Forums

 
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15 - Filae.com
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 22 juin 2009 07:38



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Hiding Christophe,
Bonjour à toutes et tous,

pour faire suite à l'article de Christophe sur les harenguiersn
voici maintenant :

2) les verrotières
Munies d'une bêche et d'un seau, les femmes allaient chercher des vers dans le sable. Ces vers étaient vendus ou servaient à "acquer" les califets (ils étaient enfilés sur les hameçons pour servir d'appâts).





"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 22 juin 2009 10:34



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Exact, Jean, mais ce n'est pas moi qui ai fait la légende de la photo!!
à mettre dabs les perles!!!!!!!!!!!



"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 22 juin 2009 14:32



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569
Bonjour Jean, bonjour Christophe, bonjour Jean-Marc, bonjour Joëlle, bonjour Bénédicte, bonjour à tous.

Contente de lire les pages de Jean. c'est un vrai focus de vie sur nos ancêtres. Maintenant je cherche à en récupérer dans les brocantes. je ne sais pas si mes recherches seront fructueuses.

Oui Jean Marc, j'adore faire les tests fonctionnels....
surtout quand cela apporte du confort. Pas toi?
It's a jokefou fou

Verrotières, haranguiers, régrattières, nonnetiers et logogriphe (faut qu'on trouve la solution) et encore et encore pleins de choses que nous ne connaissions pas avant.Thumb Up Thumb Up

:bisou: :bisou: à tous
A plus tard
Khalida.


"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 22 juin 2009 16:01



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
coucou


Les taixenaires


Aussi appelés coffretiers, ils fabriquaient des coffres et des taixes (malles).

Règlement de 1382

Toute taixe devait être bien cousue de bons points. Le fond et le couvercle devaient être fournis avec une courroie. Cette courroie devait être d?une pièce et une courroie double être cousue deux fois. Chaque taixe qui avait deux défauts perdait 6 deniers de sa valeur.

Le maître et les 4 jurés des taixenaires organisaient une réunion le 2ème jour de septembre devant le moustier Saint Pierre où les amendes infligées étaient perçues.

Un rapport avait été émis le 21 avril 1387 concernant un désaccord entre les taixenaires et les coffretiers au sujet d?ouvrages à faire au marteau, à la lime et au burin.

Un nouvel atour (règlement) avait vu le jour le 28 janvier 1412

Toute taixe devait être bien cousue et de bons points avec deux points serré l?un contre l?autre. Le fond et le couvercle devaient être fourré. La courroie devait être d?une seule pièce et fourré d?une pièce ou de deux mais pas plus. La courroie double devait être cousue d?un bon point.

Le maître et les 4 jurés devaient aller voir l?ouvrage fait à Metz ou en bourg de Metz, quand il était terminé.

Chacun du métier pouvait fixer le prix comme bon lui semblait et ?uvrer de nuit et de jour.

Pour s?établir le taixenaire payait 20 sols messins. En cas de décès sa veuve pouvait continuer le métier sa vie durant.

Chaque année le 2 septembre au moustier Saint Pierre le maître et les 4 jurés se réunissaient en assemblée.

Toutes les sommes et amendes étaient à remettre au clerc de la ville de la même manière qu?auparavant quand les frairies (confréries) avaient été abattues.

La moitié des sommes perçues était pour la ville, l?autre moitié pour le maître et les jurés, pour leur tour et leur artillement (matériel). Il devait en être rendu compte devant tout le métier le jour du remplacement par un nouveau maître et par de nouveaux jurés


patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 22 juin 2009 16:56



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
pour illustrer le propos de Christophe :


Fig. 44. Fourreau de fusil en cuir.

45. & 46. Cantines jumelles.

47. Cantines de camp.

48. Etui de fusil en bois.

49. Etui de chapeau en bois.

50. Fourreau de pistolet.

51. Bahu plat comparti.

52. Bahu commun.

53. Porte - manteau de cuir.

54. Malle.

55. Grande malle pour l'armée.

56. Seau de cuir pour l'armée.

57. Panier de timballes pour l'armée.

58. Ferrandinier pour l'armée. Il sert de table, on - tient les effets d'un officier, & se charge sur un mulet.


"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 22 juin 2009 20:24



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
merci Joëlle ,bonne soirée

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Claude.H323
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 23 juin 2009 09:28


Inscrit le: 03/01/2008
Messages: 750

Bonjour,

Grâce à un bénévole très sympathique et efficace, j'ai découvert concernant mes
ancêtres un métier : bar(r)acanier.

Sur le site "les métiers de nos ancêtres" j'ai appris qu'il s'agissait
"d'un ouvrier tisserand qui fabrique du camelot ou baracan, une étoffe de
laine mêlée de poils de chèvre, rase et sèche à la chaîne très torse".

Andrée.

12.Amiel,Arnal,Blanc,Bouby,Bouisset,Caissials,Clary,Combart,Couffinhal,Delmas,Granier,Issaly,
Lacout,Lacroix,Louyri,Maleterre,Marty,Molinier,Montfort,Mourlhome,Sirven,Tamalet
23.Betoux,Brunet,Buffet,Burdy,Capillon,ciallis,Clavaud,Ducouret,Fournioux,Fringaud,Fumat,Junjaud,
Lafond,Lemerle,Penot,Pergaud,Rondeaux,Sérier,Texier.55.Scheffer
56.Agasso,Benoit,Cadero,Chapon,Daniel,Hervé,Jacob,Jaffré,Jaillier,Kerfiloué,Leduc,Lefranc,
LeGrouiérec,LePichon,LeRay,LeReboursé,LeThexier,LeTily,Loiseau.
57.Aubertin,Chouffeur,Cune,Fourcade,Grandjean,Hurlin,Parcot,Peltrel,Schmitt,Thirion
59.Broutin,Dattiches,Deholande,Delemar,Delestrez,Fauville,Frémaux,Gossart,Hadoux,
Hannoteaux,Heyé,Lami,Marescaux,Morel,Oudart,Roch,Tuboise.
62.Cuisse,Delattre,Deneuville,Dubart,Fauville,Hermant,Higly,Labalette,Lelong,Lanson,
Lavallé,Legru,Membré,Planquette,Soléry,Trannin,Verguet 67.Keller.73.Cavet,Laperrière.80.Lelong
81.At,Balsa,Barthès,Bonnefous,Calmettes,Carcenac,Cassaignes,Galaup,Goudal,Joulia,Reilhès,Ser
Anne Marie.P114
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 23 juin 2009 10:03


