Forums

 
Forums de généalogie, entraide généalogique - Filae.com
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 7 mars 2008 15:19



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
EN PARLANT DE MONTER
UN PETIT COUP D ASCENSEUR

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 7 mars 2008 17:26



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
hop

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Michel.L2227
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 7 mars 2008 19:39


Inscrit le: 11/12/2007
Messages: 527
bonne soirée
Michel.L2227
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 7 mars 2008 19:40


Inscrit le: 11/12/2007
Messages: 527
bonne soirée à toute la file
Michel
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 7 mars 2008 21:52



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonne nuit à tous et bon week-end:bisou:
Michel.L2227
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 7 mars 2008 22:29


Inscrit le: 11/12/2007
Messages: 527
mon truc en plume..........rire
o weekend
Michel
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 8 mars 2008 06:03



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonjour

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 8 mars 2008 10:46



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonne journée à tous

Aujourd'hui, journée de la femme et veille d'élections municipales. voici les premières conseillères municipales en France. à Louviers (27) en 1936




Rappelons que le droit de vote a été accordé aux femmes en France le 21 avril 1944...
:bisou:
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 8 mars 2008 11:00



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Bonjour tout le monde
Michel, tu as changé ton avatar, j'ai me bien le chat
Béné bon week end et bisous
a+

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 8 mars 2008 11:24



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Des arguments pour le vote des femmes


Outre le droit naturel des femmes à être citoyennes, le civisme, les compétences des femmes à titre professionnel et bénévole dans les domaines social et sanitaire, le militantisme féminin pour la paix sont des thèmes omniprésents dans la campagne suffragiste.

"Nos pancartes de propagande". Carte postale (?) de la Société pour l'amélioration du sort de la femme et la revendication des ses droits.
Reprod. photogr. Original BMD.



Dans les années 1920, la Société pour l?amélioration du sort de la femme et la revendication de ses droits ne manque pas d?arguments en faveur du droit de vote, présenté comme la solution aux fléaux sociaux. L?idée que les femmes sont, du fait de leur expérience ou de leur " nature ", plus sensibles que les hommes aux questions sociales et à la paix, n?a pas complètement disparu du discours contemporain.



"- Mais, Mademoiselle, du train où nous allons, on verra des femmes ministres, ambassadeurs? Ah ! Qu'en auraient dit nos ancêtres ?
- Ils diraient peut-être qu'ils ont vu des femmes dicter leurs ordres à des ministres et casser des ambassadeurs. "
Reprod. photogr. Original BMD.



Dessin humoristique de la féministe Suzanne de Callias (années 1920) : le pouvoir de certaines femmes sous l?Ancien Régime (en dépit de la loi salique) est parfois mis en avant dans le débat qui oppose les féministes à leurs adversaires républicains, persuadés d?incarner le progrès, mais oublieux des droits des femmes.





"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Michel.L2227
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 8 mars 2008 11:52


Inscrit le: 11/12/2007
Messages: 527
bonjour à tout le monde
oui il faut s'adapter
bon weekend
MichelSmile
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 8 mars 2008 13:14



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Pour toi Michel... que ça t'aide à t'adapterLaughing



:bisou:
Lucie83
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 8 mars 2008 14:10


Inscrit le: 10/02/2008
Messages: 611
Bonjour à tous,

Mon AGP était mouleur dans les Ardennes en 1919. Pas d'autres précision sur l'acte en ma possession.
Pourriez-vous m'éclairer et peut-être m'aider à trouver des images représentant ce métier?
Merci à Bénédicte qui m'a si gentiment répondu sur la file des prénoms!

Lucie.
Absolument passionnant ce sujet!bravo
http://gw.geneanet.org/lucie83
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 8 mars 2008 16:17



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
HOP

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 8 mars 2008 17:40



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Salut Joelle

Bonjour Lucie

Un mouleur est celui qui travaille avec des moules... il y en a donc plusieurs. Je vous mets celui qui je pense doit correspondre pour l'époque. Je ne ferai que citer les autres

Mouleur en Fonderie Mouleur en sable

Celui qui réalise les moules qui serviront à couler le métal en fusion pour fabriquer des pièces de fonderie.

La fonte, en sidérurgie, est un alliage de fer riche de 2,1 à 6,67 % de carbone, en-dessous de ce pourcentage ce sont les aciers et les fers industriels.


Historique

Le Moyen-Age réserve aux non ferreux le savoir du mouleur et du fondeur, le fer étant quant à lui consacré à la fabrication des outils et des armes.
Jusqu'au XVème siècle, le fer ne se fond pas : il se laisse battre.
Les historiens n'ont pas encore identifié avec certitude le lieu et le temps où les nouvelles formes du fourneau permirent la production de fonte. Ce métal cassant, impropre au forgeage, fut sans doute considéré au départ comme un déchet. Mais, peu à peu, il apparaît que ce produit dédaigné peut se "jeter en moule", comme les métaux non ferreux, et prendre les formes les plus diverses (instruments d'usage domestique, taques de cheminées, etc.). La fonte finira par concurrencer les alliages du cuivre et devenir en quelque sorte le "bronze du pauvre".
Si la substitution du coke au charbon de bois fut la solution au manque croissant de combustible, cette évolution technologique a aussi été le début d'une nouvelle ère culturelle. La métallurgie du XIXème siècle, le lieu privilégié d'interaction entre la science et les techniques, marque le début de l'ère industrielle.(....)

