ou la, suivant la tonalité des morceaux). Une clarinette basse peut compléter la formation, pour la première fois dans l'opéra [[Les Huguenots]] de Giacomo Meyerbeer. Plus rarement, certaines pièces plus modernes, telles que le Boléro de Ravel ou bien la Symphonie fantastique de Berlioz, font usage d'une petite clarinette en mi. Mozart a également beaucoup utilisé le cor de basset, notamment dans la Grande Partita pour 13 instruments et dans son Requiem, ou encore la clarinette de basset (en Si bémol ou en La), qu'il utilise pour de superbes interventions dans son opéra "La Clémence de Titus". C'est pour cet instrument que le concerto pour clarinette KV622 fut compososé. Aujourd'hui, les clarinettistes l'interprètent sur la clarinette en La.


Orchestre de chambre [modifier]
Les orchestres de chambre étant de petits orchestres, ils ne rassemblent pas obligatoirement tous les pupitres de l'orchestre symphonique. Certains bois viennent apporter une couleur différente au son des violons, parmi lesquels la clarinette occupe une place privilégiée. L'Orpheus Chamber Orchestra est un bel exemple de ce type de formation ; dans leur enregistrement consacré à Aaron Copland, la clarinette tient une magnifique partition [28].

Il existe aussi des orchestres de chambre composés exclusivement de clarinettes, interprétant des pièces transcrites ou dédiées. Ces formations son composées de trois ou quatre instruments comprenant essentiellement des clarinettes sopranos (duo, trio, quatuor de clarinettes sopranos) et complétées éventuellement par une clarinette basse.

Un ensemble complet de clarinettes est formé par quatre à cinq clarinettes sopranos, une clarinette alto, une clarinette basse et éventuellement une clarinette contralto et/ou contrebasse. Certains ensembles de clarinettes disposent de quasiment toutes les tailles de clarinettes, pour autant de variété de timbre.


Orchestre d'harmonie [modifier]
La clarinette si est à l'harmonie ce qu'est le violon à l'orchestre symphonique. Pour une harmonie de 50 musiciens, on compte idéalement 10 à 12 clarinettes réparties sur trois voix. Ce pupitre est souvent situé à gauche du chef d'orchestre, c'est-à-dire à la même place que les violons de l'orchestre symphonique, face aux saxophones.

Dans les plus gros orchestres, on trouvera également une à deux petites clarinettes mi, une clarinette alto, une à deux clarinettes basses et, à l'occasion, une clarinette contralto ou contrebasse.


Autres formations [modifier]
on retrouve également la clarinette dans certains « stages band », souvent jouée par un saxophoniste. Dans un big band, un des saxophoniste peut aussi parfois jouer de la clarinette sur certains morceaux.


Emploi dans les principaux styles musicaux [modifier]

Musique classique [modifier]

La musique de style classique (XVIIIe siècle) [modifier]
La généralisation de l'utilisation de la clarinette commence au XVIIIesiècle. À cette époque l'instrument est en cours de maturation et des modèles de grandes factures voient le jour. Vivaldi signe les deux premiers concerti avec clarinette dès 1716[29]. Rameau l'introduit à l'opéra en France en 1749 pour sa tragédie lyrique Zoroastre[30].

W.A. Mozart, Concerto pour clarinette, Adagio (info)
Des problèmes pour écouter le fichier ? Aidez-moiDe nombreux compositeurs ont élevé la clarinette du rang d?instrument d'orchestre au rang de soliste à partir de la période classique, de l'école de Mannheim jusqu'aux contemporains. Les principales ?uvres sont des concertos pour clarinette. Ces pièces ont été composées par Franz Krommer, J.M. Molter (clarinette en ré), W.A. Mozart[31], Ludwig Spohr, Johann Stamitz et Karl Stamitz. on compte également plusieurs concerti pour deux clarinettes, tels que ceux de Karl Stamitz et Franz Krommer. La première sonate pour clarinette est écrit en 1770 par le compositeur Napolitain Gregorio Sciroli[32].

A cette époque, la clarinette est également utilisée en musique de chambre. C'est le cas dans de nombreuses ?uvres de Mozart, telles que le quintette avec clarinette ou le trio avec alto et piano (dit « des quilles »). Mozart utilise également la clarinette pour sa musique d'orchestre. C'est ainsi qu'elle est employée pour des solos importants dans l'opéra « la Clémence de Titus ».


La musique de style romantique (XIXe siècle) [modifier]
Dans l'orchestre, la clarinette intervient dans un trio du second mouvement de la symphonie n° 5 de Beethoven (info)
Des problèmes pour écouter le fichier ? Aidez-moiAlors que la période classique avait fait un usage intensif de la clarinette en tant qu'instrument soliste, le XIXe siècle utilisera principalement la clarinette en tant qu'instrument d'orchestre. C'est ainsi qu'elle intervient avec la flûte et le hautbois dans un trio du second mouvement de la cinquième symphonie de Ludwig van Beethoven.

Malgré tout, à cette époque quelques pièces importantes utilisent la clarinette en musique de chambre. Les formations et les ?uvres sont variées. on trouve cet instrument dans des trios avec piano et violoncelle (Ludwig van Beethoven[33] et Johannes Brahms[34]), une fantaisie et des sonates avec piano et clarinette (Robert Schumann[35], J. Brahms[36]) et des formations de quintettes avec cordes de Carl Maria von Weber[37],[38] et Johannes Brahms[39]. Enfin, la clarinette reste utilisée comme instrument soliste de concerti. Carl Maria von Weber lui compose ainsi deux concerti[40], un concertino[41], les Variations pour clarinette et piano, op. 33, et le Grand duo concertant avec piano[42].


La musique de style moderne (début XXe siècle) [modifier]
La clarinette est très utilisée dans la musique du début du XXe siècle. Les principaux compositeurs de cette période ont écrit pour l'instrument.

Stravinski : 3 pièces pour clarinette (info)
Des problèmes pour écouter le fichier ? Aidez-moiLa clarinette est utilisée dans la plupart des formations instrumentales, depuis les pièces pour clarinette seule (Igor Stravinski[43]), jusqu'aux pupitres des bois des orchestres. La clarinette reste un instrument de choix pour la musique de chambre. on compte de nombreuses ?uvres pour clarinette et piano (Max Reger, Camille Saint-Saëns, Francis Poulenc, Claude Debussy, Alban Berg). L'instrument intervient avec les cordes dans des trios (Béla Bartók[44], Igor Stravinski[45], Darius Milhaud[46], Ernst K?enek[47]) et des quatuors (Olivier Messiaen[48] et Paul Hindemith).

L'instrument reste utilisé pour des concerti (Carl Nielsen, Aaron Copland sur commande de Benny Goodman) et le rôle du chat dans « Pierre et le Loup » de Sergueï Prokofiev est tenu par la clarinette.

Mais un de ses emplois les plus fameux est évidemment son glissando virtuose qui introduit la Rhapsody in Blue de Gershwin, ce solo redoutablement difficile est une sorte d'indicatif de l'?uvre et est demeuré célèbre.