Inscrit le: 10/09/2007
Messages: 984
Bonjour, j'ai oublié de venir vous dire un coucou de la part de Béné que j'ai laissée à Chartres dans sa famille. Elle repart demain pour l'Espagne....
bravo vous trouvez encore des métiers !
bonne journée.
Anne Marie (en Creuse : Valaizon,Juillet,Meaume,Heyret, Pauly, Bord, - Pécher, Gout, Peynoche, Deluchat ... et par ma GM maternelle en Ille et Vilaine :Chemin, Lépinay,Fresnais, Ballus, Labbé, Rihet,Tirel, Abachesne,...)
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 23 juin 2009 11:26



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Bonjour à toutes et tous

coucou Anne Marie,

Voilà quelques précisions sur les bouracaniers ou bouracaniers suivant les région :




BOURACAN ou BARACAN, s. m. (étofse noncroisée. ) c?est une espece de camelot d?un grain fort gros : elle se travaille sur le métier à deux marches comme la toile. La trame est un fil simple, retors, & fin filé ; la chaîne est double ou triple ; il y entre de la laine & du chanvre ; les bouracans ne se foulent point, on se contente de les faire bouillir dans de l?eau claire à deux ou trois reprises, & de les bien calendrer ensuite : on en fait des rouleaux qu?on nomme pieces. Le bouracan pour être bon, doit être à grain rond, uni, & serré : il s?en fait beaucoup en Flandre & en Picardie, à Valencienne, à Lille, à Abbeville, &c.

BOURACANIER, ou BARACANIER, s. m. ouvrier qui fabrique le bouracan. Il est défendu à tout bouracanier de lever une piece de dessus le métier, qu?elle n?ait été visitée par les jurés de la communauté, & scellée de leur plomb.
encyclopédie diderot

bouracan : espèce de camelot de grain très fort, tissu de grosse laine autrefois utilisé pour la fabrication de manteaux de pluie. Attesté au XIIe siècle, le mot est l?arabe barrakân, « étoffe de poil de chameau ».

camelot : grosse étoffe fait originellement de poil de chameau, de chèvre, ou de laine de mouton. Également attesté au XIIe siècle, c?est l?arabe ??? khamlat, « peluche de laine ».
Selefat

Une troisième définition

BOURACAN (du persan barikana), espèce de gros camelot ( Voy. ce mot). C'est une étoffe de laine non croisée, d'un tissu si serré que l'oau ne fait que couler dessus sans passer à travers. Les meilleurs bouracans se fabriquaient à Valenciennes. Cette étoffe était fort en vogue au dernier siècle, mais la mode en est tout à fait passée.
Divarama

:bisou: et bonne journée

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Claude.H323
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 23 juin 2009 11:55


Inscrit le: 03/01/2008
Messages: 750

Merci Joëlle,

pour tous ces renseignements complémentaires.

En effet, ce métier a été trouvé sur mes actes à Abbeville.

Bonne journée.

:bisou: :bisou:

12.Amiel,Arnal,Blanc,Bouby,Bouisset,Caissials,Clary,Combart,Couffinhal,Delmas,Granier,Issaly,
Lacout,Lacroix,Louyri,Maleterre,Marty,Molinier,Montfort,Mourlhome,Sirven,Tamalet
23.Betoux,Brunet,Buffet,Burdy,Capillon,ciallis,Clavaud,Ducouret,Fournioux,Fringaud,Fumat,Junjaud,
Lafond,Lemerle,Penot,Pergaud,Rondeaux,Sérier,Texier.55.Scheffer
56.Agasso,Benoit,Cadero,Chapon,Daniel,Hervé,Jacob,Jaffré,Jaillier,Kerfiloué,Leduc,Lefranc,
LeGrouiérec,LePichon,LeRay,LeReboursé,LeThexier,LeTily,Loiseau.
57.Aubertin,Chouffeur,Cune,Fourcade,Grandjean,Hurlin,Parcot,Peltrel,Schmitt,Thirion
59.Broutin,Dattiches,Deholande,Delemar,Delestrez,Fauville,Frémaux,Gossart,Hadoux,
Hannoteaux,Heyé,Lami,Marescaux,Morel,Oudart,Roch,Tuboise.
62.Cuisse,Delattre,Deneuville,Dubart,Fauville,Hermant,Higly,Labalette,Lelong,Lanson,
Lavallé,Legru,Membré,Planquette,Soléry,Trannin,Verguet 67.Keller.73.Cavet,Laperrière.80.Lelong
81.At,Balsa,Barthès,Bonnefous,Calmettes,Carcenac,Cassaignes,Galaup,Goudal,Joulia,Reilhès,Ser
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 23 juin 2009 15:31



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
coucou,
pour l'énigme ,
je pense au vent ,
mais sans conviction


le champ de mars fut un lieu de fusillade au début de la révolution

possibilité:
la peur (pour éviter un lavement ,on chie dans son froc)


Au Moyen-Age, le rabot et le niveau de maçon étaient les emblèmes de Jean Sans Peur, duc de Bourgogne, célèbre pour sa lutte contre les Armagnacs. Jean sans Peur avait adopté comme emblème le rabot, annonçant dès le début de son action politique qu?« il égaliserait tout ». Il renforça la signification «réformatrice » de cette emblématique personnelle en adoptant aussi le « niveau de maçon et le fil à plomb »


patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 23 juin 2009 19:40



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
Jean ,
je pense que la peur ,
c'est pas mal ,
il faut essayer de penser comme en 1780,


patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 24 juin 2009 05:08



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonjour

Les PERREQUIERS

La communauté des maîtres perruquiers de Metz se composait de vingt anciens membres ayant élu le sieur Morhain en tant que syndic. Dix nouveaux perruquiers installés à Metz, ayant acquis leurs lettres de maîtrise depuis quelques années, étaient rejetés de cette communauté.

