Forums

 
Forums de généalogie, entraide généalogique - Filae.com
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 8 juin 2008 12:06



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569
bonjour tout le monde
Bénédicte Christophe

j'aurai aimé vous en offrir des vrais de mon jardin.. en voici d'autres


"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
André.V21
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 8 juin 2008 13:13



Inscrit le: 26/08/2005
Messages: 2 299
Bonjour à toute la file!

Vous êtes trop nombreux pour vous énumérer....

Je voudrai revenir sur le très vieux four communal présenté par Bénédicte....
Dans ma région et d'autres on les appelle encore "four banal", mot lié aux banalités ou redevances payées au seigneur qui se devait de mettre à la disposition des habitants du village ce four...
ce qui me donne l'occasion de parler du "FOURNIER"....devenu un patronyme très commun....
Instauration d'un impôt : le ban.
Tous les habitants d'un périmètre donné, étaient obligés d'apporter à moudre leurs céréales au moulin à eau, propriété du seigneur laïc ou ecclésiastique (d'où les noms "moulin banal" et "four banal").

Un agent seigneurial : le fournier.
Il semble qu'à chaque fois qu'un nouveau village était créé, on édifiait une chapelle et un four à pain. Les cuissons et la gestion des redevances étaient confiées au fournier. Le coût de cuisson se situait aux alentours d'une tourte due pour une quinzaine de cuites.

1080 : apparition en Europe des moulins à vent dont les croisés avaient pu observer les détails de construction et apprécier le fonctionnement en Orient .La construction des moulins à vent à des milliers d'exemplaires, témoigne au cours du Moyen-Age d'une progression des céréales et, par conséquent, de la consommation du pain.
"/>[/img]


Un spécialiste urbain : [i]le talmelier
.
Talmelier serait l'ancien nom des boulangers français. Deux hypothèses quant à l'origine de ce mot : talmelier dériverait de tamiser, ou bien de taler qui signifiait battre (idée de pétrissage) et mêler. Le mot boulanger apparaît plus tardivement vers la fin du 12ème siècle.
André.V21
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 8 juin 2008 13:36



Inscrit le: 26/08/2005
Messages: 2 299
Rebonjour,
Après vous avoir mis l'eau à la bouche,
Voici un exposé plus complet ...autour du PAIN....

on pense que les premières céréales ont été cultivées en Mésopotamie, il y a environ 12 000 ans. on a retrouvé au Proche-Orient des fours à pain vieux de près de 8000 ans. Les pains les plus anciens qui ont été retrouvés (à Twann en Suisse, et à Montmirail en France), ont plus de 5000 ans. C?est en Égypte que la panification a été amélioré au cours des siècles. Grecs et Romains ont rapporté ce savoir-faire en Europe. Les Romains l?ont ensuite diffusé dans leurs colonies.

pompei
Four et meules (Pompéi) - Photo © Voyagevirtuel


Athénée (érudit et grammairien grec, mort au III? siècle ap. J.-C.) répertorie, dans son ouvrage Deipnosophistaí (Le banquet des sophistes), un grand nombre de pains de toutes variétés. on peut citer par exemple les pain mollets à l?huile et au lait, les pains boletins avec des graines de pavot. Pline l?Ancien (I?? siècle après J.-C.) parle de pains ostrearii (d?ostrea : l?huître) que l?on sert déjà avec ces coquillages. on a retrouvé des pains dans des fours à Pompéi, qui peuvent donc être datés de 79 après J.-C., date à laquelle une éruption du Vésuve a ensevelie la ville sous les cendres.

apprenti
L?apprenti boulanger. Albucasis (v. 1390) BnF, Manuscrits, NAL1673 fol. 56.
"/>"/>

Au Moyen-Âge le paysan fait le plus souvent son pain à la maison, sinon il doit payer une taxe au seigneur pour faire moudre son grain au moulin, et une autre pour le faire cuire au four. Moulins et fours sont alors banaux (banal : qui appartient au seigneur).

À cette époque le pain est souvent de mauvaise qualité, les céréales sont peu riches en gluten ; on laisse trop de son dans la farine. Aux périodes de disette, on mélange à la farine de la paille et parfois de la terre. Le pain rassit très vite ; pour pouvoir le consommer plus facilement on le met dans les soupes.

on connaît alors trois « poids » de pains : le doubleau, un grand pain vendu par trois. La demie, et la denrée qu?on achète « treize à la douzaine » (le talmelier en donne une de plus avec chaque douzaine achetée). Le prix de chaque pain ne change pas, mais il pèse plus ou moins lourd selon la cherté du blé. À partir du XIV? siècle, le pain sera pesé pour être vendu au poids, comme cela se fait encore aujourd?hui.