Travail du mouleur


Voici la description du travail de deux mouleurs

L'un dans une petite fonderie:

Pour obtenir par moulage plusieurs pièces identiques, il faut au préalable établir un modèle puis, à l'aide de ce modèle, confectionner des moules, généralement en sable, dans lequel on verse le métal en fusion.
Le modèle est construit en bois sec et capable de prendre un certain poli : sapin pour les modèles de grandes dimensions et noyer pour les petits modèles.
Le crottin de cheval était utilisé pour consolider le sable qui devait constituer le noyau. Il était d'ailleurs fréquent autrefois de ramasser le crottin pour le vendre aux petites fonderies artisanales.
Une fois la fonte refroidie, le démoulage pouvait s'effectuer. Restaient alors les opérations de finition : ébarbages au burin et/ou à la lime.
(Extraits du site maredret.be petit patrimoine.)

L'autre dans une fonderie plus importante:



moment du coulage du métal dans les moules

Le dur métier d'ouvrier mouleur est au coeur du travail des fonderies. Le mouleur est un ouvrier hautement qualifié qui doit faire preuve d'habiletés acquises au cours de nombreuses années d'apprentissage, commencées dès l'age de 13 ans. De plus, une grande force physique lui est nécessaire dans l'accomplissement de son travail. D'ordinaire, c'est à 50 ans que l'ouvrier termine sa carrière après plus de 35 ans de dur labeur.
La journée de travail de l'ouvrier mouleur débute par l'installation des cadres dans lesquels les moulages vont être faits. Ensuite le sable, , est mélangé à de la poussière de charbon et à de l'argile, puis disposé dans les cadres et humecté. L'impression du moule dans le mélange sablonneux permet de créer l'empreinte dans laquelle le métal en fusion va prendre forme. Jusque là, l'ouvrier mouleur obtient l'aide de journaliers qu'il paye à même son salaire et qui lui permettent de préparer un maximum de moulages. Vient ensuite, en toute fin d'après-midi, l'opération finale où le métal en fusion est transporté, au pas de course, du fourneau aux moules. Imaginez le poids (environ 20 kilos), et surtout la chaleur, que l'ouvrier devait supporter. Cette étape du travail ne dure qu'une quinzaine de minutes et est effectuée par l'ouvrier mouleur seul. Il ne lui reste plus qu'à défaire ses moules lorsque le métal est refroidi et à les envoyer à l'atelier d'usinage et de peinture.

Il existe d?autres mouleurs

Mouleur en platre,Mouleur statuaire (=figuriste):
fabricant et marchand d?objets moulés en plâtre




Mouleur dans une fromagerie:
celui qui est chargé de mouler les fromages.

Mouleur en pipes :
ouvrier pipier chargé de la mise en moule et de la cuisson des pipes de terre.

Mouleur de briques
celui qui est chargé de mettre l?argile dans les moules pour fabriquer des briques.

et sûrement il y en a d'autres....

Bon Week-end

marika83
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 8 mars 2008 18:00



Inscrit le: 06/03/2006
Messages: 21 479
bonjour!ma grand mere paternelle a été chapeliere et aussi monteuse de film possedez vous des documents sur les ateliers de chapeaux?
votre file est tres interressante je salue benedicte que je connais ailleurs
amicalement

http://archives.cantal.fr/
http://www.genealogie.com/v4/forums/recherches-genealogiques-le-var-83-ad-en-ligne-aide-t1202529.html
http://www.archives.var.fr/article.php?laref=1



BRUN MOUTIER MIALLET MAFRAND LAMOURE 19 83 Indochine 59
28_ 43 75 15 63 MERLE BOREL BUISSON CHADENIER ROQUES BAUDOUX ....
Lucie83
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 8 mars 2008 18:04


Inscrit le: 10/02/2008
Messages: 611
En effet, c'est un vaste sujet! Un grand merci pour vos recherches,je suis ravie, j'imprime le tout et je le classe dans mon classeur "généalogie"!

Bonne soirée.
Lucie.
http://gw.geneanet.org/lucie83
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 8 mars 2008 18:18



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour Marika

Pour le chapelier regarde en page 21

Pour la monteuse de film es-tu sûre qu'il s'agit de film et non pas de fil..... étant chapelière ça me parait étrange.....
etrange

et je n'ai pas pu mettre ceci en haut de page...je le mets ici:

Liste des métiers déjà étudiés p15
Michel.L2227
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 8 mars 2008 18:29


Inscrit le: 11/12/2007
Messages: 527
Bene
areuh arheu et oui je suis immatureVery Happy
bon weekend
Michelfou
marika83
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 8 mars 2008 18:30



Inscrit le: 06/03/2006
Messages: 21 479
non non c'etait des films de guerre pendant la guerre
merci pour page 16 et 21

http://archives.cantal.fr/
http://www.genealogie.com/v4/forums/recherches-genealogiques-le-var-83-ad-en-ligne-aide-t1202529.html
http://www.archives.var.fr/article.php?laref=1



BRUN MOUTIER MIALLET MAFRAND LAMOURE 19 83 Indochine 59
28_ 43 75 15 63 MERLE BOREL BUISSON CHADENIER ROQUES BAUDOUX ....
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 8 mars 2008 19:20



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Michel...c'était de l'humour..:bisou:

Marika, difficile de trouver quelque chose sur cette époque-là...
ce que je trouve parle du métier actuel...mais bon, un petit queque chose:

Monteuse de film

Définition générale; La monteuse sélectionne et assemble chacune des prises tournées par le cameraman jusqu?à former un film cohérent et rythmé capable de capter au mieux l?attention du spectateur.



