Forums

 
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15 - Filae.com
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 3 juin 2009 08:42



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569
Bonjour Jean, bonjour Céline, bonjour Christophe, bonjour Jean-Marc, bonjour Joëlle, bonjour Bénédicte,

Mon fils passe un concours important . je souhaite qu'il atteigne son but.

Pour cela je suis en observance pour le motiver ce qui explique je fais moins de recherche vieux métiers.

Je reste toujours aussi passionnée par ce fil.

:bisou: :bisou: à vous tous et à très bientôt
Khalida.






"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
Anne Marie.P114
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 3 juin 2009 09:11


Inscrit le: 10/09/2007
Messages: 984
Bonjour,en passant par là...
toujours passionnant ici !!

bonne journée sous le soleil.
Anne Marie (en Creuse : Valaizon,Juillet,Meaume,Heyret, Pauly, Bord, - Pécher, Gout, Peynoche, Deluchat ... et par ma GM maternelle en Ille et Vilaine :Chemin, Lépinay,Fresnais, Ballus, Labbé, Rihet,Tirel, Abachesne,...)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 3 juin 2009 10:38



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Joelle,Khalida,Jean,Jean Marc, Christophe,Sylvie,Anne Marie....et tous ceux qui nous rendent visite....

Dur,dur de trouver encore des métiers... mais aujourd'hui en voici trois pour le prix d'un...
J'avais oublié un de mes ancêtres qui était grillageur au XIXème...

Grillageur

Celui qui fait ou pose des grillages.

En fait j?ai trouvé deux types de grillageur.....

1)Grillageur (Epinglier- grillageur).

C'est l'ouvrier qui exécute les grillages à torsion ou ondulés, en
fil de fer simple ou galvanisé. Tout ce travail a été pendant longtemps fait à la main.
Au XIXème siècle la fabrication du grillage s?est mécanisée.



Je pense que c'était le métier de mon ancêtre mais je n?ai pas trouvé d?explications plus concrètes sur la fabrication du grillage....Sad



2)Grillageur (Serrurier- grillageur, ferronier)

C?est celui qui fait des grilles ou des ouvrages en fer forgé.
Grillage : Réseau en fer mince ou en fil de fer destiné à garantir les vitraux contre la grêle, à préserver des sculptures du contact, quelquefois aussi des objets précieux déposés dans les trésors des églises ou des châteaux. Il reste peu d'exemples de grillages d'une époque ancienne; cependant nous en possédons encore qui datent du XIIIe siècle.



Les fenêtres du chevet de l'ancienne cathédrale de Béziers conservent leurs grillages, qui sont de jolies pièces de forge. Ils se composent (1) de montants simples et alternativement de montants auxquels sont soudées de fines brindilles de fer. Ces grillages sont scellés dans les tableaux des baies au moyen des traverses. Mais ce sont là plutôt des grilles très-délicates que des grillages.



Voici (2) un exemple de grillages fabriqués avec des fils de fer et qui datent du XIVe siècle. Ce fragment a été trouvé à Rouen chez un marchand de ferrailles, et nous en avons vu un autre absolument semblable dans la cathédrale de Munich. on admettra que les anciens serruriers ou grillageurs avaient plus d'imagination que ceux de notre temps. Nos grillages modernes sont d'un aspect moins agréable.
(Dictionnaire raisonné de l?architecture française du XIe au XVIe siècle - Tome 6, Grillage. Eugène Viollet-le-Duc. 1856).

Un petit reportage sur un ferronier d'art:

http://www.kewego.fr/video/iLyROoafMzIn.html

Autre métier en amont de la fabrication du grillage:

Tréfileur.

Le tréfileur, ou "tireur de fil de fer" est celui qui fabrique du fil
métallique à partir de lingots de métal,qui sont travaillés, puis passés dans une filière (plaque de métal percée de trous plus ou moins gros selon le diamètre du fil désiré...) l'usine dans laquelle se pratiquent ces opérations s'appelle une tréfilerie...

(Annales de chimie et de physique
edité par Crochard, François Arago, Joseph Louis Gay-Lussac.1820)




Bonne journée

:bisou:


joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 3 juin 2009 12:58



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Hiding Béné, Jean, Jean Marc,Christophe, Khalida, et Sylvie,

Hiding Anne Marie

Les Parisiens sont partis. De l'ordre à remettre dans la maison,
du jardinage, dde la compta, et Roland Garros, je suis toujours débordée.

Deamin matin, si j'ai un peu de temps libre, je vous ferais un petit topo sur les ORGANIERS & ORGANISTES;

Bisous à tous et bonne journée.:bisou: :bisou:

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 3 juin 2009 16:55



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour Jean

Ça doit être une définition récente car sur le Littré on trouve seulement:

Garde-Manger:

1°Lieu pour garder ou serrer de la viande et autres aliments.

2°Petite armoire formée de châssis garnis de toile où l'on renferme les aliments et où les mouches ne peuvent pas pénétrer.


Sur le site de l?ANPE:

Définition de l'emploi/métier :

Prépare, cuisine des plats, des mets ou des repas. Met en oeuvre des techniques et des règles de fabrication culinaire. Réalise en particulier les préparations relevant de sa partie (légumes, poissons, viandes, sauces...).
Intervient lors de la finition des plats et contrôle leur qualité. Dans certains cas, élabore de nouvelles recettes. Peut assurer la conception des menus et des cartes, l'achat et le stockage des denrées, la distribution ou le conditionnement de la production.
Selon son niveau de responsabilité, peut participer au recrutement ou recruter le personnel de cuisine et, dans certains cas, l'encadrer.