Le talmelier, qui exerce en ville, aurait été ainsi nommé soit parce qu?il tamisait la farine, soit parce qu?il talait (battait, pétrissait) le pain. Le nom de boulanger n?apparaît que vers la fin du XII? siècle. Le talmelier fait quatre pains : le pain blanc avec les meilleures farines, le pain bis-blanc, le pain de broyé ou brié (dont la pâte épaisse est travaillée avec deux bâtons) et le pain bis. Et aussi des pains « fantaisie » : l?échaudé (gâteau parfumé avec des graines d?anis) le pain mollet, et le pain d?épices.

on peut faire du pain avec toutes sortes de farines autres que la farine de blé : La farine de seigle, utilisée dans la composition du pain d?épice et pour les blinis (sorte de petites crêpes épaisses d?origine russe). La farine de sarrasin dont on fait en Bretagne les galettes (crêpes au « blé noir »). La farine de châtaigne, souvent mélangée à de la farine de blé. La farine d?épeautre (variété de blé qui a été longtemps cultivée, au grain petit et très dur). La farine de pois chiche avec laquelle on fait à Nice les panisses, sorte de pain que l?on coupe en fines tranches et que l?on fait frire à l?huile d?olive. La farine de gruau (la pellicule qui entoure l?amande de blé) qui entre dans la composition du kouglof d?Alsace. Et bien d?autres encore comme les farines de riz, de soja, de manioc, de millet, de pommes de terre, etc.



Saint Honoré est le saint patron des boulangers. on raconte qu?étant adolescent, il n?était pas trop sage. Un jour il dit à sa nourrice, tandis qu?elle met le pain dans le four, qu?il veut devenir prêtre. Elle lui répond, moqueuse : « Et quand ma pelle aura des feuilles, tu seras évêque ! ». C?est alors que n?en croyant pas ses yeux, elle voit pousser des petites feuilles bien vertes à sa pelle.

En 1202, un boulanger de Paris donne un terrain pour qu?on y construise une chapelle en souvenir de ce miracle. on le fête le 16 mai, jour de la Fête du Pain dans bien des boulangerie de France.
Bonne lecture,
André
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 8 juin 2008 15:00



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
bravo bravo André et merci pour ce travail très interessant sur le fournier et le talmelier...

je remets l'image de l'apprenti boulanger qui n'est pas sortie:



Voici une voiture de boulanger du siècle denier (tirée par un attelage de chiens)



Et un autre exemple de four banal, plus complexe que celui des Cevennes, à Saint Laurent la Roche dans le Jura:


l'extérieur


et l'intérieur.


:bisou:
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 8 juin 2008 19:54



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bon Joelle, je suppose que ton après midi aura été devant la télé pour voir le...



:bisou:
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 8 juin 2008 20:54



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Bonsoir à tous,
He oui Béné Tennis hier, Tennis aujourd'hui,
Cueillette de la fin des cerises, confiture, (on pouvait pas tout manger et il en reste encore)
et pour finir dépannage de la voiture en panne de batterie. Hier au soir la fête jusqu'à 2 h du Mat.

Week end bien rempli.

Merci à André pour cet exposé sur les fourniers et tamelier.

Demain je ne sais pas encore ce que je vais vous raconter, mais la nuit porte conseil.

Bonne soirée et gros Bisous



"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 8 juin 2008 22:40



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonne nuit

A demain Joelle.



:bisou:
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 9 juin 2008 06:27



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonjour,

c'est marrant ,
les anciens propriétaires et constructeurs de mon Moulin
s'appelaient FOURNIER et vers les années 1940
quand ils ont arrêté la fabrication de la farine ,
ils sont devenu Boulanger

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 9 juin 2008 08:03



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569
Bonjour tout le monde,
Désolée pas très inspirée en ce moment pour idées métiers d'autrefois, heureusement que vous êtes là!bravo bravo à vous pour tous ces sujets.

à très bientôt. khalida.
"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 9 juin 2008 10:13



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Bonjour Béné et toute la sympathique file des métiers.
Toujours pas de soleil sur le sud ouest. C'est vraiment pas juste!!!!!!