Comment travaille-t-elle ?
A l'issue d'un tournage, la monteuse récupère l'ensemble des rushs, c'est à dire toutes les images qui ont été tournées. Puis elle les visionne et les classe C'est le dérushage. Elle passe alors au montage proprement dit, en déterminant quelle image débutera ou conclura un plan. Elle crée des raccords entre les scènes filmées et cale les images avec les sons : dialogues du film, sons extérieurs, doublages ou musiques d'ambiance. Elle travaille en étroite collaboration avec le réalisateur ou le journaliste pour respecter la volonté initiale de ce dernier.



Dessin du peintre Alexandre Hinkis qui a travaillé comme architecte décorateur dans l?industrie cinematographique dans les années 40.

Hinkis dessine avec minutie des monteuses au travail. Tous les éléments indispensables à leur métier sont là. Pendant que la monteuse, à gauche, est à sa table de montage, l'assistante, à droite, coupe et colle la pellicule. Les bobines de film sont là, prêtes à être utilisées


Bonne soirée
Michel.L2227
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 8 mars 2008 19:33


Inscrit le: 11/12/2007
Messages: 527
Smile j'espere bien
:bisou:
michel
marika83
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 8 mars 2008 19:41



Inscrit le: 06/03/2006
Messages: 21 479
merci beaucoup bene j'ai copie c'est tres sympa !
bonsoir à michel

http://archives.cantal.fr/
http://www.genealogie.com/v4/forums/recherches-genealogiques-le-var-83-ad-en-ligne-aide-t1202529.html
http://www.archives.var.fr/article.php?laref=1



BRUN MOUTIER MIALLET MAFRAND LAMOURE 19 83 Indochine 59
28_ 43 75 15 63 MERLE BOREL BUISSON CHADENIER ROQUES BAUDOUX ....
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: samedi 8 mars 2008 21:38



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonne nuit à tous Smile Smile
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 9 mars 2008 09:37



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
BONJOUR A TOUS
BENE JE VOIS QUE TU AS EU DU BOULOT CE SAMEDI
MICHEL OU EST TON SENS DE L HUMOUR?
BON DIMANCHE A TOUS
A DEMAIN

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 9 mars 2008 10:47



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Salut Joelle, faut croire que c'est le week-end que les gens ont le temps de se balader....sur Internet...:bisou:

Je vous offre des gateaux




Bon dimanche
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 9 mars 2008 21:58



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonne nuit à tous.

A demain.

Michel.L2227
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: dimanche 9 mars 2008 23:49


Inscrit le: 11/12/2007
Messages: 527
Joe et Béné
je vous rassure mon sens de l'hupour est intcte heureusement
aareuh areuhVery Happy
j'adore ce genre de blagues ca change..
sinon un petit métier
Emailleur
et collecteur d'impot
bonne soirée
Michel:bisou:
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 10 mars 2008 08:31



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Bonjour la compagnie
je vois que le week end a été chargé
Michel on regarde pour tes métiers, je prend le collecteur d'impots
BISOUS A TOUS et BONNE SEMAINE
A+

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 10 mars 2008 09:12



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Pour Michel Collecteur
Personne chargée par une assemblée d'habitants, et après répartition par les asséeurs de récupérer l'argent des impôts et en particulier la taille. La fonction de collecteur n'était pas des plus prisées à cause tant de l'impopularité de la fonction que des responsabilités qu'elle impose.



Collecteurs d'impots

La naissance du Trésor Public
A partir de l'an 800 : généralisation des missi dominici

Moitié du XIe siècle : Henri Ier (1031-1060) installe des prévôts et PHILIPPE-AUGUSTE (1180-1223) créé des baillis et sénéchaux.

1190 PHILIPPE-AUGUSTE institue un bureau de comptabilité.

1320 : en janvier, ordonnance sur la séparation des ordonnateurs et des comptables. Création par Philippe V le Long (1317 - 1322) de la Chambre des comptes ;

1329 : Philippe VI crée le privilège du Trésor: (Déclaration d'Angers) le roi est payé avant tout autre créancier.

1331-1343 - Le sel ne peut être vendu que pour et au nom du roi (gabelle).

1360 - Instauration du gros, sur les ventes de boissons.

Les rois successifs du XIVe siècle renforcent par trois décisions majeures la surveillance du système financier.

* en janvier 1320 : consécration de la séparation de l'ordonnateur et du comptable.

* des agents sont spécialisés dans la seule perception des impôts. Par un système d'affermage, la collecte s'effectue par des collecteurs élus dans les élections regroupées en diocèse.

* en 1329 Philippe VI de Valois ordonne d'être payé avant tout créancier : c'est la naissance du privilège du trésor .

Les ressources ordinaires sont celles que le roi tire de l'exploitation de son domaine personnel.

Ressource dite "extraordinaire" , l?impôt devient progressivement la principale source de revenus pour la royauté.

A cette époque, les impôts indirects sont de trois ordres : les traites ( droits de douane ; 1360) la gabelle ( impôt sur le sel ;1383) les aides ( taxe à la consommation :1355)

Parmi les impôts directs on trouve la taille.

L?établissement des taxes correspondant a nos impôts directs était assuré directement par l?administration royale.