Appellations principales :
* Chef de partie
* Cuisinier Cuisinière
* Premier commis
* Second Seconde de cuisine

Appellations spécifiques :

* Chef tournant
* Entremétier
* Garde-manger
* Grilladin
* Pâtissier Pâtissière de restaurant
* Poissonnier Poissonnière de restaurant
* Rôtisseur Rôtisseuse
* Saucier


De tous ces termes il n?y a dans le Littré que :
Chef: Dans les choses de la bouche, chef d'office, de cuisine, et, absolument, chef, celui qui préside à l'office, à la cuisine.
Cuisinier: Celui, celle dont la fonction est de faire la cuisine. Un bon cuisinier. Une mauvaise cuisinière.
Rôtisseur: Celui, celle qui vend des viandes rôties.
Pâtissier: Celui, celle qui fait et qui vend de la pâtisserie.
Saucier: Celui qui compose ou qui vend des sauces. Ce cuisinier est un excellent saucier
Poissonnier


:bisou:

Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 3 juin 2009 18:18



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonjour Jean, bonjour Bénédicte, bonjour Joëlle, bonjour Anne-Marie, bonjour Christophe, bonjour Khalida et tous ceux qui sont de passage suer ce fil.:bisou:

Khalida : Pour ton fils : vive Cambronne ! et Alea jacta est?Neutral

Jean et Bénédicte, vous nous surprendrez toujours avec de nouveaux métiers mal connus ou méconnus (garde manger p. exemple)bravo bravo bravo
Lundi, je suis allé taquiner le goujon avec ma femme. Et hier, elle était couverte de piqûre de moustiques de la tête au pied.Sad La pauvre ! Il a fallut qu?elle aille chercher de l?apaisil pour la calmer .Nurse

Est-ce que le métier de démoustiqueur a existé ou existe encore ?etrange

Anne Marie.P114
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 3 juin 2009 20:01


Inscrit le: 10/09/2007
Messages: 984
Snif snif, cet après midi j'ai fait des recherches pour mon voisin du dessus, enfin sa fille qui se lance dans la généalogie. et je suis tombée sur le métier de Mulquinier. Chouette me dis je alors, je vais pouvoir faire étal de ma petite science et mettre un nouveau métier.
Que nenni il a été étudié en page 3 ! Vous en avez tellement mis que je ne sais même pas s'il reste le moindre petit métier inconnu !
bravo bravo à vous et merci !!
Anne Marie (en Creuse : Valaizon,Juillet,Meaume,Heyret, Pauly, Bord, - Pécher, Gout, Peynoche, Deluchat ... et par ma GM maternelle en Ille et Vilaine :Chemin, Lépinay,Fresnais, Ballus, Labbé, Rihet,Tirel, Abachesne,...)
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 3 juin 2009 20:49



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonne soirée

je vais vous faire deviner quelque chose ,sur plusieurs jours si vous êtes d'accord

un indice c'est sur un message d'aujourd'hui que je me rappelle de ma devinette


on va commencer par un truc facile :

donnez moi le nom d'un métal précieux !


patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 3 juin 2009 20:59



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Et oui Anne Marie, il reste peu de métiers qu'on n'ait pas vu...

Jean Marc, oui le métier existe mais il est plutôt récent (une cinquantaine d'années)

Agent de démoustication

Les moustiques ont un rôle extrêmement important en santé humaine (ou animale) car ils constituent, de par les piqûres douloureuses qu?ils engendrent, et au-delà de ce statut d?insectes nuisants, le plus important groupe de vecteurs d?agents pathogènes transmissibles à l?homme. Les moustiques sont responsables, entre autres, du paludisme, une des toutes premières causes de mortalité humaine, de nombreuses maladies à virus (arboviroses) telles que la dengue, la fièvre jaune, la fièvre de la vallée du Rift, la fièvre du Nil occidental (West Nile Virus), le chikungunya, d?encéphalites virales diverses ainsi que de filarioses.




Le paludisme était commun dans des endroits du monde où il est inconnu maintenant, comme en Europe et en Amérique du Nord. Dans certains endroits d'Angleterre, la mortalité due à la malaria était comparable à celle de l'Afrique sub-saharienne d'aujourd'hui. En France métropolitaine, la malaria n'a disparu que relativement récemment. Elle était encore présente en 1931, dans le marais poitevin, le golfe du Morbihan et en Camargue. Elle a été éradiquée de Corse, où on la trouvait dans la plaine orientale, en 1944. Les troupes américaines la firent disparaître en traitant massivement la zone au DDT.( En 1939, la firme Geigy met au point un insecticide organochloré, à effet rémanent, le DDT dont la fabrication industrielle débutera en 1942.)


Il y a 50 ans, avant que l'on commence à démoustiquer, dans tous les départements des littoraux atlantiques et méditerranéens,l?homme supportait tant bien que mal les moustiques ; c'était souvent invivable sur le littoral, à proximité des zones humides. Depuis, des stations balnéaires se sont développées, des villages se sont agrandis. Aujourd'hui, les gens ne sont plus habitués à vivre avec le moustique.
Au cours des années 1970 et 1980, l'usage du DDT est interdit dans la plupart des pays développés, et remplacé dans la lutte contre le paludisme par des produits moins persistants.


Démoustication à la Réunion.


Le processus de démoustication, lui, n'a pas changé. Le principe est de tuer un maximum de larves avant qu'elles ne deviennent adultes, et que les moustiques s'échappent. Il faut agir très vite car entre l'éclosion de l'?uf et l'âge adulte, il y a quatre jours.


Les agents de la démoustication, avant toute campagne de traitements, assurent une mission de surveillance des éclosions larvaires de Janvier à Octobre.



Traitement manuel pour une lutte anti-larvaire très ciblée.Muni d?un appareil à dos,le démoustiqueur répand de façon homogène la boullie (mélange eau + produit larvicide) à la surface de l'eau ciblant les gîtes larvaires préalablement prospectés.


Pour le traitement de grandes surfaces, les agents de la démoustication interviennent

-en traitements héliportés (épandage de bouillies antilarvaires avec la technique Ultra Bas Volume + guidage GPS) couvrant des zones de plusieurs centaines d'hectares.



- avec des engins chenillés légers pour des surfaces plus petites (transport et épandage de bouillies antilarvaires sur quelques dizaines d'hectare.



on tente maintenant d?utiliser des produits plus respectueux de l?environnement, des produits bio (une bactérie naturelle qui tue les larves par ingestion).

Bon, Christophe, jouons donc...... OR

Bonne soirée à tous.

:bisou:


khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 3 juin 2009 22:41



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569

"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
Anne Marie.P114
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 4 juin 2009 08:21


Inscrit le: 10/09/2007
Messages: 984
Je veux bien un démousticateur alors !!!!