Bonne journée A+

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 9 juin 2008 10:27



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Il n'arrête pas de pleuvoir chez moi...c'est un comble!

Enfin...il faut se resigner..

Je ne sais pas si Joelle aura eu une idée lumineuse cette nuit.... mais moi je vais essayer d'éclairer votre lanterne...

Allumeur de réverbères.
.




Cette profession consistait à allumer les réverbères d?un quartier à la tombée de la nuit, et de les éteindre au petit matin.


Histoire de l?éclairage public

Dès l'Antiquité, à Rome sur l'"Avenue blanche" d'Antioche, des chandelles déposées dans des niches, avaient pour but d'éclairer les pas des noctambules. Elles étaient fabriquées avec de la filasse enduite de cire et de poix. A Ephèse, la célèbre Arcadiané (avenue reliant la ville au port) était bordée de portiques couverts, pavés de mosaïques et éclairés par une cinquantaine de lampes. Seules les grandes cités étaient pourvues d'un tel aménagement urbain, les édiles ne s'en préoccupaient généralement pas par manque de budget approprié ou par crainte des incendies. Ils préféraient laisser aux habitants le soin d'illuminer le devant de leur porte, plus pour signaler leur propre échoppe que pour éclairer la rue.
La bougie, comme on peut s'en douter, a été le premier type d'éclairage des rues. La lumière émise, très insuffisante, signalait les lieux de débauche. Les chandelles brûlaient aussi devant des statues ou des images pieuses. A Paris, en 1318, les meurtres étaient si fréquents aux abords du Châtelet que Philippe V "Le Long" ordonna qu'une chandelle soit entretenue toute la nuit à la porte du palais; une deuxième chandelle éclairait les abords de la tour de Nesle et une troisième, le cimetière des Innocents.
---Afin d'améliorer l'éclairage, des recommandations - peu suivies - ont été prises, de temps à autre, à partir de 1524: celles-ci enjoignaient aux habitants d'allumer au premier étage de leur maison une lanterne ou de placer une bougie à la fenêtre de leur habitation. Mais les chandelles n'ont pas une durée de vie très longue: au plus, quatre ou cinq heures, et une fois les bougies éteintes, les malfrats redevenaient les maîtres de la ville (ils détroussaient les manants ou pillaient les riches demeures seigneuriales). Henri II tenta d'améliorer la situation et en 1558, il exigea qu'un falot fût allumé au coin de chaque rue de dix heures du soir à quatre heures du matin. "Où les rues seraient si longues que lesdits falots ne puissent éclairer d'un bout à l'autre, il en sera mis au milieu desdites rues". Au début, la période d'éclairage était fixée à quatre mois, mais jugée insuffisante, elle fut portée à cinq mois et dix jours (arrêt du Parlement du 23 mai 1562). Cependant l'éclairage était loin d'être parfait car les falots émettaient seulement une lueur rougeâtre et beaucoup de fumée (émise par la résine et l'étoupe des falots). Puis, le succès des porte-lanternes et torches, établis en 1662 par l'abbé Laudati, donna l'idée de l'éclairage public régulier.



Lanterne à bougie.

Louis XIV fut décidé - et il y parvint - à imposer son principe en matière d'éclairage public: "clarté et sûreté". Tout d'abord, les lanternes à bougies furent uniformisées et, afin de mieux diriger l'éclairage vers la chaussée, les réflecteurs en métal poli furent généralisés. Ensuite, il fit installer les lanternes en suspension au milieu des rues ou accrochées à des potences le long des murs, y compris dans les rues éloignées. Enfin Louis XIV fit marquer bon nombre des lanternes de son blason pour rappeler aux gens celui qui était le vrai chef! C'est le lieutenant de police de Paris, Gabriel Nicolas de La Reynie, qui fit appliquer les volontés du roi; et, dès son entrée en fonction en 1667, il fit porter le nombre de lanternes à bougies dans la capitale à 2736; elles étaient installées dans 912 rues.


Installation des lanternes à Paris.