En 1355, les premiers fonctionnaires royaux sont élus pour prendre part aux États Généraux, décider des contributions extraordinaires (aides), et les recoller ; c'étaient des officiers permanents chargés de lever les impôts. En 1360, ils deviennent des fonctionnaires nommés (tout en gardant leur nom) et sont chargés de collecter les impôts dans une circonscription appelée "élection" .




La collecte des impots


"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 10 mars 2008 09:15



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Petite précision
déja dans l'évangile on parlait de collecteur d'impots
ZACHEE évangile selon
st luc

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 10 mars 2008 09:44



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Bonjour Joelle, bonjour Michel,je m'occupe de l'émailleur...

A+ :bisou:

joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 10 mars 2008 11:38



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
L?impôt de la taille


Organisation administrative

La taille est, avec le vingtième, la dîme, la capitation et la gabelle, l?un des principaux impôts directs de l?ancien régime. Elle est parfois appelée "dîme royale".
L?origine du mot " taille " est - sans preuve formelle ? généralement attribuée à l?entaille que percepteurs et commerçants faisaient sur deux règles de bois ou bâtons dont un exemplaire était conservé par le contribuable comme preuve de son paiement.
La taille est perçue par foyer fiscal en fonction d?une évaluation des revenus du contribuable faite par les collecteurs de chaque paroisse. Cet impôt est presque généralisé sur l ?ensemble du territoire (sauf en Bretagne), à l?exception de quelques villes franches de taille qui compensaient en général ce manque à gagner pour le trésor par un impôt indirect.
Comment est déterminé le montant à payer ?

. Le Roi fixe en son conseil, chaque année, le " brevet de taille ", c?est à dire le montant global de celle-ci au plan national.
. La taille est ensuite répartie entre les Généralités, c?est à dire les Provinces.
. Puis, elle est à nouveau subdivisée entre les Élections (échelon administratif comparable à nos arrondissements), puis entre les paroisses (les communes).
. Enfin, les contrôleurs de la taille répartissent cet impôt entre les contribuables, opération appelée dans le texte ci-dessus l?égallement de la taille . Les percepteurs sont les habitants des paroisses, à qui ce rôle ingrat échoit à tour de rôle selon un ordre défini dans le tableau . Ils sont redevables sur leurs bien propres des sommes qu?ils n?ont pas récoltées.


"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 10 mars 2008 11:44



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Toujours pour Michel

La Ferme générale

La Ferme générale est l'institution la plus honnie qui soit de l'Ancien Régime.

Les rois avaient pris l'habitude d'affermer par appel d'offres la collecte des taxes et des impôts indirects sur les marchandises à des financiers.

Les heureux bénéficiaires de cette charge s'engageaient à verser au roi une somme annuelle forfaitaire. Moyennant quoi, ils collectaient les taxes en question et recevaient le droit de poursuivre eux-mêmes les contrebandiers.

En 1681, Colbert, ministre de Louis XIV, regroupa les fermiers dans une Ferme générale. Celle-ci prit sa forme définitive en 1726, sous Louis XV, sous la forme d'une association de 40 fermiers établie à Paris, avec 42 directions provinciales et plusieurs milliers de personnes à son service.

La principale taxe collectée par les fermiers généraux était la gabelle ou impôt sur le sel, un produit indispensable aux paysans pour la conservation des viandes (salaisons). Son montant était très variable d'une province à l'autre et alimentait une contrebande importante. Les contrebandiers ou faux-saulniers étaient impitoyablement pourchassés par les agents de la Ferme générale, les gabelous.

Les paysans n'étaient pas les seuls à être lésés par la Ferme générale. A la veille de la Révolution, celle-ci prélevait au titre de la gabelle un total de 120 millions de livres et en reversait seulement 40 millions au roi ! Faut-il préciser que les fermiers généraux avaient une fortune qui dépassait l'entendement ? Mais beaucoup, à l'image du savant Lavoisier, n'en étaient pas moins des hommes estimables


"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 10 mars 2008 12:15



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Pour Michel

Emailleur
Il existe l?émailleur ouvrier faïencier chargé de décorer les objets en faïence (ou porcelénier,ceux de porcelaine) J?ai déjà parlé du faïencier en page 23




Aussi, je vais parler ici deL?émailleur sur métaux

:ouvrier travaillant l?émail,orfèvrerie, boutons,etc.



Emailleur à la lampe et peinture en émail pour fabriquer des perles fausses.XVIIIème

Histoire

L?émail a fait son apparition dans l?Egypte antique. Les Egyptiens connaissaient les procédés de l'émaillerie, on peut penser qu'ils auraient utilisé cette technique peu onéreuse pour des figurines, symboles et objets de culte usuels, de même que pour les statues, si souvent ornées de pierres, de bronze et d'ivoire.

L?essor de l?émail vient vraiment de Byzance. L'émail est fondu sur du métal précieux et les cloisonnés restent généralement de faibles dimensions. Les musées et les églises conservent un nombre considérable d'émaux byzantins, ottoniens et carolingiens.

L'émaillerie en Occident : L'émail connaît un essor important en Europe au cours des deux derniers siècles av. J.-C. L'émail est alors employé dans l'ornement des bijoux et des fibules. Mais c?est surtout à la fin du 15ème siècle, grâce à une nouvelle technique que l?émail a refait son apparition en France cette méthode est celle des émaux peints. L'origine de ce procédé est sans doute italienne, mais le centre de production le plus réputé devient Limoges à partir du 15ème siècle




Au Moyen Age les emailleurs ne formaient pas un corps de métiers proprement dit.Ils faisaient partie de celui des orfevres (mis à part pour les émaux peints de Limoges).