La musique de style contemporain (post-Darmstadt-après 1949) [modifier]
La clarinette est très appréciée par les compositeurs contemporains. C'est le cas dans :

« Sequenza » de Luciano Berio
« Domaines », en version pour clarinette solo et en version avec ensemble, « Dialogue de l'ombre double », avec électronique de Pierre Boulez
« Ombra » pour clarinette contrebasse de Franco Donatoni
« Sonate » pour clarinette seule de Germaine Tailleferre
« Génération » concerto grosso pour trois clarinettes et orchestre de Jean-Louis Agobet
« Eshu » pour 15 clarinettes ( de la petite mi b à la contrebasse si b ) et percussions de Pierre Angot

Musiques folkloriques et traditionnelles [modifier]
La clarinette est représentée depuis la fin du XIXe siècle dans bien des musiques traditionnelles européennes, mais il convient de rappeler qu'il existe aussi depuis fort longtemps de par le monde des clarinettes dites "primitives", ayant les mêmes caractéristiques de productions sonores, mais réalisées dans des matériaux et à l'aide d'une facture plus simple, ainsi en est-il de l'arghoul.


Les musiques des Balkans [modifier]
La clarinette est aujourd'hui, avec le saxophone, l'instrument roi de la musique des Balkans[49]. on la trouve notamment en Bulgarie, en Macédoine (grneta), en Serbie (gërnëte), en Grèce (klarino), en Arménie (klarnet), et dans le Banat au sud de la Roumanie où elle est colportée par les musiciens tsiganes ou juifs. Elle est présente dans des ensembles chalgia qui jouent dans les noces, les danses (berance) les fêtes de village, et aujourd'hui dans des concerts « modernes » où se marient claviers, batterie, et instruments traditionnels. Elle intègre tout autant les petites formatons grecques koumpania que des duos instrumentaux avec une percussion (daouli ou toumbeleki) où elle joue un rôle de soliste. on la retrouve aussi dans l'accompagnement de la danse çiftetelli. Tassos Chalkias en est un interprète notable.

Devant jouer parfois toute une nuit, le clarinettiste préfère les becs ouverts et les anches faibles. Le son qui en ressort est très caractéristique : embouchure relâchée, vibrato sur les notes longues, détaché léger mais toujours présent, suivant les ornementations des doigts pour obtenir le fameux « Tay-ta », au demi-ton. Afin de produire au mieux ces ornementations, les clarinettistes préfèrent souvent utiliser les systèmes « Full Boehm ».


La musique bretonne [modifier]
La clarinette est présente dans la musique traditionnelle bretonne depuis les années 1850 environ. Le clarinettiste est appelé « sonneur de clarinette », et la clarinette Treujenn goal en breton ("tronc de choux" : la tige des choux à vaches laisse apparaître un creux lorsque l'on coupe une feuille, et cela fait penser aux clés en forme de "cuillère à sel" des clarinettes du XIX siècle). Elle est traditionnellement jouée en duo, imitant les couples biniou/bombarde ou le kan ha diskan (chant à répondre), en utilisant des effets de tuilage : le premier clarinettiste joue une phrase, le deuxième commence à jouer les dernières notes de la phrase puis la reprend du début. Le répertoire est d'abord axé sur la musique à danser (pour les mariages ou festoù-noz aujourd'hui), mais pas seulement, on trouve aussi des marches, et des tempi lents.

Aujourd'hui, on la trouve dans des formations plus évoluées, telles les groupes de bal ou de concert.

Certains facteurs font aujourd'hui des clarinettes artisanales, sans clefs, généralement en sol, moins chères et plus faciles d'utilisation.


Le klezmer [modifier]
La clarinette a supplanté le violon dans la musique yiddish [4] (klezmer). [5]


Folklore en CantabrieDes clarinettistes bien connus en la matière sont Naphtule Brandwein, Dave Tarras, Giora Feidman et David Krakauer. Le style de jeu est influencé par la musique grecque et turque, et les chants religieux d'une synagogue. L'instrument est souvent en métal, ce qui le fait vaguement ressembler à un saxophone soprano. Mais la perce est bien cylindrique et le son ressemble certainement à celui d'une clarinette. Elle imite souvent le shofar, la voix humaine, et d'autres sonorités non-musicales. Il y a beaucoup de glissandi et de broderie.


Pito y tambor [modifier]
En Cantabrie, région du nord de l'Espagne, parmi les styles de musique folklorique, on trouve les « piteros », duo composé d'une caisse claire (tambor) et d'une clarinette (pito), qui donnent son nom à ce type formation. Très mobiles, ils se produisent lors des fêtes de village, foires ou pèlerinages. Les thèmes joués, appelés « jotas montañesas » sont sur une base rythmique à 3/4 (à 200 environ à la noire), sur lesquels s'exécutent spontanément des groupes de danseurs improvisés.

Cette clarinette en mi (avec un petit nombre de clés pour les instruments les plus anciens), est appelée alors requinto. on notera cependant deux modifications : la clé de douzième est volontairement tordue pour ne plus se fermer. De ce fait l'instrument est toujours dans les registres du clairon ou suraigu ce qui permet au son de porter loin. De plus, l'embouchure est retournée (anche en haut comme sur le chalumeau), ce qui confère un son plus perçant.

Le pito est l'instrument mélodique de la formation. Il peut être remplacé par un fifre parfois.

Dans la province de Valence, la clarinette tend à remplacer le hautbois dulzaina.


La musique turque [modifier]

Une clarinette turqueLa clarinette est très présente dans la musique turque (klarnet) [6], parfois sous sa forme occidentale, parfois sous la forme d'une clarinette en métal qui la fait ressembler à un saxophone soprano ; la perce reste néanmoins cylindrique contrairement à celle du saxophone, et le son et le comportement restent ceux d'une clarinette, mais avec des effets de glissandi propres aux musiques orientales.

Barbaros Erköse et son frère en sont des interprètes bien connus. Ainsi que Selim Sesler...


Ailleurs [modifier]
Elle est de façon générale bien intégrée aux différentes musiques traditionnelles. on la retrouve :

En Suède, bien que très rarement employée aujourd'hui (Kjell Leidhammar dans Vindvak), elle était aussi populaire que le violon au siècle dernier[réf. nécessaire].
Dans les musiques centre-France où elle est de plus en plus présente.
En Italie du sud, on retrouve de plus en plus souvent la clarinette en métal.
En Inde su sud, la clarinette en Mib est intégrée depuis le XIXe siècle aux petits ensembles accompagnant la danse indienne. À partir du XXe siècle, elle devient également un instrument soliste de la musique carnatique savante et dans les petits ensembles jount dans les temples, bien que de manière fort discrète. Malgré les clefs et l'accord européen, les musiciens indiens parviennent à infléchir les notes au moyen de techniques buccales.

Le jazz [modifier]

Benny Goodman jouant avec son orchestreLa clarinette est un instrument qui se prête bien au jazz. Très utilisée en jazz Nouvelle-Orléans, elle a cédé sa place au saxophone dès l'époque swing et surtout be-bop. C'est surtout la clarinette basse qui a conquis le jazz moderne avec des artistes comme Jimmy Giuffre, Buddy DeFranco, Eddie Daniels, Don Byron, Eric Dolphy, Tony Scott, Michel Portal, Louis Sclavis, Alvin Batiste, Perry Robinson, John Surman.