Christophe : la réponse qui vient de suite c'est OR
(orpailleur)
bonne journée
Anne Marie (en Creuse : Valaizon,Juillet,Meaume,Heyret, Pauly, Bord, - Pécher, Gout, Peynoche, Deluchat ... et par ma GM maternelle en Ille et Vilaine :Chemin, Lépinay,Fresnais, Ballus, Labbé, Rihet,Tirel, Abachesne,...)
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 4 juin 2009 10:54



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Hiding tout le monde

voici l'histoire de l'orgue, des organiers et organistes qui sont indisoiables les uns des autres.

L'orgue vit le jour en grèce antique, inventé par un ingénieur nommé Ctesibios,il s'appelait l'hydraule. Le but de cet instrument était d'accompagner les jeux.

Le mécanisme était très particulier car il reposait sur un cylindre d'eau,où il y avait deux valves qui produisaient de l'air comprimé à partir du mouvement de l'eau.

Au dessus de ce cylindre,il y avait des tuyaux semblables à une flûte de pan,et comme l'air y passait,ils sonnaient, et c'est cinsi que le roi des intruments vit le jour!!!



Il y avait un petit orgue très populaire appellé portatif,il était utilisé pour accompagner les gladiateurs dans le cirque, et plus tard lors des procéssions de l'église, il était beaucoup utilisé aussi dans les maisons.
Une main actionnait le soufflet et l'autre jouait la mélodie....



Bien sur, l'instrument fit une évolution à travers les années,et son utilisation aussi.
on a rajouté plus de tuyaux,et des registres dans le but d'empêcher que tous les tuyaux sonnent en même temps... c'est ainsi que le terme jeu/régistre est utilisé pour désigner les différents sons de l'orgue.

Un "clavier" fut alors ajouté dans le but de contrôler les notes et les gens ont pu voir qu'ils faisaient de la musique et ils ont composé de la musique pour l'instrument.
La traction mécanique a été conçue à partir du début.

Le cylindre d'eau,fut remplacé par des soufflets de forgerons car l'eau rouillait le cylindre et il était aussi impossible d'agrandir l'instrument car la pression d'air n'était pas suffissante pour le nombre sans cesse croissant des tuyaux...



L'orgue était devenu un si grand instrument, que l'on racontait que pour jouer le plus grand orgue,on a eu recours à deux organistes et 70 souffleurs!!!
à cette époque les tuyaux étaient directement reliés aux touches, donc l'étendue des claviers était très large...
Voyant ce problème,l'instrument fut modifié et un système appelé abrégé fut inventé pour réduire le clavier, à travers un système de tiges de bois et pivots, à une largeur qui permet à une seule personne de contrôler l'instrument,peu importe le nombre de tuyaux.

Comme les gens se sont mis aussi à jouer avec les deux mains, le portatif avait un grand frère appelé le positif,qui reposait sur une table, quelqu'un d'autre actionnait les soufflets et l'organiste jouait avec ses deux mains.



À l'église, il y avait le grand orgue,habituellement dans un jubé, avec des jeux beaucoup plus forts et plus grands. Habituellement, il y avait aussi un positif,habituellement à côté ou derrière l'organiste, il était utilisé pour accompagner le choeur et le chant grégorien, ce qui explique pourquoi ce clavier est aussi appélé choeur/choir en anglais.

Le pauvre organiste en avait assez de changer d'instruments constamment,alors un autre grand changement fut amené...
Le clavier du choeur ou positif fut installé sous le clavier du grand orgue et l'on fit passer tout le mécanisme du positif sous le banc où l'organiste est assis,utilisant un faux plancher, pour les connecter aux tuyaux du positif qui furent installés sur le bord de la tribune.
Cette innovation permit l'invention des accouplements qui permettent de jouer sur les deux claviers à la fois ou séparement à partir du grand orgue, soit en poussant un clavier en dessous de l'autre (méthode utilisée surtout à l'epoque baroque) ou au moyen d'un jeu situé à côté des claviers qu'on tire avec les mains, ou d'une tirasse qui se trouve sur le pédalier et qu'on actionne avec les pieds.
Dans une traction mécanique, la particularité qu'on observe lorsque les claviers sont accouplés, est que les notes du clavier où l'organiste ne joue pas s'abaissent toutes seules comme si un fantôme jouait.


Le jubé est une tribune placée dans l'église à la séparation de la nef et du choeur et à laquelle on accède par un escalier

Le temps passa, et la musique fit une grande évolution, à un moment donné il y a eu de la musique écrite sur une note tenue, et les mains de l'organiste devaient alors sacrifier un doigt pour tenir cette "pédale" qui habituellement se situait dans les notes basses jusqu'à ce qu'on inventa un mécanisme qui tenait les notes basses au moyen d'une série de tiges de bois placées aux pieds de l'organiste, et ce fut l'origine du pédalier.



Le pédalier eut plusieurs formes à travers le temps. Il a évolué à un clavier en bois qui compoerte aujourd'hui habituellement entre 30 à 32 notes que l'organiste joue avec ses deux pieds avec la même dextérité que s'il jouerait de ses mains.


J.S. BACH







"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 4 juin 2009 11:03



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Pour construire ces instruments, des artisans y travaillent ; souvent plusieurs générations se succèdent. Les façons de travailler se passent de père en fils. La plupart du temps, le fils ou le petit-fils éclipse les chefs d'oeuvres du père, fait école et forme des apprentis.

Ces artisans se manifestent principalement dans les zones de riches économies, selon les mouvements qui peuvent être jugés bizarres, mais qui se rapportent à l'évolution du temps. Ils vont _ selon les époques_ du Nord vers le Midi... puis, par d'autres régions, remontent vers le Nord. Ils suivent les cours d'eau, ils vont dans les lieux où règne un grand courant de commerce, ils visitent les villes aisées où se trouvent les bourgeois bien "assis".

Certains grands facteurs ont leur atelier et domicile fixes dans les villes, et se déplacent sur le lieu de montage, expédiant par coche ou par péniche le matériel usiné dans les ateliers.

"Vers 1690, un buffet d'orgue fut "charroyé" de la fabrique de Morlaix à l'église de Pleyben par quatre charettes attelées chacune de six bêtes".