Au XVIème siècle l?émaillerie eut sa grande vogue et un certains nombres d?orfèvres,travaillant spécialement et uniquement en ce genre demandèrent à former une corporation.Les émailleurs font un corps qui doit sa formation à Charles IX par un édit du 6 juillet 1566, renouvellé en 1571 ,confirmé par Henri III,Henri IV et registré au Châtelet en 1600.Sur les requètes respectives des mâitres de cette communauté et des mîtres verriers-faïenciers, Louis XV les réunit, par un arrêt du conseil en 1706, pour ne faire à l?avenir qu?un seul et même corps,sans toutefois déroger à leurs statuts ni qualité particulière.



Les différentes techniques de l?émaillerie .

Email: l'émail brut se présente sous forme de cristaux composés de silice, de feldspath, de kaolin et d'oxydes métalliques. Ces cristaux sont pilés de façon à obtenir une poudre fine. Cette poudre, mélangée à de l'eau, est appliquée au pinceau sur une surface métallique (or, argent ou cuivre notamment) que l'on cuit à haute température (entre 800 et 1000 degrés). Ce sont les oxydes qui donnent à l'émail une gamme très étendue de couleurs.

·L'émail cloisonné : Comme l'indique leur nom, les cloisonnés consistent à séparer le support émaillé en segments de différentes grandeurs en traçant des dessins à l'aide de fil d'argent ou de fines lamelles de métal . Une fois le dessin reproduit, on les fixe avec une colle dénommée "gomme adragante" qui disparaîtra avec la cuisson. Les cloisons délimitent ainsi un certain nombre de cuvettes, correspondant aux différentes zones de couleurs. : il suffit ensuite de déposer l'émail dans chacune des cuvettes, et de cuire l'objet émaillé.




·L?email paillonné: motifs très fins, découpés dans des feuilles d'or ou d'argent, intégrés dans l'émail, permettant de donner un effet tapisserie ou venant orner une miniature centrale.

·L'émail champlevé : L'émaillage champlevé est réalisé en gravant une surface métallique (habituellement une plaque assez épaisse de cuivre) de manière à ménager de petites cavités. Ces creux sont remplis d'émail qui est ensuite chauffé. Après cuisson, l'émail vitrifié se solidarise avec son support. Le ponçage égalise la surface, la dorure masque l'apparence vile du métal.
Avec cette technique, on peut émailler soit le fond, soit le motif du dessin. Très souvent, lorsque le fond seul est recouvert d'émail, le motif est gravé sur cuivre à l'eau forte. Parfois, l'artiste qui champlève exécute aussi quelques cloisonnements pour souligner certains détails délicats de l'oeuvre, comme le visage ou les vêtements




L'émail peint : La technique de l'émail peint consiste à recouvrir une plaque de métal d'une couche d'émail blanc cuite. Le dessin est ensuite appliqué sur le fond blanc. Chacune des couleurs doit être chauffée séparément parce qu'elles n'entrent pas en fusion à la même température. Traditionnellement, on applique les couleurs au pinceau, mais on utilise également la pulvérisation ou la peinture à la bruine



·L'émail sur basse-taille : Le procédé de la basse-taille, dérivé du champlevé, est appliqué à l'argent ou à l'or. Le métal est gravé ou martelé à diverses profondeurs, en fonction du dessin. Les dépressions sont ensuite remplies d'émail transparent, à travers lequel on peut voir le dessin situé en dessous.

Sources:site worldtempus.com

:bisou:
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 10 mars 2008 14:26



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
COUCOU BENE
J AI BIEN FAIT DE TE LAISSE LE SUJET EMAILLEUR
TU ES MERVEILLEUSE C EST UN REGAL
BISOUS

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 10 mars 2008 15:46



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Joelle tu vas me faire rougirEmbarassed...mais je n'en fais pas plus que toi... :bisou:

Petit complément pour l'émailleur;

Au XIXe siècle
A Saint Petersbourg, un orfèvre, Carl Fabergé rompt avec l'art populaire et lance à l'intention d'une clientèle fortunée la vague des objets en argent guilloché, couverts d'émaux translucides colorés. Sous le second empire, la manufacture de Sèvres crée un atelier d'émaux peints qui fabrique des pièces spectaculaires. Elle jouera un rôle essentiel dans la renaissance de l'émail. Durant la période "Art Nouveau", Fernand Thesmar crée des pièces d'un très grand raffinement en employant comme supports aussi bien des métaux que de la porcelaine. Parallèlement à la production artistique, se développe une production industrielle (plaques de rue, réclames, objets usuels).


Peter-Karl Fabergé est né en 1846 à Saint-Pétersbourg dans une famille protestante française vivant en Picardie contrainte à l?exil après la signature de l?édit de Nantes par Louis XIV.

Les Fabergé émigrent en Allemagne, c?est en 1800 que son grand-père Pierre, s?installe en Livonie dans la ville de Pernau et prend la nationalité Russe.

Les parents de Karl Fabergé, installés à Saint-Petersbourg, sont des bijoutiers au talent déjà assuré dont la renommée n?est plus à faire à la Cour de Russie. Ils lui apportent un enseignement rigoureux et soigné dans ce métier de tradition familiale.