En 1721, il y en avait environ 5772 à Paris. Le touriste anglais Lister a laissé un témoignage dans Voyage à Paris: "Le luminaire est enfermé dans une cage de verre de deux pieds de haut, couverte d'une plaque de fer et la corde qui les soutient glisse de sa poulie dans une coulisse scellée dans le mur. Ces lanternes sont des chandelles de quatre à la livre et durent encore après minuit". Madame de Sévigné apprécie l'éclairage mis en place puisqu'elle raconte: "Nous trouvâmes plaisant d'aller ramener Madame Scarrron, à minuit, au fin fond du faubourg Saint-Germain, fort au-delà de Madame Lafayette, quasi auprès de Vaugirard dans la campagne. Nous revînmes gaiement à la faveur des lanternes dans la sûreté des voleurs". Ainsi l'éclairage urbain était-il devenu efficace et pouvait remplir sa principale fonction qui était de maintenir la sécurité. Seul inconvénient: tout ceci était aux frais des habitants. En 1702, l'édit qui instaura la division de Paris en vingt quartiers, créa un impôt de 300 000 livres pour l'entretien des lanternes et leur nettoiement.


Illustration des Nuits de Paris.Retif de la Bretonne.

En 1763, Charles-Marie-Antoine De Sartine, Lieutenant Général de la Police, organisa à Paris, par l'intermédiaire de l'Académie des Sciences, un concours pour la conception de lanternes d'éclairage public plus fiables et efficaces. Ce concours, déclaré infructueux, fut reconduit, et, en 1766, l'Académie retiendra la lanterne à réverbère de Dominique-François De Châteaublanc. Celle-ci fonctionna tout d'abord à l'huile de tripes, puis à l'huile de colza qui donne une meilleure flamme.


Lanternes à huile.

Elle augmenta la puissance de l'éclairage car elle était pourvue de miroirs de métal réfléchissant, de ce fait, le nombre de réverbères pour l'illumination des rues à Paris fut porté à 6 000 en 1769. L'allumage et l'entretien furent confiés à un personnel spécifique. Entre temps, la décision d'interdire l'allumage des réverbères les nuits de pleine lune fut prise, ce qui créa des mécontentements. Voici l'avis d'une personne de l'époque, Louis-Sébastien Mercier, sur l'éclairage public en 1782: "Autrefois, huit mille lanternes avec des chandelles mal posées, que le vent éteignait ou faisait couler éclairaient mal et ne donnaient qu'une lumière pâle, vacillante, incertaine, entrecoupée d'ombres mobiles et dangereuses : aujourd'hui on a trouvé le moyen de procurer une plus grande clarté à la ville et de joindre à cet avantage la facilité du service. Les feux combinés de douze cents réverbères jettent une lumière égale, vive et durable". Mercier ajoute à propos des taxes: "On fait payer tous les vingt ans, aux propriétaires des maisons, une somme assez considérable pour le rachat des boues et lanternes. La taxe surpasse de beaucoup les frais qu'il en coûte pendant ces vingt années; ce qui est une vexation de plus, que supporte le bon parisien". (Tableau de Paris, 1782). Les lanternes à huile étaient généralement suspendues au-dessus des rues ou attachées à des potences, un système de cordage permettait de les faire descendre afin de les recharger en huile et de les entretenir. Toutefois l'éclairage à l'huile comportait quand même des désavantages: la combustion de l'huile provoquait des odeurs désagréables, les vents violents entraînaient des déperditions d'huile, l'humidité obscurcissait le verre, le prix de l'huile augmentait... Pour anecdote, des procès-verbaux furent dressés pour punir les personnes qui saccageaient les lanternes.



En 1780, la lampe à huile à double flux d'air fut inventée par Ami Argand. Ce système - qui permet à un seul luminaire d'éclairer autant qu'une demi-douzaine de bougies - sera par la suite utilisé afin améliorer, une nouvelle fois, l'éclairage des rues. Cette découverte fut exploitée et commercialisée un peu plus tard par un apothicaire parisien (Quinquet) qui se permit de donner son nom à la nouvelle lampe.


Ville fin de 18ème.

Plus tard, Louis XVIII fut séduit par l'éclairage au gaz. Celui-ci commença alors à se répandre (éclairage du passage des Panoramas à Paris, en 1817). Philippe Lebon, ingénieur des Ponts et Chaussées au service du pavé, déposa son premier brevet le 28 septembre 1799, pour l'utilisation du gaz issu de la distillation du bois, pour l'éclairage et le chauffage. La substitution du gaz à l'huile se généralisa seulement vers le début des années 1830. Les premiers réverbères au gaz furent installés à Paris place du Carrousel (quatre lanternes), puis douze rue de Rivoli.