Bien qu'il s'agisse d'une pièce classique, la Rhapsody in blue de George Gershwin, commence par le très célèbre solo de clarinette, et un glissando ascendant remarquable (mi au do suraigu). De même, Aaron Copland composa, en 1943, un concerto dont la cadence centrale ressemble à une improvisation jazz.

Le saxophoniste Art Pepper a laissé également quelques enregistrements à la clarinette. Le saxophoniste Eric Dolphy est également connu pour avoir popularisé la clarinette basse dans le jazz. Les clarinettes sont également utilisées en jazz funk, ces instruments supportent bien les effets wah wah, et de réverbération.
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 1 septembre 2009 12:31



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonjour Jean, bonjour Christophe, bonjour Anne-Marie...

Ce qui m'inquète aujourd'hui, c'est qu'on a pas de trace de nos amies Joëlle et Bénédicte...
Va-t-il falloir faire un avis de recherche à leur sujet?

Jean : Ma source et le site "wikipédia".
Vous nous comblez régulièrement d'articles interressants; hier, il semblerait que ce fut moi...
Bonne journée sous cette pluie.
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 2 septembre 2009 13:50



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous


Non Jean, si j'en crois ce que je vois de ma fenêtre, les Pyrénées sont toujours à leur place..... et je vais rester de ce côté-ci encore quelques temps....
Et comme je n'ai pas d'ADSL, je ne peux que vous faire des petitsHiding de temps en temps...mais je pense à vous.

Quant à Joelle, je vais essayer de me renseigner....

Gros:bisou: à tous
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 4 septembre 2009 14:53



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

J'ai eu des nouvelles de Joelle....tout va bien mais ell est débordée de travail....jardinage,conserves, confitures....

Alors patience....jusqu'au prochain mois. Et désolée Jean Marc, mais sans ADSL. je ne peux faire de recherches....

Continuez à vous occuper du fil.... vous le faites très bienLaughing Laughing

Gros:bisou: à tous
Mauricette.G27
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 6 septembre 2009 16:58



Inscrit le: 11/11/2006
Messages: 1 584
bonjour a tous;


j ai trouvé dans un acte de mariage le métier de père né en 1754:::::
argentree laboureur et l autre beau père commers laboureur??????

merci de m aider !!!!!

.
j aide a tourlaville (manche)1700_1900
davidVery Happyésit:aube:hauchard
le mieuxVery Happyuval:yonVery Happyelacour:rabey:boisnel:fortin:maillard
legaliteRazzillet;delaunay:tavernier:foucambert
gallon:aubry:camus:lepelltier:hiaume::Very Happyupont:marchais:houdeillerRazzortier:verdier;legendre;esnault
lagouge;levasseurVery Happyescourt
Mauricette.G27
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 6 septembre 2009 21:24



Inscrit le: 11/11/2006
Messages: 1 584


merci de votre aide,c est dans la mayenne
le père la bazouge des alleux!!
le beau père saint cénérè !
je vais regarder sur une carte


bonne nuit a tous

.
j aide a tourlaville (manche)1700_1900
davidVery Happyésit:aube:hauchard
le mieuxVery Happyuval:yonVery Happyelacour:rabey:boisnel:fortin:maillard
legaliteRazzillet;delaunay:tavernier:foucambert
gallon:aubry:camus:lepelltier:hiaume::Very Happyupont:marchais:houdeillerRazzortier:verdier;legendre;esnault
lagouge;levasseurVery Happyescourt
Mauricette.G27
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 7 septembre 2009 07:54



Inscrit le: 11/11/2006
Messages: 1 584
bonjour a tous,


jean vous avez raison:

c est des hameaux autour de bazouge !!!!
les deux témoins c est écrit:habitant::::métier!!
mais les deux pères :la commune::::métier!!!!

je trouvais celà bizarre::::::::bizarre vous avez dit bizarre comme c est bizarre!!!!!!OOO

bonne journée!!
.
j aide a tourlaville (manche)1700_1900
davidVery Happyésit:aube:hauchard
le mieuxVery Happyuval:yonVery Happyelacour:rabey:boisnel:fortin:maillard
legaliteRazzillet;delaunay:tavernier:foucambert
gallon:aubry:camus:lepelltier:hiaume::Very Happyupont:marchais:houdeillerRazzortier:verdier;legendre;esnault
lagouge;levasseurVery Happyescourt
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 7 septembre 2009 15:30



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonjour Khalida, bonjour Jean, bonjour Bénédicte, bonjour Christophe...:bisou:

pleure Désolé de ne pas être aussi assidu que Jean, mais Mister Error fappe de plus en plus , alors évidement,ça met du plomb dans la fidélité Angry . Et le w.end prochain, le frère de mon épouse ainsi que sa petite famille déboulle chez moi => Baisse de fidélité encore une fois...Laughing

Bonne journée.Walkman
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 8 septembre 2009 08:21



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonjoue Jean, bonjour Khalida, bonjour Christophe, bonjour Bénéicte...:bisou:
Un petit coucocu avant de se préparer pour aller au boulot.Blink
Bonne journée.Neutral
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 9 septembre 2009 09:53



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonjour Jean,bonjour Khalida, bonjour Christophe...:bisou:

Que de belles photos Khalida!bravo WOW
C'est quand même dingue d'enêtre réduit à ça pour survivre...Embarassed

Bonne journée.Cool
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 9 septembre 2009 16:15



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonjour

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 10 septembre 2009 09:43



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonjour Christophe, bonjour Khalida, bonjour Jean, bonjour Jacqueline...:bisou:

Avec ces photos, on s'aperçoit que la misère est bien installée partout.quoi
A ce demander si nous ne sommes pas des nantis...
Au fait, 150 $ canadien, ça fait combien en ?? Je présume une misère...
Sad
Bonne journée.Thumb Up
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 11 septembre 2009 21:08



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonsoir Jacqueline, bonsoir Jean, bonsoir Khalida, bonsoir Christophe.:bisou:

97?, c'est pas mal, je ne fais pas ça par jour! Néamoins, nous avons bien des choses qui nous paraissent "normales", alors que pour ces personnes, ces mêmes choses ont une toute autre valeur.Rolling Eyes

Quant à moi, je ne suis aller qu'en Angleterre, dans la banlieue de Manchester, et au Tchad.
Ce dernier voyage m'était offert tous frais payés par le "club Méditerramée" en 1984.Mr. Green J'étais alors bidasse au 4ème Régiement de Dragons basé à Mourmelon (51), village célèbre pour ces disparus...quoi ouioui
Bonne soirée.Sleeping
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 11 septembre 2009 21:27