Les anciens avaient expliqués que ceux qui avaient acquis de nouvelles lettres ne participeraient pas aux honneurs du syndicat et ne seraient jamais regardés comme de véritables membres de la communauté.

Les lettres accordées, suite aux édits de novembre 1722 et juin 1725, demeurant sans effet avaient été le motif qui avait obligé les nouveaux perruquiers à recourir à la justice en requerrant qu?il soit ordonné que ces édits soient exécutés selon les formes.

Le 6 mai 1735 le jugement avait annulé l?élection du sieur Morhain. Les maîtres avaient été tenus de refaire leurs registres contenant l?inscription des syndics et jurés qui en avaient déjà eu la charge.

En conséquence il avait été ordonné qu?il soit procédé à une nouvelle élection et qu?au lieu du sieur Morhain, le plus ancien possesseur de lettres de maîtrise soit élu en ses lieu et place.

Concernant les perruquiers en possession de nouvelles lettres de maîtrise, aucun d?eux n?ayant été admis précédemment au syndicat, il avait été ordonné qu?un nouveau d?entre eux soit élu d?année en année. Cela jusqu?à ce qu?ils soient tous acceptés par le syndicat, après quoi ils arriveraient à leur tour aux charges de la communauté. Comme les anciens maîtres ils seraient confondus avec eux sans qu?il puisse y avoir de distinction particulière entre les uns et les autres.

De plus il avait été défendu aux anciens maîtres de la communauté des perruquiers, de troubler les nouveaux dans leurs droit, rang, exercice et privilège, à peine de 500 livres de dommages et intérêts.

A la première élection qui allait suivre, les maîtres seraient tenus de nommer l?un des acquéreurs de lettres de maîtrise pour participer au syndicat, à peine de nullité de l?élection. En outre les syndics élus seraient présentés immédiatement après leur élection, au lieutenant général de police pour passer le serment entre ses mains. L?élection serait enregistrée ainsi qu?il se pratiquait dans les autres corps de métier.

Une sentence de police du 10 mai 1742 ordonnait que les perruquiers quittant la profession devaient en faire la déclaration dans la huitaine de jours au syndic. Ils étaient tenus de proposer la vente de leur marchandise restante aux maîtres perruquiers, au prix coûtant. En cas de refus des maîtres ils pouvaient la vendre à d?autres personnes.

Une sentence de police du 11 avril 1750 défendait à toute personne d?exercer une profession publique ou d?ouvrir une boutique sans en avoir obtenu l?autorisation, avoir prêté serment et s?être fait inscrire sur le registre de la communauté. Concernant ceux qui étaient déjà établis sans s?y être conformés, ils avaient un mois pour leur régularisation. Deux perruquiers qui avaient ouverts sans en demander la permission, seraient obligés de fermer boutique s?ils ne s?étaient pas enregistrés dans la quinzaine au greffe de police.

En 1750 la communauté des perruquiers de Metz était composée d?un lieutenant, d?un syndic, d?un syndic et receveur, d?un greffier et de trois adjoints. Les perruquiers exerçant à Metz étaient au nombre de 24. Six autres perruquiers supplémentaires, nommés privilégiés, étaient les remplaçants d?un ancien perruquier démissionnaire ou décédé.

Le 6 juin 1758 la cour du parlement de Metz [1] avait déclaré valable la saisie faite de perruques et de la tête servant à les accommoder, du peigne, des deux fers à friser et du fer à toupet, détenus dans la boutique d?un chirurgien. Les chirurgiens de Metz avaient demandé à être maintenus en possession du droit de peigner, pommader, poudrer et accommoder les perruques, mais cette prétention avait été repoussée par la cour.

Les garçons perruquiers souhaitaient se soustraire à la dépendance dans laquelle ils étaient vis-à-vis de leurs maitres. Ils abandonnaient leur travail après l?avoir commencé sans le terminer. Ils s?attroupaient dans des auberges ou ailleurs et détournaient les apprentis. Certains d?entre eux trouvaient une location et quittaient leur maîtres sans les avertir pour travailler en contravention, sous prétexte qu?il leur était permis d?exercer la profession de garçons perruquiers et coiffeurs d?hommes et de femmes.
En mai 1763 la communauté réagissait en défendant à tous les garçons perruquiers de s?assembler, sans aucun certificat de leur maître. Le maître avait alors le pouvoir de renvoyer son employé.
Il était interdit aux garçons perruquiers de quitter leur travail sans avoir auparavant achevé les ouvrages commencés. En outre ils devaient avoir une autorisation du syndic et prévenir leur maître 15 jours avant de le quitter.
Il était aussi défendu à tout garçon perruquier sous quel prétexte que ce soit, d?ouvrir une boutique ou échoppe, sans avoir la qualité d?exercer, sous peine de prison.

Une Lettre patente du roi du 22 juillet 1771 réglementait les statuts des perruquiers de Paris. Un édit concernait les maîtres perruquiers de Paris mais aussi les communautés de province.