D'autres s'installent sur le lieu de travail, loue une maison, font venir femme, enfants, compagnons connaissant le métier, et l'outillage de leur précédent chantier. Ils embauchent sur place les aides nécessaires.

Il y a de grands noms qui surgissent :
- Les Lebe _ famille qui comptera plus de 10 facteurs ou organistes.
- Les Cliquot à Paris, le père Robert (1645-1719), les 2 fils : Jean-Baptiste mort en 1746 et Louis Alexandre (1683-1760); puis le fils de ce dernier François Henri (1728-1791) auquel nous devons le Grand Orgue de la cathédrale de Poitiers qui nous est parvenu intact.

Des moines également apprennent le métier auprès des facteurs venant travailler à l'abbaye : un Prémontré, le Père Charles Ricard, un Cordelier le Père Castets, un Frère prêcheur le Frère Isnard. Une personnalité se fait jour parmi tous ces facteurs, celle d'un moine Bénédictin : le Père Dom Bedos De Celles (1709-1779) Facteur d'orgues lui-même, il est l'auteur de "L'Art du Facteur d'Orgues" écrit de 1761 à 1778 à la demande de l'Académie Royale des Sciences, ouvrage qui fait encore autorité de nos jours dans ce métier.





La partie de l'instrument visible des fidèles et des visiteurs s'appelle le Buffet.

Ces buffets sont pour la plupart de véritables oeuvres d'art faites par les "huchiers".

Il faut se rappeler que la Hucherie au Moyen-âge était non seulement l'art de faire des coffres, des huches, des portes, mais aussi sculpter le bois.

Donc le huchier construit le Buffet en coordination avec le facteur d'Orgues qui, lui, détermine l'importance de l'orgue en fonction de la grandeur de l'édifice, et de l'emplacement choisi.


orgue italien


orgue français

Ce buffet est composé de deux parties distinctes :

- La Boiserie, qui comporte un soubassement plein, une partie haute ajourée, un fond, 2 côtés, et un plafond. La partie haute ajourée est remplie par la tuyauterie qui est la 2eme partie.





- Cette Tuyauterie, appelée Montre, est composée par les tuyaux donnant généralement les sons les plus graves.



Les plus grands tuyaux servent également à différencier les instruments entre eux (on dit d'un instrument que c'est un 16 pieds en Montre, ou un 8 pieds).


Les tuyaux sont fabriqués avec de l'étain et un peu de plomb.



"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 4 juin 2009 11:10



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
L'organiste et son instrument

L'organiste est assis à la console et touche les différents claviers et pédalier avec les mains et les pieds.

Avec les mains, il touche les claviers; cinq claviers peuvent être superposés à la console. Le clavier de l'orgue ressemble à celui d'un piano; il a entre 56 et 61 touches.
Le pédalier se joue avec les pieds et a de 27 à 32 touches.

Sur les côtés des claviers se trouvent les tirants de registre qui permettent à l'organiste d'enclencher ou de déclencher des rangs entiers de tuyaux, appelés registres.



Le bois massif est le matériau le plus utilisé. Le travail du bois massif exige des connaissances spécifiques, car ce dernier réagit aux variations de température et d'humidité. Pour la construction de buffets en bois massif, le facteur d'orgues doit en maîtriser toutes les techniques de travail. Les dimensions de chaque instrument et de chaque lieu étant différentes, le facteur d'orgues ne peut pas exécuter de travail de série, pas même pour la production des tuyaux. Le facteur d'orgues apprend à construire les tuyaux en bois et ceux en métal. Mais, pour ces derniers il n'apprend pas toutes les finesses. Ce travail est réservé au tuyautier.


L'orgue est ensuite assemblé provisoirement en atelier, afin de vérifier l'ajustement de tous les éléments. Il n'est toutefois pas achevé pour être jouable en atelier.

L'instrument est ensuite démonté pour le transport. Il sera remonté de façon définitive, une fois arrivé à destination.



L'harmonisation et l'accord de l'instrument suivent la phase du montage. L'harmoniste et accordeur est un facteur d'orgues hautement qualifié. Comme il est le dernier à travailler à l'instrument, il doit être également capable de reconnaître d'éventuels problèmes techniques et les résoudre. Le facteur d'orgues travaille aussi régulièrement sur les instrument déjà en service. Il s'occupe de leur entretien, effectue les révisions, les relevages et les accords. C'est également un travail passionnant, car les instruments anciens nous livrent bien des secrets du passé, lorsqu' on les observe et les écoute avec attention.

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 4 juin 2009 11:24



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Coucou. Bonjour tout le monde.:bisou:

Merci bénédicte sur le démousticateur.bravo

Je propose un métier fort ancien : orateur.Neutral
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 4 juin 2009 12:56



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Merci Joelle,splendide articlebravo


Tableau d'Hubert van Eyck.

Bonne journée.

:bisou:
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 4 juin 2009 20:17



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonsoir Jean Marc

Orateur n'est pas un métier en soi.....

par contre en cherchant sur les orateurs j'ai trouvé celui-ci:

Logographe

Le terme de logographe (du grec ancien ?????????? / logográphos, de ????? / lógos « parole, discours » et ????? / gráphô, « écrire ») désigne les rédacteurs professionnels de discours judiciaires de la Grèce antique.
À Athènes, dans l'Antiquité, la loi fait obligation au plaideur de soutenir lui-même sa cause devant le tribunal, par deux discours successifs. La notion d'avocat est inconnue. La loi ne tolère qu'un ami ou parent devant le tribunal pour l'aider. Si le plaideur se sent incapable de produire un discours convenable, il recourt aux services du logographe (on utilise aussi le terme ????????? / logopoiós, de ????? / poiéô, « fabriquer »), à qui il expose son cas. Le logographe écrit alors un discours que son client apprend par c?ur et récite devant le tribunal. Selon la tradition, Antiphon (480?410 av. J.-C.) est le premier à avoir exercé cette profession.
(Wikipédia)

Démosthène par exemple exerça ce métier


Démosthène pratiquant l'art oratoire par Jean Lecomte du Nouÿ


Bonne soirée.

:bisou:
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 4 juin 2009 20:54



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Décidemment Béné, tu es un puits de science!!!