Installation des conduites de gaz à Paris.

Durant sa carrière préfectorale, Claude-Philibert Barthelot (Comte de Rambuteau) parvint à faire implanter environ 8 600 becs de gaz dans la capitale. Les réverbères à gaz étaient fixés sur des mâts en fonte ou des consoles murales.


6 lanternes à gaz rue Visconti.Paris.


L?allumeur de réverbères



Pour assurer l'allumage, l'extinction et l'entretien de ces réverbères à gaz, le nouveau et célèbre métier d'allumeur de réverbère fut créé. Ces allumeurs étaient reconnaissables de part leur long bâton muni d'une griffe et d'une lampe à alcool. La griffe servait à ouvrir le robinet de gaz qui était tenu hors de la portée des passants; la lampe à alcool - parfois remplacée par une batterie produisant une étincelle - avait pour but d'allumer le gaz. Il faut savoir que l'éclairage au gaz ne fut pas à la portée de tous, les campagnes ne connurent pas ce luxe.


Canne d'allumeur de reverberes.

"Allumer et éteindre, chaque jour, aux heures déterminées suivant les saisons, cinquante-quatre réverbères, placés le long des rues, les entretenir en bon état de propreté, signaler [...] les réparations à effectuer, enfin passer, toutes les semaines, une nuit au poste des veilleurs, tel est le principal travail de Joseph T. Y compris la garde, comptée pour 10 heures, cette besogne l'occupe environ 38 heures par semaine, soit 1 976 heures par an. Il reçoit un salaire mensuel de 102 ou 105 francs, selon qu'il s'agit d'un mois de 30 ou 31 jours; de plus il a une gratification de 5 francs payée au 1er janvier; cela fait une rétribution annuelle de 1 250 francs. Il y a quelques gratifications extraordinaires [...] presque toujours réservées aux plus anciens employés [...]. À première vue, la rétribution paraît assez élevée, car le métier est d'apprentissage facile, ne réclame guère que de l'exactitude avec un peu d'attention et laisse beaucoup de loisir. Mais quand on réfléchit que l'allumeur est obligé à des courses nocturnes toujours fatigantes, quelquefois même dangereuses pour la santé, l'impression change et le salaire semble bien gagné. Ce qui est incontestablement le plus précieux avantage de la profession, c'est la fixité de la rétribution et l'absence de tout chômage." (Paris, Firmin-Didot, 1895).



C?est grâce à l?invention du système du régulateur de pression, dit bec Bunsen, que le gaz commence à être utilisé pour le chauffage tandis que sur les façades des immeubles fleurit la plaque émaillée ?Gaz à tous les étages?.



En 1855, un traité de concession est signé entre la Ville de Paris représentée par le baron Haussmann, le préfet de police et les six compagnies de gaz. L?article 26 du traité stipule que le préfet de police a le droit d?ordonner le renvoi d?un allumeur ou d?un autre employé faisant suite à des plaintes s?il les juge fondées. Le traité prévoit aussi des retenues financières : deux francs pour chaque demi-heure de retard par bec, un franc pour l?allumeur qui ne suivrait pas son itinéraire déterminé, etc. Outre des salaires très bas pour 12 heures de travail, nombre d?ouvriers sont remerciés à l?arrivé du printemps, sans aucune garantie d?être repris à l?automne. Le 1er janvier 1856, naît la Compagnie parisienne d?éclairage issue de la fusion des six sociétés d?exploitation du gaz sur Paris. La nouvelle société aura le monopole pour une période de 50 ans. En 1866, elle emploie pas moins de 2 990 personnes dans l?éclairage.


Nettoyage d'un réverbère.

En 1878, Edison invente l?ampoule à incandescence. Pour la France, le grand départ de l?industrie électrique commence entrant, 50 ans après le gaz, dans l?histoire de l?éclairage, et venant ainsi le concurrencer. En 1881, l?incendie du théâtre de Montpellier, causé par le gaz, conduit à la mise en place de l?éclairage électrique du centre ville. La fin des années 1930 verra la disparition du dernier allumeur de réverbères.

:bisou:
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 9 juin 2008 11:17



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
bravo bravo Béné pour ces allumeurs de reverbères.

Quant à moi pas d'idée lumineuse, j'avoue que je suis même carrément en panne d'inspiration.