Karl fait son apprentissage auprès des plus grands joailliers d?Europe et entreprend un voyage d?études qui le mènera d?Angleterre en Allemagne et de France en Italie.


En 1882, il reçoit la plus haute récompense, la médaille d?or de l?exposition Pan-Russe et se fait ainsi remarquer par la Cour.


La Maison Fabergé va fabriquer des fleurs, des boîtes à musique, des animaux des objets décoratifs de vitrine, des pendulettes et des bijoux d?une prodigieuse diversité utilisant toujours les métaux les plus précieux et les pierres les plus rares. Les ateliers transforment les objets les plus courants en véritables ?uvres d?art.




Karl porte la renommée de la Maison Fabergé à son firmament lorsqu?en 1884 le Tsar Alexandre III lui accorde le « Privilège de Fournisseur de la Cour » ainsi lui sont ouvertes les portes de l?aristocratie Russe d?Alexandre III à son fils Nicolas II (couronné en 1896) et des Grands de ce monde.
Ce statut lui est accordé après avoir créé un bijou destiné à la Tsarine Maria Fédorovna pour les fêtes de Pâques.


Le précieux objet, premier d?une longue série, symbole de la résurrection intimement lié à la fête de Pâques, représente un ?uf d?or massif dont la coquille est émaillée de blanc aux reflets irisés et renferme en son coeur une minuscule poulette d?or.




L?Empereur est conquit par l?originalité de l?ouvrage, Fabergé aura la faveur des commandes annuelles du Palais pour chaque fête de Pâques.
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 10 mars 2008 16:00



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
L'émailleur sur faïence:



Les pièces sont soumises à une première cuisson.Puis viennent :
L?émaillage
Avant d'être décorées, les pièces sont introduites manuellement dans un mélange d'eau et de verre qui permet de vitrifier la pièce pendant la 2e cuisson.
La décoration
Toutes les pièces sont décorées à la main.
La 2e cuisson
Les pièces sont cuites à 940°C afin de les vitrifier

Emailleur verrier

Le verre émaillé est un produit trempé dont une face (ou les deux) est revêtue d'une (ou plusieurs) couche d'émaux colorés, opaques, vitrifiés au cours de la trempe thermique.




Tous les verres trempables peuvent être émaillés ou sérigraphiés.
Le processus de l'émaillage se déroule de la façon suivante :
- découpe du verre
- façonnage, lavage et séchage
- dépose de l'émail
- séchage de l'émail
- chauffage du verre émaillé - trempe

Qu'est-ce qu'un émail ?
C'est un verre fusible à 600°C environ, auquel on a ajouté un colorant appelé en terme technique "pigment".
Pour que l'émail soit plus fusible que le verre, on utilise des "frittes" de verre de composition spéciale (plus fondant, à base de borosilicate de plomb. Il existe également des émaux sans plomb. Les pigments sont des oxydes minéraux qui donnent la couleur à l'émail. Ils sont portés à haute température pour rendre la teinte stable.
Cette opération est suivie d'un séchage,indispensable pour éviter le phénomène de craquelure lors de la trempe du volume.
Le cycle est achevé par la trempe qui permet de cuire les émaux (environ 650°C).


:bisou:
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 10 mars 2008 16:18



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
BENE on NE PEUT PLUS T ARRETER

J'adoorrrrrre les Oeufs de Fabergé mais j'ai pas les moyens quand je vois les prix Brrrrrrr!!!
Ci dessous le 1er oeuf de Fabergé pour le couronnement du Tsar


Les Kinder russes
Published October 10, 2007 General
Tags: faberge, joaillerie, kremlin, tourism



Paques en Russie, rime avec oeufs de paques, comme chez nous ! sauf que oeufs de paques ici rime avec plusieurs millions d?euros, avec diamants et pierres precieuses incrustees, ou encore avec pieces uniques de joaillerie.



Je veux bien entendu parler des oeufs de Faberge, dont un exemplaire fabrique pour la famille Rothschild, jusqu?aujourd?hui inconnu, sera vendu plusieurs millions d?euros chez Christies le 28 novembre prochain.



Les oeufs pour le tsar imagines par Faberge en personne se trouvent au palais des Armures, dans le Kremlin. Comme les autres objets precieux constituant le tresor de la couronne russe, ils sont exposes dans une petite vitrine, avec une vague note explicative russo-anglaise.

Et la vous apprenez que le principe de l?oeuf de Faberge est simple: vous prenez un Kinder, vous le recouvrez de pierres precieuses finement travaillees, et hop! le tour est joue, vous voici muni d?un oeuf ? vendre plusieurs millions de dollars. He he. Pourquoi un Kinder, et pas n?importe quel oeuf de paques ? se demanderont les curieux (le monde leur appartient)? eh bien parce que dans les oeufs de Fab, il y a des surprises. Pour les enfants du tsar, une minuscule reproduction de leur jardin d?enfant, soit le palais d?hiver de Saint Petersbourg, quant ? l?oeuf cree pour l?inauguration du Transsiberien, il contenait un train electrique de 30 cm de long, en or massif, livre avec la cle pour le faire fonctionner, et enfin, pour le tsar, un oeuf representant un Kremlin, avec une reproduction d?une icone ? l?interieur. Bref, de quoi rendre heureuse toute la famille!