Pour remédier aux abus qui depuis quelques années touchaient la coiffure des femmes, il avait été admis que les maîtres perruquiers avaient le droit exclusif de la frisure et de l?accommodage des cheveux naturels et artificiels des hommes et des femmes. Cependant les coiffeuses de femmes qui s?étaient faites inscrire au bureau de la communauté pouvaient continuer à exercer leur profession leur vie durant. A partir de 1771 aucune autre coiffeuse ne pouvait se faire inscrire en qualité de coiffeuse de femmes.
Les coiffeurs de femmes ne pouvaient pas acquérir des charges pour jouir des mêmes droits que les maîtres perruquiers. Ils ne pouvaient tenir une école de coiffure, avoir des apprentis et des compagnons, ne pouvaient entreprendre aucun ouvrage du métier de perruquier autre que la coiffure de femmes.
Quant aux femmes et filles qui s?occupaient de la frisure des femmes, elles ne pouvaient faire des boucles, ni composer de chignons artificiels, ni tenir d?école de coiffure, ni avoir des apprentis.
Afin de maintenir le bon ordre entre les garçons perruquiers il leur avait été défendu de s?associer entre eux. Ils ne pouvaient pas non plus être acceptés chez un maître perruquier sans présenter le certificat de celui qu?ils avaient quitté. Les garçons perruquiers arrivant à Paris venant de province, devaient se faire enregistrer à la communauté des perruquiers.


patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 24 juin 2009 16:06



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous les amis du fil.

Me voici de retour après ces vacances bien agréables.
Je vois que vous avez réussi à trouver de nouveaux métiers....bravo à tous, ... et à Christophe qui s'y met....

reflechis difficiles les énigmes de Jean...

Bonne journée.

:bisou:
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 24 juin 2009 16:09



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bon retour Bénédicte

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 24 juin 2009 16:43



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
Jean ,moi je veux bien les réponses du logogriphe et de l?énigme

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 24 juin 2009 20:09



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bravo Jean pour le Mortier et ce n'est pas moi qui te l'ai "soufflet"

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 24 juin 2009 21:16



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonsoir Christophe,bonsoir Khalida, bonsoir Joëlle, bonsoir Jean, bonsoir à toutes et à tous.:bisou:

Tu vois, toi aussi tu t'y mets avec les jeux de mots Christophe. carton Mr. Green
Pour moi en voilà un autre : depuis hier Monseigneur Doloris est accourru avec un claquage du muscle du mollet...Crying or Very sad

Khalida, tant que t'essaye pas de faire du café avec ton téléphone, ça ira!Mr. Green Pour moi, cette invention me sers avant tout à passer un coup de téléphone, envoyer des Short Messagers Services(SMS)et occasionnelement, prendre des photos de mes correspondants pour savoir en un coup d'oeil qui m'appelle.Blink
Cela dit, c'est comme tu as fait que des inventeurs nous ont permis de faire avancer le progrés! Donc Bravo Khalida.bravo bravo bravo
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 25 juin 2009 09:37



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Merci Jean pour les réponses..... je n'aurais pas trouvéBlink !!

En faisant des recherches sur nos ancêtres, Anne Marie a trouvé ce bout de contat d?apprentissage d?un tourneur de chaises ....



et c?est l?occasion de vous parler des métiers participant la fabrication des chaises.



Chaisier

Vous l?aurez deviné, c?est la personne qui fabrique des chaises. Facile à dire. Moins facile à faire. Observez une chaise : des pieds découpés ou tournés, des barreaux (les fameux barreaux de chaises) tournés, des traverses chantournées, peu de parties plates et des assemblages qui ne sont pas systématiquement à angle droit. Un casse tête à concevoir et à réaliser. Car au finish, la chaise devra tenir sur ses quatre pieds sans être bancale et l?assise devra être horizontale. Et en plus être confortable et solide. Solide pour supporter les balancements, les poids lourds, l?escalade des enfants ? Pour être confortable, les chaises sont paillées ou tapissées. Deux techniques supplémentaires que doit maitriser le chaisier : pailleur et tapissier. C?est tout un art et un véritable savoir-faire. C?est pourquoi les chaisiers sont un métier à part entière.

Donc le chaisier est le plus souvent également tourneur en chaises et batonnier.

Dans ce ?Dictionnaire de l'industrie manufacturière, commerciale et agricole? (A. Baudrimont 1834), on fait la distinction entre les deux:





Comme le montrent ces quelques illustrations, il s?agit d?un savoir-faire millénaire.



Banc de tour sur un bas relief égyptien.
Tombe d'un prêtre : Petosiris,-300 ans avant J.C



Religieux au travail sur un tour à perche.
Exceptionelle illustration sur un manuscrit allemand le "Hausbuch der Mendelschen Stifung"
Vers 1395. Nuremberg.



Complainte du tourneur à la fin du XVIIè siècle.
Gravure de Jacques Lagniet


Un chaisier du début du XXème.


Sources: www.fadparis-blog.com

Et un site sur des chaisiers ambulants d?autrefois:

http://paietafontana.free.fr/topic2/index.html

Bonne journée.

:bisou:
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 25 juin 2009 15:38



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
Les chaivriers coroyaient (achetaient et vendaient) les pelx (peaux) de moutons, de bouc, chèvres et autres animaux.

Le chaivrier nouvellement installé devait demander un congé de justice ou licence, aux compagnons du métier et payer 20 sols messins pour son établissement.

En mars 1348 le maître et les six jurés des chaivriers avaient loué pour 23 ans la halle des chaivriers au Champassaille (Champ à Seille) près du Quarteau. Une clause prévoyait le pavage des rues. En 1397 la halle avait été laissée à cens (louée) à un charpentier qui n?avait pas payé la redevance due.

Chaque année le 20ème jour de juin, les chaivriers se réunissaient devant le moustier (église) Saint Pierre pour élire le maître et les jurés qui prêtaient serment. Si le 20 tombait un dimanche, la réunion était reportée au lendemain.