Bonne soirée à tous

Bisous et à demain,

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 4 juin 2009 21:12



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Un métier dit de "voleur" : Assureur

Mais les assurances ne datent pas d'aujourd'hui!!! qui l'eut cru?

Depuis des siècles, l'homme a recours à l'assurance pour protéger ses biens matériels. En effet, on trouve les premières références à l'assurance vers l'an 2000 avant J.-C., sous forme de contrats écrits stipulant des modalités de répartition des pertes lors d'activités de transport, notamment par caravanes ou par voie maritime. Il faut dire qu'à cette lointaine époque, les pirates, les bandits et les pilleurs faisaient partie du « décor social » tant sur terre que sur mer !

Ainsi, à Babylone, le Code d'Hammourabi prescrivait qu'en cas de perte ou de vol des marchandises, le transporteur désigné serait relevé de sa responsabilité de livraison, s'il était en mesure de prouver ne pas être complice du méfait. La perte était alors répartie à l'ensemble des marchands participants de la caravane. Si un marchand effectue un prêt pour effectuer un transport, il paye une somme supplémentaire au préteur. Le prêt n'a pas à être remboursé si la marchandise se fait voler.

§ 23.
Si le brigand n'a pas été pris, l'homme dépouillé poursuivra devant Dieu ce qu'il a perdu, et la ville et le cheikh sur le territoire et les limites desquels le brigandage fut commis, lui restitueront tout ce qu'il a perdu.


§ 103.
Si en route, pendant son excursion, l'ennemi lui a fait perdre ce qu'il portait, le commis en jurera par le nom de Dieu, et il sera quitte.


1000 ans plus tard, les habitants de Rhodes inventent la mutualisation. Les marchands dont les biens arrivent à destination remboursent ceux dont les biens ont été détruits lors d'une tempête.


Les grecs et les romains introduisent l'assurance santé et l'assurance vie. Les Guildes du Moyen Âge remplissent un rôle similaire, en participant aux frais d'obsèques de leurs membres décédés.


Au début du premier millénaire est apparu le « prêt à la grosse aventure », l'ancêtre réel de l'assurance maritime et de transport. Les marchands avançaient les fonds au transporteur et celui-ci ne les remboursait qu'au retour à bon port, s'il n'avait pas subi d'avarie ou été assailli par des pirates. Si le bateau parvenait à destination, alors les bénéfices tirés de la vente de la cargaison se trouvaient partagés entre l?armateur et le banquier.

L'assurance a pris véritablement naissance au tout début du second millénaire lors de la « révolution économique » du Moyen Age, en 1063 plus précisément, lorsque des marchands italiens (de Gênes et de Venise principalement) et anglais ont trouvé un moyen de protéger leurs navires contre les pertes subies lors d'un naufrage ou suite aux méfaits de pirates. Formés en association, ils constituèrent un fonds qu'ils approvisionnaient régulièrement et à même lequel ils se dédommageaient (ils élaborèrent les premiers contrats d?assurances). Le terme de « police » qui désigne toujours le contrat d?assurance, en tant qu?écrit, en est l?ultime souvenir dérivant du terme italien « polizza». Leur organisation était connue sous le nom de Code d'Amalfi.


L'Italie, le Portugal, l?Espagne et la France s'attribuent l'origine de l'assurance maritime. on retrouve en effet dans ces trois pays des archives datant des XIIIe et XIVe siècles qui traitent des droits maritimes et stipulent les modalités d'assurance. Ainsi à Toulouse se constitua en 1378, au pied de l?actuel bâtiment dit de la « Manufacture » occupé par l?Université des sciences sociales, la première société commerciale à responsabilité limitée, celle des Moulins du Bazacle. De plus, c?est à Gênes que naquit, en 1424, la première compagnie d?assurances des transports terrestres et maritimes. Vers la même époque, Barcelone vit la publication de Las capitulas de Barcelona que l?on considère comme le premier recueil législatif de droit de l?assurance. Traduit du catalan en castillan, puis en italien, en français et en allemand, il va durablement influencer le droit européen de l?assurance.


"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 4 juin 2009 21:31



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
coucou,bonsoir tout le monde


donc l'OR c'est très bien ,il y avait aussi l'ARGENT

maintenant un métal conducteur d'électricité !!!


patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 4 juin 2009 21:53



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
salut Christophe,

disons le cuivre!!! au hasard

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 4 juin 2009 22:15



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonsoir.
Désolé,Bénédicte. Je pensais qu'orateur était un métier... Grâce à ta science, maintenant, je ne me tromperai plus!

Joëlle, cool cet article sur ces assureurs !
De nos jours,ça n'a guère changé il semblerait : se sont tjrs les même qui paient!
Bonne soirée à toutes et à tous.
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 5 juin 2009 06:11



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonjour

le CUIVRE très bien

maintenant un métal plutôt mou (malléable)


patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 5 juin 2009 07:58



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569

"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 5 juin 2009 09:40



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Bienvenue Jacqueline.

Christophe, le plomb?

Joelle, problèmes d'assurances?Laughing



Quelques mots de plus à ce sujet..


L'assurance se complexifie en Europe après la renaissance.
À la fin du XVIIe siècle, l'importance croissante de Londres en tant que centre de commerce tire la demande pour des assurances maritimes. Edward Lloyd ouvre une taverne qui devient un repère pour les marins et les affréteurs, et par la suite une source d'information sur le monde maritime. Il devient un lieu de rencontre pour les personnes cherchant à assurer leurs bateaux, et ceux proposant une couverture. Aujourd'hui encore, le Lloyd's de Londres reste le haut lieu de l'assurance maritime.

Au sens moderne, l'assurance remonte au grand feu de Londres de 1666, qui détruisit 13200 bâtiments. À la suite de cet incendie, Nicholas Barbon ouvre un bureau pour assurer les bâtiments.

Aux États-Unis, la première compagnie est créée en 1732. Benjamin Franklin est le premier, au travers de la Philadelphia Contributionship for the Insurance of Houses from Loss by Fire, à inventer la prévention, en refusant d'assurer les maisons pour lesquelles le risque d'incendie est trop fort.