Mais la version la plus chic et la plus snob est celle qui occulte la surprise : l?oeuf est en cristal le plus pur, une fine dentelle transparente est gravee au-dessus, et ? l?interieur trone un Alexandre III en or massif sur son cheval. Pas d?equivalent de la capsule jaune, mais un objet d?une finesse et d?une clarte exceptionnelle.



Aller Ferrerro, un petit effort!


(c'est de l'humour)

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 10 mars 2008 19:00



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Joelle...que ne ferais-je pour Michel.....


:bisou:
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 10 mars 2008 19:20



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Bonsoir Béné
Bonsoir toute le file
ce soir réunion
bonne nuit à demain pour de nouvelles aventures

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 10 mars 2008 21:32



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonne nuit à tous.

A demain Joelle.


:bisou:
Michel.L2227
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: lundi 10 mars 2008 22:37


Inscrit le: 11/12/2007
Messages: 527
merci Les filles
ces metiers sont visibles sur mes généalogies :
Lacroix et Lautier
bonne nuit
a bientot
Michel
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 11 mars 2008 09:29



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
bonjour sylvie
bonjour béné michel et tout le monde
encore une journee maussade mais heureusement le vent s'est calmé
allons voir ce decolleteur :

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 11 mars 2008 10:01



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonne journée à tous

Bonjour Joelle, Sibie, Michel ..et tous les autres.... :bisou:

joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 11 mars 2008 10:13



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
POUR SIBIE

DECOLLETEUR est un métier relativement "moderne" issu de l'industrie horlogère et qui maintenant se range dans la categorie "mécanique de précision"

Voici ce que j'ai pu trouver d'un peu ancien


Définition originelle

La vis a été la production première de la profession. Sa réalisation, à partir d'une barre correspondant au diamètre de la tête, nécessitait pour l'exécution du pas de vis, c?est à dire la partie filetée, une opération qui consistait à dégager le collet : ainsi est né le mot « décolletage »




Définition actuelle

Usinage de pièces mécaniques à partir de barres, en petites, moyennes et grandes séries sur des tours automatiques conventionnels ou à commande numérique
.



CETTE ACTIVITE A VU LE JOUR DANS LES PAYS ALPINS

De l'alpage à l'horlogerie...

Au XVIIIe siècle, la vallée ne vit que de son agriculture. Mais les hivers sont longs, et beaucoup d'hommes cherchent d'autres revenus en pratiquant le colportage, voyageant parfois très loin. C'est ainsi qu'en 1720 l'un d'eux, un dénommé Claude Ballaloud rentre d'Allemagne, après s?être perfectionné à Nuremberg dans les connaissances de la technique horlogère...
Dans les fermes, on comprend aussitôt l'intérêt de fabriquer des rouages de montres pour les firmes de Genève !
Il forma une pléiade d'artisans qui essaimèrent dans les communes avoisinantes Rapidement, l?industrie horlogère se répandit dans tout le territoire. Une profession était née.

De l'horlogerie au décolletage...

Les ateliers familiaux se multiplient. A la veille de la Révolution, on compte déjà 115 horlogers. on acquiert un savoir-faire très réputé, si bien qu'en 1848, le Docteur Firmin Guy crée à Cluses la prestigieuse Ecole Royale d'Horlogerie, devenue l?Ecole Nationale d?Horlogerie, vivier de chefs d?entreprises, de cadres et de techniciens.

Rapidement, on passe du stade artisanal au stade industriel...
A partir de 1890, les premiers tours à décolleter, de fabrication suisse, font leur apparition et amplifient cette industrialisation.








En juste héritière de l'activité horlogère, l'industrie du décolletage voyait le jour à son tour. La Grande Guerre et les besoins de la Défense nécessitent la reconversion de l'industrie horlogère vers de plus gros calibres, activant ainsi le développement du décolletage. Les besoins toujours plus grands de l'aviation, de l'électricité, de l'automobile ou de la photographie lui assurent un succès fulgurant.





C'est ainsi que le décolletage s'impose comme l'activité dominante de la vallée.

...A la Technic Vallée

Aujourd?hui, la France est le leader mondial du décolletage, avec près de 900 entreprises qui emploient 19 000 salariés pour un chiffre d?affaires supérieur à 2 milliards d?euros.
Cette reconnaissance lui a valu le label de « Technic Vallée »
.








"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 11 mars 2008 12:16



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
hop

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 11 mars 2008 13:48



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Laissant l'horlogerie à Joelle, je ne vais pas parler d'un métier en particulier, mais évoquer plusieurs métiers......

Autour de l'amande


L'amandier a été mentionné par les écrivains de l'Antiquité et on le trouve cité dans la Bible comme croissant en pays de Canaan.

L?arbre est originaire des plateaux et des montagnes de l'Asie Occidentale. Il est cultivé depuis 5 000 ou 6 000 ans en Iran. Il a été introduit en Egypte par les Hébreux et ramené en Europe par les Grecs. Les Romains rapportèrent l'amande, qu'ils appelaient « noix grecque » en Italie. L'amandier fut introduit dans le Midi de la France au Vème siècle avt.J-C, mais il ne prit son essor qu'au haut Moyen Age.




Les Arabes la propagèrent sur tout le pourtour méditerranéen, au fur et à mesure de leurs conquêtes.
En France, une charte de716, délivrée par le roi des Francs Chilpéric II, mentionne les amandes avec d'autres épices. En 812, Charlemagne ordonne d'introduire les amandiers dans les fermes impériales. Au Moyen Age, la consommation des amandes dans la cuisine est très importante et au XIV ème, et elles constituent une part importante du commerce de Venise

Culture

L?amandier est très sensible au froid et a besoin de lumière, de soleil et d'air sec. Cet arbre met en valeur des terrains pauvres car il peut pousser sur des sols caillouteux, secs, sans matière organique. Il a très peu d'exigences sauf un sol profond et perméable. Il s'accommode même des sols légèrement salés et se plaît sur les sols calcaires.