Début de l?année 1412 il avait été décidé qu?en cas de décès du chaivrier, sa femme pouvait continuer le métier sa vie durant, sans payer de taxe pour poursuivre le métier dans le cas où elle ne se remariait pas. Si elle se remariait avec un homme n?étant pas du métier, elle arrêtait son métier sauf si le nouveau mari désirait le poursuivre et dans ce cas il devait payer la taxe pour son établissement.

Nul marchand forain venu à Metz pour vendre en place publique (au champassaille, en change, en chambre) n?avait à payer son établissement tant qu?il n?y serait demeuré un an et un jour. Après un an il était contraint de payer au plus tard dans le courant du mois suivant.

Le maître et les jurés du métier devaient apporter chaque mois au clerc du trésor les taxes et les amendes.

Concernant les forains, la taxe payée pour leur établissement était partagée en deux, la moitié au bénéfice de la ville, l?autre moitié pour le maître et les jurés du métier. Cette redevance servait à l?entretien de leur tour et de leur matériel.

En 1427 deux chaivriers demeurant au champel (Champé) s?étaient ingérés dans le métier de corriers. Sur la plainte de ces derniers ils avaient été mis en demeure de payer leur établissement ou de renoncer au métier de corrier, ce qu?ils avaient fait.

Un passage vouté conduisant d?une maison en Saulnerie et appartenant à la correrie du prévôt de Saint Thiebault, passait sous la maison d?un chaivrier. Celui-ci avait bouché le passage d?où procès le 17 janvier 1436. Les treizes avaient désigné le corps des maçons pour décider à qui appartenait ce passage.

Règlement du 24 janvier 1492

Les chaivriers devaient être du métier, avoir une licence pour leur établissement que les maitres du métier viendraient visiter.

Tous ceux qui achèteraient à Metz ou bourgade de Metz des pelz (peau) de chèvres, de boucs de tout le poil pour les revendre devaient avoir payés leur estauble (établissement) dudit métier de chaivriers.

Quiconque vendrait sans être du métier, des denrées dépendant du métier de chaivriers, devraient donner l?argent à ceux-ci et serait puni à chaque fois de 10 sols d?amendes.


patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 25 juin 2009 17:29



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonjour Christophe, bonjour Jean, bonjour Bénédicte, bonjour Khalida...:bisou:

Vous avez mille fois raison dans vos propos Jean. Thumb Up
Essayez de donner un simple giffle à un enfant, il ira téléphoner à Enfance maltraitée.Angry
Que dire s'il était question d'un coup de fouet... Shocked quoi Et pourtant, une bonne correction à certains enfants serait la bienvenue! Exclamation
Comme disaient les Romains : autres temps, autres moeurs...Rolling Eyes
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 25 juin 2009 19:57



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
je ne sais pas si c'est un vieux métiers ,mais en Lorraine ça marche encore au près des enfants



patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 26 juin 2009 11:15



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Quelques pêcheuses d'huitres,de la part d'Anne Marie



Je viens de mettre à jour la liste et en repassant les dernières pages, je réponds à 2 messages me concernant.
Tout d'abord toutes mes excuses à Charles B250 pour ne pas avoir cité mes sources, ce fut un oubli.
Ensuite bravo à Olivier G16 pour la parution de son livre et merci de m'en faire part.

Bonne journée.

:bisou:
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 26 juin 2009 11:59



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonjour

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 26 juin 2009 12:53



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonjour Christophe, bonjour Bénédicte, bonjour Jean, bonjour Khalida....:bisou:



Christophe, j'ai souvenir de ce que tu disais au sujet du Père Fouettard quand j'étais enfant; moi aussi, j'en avais bien peur.ouioui
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 26 juin 2009 16:13



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569
Bonjour Jean, bonjour Christophe, bonjour Jean-Marc, bonjour Joëlle, bonjour Bénédicte,
à tous.
Un passage rapide pour vous saluer
Un peu occupée ces derniers temps mais une sincère pensée à vous tous. ok pour le mortier. je n'ai pas tout lu. je le ferais plus tard.
A plus tard, Thumb Up
Khalida.
"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 27 juin 2009 11:05



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Bonjour Jean.J'ai trouvé l'apothicaire.....




.... mais pas sa fille...

Bizarre cette histoire.... quelqu'un doutait-il de la paternité de l'apothicaire?reflechis

Bonne journée.

:bisou:
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 28 juin 2009 09:46



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Un petit tour à la plage......




Bonne journée.

:bisou:
Anne Marie.P114
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 28 juin 2009 10:57


Inscrit le: 10/09/2007
Messages: 984
bravo bravo Et il y en a encore des métiers !! Que c'est intéressant tout ca ....
Bonne journée
Anne Marie (en Creuse : Valaizon,Juillet,Meaume,Heyret, Pauly, Bord, - Pécher, Gout, Peynoche, Deluchat ... et par ma GM maternelle en Ille et Vilaine :Chemin, Lépinay,Fresnais, Ballus, Labbé, Rihet,Tirel, Abachesne,...)
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 28 juin 2009 21:34



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonne soirée

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 28 juin 2009 22:58



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569
Bonsoir Jean, bonsoir Christophe, bonsoir Jean-Marc, bonsoir Joëlle, bonsoir Bénédicte, et bonsoir à tous.

Voici ce que j'ai trouvé sur internet sur les vives

Envenimation par les vives
Comme tous les étés, des milliers de vacanciers se dirigent vers les plages de France, chacun en quête de soleil, de baignade et de tranquillité. Cependant cet afflux de baigneurs n?est pas sans déranger la tranquillité de petits poissons enfouis dans le sable et dénommés "vives", qui se défendront vivement, si vous décidez de leur marcher dessus.
Bien sûr, chaque année, des centaines de personnes se font piquer ; mais quelques centaines comparées à des millions de baigneurs, c?est peu . Cependant, il est tout de même important d?en savoir un peu plus sur ce poisson, sa piqûre et ce qu?il faut faire si vous ou un de vos enfants ou amis se fait piquer.