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
coucou

,Jean Marc ,moi je me suis débrouillé pour partir avec le club med vert Kaki à 1.5 km de chez moi ,
retour chez moi à 17 H ,dodo dans mon lit tous les soirs


patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 11 septembre 2009 23:32



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569
Bonsoir Jacqueline, bonsoir Jean, bonsoir Christophe, bonsoir Jean-Marc, bonsoir Bénédicte, bonsoir à tous et à toutes,

ce qu'il faut savoir c'est que dans les pays nords américains avant même de commencer leur activité professionnelle ils sont, pour leur plus grande majorité endetté, chaque étudiant est obligé de souscrire à un prêt. les études publiques sont payantes.
ils n'ont pas le choix. pour payer leur traite, chaque étudiant est obligé de travailler. crise oblige cette année bcp d'étudiants sont rester sans travail.

en ce qui concerne le niveau de vie au canada, le coût horaire minimun est de environ 20 dollars (salaire minimum au canada) . donc une ballade (1heure) équivaut à environ 4h30 de travail.

donc oui c bien payé


les canadiens ont un bon niveau de vie avec aussi un bon pouvoir d'achat.
le coût de la vie est juste un peu plus élevé qu'à paris.

je vous souhaite d'aller à la rencontre de ce pays. les gens y sont très simples, très accueillants et très très gentils.Thumb Up

à bientôt
khalida


"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 14 septembre 2009 21:08



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonne soirée

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 15 septembre 2009 23:06



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569
Bonsoir Jacqueline, bonsoir Jean, bonsoir Christophe, bonsoir Jean-Marc, bonsoir Bénédicte, bonsoir à tous et à toutes,

Que diriez vous si l'on faisait un rappel rapide de ce qu'est wall street.

Tout le monde en parle, mais que savons nous de cet endroit.

traduction de l'anglais

wall = mur
street = rue

la rue du mur? c'est d'abord une rue située dans le quartier de manhattan qui longe broadway en direction de east river et est perpendiculaire à south street. c'est la pointe sud de new york.

Au XVIIe siècle, elle formait la limite nord de la colonie de Nouvelle Amsterdam appartenant aux Néerlandais. Ceux-ci y avaient construit un mur fait de rondins de bois et de terre, pour se protéger des indiens Lenape et des colons britanniques. Le mur ne fut jamais mis à l'épreuve des batailles mais fut démoli par les Anglais en 1699.

Avec le temps, Wall Street a fini par désigner l?ensemble du quartier ainsi que la plus importante bourse du monde, le New York Stock Exchange (NYSE). Par métonymie, l?expression renvoie aujourd?hui au monde de la finance new-yorkaise. Le Wall Street Journal, qui porte le nom de cette rue, est un quotidien économique dont l'influence est internationale, publié à New York par Dow Jones & Company.(wikipédia)


voici photos que j'ai prise de ce quartier très pitoresque et pleins de surprises..

vue aerienne de manhattan


Le Charging Bull sur Bowling Green (symbole de la puissance boursière) charge sur broadway


la statue est l'oeuvre d'un sculpteur silicien (Arturo Di Modica) qui a décidé, sans avertir, d'offrir un petit cadeau de 3500 kg de bronze à la ville de New York. Il l'a donc déposée un jour devant la bourse de New York, le taureau étant apparemment un symbole de dynamisme boursier. En parlant de bourse, l'oeuvre lui a quand même coutée 360 000$...

monument sur wall street : le federal hall



à bientôt
khalida
"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 16 septembre 2009 16:38



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonjour Jean, bonjour Khalida, bonjour Christophe, bonjour Jacqueline, bonjour Bénédicte...:bisou:

Jean, le mieux pour le savoir est de le demander; si vous ne le faites pas, vous ne saurez jamais...Neutral

Khalida, ce sont de trés belle photos. ouioui
on aurait envie d'y aller avec les commentaires faits sur ce pays fabuleux!Thumb Up Thumb Up
Avec toi, c'est encore un peu encore les vacances, en étant de retour sur la planète Travail de tous les jours... Embarassed
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 16 septembre 2009 16:42



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
La grippe touche tout le monde :

A partir de ce jour, sachez que vous avez le droit de refuser un contrôle d'alcoolémie pratiqué par la Police ou la Gendarmerie !
> >
> > > > > > > > > (Décret paru dans JO du 08-12-2008) En effet, il y a risque de contamination de l'embout par la grippe aviaire, car ces contrôles sont effectués par des poulets en plein air dont les heures de sortie ne sont pas maîtrisées.

Mr. Green
Désolé, fallait que je la sorte...Laughing Laughing Laughing
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 16 septembre 2009 18:21



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
coucou

hé oui Jean Marc!!!

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Anne Marie.P114
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 17 septembre 2009 08:41


Inscrit le: 10/09/2007
Messages: 984
Bonjour, Bénédicte que j'ai eu au phone est toujours dans les Pyrénées. elle sera chez elle le 20 et se languit tout de même un peu
Khalida super les photos et les explications.
Pour ce qui est du prix de la vie au québec je ne trouvais pas cela plus cher qu'en France.Il faut dire que ma fille y étant installée depuis 20 ans nous connaissons les bons endroits. C'était pour beaucoup de choses carément moins onéreux surtout à cause du taux de change tellement favorable à l'eurobravo Le bonheur des uns etc... mais en avril ils annoncaient une augmentation générale des prix ! Je vérifierai en décembre si cette fichue grippe dont on nous rebat les oreilles n'est pas partout car si je tousse dans l'avion ils sont capables de me coller en quarantaine ou de m'empécher de débarquer. Ils sont pas mal féroces pour ce genre de choses !
bonne journée tout le monde l'automne est arrivé
Anne Marie (en Creuse : Valaizon,Juillet,Meaume,Heyret, Pauly, Bord, - Pécher, Gout, Peynoche, Deluchat ... et par ma GM maternelle en Ille et Vilaine :Chemin, Lépinay,Fresnais, Ballus, Labbé, Rihet,Tirel, Abachesne,...)
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 17 septembre 2009 22:10



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonsoir Anne-Marie, bonsoir Jacqueline, bonsoir Jean, bonsoir Christophe?:bisou:

Jean, si ça peut vous rassurer, je suis un peu plus jeune que vous et pourtant, je ne maîtrise pas vraiment la langue anglaise?Embarassed

Je conviens bien avec vous que cet obstacle ne facilite en rien les choses pour avoir des nouvelles de sa famille établie en Amérique. D?autant qu?elle ne semble pas vraiment loquace, ou juste pour dire qu?il faut les aider à sortir de leur situation compliquée... quoi etrange