Merci d'avoir pris le relais, j'espère que çà va revenir.

Bisous
à tout à l'heure

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 9 juin 2008 12:54



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963


Bon tu vois Joelle, Sibie a trouvé de quoi t'inspirer....

Sinon vu l'ambiance, je te propose fabricant de parapluiesMr. Green






En tous cas je vais te laisser travailler: ce soir me viennent ma fille et mon petit suisse...je vais être plûtot occupée durant une dizaine de jours....


:bisou:
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 9 juin 2008 13:06



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Super Béné tes parapluie

Bon je termine mes confitures et j'ai trouvé qq sujets + les idées de Sylvie je suis sauvée.

Bisous à ton petit suisse et à ses parents. J'espère que vous aurez du soleil.
A+

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 9 juin 2008 17:21



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
coucou

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 9 juin 2008 18:34



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Salut ma Sylvie,

je t'en mets de coté des confitures de cerises.
Tu viens quand les chercher????????

Demain je remets le nez dedans, mais cette fois ci je vais faire de la gelée de cerises. Faut bien changer un peu.

J'ai aussi qq framboises, mais pas assez pour faire des conserves.

Bon je ne vous abandonne pas pour les reportages, mais j'ai aussi remis un peu d'ordre dans ma généalogie, et là y a du boulot.

Ce soir réunion de quartier, demain courses en ville, peut être coiffeur si j'ai le temps.

En fait heureusement qu'il n'y a pas trop de soleil, sinon je n'aurais même plus le temps de venir vous voir.

Bisous à tous

Bonne soirée

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 9 juin 2008 20:00



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Bonne soirée à tous
à demain

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 9 juin 2008 20:15



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonne soirée ,ici en Vendée les cerises ne sont pas encore mures

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 9 juin 2008 20:45



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Liste des métiers déjà étudiés p15

Bonne soirée à tous.

:bisou:
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 10 juin 2008 09:11



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Je profite que ça dort encore chez moi pour vous faire un petitHiding

Ici, toujours la pluie...


:bisou:
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 10 juin 2008 11:39



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Bonjour Béné, Khalida, Sylvie
et tout le monde

Ce matin, pas fait tout ce que je voulais.
rentrée tard de réunion, levée tard, equeuter et dénoyauter 10 kg de cerises. Je suis épuisée.

A tout à l'heure.


fabrique de fouets à LARROQUE DES ALBERES

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 10 juin 2008 11:52



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonjour la file.
De retour de la sarthe ou il n'a pas plu.
bravo à nos repporters favorites et favorit. WOW
Faute de grève, aujourd'hui, c'est RTT forcé!

Sad
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 10 juin 2008 11:57



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Joëlle : SUPER tes vanniers avec les bottes d'osiers! Thumb Up Comme j'aurais aimé avoir en ma possesssion une telle photo de mes ancêtres... Rolling Eyes
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 10 juin 2008 15:08



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Pour jean marc

d'autres vanniers à Ceret (66)



"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 10 juin 2008 15:10



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
et un feuillardier



"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 10 juin 2008 17:33



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
HOP

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 10 juin 2008 20:13



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonsoir

Passé l'après midi au zoo.... maintenant un peu de repos.

Bonne soirée.

:bisou:
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 10 juin 2008 20:42



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Joëlle : Re SUPER !Ces paniers, c'est pour la cueilletes de vos cerises?
Bonne soirée.
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 10 juin 2008 21:01



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Bonne soirée à tous
Béné bisous et fait attention aux orages!!!!!!!
à demain

Le veilleur de nuit


"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 10 juin 2008 23:41



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569
fou fou
on admet : Jean Marc ne prend pas son RTT
et il arrive à son bureau......Smile Smile




C'est pour rire en attendant les bonnes idées de sujets métiers anciens
A bientôt
"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 11 juin 2008 05:04



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonjour ,je risque d'être absent de la file pour quelques jours ,des problèmes avec l'installation d'internet au Moulin

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 11 juin 2008 06:15



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569
bonjour CHRISTOPHE,clinoeil
encore premierThumb Up Thumb Up
bonjour tout le monde
"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 11 juin 2008 09:22



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Bonjour à toutes et tous
Gros bisous à nos chers habitués.
Dernière tournée de confiture aujourd'hui et c'et fini.
Je peux plus les voir ces cerises, j'en ai une indigestion.