Ces poissons vivent enfouis dans le sable et ne laissent dépasser que leurs épines dorsales et le sommet de leur tête. Elles se tiennent près des côtes en été et plus au large en hiver. Deux espèces de couleur jaune, tachetées ou rayées de brun, sont communes : la grande vive ( Trachinus draco) et la petite vive (Echiichthys vipera). Il existe également la vive araignée ( Trachinus araneus ) et la vive à tête radiée ( Trachinus radiatus), mais qui sont plus rares.

Description
Les vives sont dotées d?épines venimeuses réparties sur à peu près tout leur corps. une épine venimeuse sur chaque opercule dirigée vers l?arrière. La première des deux nageoires dorsales comprend 5 à 7 épines venimeuses. Les nageoires pelviennes et anales possèdent également des épines.

Les piqûres surviennent sur tous les bords de mer, que ce soit en Méditerranée ou sur la côte Atlantique et la Manche. Les piqûres s?observent habituellement lorsque le baigneur marche sur les épines dorsales, pelviennes ou anales ou lors de la manipulation des poissons par les pêcheurs ( les vives sont commercialisées et leur chair fine est appréciée).

Symptomatologie
La douleur est immédiate et intense, elle débute au point de piqûre puis s?étend à tout le membre (jambe le plus souvent chez les baigneurs, bras en particulier chez les pêcheurs). La piqûre provoque des sueurs, des nausées, des vomissements et une lipothymie (angoisse , malaise ).

on observe un ?dème local accompagné de pâleur de la peau au point de piqûre.

Il peut y avoir perte de connaissance, ce qui peut s?avérer grave étant donné que l?incident survient dans l?eau, pouvant ainsi conduire à la noyade.

Dans certains cas plus sévères, on observe au point d'injection du venin, en plus de l'?dème, un hématome avec une zone plus ou moins nécrosée (zone noire correspondant à du tissus mort).

Les piqûres de vives peuvent se compliquer de surinfection.

Prise en charge d'une piqûre de vive
Même si la douleur vous semble intense et insupportable, ne cédez pas à la panique et sortez de l?eau.
Il suffit de suivre les quelques indications qui vont suivre pour faire céder la douleur en seulement quelques minutes. La base de la prise en charge est basée sur le fait que le venin de vive est thermolabile, c?est à dire qu'il est détruit par la chaleur. Il faut réaliser un choc thermique au niveau de la plaie, c?est à dire un brutal passage du chaud vers le froid.

Pour cela vous pouvez approcher une cigarette incandescente près de la piqûre mais sans toucher la peau pendant 1 à 2 minutes puis aussitôt appliquer un glaçon directement sur la plaie, la douleur disparaît quasi-instantanément. Attention, il ne s?agit pas de se brûler non plus!
Si vous êtes non-fumeurs, vous pouvez utiliser un sèche-cheveux ou un allume-cigare.
De toute façon, si l?incident survient sur une plage fréquentée et surveillée, les secouristes sont équipés et savent quoi faire.

Chiffres du centre antipoison de Lille
Entre 1995 et 2002, le centre antipoison de Lille a pris en charge 60 envenimations par piqûre de vive soit environ 7 accidents par an. Ce chiffre n'est pas représentatif de ce qui se passe réellement sur nos côtes car nous ne sommes pas appelé systématiquement pour une piqûre de vive. Généralement l'accident survient non loin d'un poste de secours et ce sont les sauveteurs qui prennent en charge le blessé.

Dans la majorité des cas on constate que l'accident concerne des adultes (53 cas sur 60). Il s'agit en particulier de pêcheurs ou de poissonniers qui lors d'une erreur de manipulation se sont enfoncés l'épine dorsale dans la main.
Dans le reste des cas l'envenimation survient en eau peu profonde (1m à 1m50) lors de baignade ou de jeux de ballon.

Les piqûres surviennent plus fréquemment le samedi et/ou dimanche, tout simplement à cause du plus grand nombre de personnes allant sur le bord de mer ces jours de fin de semaine..
De la même manière, la fréquence est plus élevée en juillet et en août.

Généralement l'envenimation se limite à une effraction cutanée et à une douleur locale (53 cas sur 60). Par contre dans 7 cas, on a constaté des signes plus sévères, avec survenue d'un hématome accompagnée d'une nécrose locale. Dans tous les cas la guérison a été la règle.

Conclusion
L'envenimation par piqûre de vive semble donc relativement bénigne. Cependant elle survient dans un milieu qui impose la prudence; la mer ou l'océan. Il convient donc d'être vigilant, de chausser de sandalettes les pieds des petits enfants et en cas d'accident de ne pas hésiter à prévenir les secours.

Remarque : poisson à chair blanche (un peu comme la sole mais plus ferme) fin et pas mauvais en fricassé dans du bon beurre normand.clinoeil

Oui Jean à raison pour une bouillabaisse on a besoin de ;
rascasse, grondin, vive, congre, lotte,(petits crabes pas obligatoire car difficiles à trouver). c excellent.Chef

"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 28 juin 2009 23:31



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569

"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 29 juin 2009 08:17



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569


Hidingà tous,
"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 29 juin 2009 10:02



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Pour Jean et son pêcheur de vives...

?La piqûre de la vive est aussi lancinante que celle de la vipère (le dard caudal de la raie n'est pas bon non plus).Mais la fricassée de vive au beurre clarifié, c'est bon, c'est fin. La chair de la vive est plus ferme encore que celle de la sole. Et quel plaisir de varier les menus !



Bien sûr, il faut avoir l'oeil pour dénicher la vive dans une caisse de tout venant, remplie surtout de petits grondins, tout juste bons à presser au pilon pour faire du jus de soupe. Mais la vive, ça se reconnaît aux rayures bien parallèles et bien dessinées. Préférer les plus grosses.