Pour ce qui est de vos proches concernant leurs malheurs (difficultés financière pour accéder à des soins ou pour l?argent perdu), je me permets de compatir à cette détresse. Sad
Anne-Marie, cette grippe A commence sérieusement à m?énervé, tout comme beaucoup de personnes.Angry
Les anciens de ce fil pourront vous confirmer que je travaille dans la police à Paris.
Dans les locaux où je suis affecté, il y a un cas avéré de grippe AH1N1 et le fonctionnaire reste chez lui. Nous avons eu une note émanant du service médical qui nous interdit de s?embrasser ou se serrer les mains pour se dire bonjour. Cette même note précise que nous devons nous tenir à une distance de 2 m pour nous parler.quoi
La direction de la logistique nous a donné une ou 2 paire de gant plastic et 2 flacons de solutions antiseptique pour environs 100 agents?
Cette note est dénuée de bons sens à mon goût : je prends tous les jours les transports en communs pour venir travailler. Il suffit qu?une personne ne se sachant pas contaminée pour qu?elle me transmette le virus. D?autres part, croyez-vous que je sois assis à au moins 2 m d?un autre voyageur ? reflechis Je ne vous parle même pas des conditions de travail sur la voie publique : comment voulez-vous entendre quelqu?un vous demander un renseignement s?il est à 2 m de vous ?Question Et que dire quand j?interpelle un automobiliste qui a commis une infraction au code de la route ? Question
Non, sérieusement, ce n?est pas nouveau, la grippe tue depuis longtemps, mais de là à faire régner la terreur? Oui, il faut être vigilant, mais pas au point de causer le trouble dans les esprits de la population.ouioui
Bonne soirée.
Sleeping
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 18 septembre 2009 18:22



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonjour Jean, bonjour Christophe, bonjour Anne-Marie, bonjour Jacqueline, bonjour Christophe, bonjour Khalida...:bisou:


Jean-François est le quatrième enfant de Magdeleine Wilmard et de Mathurin Pilastre dit « du Rosier », ancien militaire installé comme aubergiste dans le quartier Fort-Moselle à Metz.
Il étudie la chimie. À 18 ans, il se rend à Paris où il attire l?attention de personnes influentes. En 1780, il part pour Reims assurer des présentations de physique et chimie à l?Académie de Reims. Mais il rentre rapidement à Paris, où il est nommé intendant des cabinets de physique, de chimie et d?histoire naturelle de Monsieur, comte de Provence, frère du Roi.
En 1781, il crée le premier musée technique, où il y fait des expériences de physique et donne des cours sur les sciences aux nobles. L'inauguration a lieu le 11 décembre 1781.

Le ballon de Rozier
En 1783, quand les frères Montgolfier arrivent à Paris auréolés des premiers essais à Annonay, le jeune physicien leur offre ses services. Il assiste le 19 septembre au premier vol habité avec des animaux, un coq, un canard et un mouton. Malgré ce succès, le roi ne veut pas prendre le risque d'un vol humain. Pilâtre, aidé de Barthélemy Faujas de Saint-Fond et du marquis d'Arlandes, négocie pour qu'il accepte.
En octobre, la nouvelle montgolfière est testée captive avec des cordes de 30 mètres. Le premier test a lieu le 12, Pilâtre participant aux tests du 15 et du 17. Suivent d'autres essais, notamment pour peaufiner et maîtriser l'alimentation du foyer afin de produire l'air chaud. Le premier vol habité a lieu le 21 novembre 1783 à Paris, Pilâtre de Rozier et le marquis d'Arlandes ayant pris place dans la nacelle. Partis des jardins de La Muette (actuel 16e arrondissement, à l'ouest de Paris), le vol dura une vingtaine de minutes jusqu'à la Butte aux Cailles (actuel 13e arrondissement, au sud-est de la capitale).
Le 19 janvier 1784, il s?élève à nouveau, à Lyon à bord du Flesselles, une immense montgolfière de 23 270 m³ (celle du premier vol faisait 2 200 m³). Il emmène six passagers, dont Joseph Montgolfier. Le vol est très court.
Vol scientifique
Au début de 1784, Étienne Montgolfier, ayant récupéré le ballon du premier vol humain, reçoit des fonds du gouvernement pour le réparer et le modifier. Il se trouve chez Jean-Baptiste Réveillon devenu spécialiste des ballons. Étienne, depuis Annonay lui envoie les modifications : le ballon assez proche des montgolfières actuelles, fait 26 mètres de haut pour 5 000 m³ de volume. La partie haute du ballon est faite de peaux fines de mouton (1 540 peaux) pour augmenter la résistance. La partie basse est faite avec la récupération du ballon précédent.
Le ballon est testé en captif dans le courant du mois de mai par le marquis de Montalembert, membre de l'Académie des sciences.
Le ballon devait être emballé et envoyé à Annonay, pour qu'Étienne puisse faire des essais de direction. Mais le roi Gustave III de Suède venait à Paris et avait déjà assisté à un vol, à Lyon, celui de la première femme aéronaute, Élisabeth Thible. Afin de l'épater, une fête « aéronautique » fut décidée. Pilâtre était sur les rangs et après quelques projets plus ou moins réalisables, il fut décidé de réquisitionner le ballon d'Étienne.
Pilâtre choisit comme passager et aide le chimiste Louis Joseph Proust, qui avait donné des cours à son musée et qui était passionné d'aérostation. Le ballon étant conçu pour les hautes altitudes, des expériences étaient prévues.
Un essai captif fut réalisé où le ballon resta cinq heures en l'air. Le ballon fut donc expédié à Versailles.
Le 23 juin 1784, le ballon baptisé La Marie-Antoinette (du nom de la reine), s'élèva à nouveau devant le roi de France et celui de Suède, à Versailles, emmenant Pilâtre et Louis Joseph Proust. Ils montent régulièrement, se dirigeant vers le nord. Ils vont atteindre l'altitude estimée de 3 000 mètres après avoir traversé les couches nuageuses. Hors de la vue du sol, dans le froid et les turbulences ils décident de redescendre. Après 45 minutes de vol, ils ont parcouru 52 km et se posent après avoir dépassé Luzarches, entre Coye et Orry-la-Ville avant la forêt de Chantilly. Comme souvent sur ces premières montgolfières une fois posées, le foyer n'est plus assez actif pour fournir suffisamment d'air chaud mais assez pour brûler une partie du ballon. Ils durent déchirer la base de la montgolfière et la foule des badauds acheva de détériorer le reste.


Pilâtre de Rozier soufflant de l'hydrogène dans une flamme.
Trois records du monde sont battus : distance, vitesse, altitude.
Étienne Montgolfier désira plus tard récupérer le ballon, mais il n'était vraiment pas récupérable et le gouvernement n'accepta plus de donner d'argent pour sa réparation.
Tentative de traversée de la Manche
Pilâtre désirait réaliser la traversée de la Manche dans le sens France-Angleterre, moins aisé car contre les vents-dominants. Dès le mois d'août 1784, encouragé par son voyage de Paris à Chantilly, il avait rencontré le physicien Pierre-Ange Romain pour l'étude d'un ballon capable de faire la traversée. Un contrat fut même signé pour que Romain construise le ballon et l'accompagne dans l'aventure.
Au courant qu'une tentative dans l'autre sens est en projet, de plus financé par un Américain, John Jeffries, Pilâtre obtient assez facilement du gouvernement français une somme d'argent pour construire son ballon. Les deux frères Romain construisirent ce dernier à Paris. Comme la traversée avec une montgolfière était impossible du fait de l'autonomie réduite de ces dernières, la masse de paille à emmener eut été énorme, il fut décidé de construire un ballon mixte, à air chaud et à gaz, assez en avance pour son temps, qu'ils appelèrent aéromontgolfière. Soit une charlière sphérique, et en dessous une montgolfière de forme à peu près cylindrique, l'ensemble faisant 22 mètres de haut.
La ballon fut terminé en octobre 1784, mais il ne fut acheminé à Boulogne-sur-Mer qu'en décembre, le voyage étant prévu au tout début janvier. Mais en hiver, les vents ne sont pas fréquemment favorables. Ils durent attendre, Pilâtre faisant même un voyage en bateau à Douvres où il rencontra son concurrent.
Le 7 janvier 1785, un ballon à gaz (gonflé à l'hydrogène) et piloté par Jean-Pierre Blanchard et John Jeffries traversa la Manche dans le sens Angleterre-France, le sens des vents dominants.
Pilâtre les accueille à Calais et les accompagne même à Paris. Probablement mal reçu par le ministre des finances, de Calonne, il repart et est à pied d'?uvre, à Boulogne-sur-Mer dès le 22 janvier. Pierre Romain et lui firent plusieurs tentatives qui s'avérèrent infructueuses. Les jours puis les mois commencèrent à passer, le ballon dut être réparé plusieurs fois.