A tout à l'heure

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 11 juin 2008 10:02



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Un petit coucou rapide en pasant..

OK Christophe, pas d'internet
pour le meunier....

Tu vois Joelle, tout le monde t'envie tes confitures...





Bonne journée
:bisou:
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 11 juin 2008 11:35



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Les manuscrits enluminés


Saint Marc
Heures à l'usage de Rome
Bruges, vers 1510-1525
Rouen, Bibl. mun., ms. 3028 (Leber 142), f. 65



Qu'est-ce qu'un manuscrit enluminé ?


Posture et outils du scribe
(pupitre, rouleau et deux poids pour le maintenir,
plume, canif, casier à livre)
Gilles de Rome, Le gouvernement des princes
Paris, 1372
Besançon, Bibl. mun., ms. 434, f. 103v


Le mot manuscrit vient du latin : manus (main) et scribere (écrire), c'est-à-dire un texte écrit à la main.

Les termes de «miniature» ou d'«enluminure» sont fréquemment employés pour désigner la décoration peinte dans les livres. Celui de «miniature» provient de l'italien «miniatura», lui-mème issu du verbe latin »miniare», c'est-à-dire «enduire de minium» - un oxyde de plomb de couleur rouge utilisé pour tracer les initiales et les titres appelés rubriques. Une miniature désigne, au sens large, la représentation d'une scène ou d'un personnage dans un espace indépendant de l'initiale.

Le verbe latin «illuminare» (éclairer, illuminer) a donné le mot français «enluminer». Ce terme regroupe aujourd'hui l'ensemble des éléments décoratifs et des représentations imagées exécutés dans un manuscrit pour l'embellir, mais au xiiie siècle il faisait référence surtout à l'usage de la dorure.


Frontispice présentant le nom A/MANDUS dans un tapis d'entrelacs
Saint Amand dans l'initiale historiée A
Vie et miracles de saint Amand
Saint-Amand, milieu du xiie siècle
Valenciennes, Bibl. mun., ms. 501, f. 10



La confection des manuscrits

Jusqu'au xiie siècle, les manuscrits sont copiés dans les établissements ecclésiastiques, principalement les abbayes, où ils servent à célébrer le culte et à nourrir la prière et la méditation. À partir du xiiie siècle, un artisanat et un marché laïcs se développent avec l'essor de l'université et des administrations et l'émergence d'un nouveau public amateur de livres.


Scribe au travail
(prise de notes sur un cahier de parchemin
et consultation d'un ouvrage installé sur une roue à livre)
Grandes chroniques de France
Troyes, début du xve siècle
Toulouse, Bibl. mun., ms. 512, f. 1


La confection d'un manuscrit est un travail réalisé en plusieurs étapes. Jusqu'au xive siècle, le texte est écrit sur une peau de bète (veau, mouton ou chèvre) appelée parchemin ; on l'obtient au terme d'une longue série de manipulations. Le parchemin est découpé en feuilles qui sont regroupées en cahiers. Le papier, fabriqué à partir du chiffon, est une invention chinoise transmise par les Arabes. Il apparaît en Espagne au xiie siècle, mais son usage demeure rare en France avant le xive siècle, lorsque les premiers moulins à papier sont installés à Troyes.


Saint Jean écrivant, dans l'initiale historiée Q, et l'aigle son symbole
(le pupitre est fixé à la chaise par un bras articulé ; saint Jean écrit sur des pages réglées à l'encre, alors que le manuscrit de Cambrai est réglé à la mine de plomb)
Cambrai, vers 1266.
Cambrai, Bibl. mun, ms. 190, f. 11v



Sur chaque page, des lignes verticales et horizontales sont tracées pour guider l'écriture : le scribe réalise sa copie lentement avec une plume d'oiseau ou un roseau effilé appelé un calame qu'il taille avec un couteau. Le texte est écrit à l'encre noire, les rubriques ou titres à l'encre rouge.


Rufillus, copiste et enlumineur, se représente au travail
(son nom est inscrit au-dessus de l'initiale historiée D)
Saint Ambroise, Hexaméron
Weissenau (Souabe), 4e quart du xiie siècle
Amiens, Bibl. mun., ms. Lescalopier 30, f. 29v



Dans les espaces réservés par le copiste au début des textes, l'enlumineur peint les miniatures et les initiales ornées ou historiées et, dans les marges, il peut réaliser les rinceaux, petites scènes ou drôleries.