Calendrier publicitaire de la Compagnie d'Assurance Le Nord daté de 1898 , il représente le célèbre incendie du Bazar de la Charité qui avait eu lieu l'année précédente en 1897; il y est indiqué que les constructions du Bazar de la Charité étaient assurées au Nord.


Bonne journée.

:bisou:




khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 5 juin 2009 11:17



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569
bonjour Christophe,

est ce l'aluminium?
"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 5 juin 2009 14:27



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Si les accidents sont apparus dès la mise en circulation des premières automobiles...



......l?assurance automobile devient obligatoire en France seulement en 1958 .Le 27 février,l'Assemblée vote une loi instaurant l'obligation d'assurance en matière d'utilisation de véhicules. Le texte de loi précise "que tout fait quelconque de l'homme qui cause à autrui un dommage oblige celui par lequel il survient à le réparer"


:bisou:
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 5 juin 2009 15:11



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
la réponse est le Plomb ,car l'aluminium est en fait très dure (pensez aux fenêtres ,vérandas)



mais bon pour Khalida ,un facile,un métal utilisé dans l'alimentaire


patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 5 juin 2009 22:06



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonsoir Christophe, bonsoir Bénédicte, bonsoir Joëlle, bonsoir Khalida...:bisou:

Christophe, est que c'est l'aluminium (pour proptèger les aliments)?Book etrange
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 5 juin 2009 22:28



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
oui c'est l'aluminium


maintenant un Métal liquide !!!


patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 6 juin 2009 06:05



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonjour ,ici en Vendée pas une goute ,bonne matinée

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 6 juin 2009 08:44



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569
Bonjour tout le monde,

c'est le mercure seul métal liquide.

Pour l'aluminium, les chimiste le classe comme étant le plus malléable . d'ailleurs il est tellement malléable que nous en trouvons en rouleau dans le commerce.

Les feuilles de plomb, d'argent ou d'or sont plus rigides donc plus fragiles (elles cassent) et il est difficile de fabriquer des rouleaux de feuille dans ces métaux là.

Thumb Up Thumb Up
A plus tard.
Khalida.
"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 6 juin 2009 09:44



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Bonjour à nos metallos...










Bonne journée


:bisou:
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 6 juin 2009 15:25



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bon Khalida ,je suis obligé de te donner raison pour L'aluminium


bravo pour le Mercure

maintenant un Métal transparent


patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 6 juin 2009 16:52



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
J'aurais dit la même chose... le sodium métallique...



À mesure que la pression augmente, le sodium devient isolant et prend l?aspect d?un matériau noir, puis celui d?un matériau translucide rouge avant de finalement devenir transparent sous une pression de 200 GPa
(Wikipédia)

:bisou:
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 6 juin 2009 18:12



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
non non,c'est dans des conditions normales à des températures normales

et si vous allez dehors ,autour de vous je suis sur qu'il en a


patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 6 juin 2009 18:29



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
il y a le grillage.... mais ce n'est pas un métal, c'est fait de métal....Mr. Green

... je donne ma langue au chat...

:bisou:
Mireille.L421
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 6 juin 2009 19:51


Inscrit le: 19/09/2008
Messages: 323
Bonjour à toutes et à tous,
Il y a très longtemps que je ne suis pas venue vous saluer, alors je vous amène ce joli poème :


Inventaire généalogique de Patrick Mouilleron relevé dans la Revue de Généalogie Lorraine :

Suppose qu?un jour de pluie
Ou bien un soir d?ennui
Te prenne l?étrange envie
De connaître tes aïeux
Prépare ton sac, parbleu,
Un grand sac bien profond
Disons même un sac sans fond
Tel celui de Poppins Mary
Et entasses-y, sous nos yeux ébahis
La collection la plus inouïe :
L?Empereur à la Barbe fleurie,
Des poilus de la Somme à Verdun,
De pauvres hères mendiant leur pain,
Des hussards noirs de la République,
Des cousins d?Amérique,
Des catins vendant leurs charmes,
Des grognards courant aux armes,
Des fils d?Israël, des Huguenots
Fuyant les foudres des dévots
Quelques guillotinés de l?An II
Des chevaliers très preux
Débusquant les Sarrazins.
Des vignerons, serpes à la main,
Des résistants, des collabos,
Des fonctionnaires, des dactylos,
Des Versaillais, des Communards,
Des colporteurs savoyards
Des compagnons de la Fayette,
Des généraux et des soubrettes,
Maniant le sabre ou le plumeau,
Des Don Juan et des rosières,
Des communiants et des sorcières,
Des laboureurs et des prolos
Maniant la faux ou le marteau,
Des Acadiens et des Pieds noirs,
Coincés entre espoir et désespoir,
De vieilles anglaises buvant le thé
Et la lie de la société
Des Goths, des Huns, des Vandales,
Et quelques cannibales,
Des sacristains, des mécréants,
Des rats des villes, des rats des champs,
Des danseuses et des rentiers,
Des grenouilles de bénitier,
Des Rastignac et des Grandet
Des Bouvard, des Pécuchet,
Jean Valjean, Cosette, Javère
Atmosphère, atmosphère !
C?est l?humanité toute entière
Trop résignée ou trop fière
Qui se jettera dans ton cabas,
Dans tes bras, dans tes bras,
Mon pauvre gars !

S'il avait été Creusois, il aurait pu rajouter deux vers du style :
Des soldats de la Meuse,
Des maçons de la Creuse.



Mes patronymes les plus courants :
Babulaud, Bourras, Buffetaud, Buisson, Chanliat, Conord, Duchâteau, Dumas, Frugier, Jude, Lassouris, Marsat, Massacrot, Mazateau, Négrier, Patry, Pauperdu, Piquet, Ramigeon, Rougier, Tixier
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 8 juin 2009 06:24



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonjour

24 h de panne pour le forum ,un record

en mode déconnexion,j'ai réussi à lire les messages ,eh oui mon Métal transparent c'est le grillage

(ben oui par exemple le grillage à poule ,il est en fer et on voit à travers)


je riais d'avance ,car plus on avançait plus cela devenait scientifique et donc mon final encore plus drôle

merci et bravo pour votre participation


patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 8 juin 2009 09:35



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Petit métier....

Tisseur de tamis




Bonne journée.