Mort de Pilâtre de Rozier et de Pierre Romain le 15 juin 1785.
Le 15 juin 1785, profitant de vents favorables, ils s'envolent. Mais un vent d'ouest, les ramena vers la terre alors qu'ils s'étaient éloignés d'à peu près cinq kilomètres. À ce moment le ballon se dégonfla brusquement et ils s'écrasèrent au sol, à trois cents mètres du rivage. Ils furent tués tous les deux, devenant les deux premières victimes de l'air. Les causes exactes de l'accident sont assez mal connues. Il ne semble pas qu'il y ait eu incendie, car l'hydrogène n'a pas explosé. Il se pourrait que la soupape de la charlière actionnée pour la descente ait entrainé une déchirure du ballon à gaz, ce qui aurait pu provoquer la chute.
Voici toutefois la retranscription parue dans l?Almanach du Pas-de-Calais de 1862 (consultable aux Archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville) d?un texte de l?Almanach d?Artois de 1785.
Mort de l?aéronaute Pilâtre de Rozier. « C?est entre Boulogne et Ambleteuse, sur une petite saillie formée par les falaises, à l?endroit où la rivière de Wimereux se jette dans la mer, que tombèrent et s?écrasèrent les infortunés Pilâtre de Rozier et Romain. Pilâtre de Rozier voulant aller de France en Angleterre et faire ainsi l?inverse de ce qu?avait fait Blanchard (C?est dans la forêt de Guînes que l?aéronaute Blanchard et le docteur anglais Gefferies sont descendus, le 7 janvier 1785, après avoir traversé le détroit du Pas de Calais. Une petite colonne, construite par les soins des habitants, à l?endroit même où l?aérostat a pris terre, atteste l?heureux succès de l?entreprise de Blanchard, qui, le premier, a osé traverser les mers dans une frêle nacelle suspendue au milieu des airs.), vint établir à Boulogne son point de départ.
Après avoir hésité longtemps sur le choix d?un local, il fixa enfin son ballon et ses appareils à la porte des Dunes qui sépare la haute ville de la basse ; son atelier était adossé au rempart près de la tourelle gauche, en sortant par la porte située vers la mer.
on sait qu?à une certaine hauteur de l?atmosphère les courants d?air varient ; Pilâtre s?était dit : Si je peux man?uvrer mon ballon à volonté, seulement dans la ligne verticale, je serai libre de prendre tel ou tel air de vent ; par conséquent de naviguer vers tel point de la boussole, que je voudrai. D?après ce raisonnement spécieux, il avait adapté au pôle inférieur de son ballon une montgolfière qu?il enflait pour s?élever et qu?il resserrait pour s?abaisser, au moyen d?un réchaud dans lequel il allumait du menu bois. Ce réchaud suspendu à une poulie, s?abaissait quand on voulait resserrer la montgolfière et en descendre.
Pilâtre, depuis plusieurs mois, prolongeait son opération, retardait son départ et semblait ne vouloir jamais, faute de gaz, remplir son aérostat.
Le 15 juin 1785 au matin, après avoir annoncé son ascension pour la cinquième ou la sixième fois, son ballon étant gréé, le peuple rassemblé et le vent essayé par des ballons perdus, cet infortuné physicien, comme par un pressentiment de la funeste issue de son entreprise, hésitait et semblait prêt à différer encore son expérience. Quelques railleries qui frappèrent son oreille, à travers des murmures confus, le déterminèrent enfin. Son compagnon de voyage et lui entrèrent donc dans la galerie de leur ballon, où, élevés à une certaine hauteur, les spectateurs les remarquèrent nonchalamment assis. Le ballon flottait sans majesté à quelques mètres au-dessus du faîte d?un bâtiment neuf qui se trouvait près de l?Esplanade. Pilâtre, pour s?élever, ranima le foyer de la montgolfière, et dépassa le bâtiment. À la hauteur d?environ 2 000 mètres le vent le portait à l?est et trop dans les terres ; le ballon ne fut qu?un instant au-dessus du détroit.


Carte postale commémorative de la mort de Pilâtre de Rozier et de Pierre Romain (v. 1895).
Les aéronautes ne pouvant saisir la direction de l?Angleterre, ni varier librement leur position verticale pour choisir le rhumb convenable, ni s?aider assez de leur montgolfière pour changer la pesanteur spécifique de la machine résolurent de descendre sur le point qu?ils dominaient. Le foyer fut abaissé de douze mètres environ ; la montgolfière, distendue et flasque, semblait leur permettre une facile descente ; mais la surface du ballon moins comprimée, conservant presque toute son extension, les voyageurs remontaient contre leur gré. La soupape du pôle supérieur fut ouverte pour laisser échapper le gaz ; cette soupape dont le mécanisme était totalement en fer ou en acier, altérée par la longue stagnation du ballon sur le chantier, ne put man?uvrer librement. Quelqu?effort que fissent les voyageurs, elle resta tout-à-fait ouverte par un accident quelconque. Dans cette situation, le ballon perdait tout son gaz, une colonne obscure traçait sa ligne de descente, et cette descente devint si rapide, que le foyer suspendu sous la montgolfière et presque éteint se ranima ; des étincelles s?en détachèrent, et nageant dans l?air qui remplissait le ballon à mesure qu?il s?abaissait, quelques unes se réunirent nécessairement sur cette colonne de gaz que vomissait le pôle supérieur. Bientôt il s?enflamma ; en moins d?une seconde le ballon fut en pièces ; les aéronautes étant abandonnés toute leur pesanteur, l?accélération de leur chute n?eut plus de bornes que celle de la loi sur la descente des corps graves. Les malheureux, Pilâtre et Romain, tombant de 1 500 mètres de hauteur, vinrent s?écraser sur la pointe du Wimereux. Quelque rapide que fût l?instant qui sépara leur mort de l?inflammation du ballon, il suffit cependant pour frapper d?horreur la multitude qui avait suivi ces victimes. La consternation fut générale ; on accourut sur-le-champ à leur secours, mais tout était fini pour eux.
Pilâtre avait été suffoqué dans sa chute ; il était mort avant le choc contre terre, sa physionomie paisible le disait ; mais Romain n?avait été tué qu?à terre ; son pouls battait encore et sa face était horriblement empreinte des douleurs de sa courte agonie.
Les deux cadavres étaient moulus dans leur parties solides : ils avaient atteint la terre presque droits et sous un angle léger ; le tibia et le péroné fracturés près de l?articulation du pied avaient pénétré le sol ; le fémur était remonté au-dessus des hanches ; les côtes semblaient se recoucher les unes sur les autres ; les vertèbres lombaires étaient disjointes.
Nous ne prolongerons pas ici le détail affligeant et pénible d?un tableau d?autant plus déchirant pour le public, que ce même public avait en quelque sorte forcé la volonté de l?infortuné Pilâtre au moment même de son hésitation pour le départ.
La cause de cette chute n?a rien de commun avec un phénomène électrique, comme on s?était d?abord hâté de l?annoncer. C?est à l?alliance des deux moyens qu?avait voulu réunir Pilâtre pour diriger son ballon qu?il a dû le titre de victime du nouvel art qu?il cherchait à perfectionner. C?est ainsi que presque toujours les hommes, l?individu paie la gloire qu?acquiert l?espèce. Pilâtre et Romain ont été inhumés dans le cimetière de Wimille, à quelque distance du point de leur chute ; un monument élevé sur le mur qui borde la grand route de Boulogne à Calais indique le lieu de leur sépulture. Ce monument n?est ni soigné, ni d?un bon style ; mais il est vénérable en ce que les mains de l?amitié seule l?ont élevé. »
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 22 septembre 2009 23:05