J'ai dégusté avec les légumes dont je disposais, mais on peut tout inventer, avec la vive, surtout en bouillabaisse avec rouget barbet, lotte, congre, rascasse, ah là là !?



J.C.P
sur le site : zingo.typepad.com/.../04/ces-doux-montre.html


Bonne journée.

:bisou:
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 30 juin 2009 06:05



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonjour ,peu cher ,ça sent l'accent jusqu'ici ,mais où est la sardine qui bouche le port de Marseille

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 30 juin 2009 12:55



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

on voit que ce sont les vacances.....pas grand monde...seul Jean, fidèle au poste.

C'est l'époque des grandes migrations routières.... ça me fait penser à un métier relativement récent (1er quart du XXème siècle)

Moniteur d'Auto-école

Tout comme il y a eut des accidents de la circulation avant que l?automobile n?apparaisse, il y eut également un code de circulation des véhicules hippomobiles. Rappelons nous que le célèbre Pierre CURIE est mort des suites de ses blessures occasionnées par un carrosse qui l?avait renversé.

Au début de l?automobile, circuler en voiture relevait de l?exploit. Certes les problèmes mécaniques ne favorisaient pas les déplacements, mais les démarches administratives freinaient l?enthousiasme des apprentis conducteurs.

En effet, pour se rendre d?un lieu A à un lieu B, il fallait trois jours avant ledit déplacement, demander une autorisation au Ministère des travaux publics en indiquant très précisément l?itinéraire emprunté.

Le 30 mai 1851 ,la loi relative « à la police du roulage et des messageries publiques » tient lieu de texte fondateur pour la sécurité routière. Si cette loi proclame la liberté de circuler, la circulation des automobiles (engins à moteur « de nature à effrayer les chevaux et à mettre le feu aux récoltes ») est encadrée par une réglementation à caractère souvent local et restrictif.

En1889 Léon Serpollet obtient le premier examen de conduite automobile sur un tricycle à vapeur.

En 1893, En raison de l'importance de la circulation automobile dans Paris, le préfet de police a prit une ordonnance en date du 14 août 1893. Celle-ci réglemente le fonctionnement et la circulation sur la voie publique dans Paris des « véhicules à moteur mécanique autres que ceux qui servent à l'exploitation des voies ferrées concédées ».

L?article 18 stipule que " nul ne pourra conduire un véhicule à moteur mécanique s'il n'est porteur d'un certificat de capacité délivré par Monsieur le préfet de police ".
Il existe alors 1 700 véhicules en France





Le certificat était délivré aux candidats de sexe masculin de plus de 21 ans, qui savaient démarrer, se diriger, s'arrêter et avoir quelques notions de dépannage. La vitesse était limitée à 20 km/h en campagne et 12 km/h en agglomération. La duchesse d'Uzès sera la première femme à obtenir son permis, en 1897, puis à être verbalisée, pour excès de vitesse (40 km/h)?(C?est également elle qui avait fait doter sa voiture de miroirs rétroviseurs, dès avant 1910..)
Mais le permis n'est obligatoire que depuis le 10 mars 1899, sa date de naissance en quelque sorte.


En 1899, Fondé sur la loi du 30 mai 1851, un décret du 10 mars 1899 annonce le premier code la route, c?est également le même décret qui institue la carte grise et la mise en place des plaques d?immatriculation.

Pour l?anecdote, la carte grise et les plaques d?immatriculation ne sont obligatoires que pour des véhicules étant capables de dépasser 30 km/h !

L?article 11 de ce décret stipule que " nul ne pourra conduire une automobile s'il n'est porteur d'un « certificat de capacité » délivré par le préfet du département de sa résidence,?, sur l'avis favorable du service des mines "

L?article 32 prévoit le retrait de ce certificat par arrêté préfectoral, après seulement deux contraventions dans l?année !

En 1901, La réglementation définitive sur les plaques d?immatriculation est appliquée.

Devant l?afflux des demandes, les inspecteurs des Mines qui avaient la charge de faire passer l?examen reçoivent mission de rechercher des candidats pour assurer le rôle de moniteurs.

En 1917, Apparaît la première auto-école. Equipée d?une De Dion Bouton à deux volants, l?Ecole Versigny ouvre ses portes. Auparavant, la préparation à l?examen était assurée par le constructeur.





En 1921, Le décret du 27 mai remplace celui du 10 mars 1899. Ce décret a pour objectif « d? assurer à la fois la protection de la route et la sauvegarde des droits respectifs de ceux qui l'utilisent ".

Par une circulaire du 30 mai 1921, le décret est complété dans ses missions en vu de " sauvegarder l'universelle renommée du réseau routier de la France mis en péril par la nature et l'intensité de la circulation moderne ".

En 1922, Par décret du 31 décembre portant sur la réglementation générale sur la police de la circulation routière, le décret de 1921 est remplacé. A cette date, le Certificat de capacité est remplacé par « le Permis de conduire ».


Ses conditions d'établissement et de délivrance sont fixées par arrêté du ministre des travaux publics, l'agent chargé de donner au préfet son avis sur la délivrance du permis n'est plus le représentant du service des mines, mais un expert accrédité par le ministre des travaux publics. Des catégories de véhicules sont mises en place, tourisme qui est un tronc commun obligatoire, motocyclettes puis camions de + de 3 tonnes et véhicules de transports en commun.



En 1954, création des catégories A1 A B C D E et F et du permis à trois volets.
En 1971, Création et mise en place du service national des examens du permis de conduire.
( Sources :-extrait d?un article d?Olivier P. sur le site Autocadre. com
-extrait d?un article sur le site de la Direction départementale de l?Equipement
de la Drôme)




Soyez prudents sur la route !

Bonne journée.