Du dessin à la peinture : décors inachevé et enluminé
(en haut : dessin préparatoire à l'encre de l'initiale historiée N ;
en bas : initiale historiée D enluminée à l'or bruni et à la peinture gouachée)
Bréviaire de Renaud de Bar
Metz, vers 1302-1305
Verdun, Bibl. mun., ms. 107, f. 152v (haut) et 134v (bas)


Enfin les cahiers sont cousus ensemble, les plats de bois sont fixés sur les nerfs de couture et l'ensemble est protégé par une couvrure de peau de truie, de chèvre, de mouton ou mème de cervidé. La reliure est parfois décorée, notamment par estampage à froid de petits fers juxtaposés. Les livres précieux du culte peuvent ètre dotés de reliures comportant des ivoires et de l'orfèvrerie.


Saint Augustin écrivant à côté d'un armarium (armoire à livres), protégé par un rideau
Livre de prières de Clément VII
Avignon, vers 1378-1383
Avignon, Bibl. mun., ms. 6733, f. 55



SourceInstitut de recherche et d'histoire des textes (CNRS)









"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 11 juin 2008 12:03



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonjour à toutes et à tous. :bisou:
Aujourd'hui, c'est encore grève! Crying or Very sad
Pour info à Khalida, je ne travaille pas vraiment dans un bureau : j'exerce mon métier dans les rues .
Je suis l'équivalent de la police municipale (métier déjà étudié ) mais à Paris, la dénomination exacte est Agent de Surveillance de Paris.
Remarqué que les automobilistes doivent être content de ne pas me croiser. Laughing
Néanmoins, j'ai bien aimé l'image montrant un individu allant à sa place pour travailler alors que autrees sont en grève.
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 11 juin 2008 13:37



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonjour Sibie. :bisou:
Bonne ballade.
Pour ce qui est du mauvais temps, bien que je souhaite qu'il fasse tous les jours beau, vaut mieux que la pluie ne tombe pas aujourd'hui, surtout s'il a plu dimanche (St Médard)car nous sommes le jour où "St Barnabé coupe le robinet". clinoeil
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 11 juin 2008 15:53



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
après les cerises : les olives



"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 11 juin 2008 17:43



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
bon anniversaire Sylvie


Plein de gros bisous

T'inquiète j'ai pas d'oliviers dans le jardin
mais demain j'attaque les framboises

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 11 juin 2008 18:11



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bon anniv' Sylvie. bravo Thumb Up
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 11 juin 2008 20:59



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bon anniversaire Sibie.

T'inquiete pas, je ne crois pas que Joelle trouvera beaucoup d'oliviers là où elle est....



bravo Joelle pour les enlumineurs, encore un métier qui m'aurait bien plu...

Bonne soirée.
:bisou:
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 11 juin 2008 21:07



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Bonne soirée à toutes et tous
Nous sommes sous les orages



"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 11 juin 2008 22:51



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Evidement, la grève est fini, le beau temps aussi! Sad
Pour l'instant le ciel essonnien n'est pas couvert de vilains nuages porteurs de pluie. Pour combien de temps ? reflechis
Bonne nuit, demain, c'est retour au boulot.
Bonne soirée à toute la file. Sleeping
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 12 juin 2008 08:22



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569



A très bientôt

"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 12 juin 2008 08:25



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569
Hiding particulier aux habitués
clinoeil clinoeil
à très bientôt tous.
"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
Jean-Marc.L30
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 12 juin 2008 11:16



Inscrit le: 14/09/2005
Messages: 937
Bonjour à toute la file.
Un petit coucou avant de prendre le train pour aller au boulot, même si le temps n'est pas au beau fixe.
Smile
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 12 juin 2008 13:12



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Bonjour à tous
ce matin pas d'internet suite aux gros orages d'hier au soir
Enfin c'est revenu.

Trop de choses à faire cet après midi,je repasse ce soir
Bisous



"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 12 juin 2008 13:16



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous.


Chez moi beau temps..... matinée à la....




Bonne journée.
:bisou:
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 12 juin 2008 14:49



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569
petit coucou


"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
khalida.137
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 12 juin 2008 14:55



Inscrit le: 04/04/2008
Messages: 1 569

"Il faut être passionné pour réussir sa vie."
Répondre |  | 

Aller au forum