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569
Bonsoir Jean,Christophe, Jacquelin, Jean Marc, Anne Marie, Joelle et Bénédicte..
bonsoir à tous,


je ne vous ai pas oublié c'est pourquoi je passe vous faire un salut.

Les fidèles "chapeau bas", rien à dire on peut compter sur vous.ouioui bravo Thumb Up

:bisou: :bisou: à tous à très bientôt.



Sleeping Sleeping Sleeping Sleeping Sleeping Sleeping
Khalida




"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 23 septembre 2009 10:48



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Jean, Jean Marc, Khalida,Anne marie,Christophe,Joelle ....et tous les visiteurs du fil

J'ai enfin regagné mes pénates et des cieux que je croyais plus cléments mais.......quoi aujourd'hui il tombe chez moi des trombes d'eau!!!

J'espère que vous avez tous passé de bonnes vacances. Mercià vous tous pour avoir fait vivre le fil.

Cette année, peu de métiers à découvrir je pense,mais on va essayer d'en trouver de temps en temps.....

Anne Marie m'avait fait parvenir cet article:



J'en profite pour vous dire quelques mots sur le métier de:


Champignonniste

Personne spécialisée dans la culture du champignon de couche

Petit rappel sur les champignons.

Les champignons étaient classés (jusqu'en 1969) comme des végétaux inférieurs. Jusqu?au XVII siècle, on divisait les champignons en:
- champignons comestibles: Fungi esculenti
- champignons dangereux: Fungi perniciosi
on les classait donc chez les végétaux et dans le groupe des thallophytes (comme les algues). Le mycélium était donc le thalle du champignon. Ils étaient également classés chez les cryptogames car leur reproduction avec des spores est peu visible par rapport au graines.
Ils forment aujourd'hui un régne à part. Les champignons ne sont donc ni des végétaux, ni des animaux, il font partie d?un règne à part dans le domaine des eucaryotes.
Tous les champignons au sens commun du terme, parfois dits aussi « champignons supérieurs », appartiennent au groupe des Eumycètes.
A l'origine du nom et dans le langage le plus courant, les champignons sont ces « petits produits des campagnes » (du bas-latin campinolius) constitués généralement d'un pied surmonté d'un chapeau, à l'image du champignon de Paris ou du bolet.



Ce qu'on appelle couramment champignon n'est en fait que la fructification temporaire et visible, le «sporophore », d'un organisme à caractère plus durable et plus discret dont la structure habituellement filamenteuse constitue le «mycélium ».
D'autres silhouettes de sporophores sont bien connues : en forme de petits buissons comme les clavaires, de langues sur le tronc des arbres comme les fistulines, de coupes comme les pézizes, de sphères comme lesvesses-de-loup, etc.
L'étude de ces champignons est la mycologie et ceux qui la pratiquent sont des mycologues.
(Wikipédia)




Culture des champignons

(Je reproduis ici textuellement un article que vous pouvez retrouver sur ce site: http://carrieres.patrimoine.free.fr/ )


La culture du champignon ne date que du milieu du XIXè siècle. Elle n?occupe les carrières qu?après l?abandon de leur exploitation en raison de la stabilité de leur température intérieure voisine de onze degrés, propice au développement du champignon. Champignonnistes et carriers cohabitent parfois, les premiers utilisant la partie de la carrière où l'extraction est achevée.

HISTOIRE

Au tout début de notre ère, l?Empereur romain Claude Ier, né à Lyon, est tellement gourmand de champignons qu?il en mange jusqu?à l?indigestion, ce qui permet à sa seconde épouse Agrippine de substituer un plat de champignons vénéneux à son mets favori et de l?empoisonner?
En 1707 le botaniste Joseph de Tournefort déclare qu?il connaît un procédé pour cueillir des champignons en toutes saisons sur des couches préparées à l?avance ; puis c?est la culture sous châssis qui est préconisée.
C?est à la fin du Premier Empire qu?on s?aperçoit que les anciennes carrières semblent convenir à la culture des champignons. on raconte ainsi qu?un officier de l?Empereur réfugié dans des carrières abandonnées où avait été déversée une grande quantité de fumier de cheval, aurait ainsi découvert une providentielle récolte de champignons lui permettant de subsister.
Une chose est sûre, c?est vers le milieu du XIXè siècle l?horticulteur Chambry a l?idée d?utiliser à cette fin les vides des carrières abandonnées des environs de la capitale. L?affaire prend une rapide extension parmi les maraîchers , les anciens carriers et aussi certains capitalistes espérant trouver là un bon placement d?argent, à telle enseigne que dès 1891 un Syndicat des Producteurs de Champignons se constitue !
En 1893, uniquement dans le département de la Seine, on dénombre 236 champignonnières !
Une champignonnière est habituellement divisée en plusieurs « caves » isolées les unes des autres. Cela permet de limiter la propagation des maladies du champignon et de faciliter le contrôle de la température de la pièce en réduisant son volume. Dans les exploitations modernes, le chauffage au gaz ou au fioul est utilisé et la circulation de l?air est assurée par de nombreux ventilateurs.

TECHNIQUE

Culture des célèbres champignons de Paris (Agaricus bisporus)

A l?origine, la culture des champignons se faisait sur des plates bandes ou de longues meules disposées en bandes parallèles. Malheureusement, les agents bactériens pathogènes pouvaient rapidement se propager de meule en meule, détruisant toute la production et nécessitant un assainissement complet de la cave.
Après la seconde guerre mondiale, les meules ont été remplacées par des sacs, permettant d?éviter une contamination générale tout en facilitant aussi la préparation qui pouvait alors se faire en dehors des caves.