:bisou:
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 30 juin 2009 13:05



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonjour Bénédicte, bonjour Christophe,bonjour Jean, bonjour Anne-Marie, bonjour Khalida....:bisou:

Bravo à toutes et à tous pour vos articles tous plus interressants les un que les autres!bravo bravo bravo

Merci Khalidapour tes précieux conseils en cas de piqûre de vive.Thumb Up Nurse

Bénédicte, heureusement que cet article concernant la validité des permis de conduire n'est plus en vigueur de nos jours : qui n'a pas reçu sa contravention au stationneemnt non payé ?carton Et si l'on recommençait, plus de permis!Sad Déjà que les points partent vite, alors si l'on avait encore ce texte de loi, il y en aurait des permis d'annulés... et trop de travail pour moi ainsi que pour les Forces de l'Ordre en général.Exclamation
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 30 juin 2009 15:06



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
coucou


« C'est la sardine qui a bouché le port de Marseille » est une expression populaire française datant du XVIIIe siècle. Elle signifie que l'histoire est estimée comme une galéjade, une exagération, une histoire à dormir debout. En fait, l'expression est basée sur une histoire vraie mais dont une coquille typographique en a fait une farce.

En 1779, le vicomte de Barras, officier commandant le régiment français d'infanterie de Marine de Pondichéry, qui avait été capturé par les Britanniques en 1778, était libéré, en vertu d'un accord d'échanges de prisonniers et rapatrié sur une frégate de la Marine du roi Louis XVI.

Le bateau sur lequel il embarqua avait pour nom la « Sartine » ? avec un « t ». Pour assurer sa sauvegarde et son retour tranquille vers la France, il naviguait sous un pavillon de sauvegarde qui devait le protéger de toute attaque des navires de la marine britannique qui reconnaissaient l'ordre de le laisser passer. Le navire put ainsi arriver sans encombre après dix mois de navigation au large du port de Marseille.

Or, au dernier moment, le navire se présenta le 19 mai 1780 avec une inversion du code et la « Sartine » fut prise en chasse par un navire britannique qui tira contre elle deux salves de canon. La frégate française, navire imposant, finit par couler dans le chenal de l'entrée du Vieux-port de Marseille ce qui empêcha pendant un certain temps l'accès et la sortie du port à tous autres navires.


patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 30 juin 2009 20:50



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301




patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 30 juin 2009 20:52



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonne nuit

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 30 juin 2009 23:08



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569


Sleeping Sleeping Sleeping Sleeping Sleeping Sleeping
"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 1 juillet 2009 05:50



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonjour

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 1 juillet 2009 08:21



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569
Bonjour Jean, bonjour Christophe, bonjour Jean-Marc, bonjour Joëlle, bonjour Bénédicte, et bonjour à tous,


"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 1 juillet 2009 10:09



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Merci Christophe pour cette histoire de sardine/sartine que je ne connaissais pas..



Bonne journée.

:bisou:
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 1 juillet 2009 15:53



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Merci Jean pour ces poissardes.

Grace à toi (et à Mr Littré..)je découvre l'étymologie du mot....

POISSARD, ARDE
S. f. Femme qui a des manières hardies, un langage grossier. Plus particulièrement. Femme de la halle.

ÉTYMOLOGIEPoix, comme on voit à l'historique. Le sens propre de poissard est fripon, vaurien, voleur, dont les doigts se collent aux objets comme de la poix ; il s'est particularisé pour exprimer la grossièreté, et, encore davantage, pour exprimer la grossièreté des halles. Mais poisson, malgré l'apparence, n'y est pour rien ; seulement la persuasion qu'il y était pour quelque chose a déterminé le sens que poissarde a aujourd'hui.

Bonne après-midi.

:bisou:


christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 1 juillet 2009 15:55



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonne après midi ,je coupe, l'orage est là,ça va rafraichir,34°c

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 1 juillet 2009 21:58



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonne nuit

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Céline.P815
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 2 juillet 2009 10:45


Inscrit le: 11/03/2009
Messages: 128
Hiding bonjour à tous!

je reviens vers vous pour vous demander un renseignement sur le métier des douanes; je vous avez déjà fait la demande sur le douanier royale; et là, j ai un autre ancêtre dont le métier était "préposé aux douanes royales dans la brigade ambulante aux portes de trouville la haule" je ne sais pas trop ce que cela veut dire.

bonne journée à tous!

cordialement

céline
Patronymes: (53)Bardou - Barreau - Bellanger - Chénu - Derennes - Duchesne - Gandon - Gentil - Guillemin - Jégu - Lancelin - Landelle - Lemoinne - Leroyer - Levesque - Levrot - Marcadé - Nourry - Patry - Peslier - Poirier - Radé - Rosé - Simon - Sonnet - Vilefeu (50)Delacotte - Hébert - Jouan - Laurent - Lechevallier - Lecoffre - Lecointe - Lefebvre - Réquier - Roublot (76)Billard - Boulanger - Capelle - Lefebvre - Le Maitre (61)Coupeau - Sonnet
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 2 juillet 2009 12:07



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour Céline

Je ne peux vous en dire guère plus que ce que je vous ai dit en p 133.

Je vous remets le lien sur l'histoire de la douane:

http://www.douane.gouv.fr/page.asp?id=164

Votre ancêtre était douanier, mais pas à un poste fixe; il se déplaçait selon les besoins avec sa brigade et à l'époque était en poste à Trouville la Haule.

Pour en savoir plus sur Trouville la Haule:

http://trouville-la-haule.reseaudescommunes.fr/communes/article_menu_explication.php?id_art=13373

Bonne journée
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 2 juillet 2009 12:20



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour Jean,serrurier-herniaire, drôle de dénomination pour ce professionnel!!

Il s'agit probablement d'un bandagiste (voir p108) mais ça me fait penser aux ceintures de chasteté du Moyen-Âge qui, elles, devaient être fabriquées par un serrurier/forgeron......

bizarre......

Bonne journée.

:bisou:
Répondre |  | 

Aller au forum