:bisou:
mariloul
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 8 juin 2009 12:34


Inscrit le: 01/09/2002
Messages: 481
Bonjour à tous et à Christophe que je retrouve sur cette file

Qui pourrait me dire à quoi correspondait le métier de Maréchal des poêles aux salines de Dieuze(57)vers 1680.
Hypothèse taillandier qui s'occupait des poêles, ou chef des poêles?

Bonne journée à tous


http://gw.geneanet.org/mariloul
___________________________________________________________
je peux aider sur le 01
recherche sur les patronymes Brédoire,Méresse(Mairesse)Becker,Schulz ou Schultz,Blank, Lombard (Lambert), Laposse
dans le 43 Espaly Saint Marcel, le 57 et la Sarre, le 59 Carnières, 01.
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 8 juin 2009 12:59



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour Mariloul

Le travail dans une saline est décrit en p 39.

Les poêles étant des chaudières dans lesquelles on faisait évaporer l'eau salée pour extraire le sel.

Et vous avez raison, le maréchal des poêles était celui qui se chargeait de réparer les poêles.

J'ai trouvé la mention d'un atelier de maréchal chargé de réparer les poêles sur ce livre (début de p12):


http://annales.ensmp.fr/articles/1814-2/142-157.pdf

Et sur les Salines De Dieuze



http://www.ac-nancy-metz.fr/IA57/dieuzechar/histoire.html

Bonne journée.
mariloul
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 8 juin 2009 15:17


Inscrit le: 01/09/2002
Messages: 481
Merci Bénédicte,pour la rapidité,la réponse et les liens, je vais aller voir.


http://gw.geneanet.org/mariloul
___________________________________________________________
je peux aider sur le 01
recherche sur les patronymes Brédoire,Méresse(Mairesse)Becker,Schulz ou Schultz,Blank, Lombard (Lambert), Laposse
dans le 43 Espaly Saint Marcel, le 57 et la Sarre, le 59 Carnières, 01.
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 8 juin 2009 22:09



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569
Bonjour Jean, bonjour Christophe, bonjour Jean-Marc, bonjour Joëlle, bonjour Bénédicte, bonjour à tous.
Bonjour Mireille, joli poême.

Les chimistes utilisent ses phrases. Qui en connaît leur signification?Smile attention se qui qui suit est très sérieux.

* Ligne 2 : Lili se Bien Chez Notre Oncle Fernand-Nestor


* Ligne 2bis : LiBerBafouée Contre Notre Organisation Fédérale ogaulliste

* Ligne 3 : Napoléon Mange Allègrement Six Poulets Sans Claquer d'Argent

* Ligne 4 : Koalas de Canberra, S'ecria-T-il, je Veux Croire Mon Frere Completement! Ils Nichent, Copulent en Zonages Galamment Gerés, Assistés Seulement, Bravement des K(r)épis


* Ligne 4 (bis) : Krouchtchev Caressa Sciamment Tito. Vorochev Cria Magnianime : "Fe Pas le c0N Nikita, ton C u l en Zinc Galvanisé te Gene AsSez pour Branler des Krevettes

* Ligne 5 : Robin Sur Yvette à le Zèbre Noble de Monsieur Tuc Ru. Rahan Pd Agassant Ceda Inévitablement Son Sabre Tenebreux aux Idées Xenophobes


* Ligne 6 : Cesar Bade La Hifi de Tata dans le Wagon et Regarde Ossi Irma. Peter Au Hangar, un Tel Problème Bien Posé Attend Réponse (La ou Lu )


* Colonne 1 : Heureux dans le Lit de Natacha, Krouchtchev Rabaissa Constamment son Froc


* Colonne 1 (bis) : Heureusement, L'interNationale Kommuniste Rebute les Capitalistes Français

* Colonne 16 : Olive Suce le Sexe Tendu de Popeye


* Colonne 18 : Hercule Negligea d' Arracher le Korsage de Xena et Ronfla

reflechis reflechis
etrange etrange



"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 8 juin 2009 23:09



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569
allez un métier que j'aurais aimé faire :

le rubanier :
(Arts) Celui, celle qui fabrique, qui vend du ruban.

La rubanerie est l'industrie et le commerce du ruban.

La rubanerie
, l'une des activités traditionnelles ayant dominé l'histoire industrielle de Saint-Etienne, révèle bien le caractère artisanal qui a prévalu dans le développement économique d'une ville dont la prospérité s'arrête à la crête de l'art et de l'industrie. on favorisa la création d'une école des Beaux-Arts - aujourd'hui parmi les plus réputées de France -, avant tout pour former graveurs et dessinateurs sur rubans. De nombreuses dynasties familiales d'armuriers et de rubaniers se sont transmises leur savoir-faire et l'ont enrichi, parfois pendant plus de cinq siècles. Dans la rubanerie, les noms les plus familiers sont Bador, Colcombet, Giron, Neyret, Staron....

Il peut sembler paradoxal de voir apparaître dans une ville décrite comme sale et malodorante une industrie de luxe : le ruban, destiné aux classes les plus aisées, dont l'art atteignit son apogée à Saint-Etienne à la fin du XIXe siècle avec des dessinateurs tels que Charles Rebour. Jamais art et industrie n'ont été si proches.

Là encore, dès le XVIe siècle, la motricité sinon la qualité des eaux du Furan fut l'un des facteurs de développement de la rubanerie, dans la mouvance des soieries lyonnaises. Malgré les vicissitudes de la mode, les XVIIe et XVIIIe siècles furent des siècles de croissance, affirmant progressivement l'indépendance d'une Fabrique stéphanoise régnant jusqu'au Velay sur 15.000 métiers et 30.000 artisans.


L'apparition du métier « à la Zurichoise » dans les années 1780, permettant de tisser simultanément jusqu'à 24 pièces, permit à la Fabrique stéphanoise de s'imposer sur les marchés français et internationaux. Après la crise de la Révolution et de l'Empire, le ruban, bénéficiant de nouveaux progrès apportés par les métiers Jacquard, connut un essor prodigieux. La production, tournée vers la mode, était très variée : rubans façonnés, unis, noir ou en couleur (plusieurs centaines de coloris différents étaient disponibles). Des multiples techniques de tissage (taffetas, sergé, satin) dérivent des produits aux noms précieux : royale, simuline, louisine, crêpe de chine, faille, ottoman, satinette...