L'arrosage des meules.

Par la suite, l?utilisation de bacs métalliques superposés de 250 kilos chacun, maniés avec des engins de levage, a permis de développer la production.
La technique traditionnelle de culture du champignon consistait autrefois à ensemencer les meules avec le mycélium, opération appelée lardage, avant de les recouvrir de terre et de les arroser, opération appelée gobetage.
Aujourd?hui, nul besoin de briser les bouteilles qui contenait le mycélium pour procéder au lardage Very Happyes grains de seigle stérilisés servent de support au mycélium et sont disséminés dans les bacs de compost bacs à raison de 1 à 2% par rapport au volume total du compost.
Le compost est un mélange de fumier de cheval, de paille et de fiente de poule. Ce mélange fermente 13 jours et passe dans une chambre de pasteurisation où l?augmentation de la température à 58 degrés pendant 8 heures va éliminer les parasites autres champignons pathogènes. on va conserver au compost une température de 49 degrés pendant encore 5 jours. L?azote contenu dans le fumier et la fiente de poule se transforme en protéines qui nourriront le mycélium.
Lorsque la température est redescendue à 22 degrés, on peut ensemencer.
Le champignon de Paris cultivé aujourd?hui est issu d?un croisement entre une souche française et une souche californienne, donnant un produit plus blanc, à la croissance plus rapide.
on recouvre ensuite le compost de poudre de pierre.
Cette opération, le gobetage, est nécessaire pour neutraliser l?acidité du compost et constituer une réserve d?eau à la surface du bac de culture.


Le gobetage

Il faut 2 semaines au mycélium pour s?accrocher sur le compost : durant la première semaine la température du compost est d?environ 30 degrés, contre 21 à 22 degrés pendant la seconde semaine. Si jamais la température du compost dépasse les 35 degrés, le mycélium meurt. La période de l?incubation nécessite donc un contrôle attentif et quotidien de la température des caves commet des bacs, sous peine de perdre une précieuse récolte. Il faut encore 2 semaines pour que le mycélium se soit suffisamment développé et que les champignons soient sortis.
La cueillette va ensuite avoir lieu durant toute la fructification soit 5 semaines, chaque bac produisant environ 50 kilos de champignons


Le panier sous le bras et la lampe acétylène en bout de main, le champignonniste procède à la cueillette


A l?issue de la cueillette, les bacs sortiront de la cave. Le compost sera recyclé et les bacs propres seront de nouveau remplis. Pendant ce temps là, la cave sera soigneusement désinfectée à l?aide de produits phénolés tandis que cela se faisait autrefois avec un lait de chaux dont on badigeonnait le sol et les parois.
A l?heure actuelle, les producteurs français doivent faire face à la concurrence étrangère qui bénéficie de faibles coûts de main d?oeuvre et de transport, et certaines exploitations se font désormais dans des hangars climatisés.

Groso modo, y a trois types de champignons, quant à leur culture:

- les mangeur de compost: agaric, coprins, ... culture en caisse ou dehors en terre.

- les mangeurs de bois: pleurote, shiitake, ... culture sur bûche ou sac de sciure

- les champignons a mycorhize, qui doivent vivre en symbiose avec un arbre. Beaucoup plus rares en culture, parce que plus compliqué et de très loin moins productif. Donc réservé a des champignons de prestige tel que les truffes.
Toute la difficulté réside dans la création artificielle du couple mycélium-arbre. Nous sommes encore loin de la production industrielle de tels champignons, les meilleurs gastronomiquement parlant, même si le cycle complet de certaines espèces est maintenant obtenu en éprouvette. La culture de la truffe Tuber melanosporum (sur chêne pubescens) n'est encore qu'expérimentale et des chercheurs suédois ont annoncé une timide avancée en ce qui concerne la chanterelle Cantharellus cibarius . Quant aux cèpes... Le ramassage du dimanche et la cueillette sauvage ont encore de beaux jours devant eux.


Ramasseur de girolles.


Bonne journée.

:bisou:
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 24 septembre 2009 15:04



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Bonjour Jean.Oh le vilain usurier!

Je viens de mettre la liste à jour......trois mois que je ne l'avais pas fait et il y avait quand même une vingtaine de métiers à rajouter...Laughing

Bonne journée.

:bisou:
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 24 septembre 2009 21:05



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonsoir bénédicte, bonsoir Jean, bonsoir Christophe, bonsoir Khalida...

Ravi de vous reliure Bénédicte! Mais toujours pas de nouvelles de Joëlle, si ça continue, je vais faire une Recherche dans l'Intérêts de ses copains de la file...En espérant que pour elle, rien de grave ne lui soit arrivé...

Jean : Cet usurier ne l'a pas sémériter, pratiquer un tel taux, c'est du vol! Mais vous avez raison de rappeler que nos contemporains n'ont pas tout inventé.
Bonne soirée.
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 25 septembre 2009 15:23



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Bonjour Jean, deux définitions pour Canardier:

1) Celui qui s'occupe des canards pour la chasse ou qui les chasse.

Dans L'Histoire naturelle générale et particulière avec la description ..., Volumen 9 de Georges Louis Leclerc de Buffon
(18ºsiècle) voici ce qu'on lit:





2)Crieur ou confectionneur de fausses nouvelles

on trouve dans ?Les Français peints par eux mêmes? D?Honoré de Balzac(19ème), un article spécial sur le Canardier.

http://books.google.fr/books?id=cX0DAAAAYAAJ&pg=RA1-PA44&dq=canardier&lr=&hl=es#v=onepage&q=canardier&f=false

Pour le 17ème, je te laisse choisir....

Bonne journée
:bisou:


Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 25 septembre 2009 22:01



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonsoir André

Ma cure pyrénéenne?... très agréable ,merci.Mais elle maintenant terminéeSad
Mais je suis bien contente de vous retrouver..Laughing

Un maître bridier fabrique des brides pour les chevaux.
A rapprocher des métiers de sellier (fabrique des selles) et de bourrelier (fabrique les harnais,licols?)

voir la fabrication d'un bridon ou filet:

http://selleriedupe.free.fr/metier2.htm#FABRICATION D'UN FILET DE A à Z

Le MAÎTRE est un ouvrier compagnon qui a réalisé son chef d'oeuvre ce qui lui permet d'accéder à la maitrise de son métier
De plus pour devenir maître, l?artisan compagnon devait fournir des garanties de "bonnes vie et moeurs" et payer les droits d?enregistrement de son nouveau titre.

et on a vu une fille de confiance en p98.....

A demain

:bisou:
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 26 septembre 2009 05:27



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonjour les fidèles de la file et bon week end

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 26 septembre 2009 11:10



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Moi j'ai trouvé ceci pour la peinture en cheveux.......... il semblerait qu'on utilise des cheveux pour peindre des miniatures mais je ne comprends pas très bien la technique:

http://books.google.es/books?id=YCY0AAAAMAAJ&pg=RA3-PA170&lpg=RA3-PA170&dq=%22peinture

Bonne journée

:bisou:
Répondre |  | 

Aller au forum