Les Fabricants " maîtres faisant fabriquer" concentrés au centre-ville, à l'origine place du Peuple où avait été installée la première Condition des Soies - imposèrent leur prépondérance politique et déterminèrent l'évolution de l'architecture du centre-ville stéphanois. Les passementiers, soumis à leurs exigences, tentèrent d'imposer un Tarif, ce qui en fit les ouvriers parmi les mieux payés. La crise de 1850-1871 aboutit à une concentration industrielle d'où émergèrent notamment les maisons Colcombet et Giron. Le travail à domicile ne disparut pas pour autant. on comptait alors dans la sphère d'influence de la Fabrique jusqu'à 70.000 ouvriers et artisans. Confrontés à une situation économique en dent de scie et à l'électrification des métiers, les passementiers s'organisèrent bientôt en syndicats professionnels, chrétiens ou révolutionnaires.

La rubanerie, figée dans son corporatisme, se chercha longtemps une place dans le XXe siècle. Dans l'entre-deux-guerres, les nouvelles générations abandonnèrent l'atelier pour l'usine de tissage ; leur statut risquait de les exclure des nouveaux droits sociaux réservés aux salariés. Le système de la Fabrique déclinait.

Après la seconde guerre mondiale, la rubanerie stéphanoise, plus ouverte et appuyée par l'Etat, s'orienta vers la fabrication d'étoffes, d'articles de mode bon marché ou de mercerie, ... ce qui n'enraya pas un déclin symbolisé par une main d'oeuvre vieillissante.

Si « le ruban » traditionnel issu de la Fabrique a bien disparu, tout comme les emplois qui y étaient associés, la production en usine se poursuit par branches spécialisées : mode, confection, décoration, étiquettes, mercerie, sangles, écharpes, rubans techniques et tissus



"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 8 juin 2009 23:09



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonsoir

Une planche pour le rubanier:



Et en effet, moyen mnémotechnique pour se souvenir de la classification périodique des éléments chimiques.......

bon appétit Jean

Bonne soirée

:bisou:
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 9 juin 2009 06:56



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569


"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 9 juin 2009 07:48



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonjour

ayant fait de la Chimie jusqu'au Deug ,je n'ai jamais entendu parler de ces phrases,c'est peut être pour ça que j'ai abandonné





patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 9 juin 2009 07:53



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
moi je connais

Adam part pour Envers avec 200 sous

à, dans, par, pour, en, vers, avec, de, sans, sous




Mais où est donc Ornicar ?

mais, où, et, donc, or, ni, car



patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 9 juin 2009 08:31



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569
Very Happy bonjour Chistophe,

Si tu reprends tes études , ceci, comme tu le dis, est un moyen qui va t'aider à réussirfou

* Ligne 2 : Lili Bése Bien Chez Notre Oncle Fernand-Nestor
(pour : Lithium, Be (Béryllium), Bore, Carbone, N (Azote), Oxygène, F(Fluor), Ne (Néon))

* Ligne 2 (bis) : LiBerté Bafouée Contre Notre Organisation Fédérale Néogaulliste (ou Néotroskiste)

* Ligne 3 : Napoléon Mange Allègrement Six Poulets Sans Claquer d'Argent
(pour : Na (Sodium), Mg (Magnésium), Aluminium, Silicium, Phosphore, Soufre, Chlore, Argon)

* Ligne 4 : Koalas de Canberra, S'ecria-T-il, je Veux Croire Mon Frere Completement! Ils Nichent, Copulent en Zonages Galamment Gerés, Assistés Seulement, Bravement des K(r)épis
(pour : K (Potassium), Calcium, Scandium, Titane, Vanadium, Cr (Chrome), Mn (Manganèse), Fer, Cobalt, Nickel, Cuivre, Zn (Zinc), Gallium, Germanium, As (Arsenic), Sélénium, Brome, Krypton)

* Ligne 4 (bis) : Krouchtchev Caressa Sciamment Tito. Vorochev Cria Magnianime : "Fe Pas le on Nikita, ton *** en Zinc Galvanisé te Gene AsSez pour Branler des Krevettes

* Ligne 5 : Robin Sur Yvette à le Zèbre Noble de Monsieur Tuc Ru. Rahan Pd Agassant Ceda Inévitablement Son Sabre Tenebreux aux Idées Xenophobes
(pour : Rb (Rubidium), Sr (Strontium), Yttrium, Zr (Zirconium), Nb (Niobium), Molybdène, Tc (Technétium), Ruthénium, Rhodium, Pd (Palladium), Ag (Argent), Cd (Cadmium), Indium, Sn (Étain), Sb (Antimoine), Tellure, Iode, Xe (Xénon))

* Ligne 6 : Cesar Bade La Hifi de Tata dans le Wagon et Regarde Ossi Irma. Peter Au Hangar, un Tel Problème Bien Posé Attend Réponse (La ou Lu selon la classification)
(pour : Cs (Césium), Baryum, La*Lu (Lutécium), Hf (Hafnium), Tantale, W (Tungstène), Re (Rhénium), Osmium, Iridium, Pt (Platine), Au (Or), Hg (Mercure), Tl (Thallium), Pb (Plomb), Bismuth, Polonium, At (Astate), Rn (Radon))

* Colonne 1 : Heureux dans le Lit de Natacha, Krouchtchev Rabaissa Constamment son Froc
(pour Hydrogène, Lithium, Na (Sodium), K (Potassium), Rb (Rubidium), Cs (Césium), Francium)

* Colonne 1 (bis) : Heureusement, L'interNationale Kommuniste Rebute les Capitalistes Français

* Colonne 16 : Olive Suce le Sexe Tendu de Popeye
(Pour : O (Oxygène), S (Soufre), Se (Sélénium), Te(Tellure), Po (Polonium))

* Colonne 18 : Hercule Negligea d' Arracher le Korsage de Xena et Ronfla
(Pour : He (Hélium), Ne (Néon), Ar (Argon), Kr (Krypton), Xe (Xénon), Rn (Radon))

clinoeil clinoeil clinoeil

A plus tard
Khalida.

"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
Répondre |  | 

Aller au forum