La récolte d'amandes fraîches (en vert) se fait manuellement en mai et juin. La récolte en coque a lieu en septembre, octobre, lorsque l'écale (la partie verte qui entoure la coque) est bien ouverte et sèche.


Récolte en coque.Les hommes frappent les branches avec une gaule et les femmes ramassent les amandes.

Utilisation


Casseurs d'amandes en Cerdagne

Dans la cuisine et la confiserie.



L'amande se mange telle quelle, en fruit sec, c'est un des 13 desserts du Noël provencal.
Les amandes douces avaient la réputation de protéger de l'ivresse, et Plutarque et Pline recommandent d'en prendre 5 avant de se livrer à de trop abondantes libations. L'empereur Claude en prenait souvent. Dans la Physiologie du goût, Brillat Savarin raconte comment il utilisa ce procédé pour éc?urer deux Anglais qui l'avaient défié et s'étaient mis en tête de le saouler à mort. Mais peut-être ne fait-t-il que se vanter et, en tout cas il est formellement déconseillé de faire de même!

Utilisée pour faire les tourons, en lait d'amande pour épaissir les sauces, enrobée de sucre en dragées, ou pour faire des massepains, l'amande, qu'elle soit douce ou amère est un fruit important de la Cuisine médiévale catalane, inspirée en partie par la cuisine arabo-andalouse.
Au Moyen Âge, on recommandait le lait d'amandes aux malades comme tonique et reconstituant et pour faire passer l'odeur désagréable de certains médicaments.

Le Languedoc est un des principaux fournisseurs d'amandes en 1770. Mais les exportations doivent certainement débuter au Moyen Age car la cuisine médiévale européenne en fait grand usage : en 1420, Maître Chiquart,cuisinier à la cour de Savoie, qui classe l'amande dans la liste des menues épices, en demande 6 charges (876 kg) pour organiser ses banquets. L'amandier, qui craint les gels printaniers, n'est pas un arbre savoyard.

Dragée




La dragée est traditionnellement une amande enveloppée d'une couche de sucre, qui peut être coloré ou non. Ce produit est habituellement associé aux fêtes de famille catholiques (naissance, baptême, communion, mariage).
Si sa date de naissance reste imprécise, en France, la dragée a acquis ses Lettres de Noblesse au XIIème siècles. Les apothicaires eurent l'idée de fondre le sucre de canne, rapporté par les Croisés, pour enrober des épices et des amandes.

. Elle est servie en fin de repas (boutehors) et réputée pour ses vertus digestives. Elle est fabriquée et vendue par les apothicaires. Coriandre et anis confits sont utilisés jusqu'au 17e siècle (Le Trésor de santé les décrit en 1607) et ce n'est que plus tard que ces épices confites sont remplacées par des amandes enrobées de sucre.



Atelier de fabrication de dragées

Praline de Montargis (Centre)



Née en 1662 dans une petit ville du Gâtinais, la plus célèbre des pralines porte le nom de son créateur le duc de Choiseul, comte de Plessis-Praslin pour lequel son cuisinier Clément Jaluzot, mit au point la recette. Elle se reconnaît à sa robe brun foncé bosselée de toutes parts, qui cache une goûteuse amande et lui donne cette saveur unique.

Pâte d'amandes
A la base de cette savoureuse douceur sont les amandes douces, finement broyées. Le plus souvent, la pâte d'amandes est découpée ou moulée, puis candie : Elle s'utilise beaucoup en fourrage de bonbons
Elle entre également dans la composition de confiseries réputées, comme le Calisson.

Calisson d'Aix
(Provence)




Un losange qui rappelle un sourire? un coeur moelleux et fondant fait d'amandes et de melon confit habillé d'un manteau de pain azyme et de sucre poli? Une boîte en carton de la même forme et de la même couleur que la friandise.
C'est ainsi qu'apparaît le calisson d'Aix en 1454 lors du mariage du Roy René avec Jeanne de Laval. En 1630, lors de la grande peste, il fut distribué Donné au en communion à la place des hosties pour prévenir cette épidémie. Aujourd'hui la précision de sa fabrication et la délicatesse de sa recette sont perpétués par les Calissonniers d'Aix.

Touron




Ce cousin du nougat se décline en pays catalan en touron noir, dur et craquant ou en touron tendre et onctueux, en massapà (massepain à l'amande), en touron de Perpignan, de couleur blanche, aux noisettes, amandes et pignon. Il s'agit, en général, d'une pâte d'amandes ou de noisettes ou de pignons, mélangée à du sucre et souvent du miel et du blanc d'?uf. Le touron est une confiserie qui se mange surtout pendant les fêtes de fin d'année actuellement.

Comme le nougat, l'ancêtre du touron est une pâte à base de sucre ou de miel mélangée à des pistaches, des pignons et des noix, décrite par les médecins médiévaux et arabes et dont l'Anonyme Andalou nous donne plusieurs recettes appelées halwa (douceurs) au 13e siècle.



Atelier de fabrication de touron

on trouve une recette de torrons dans le livre de toutes manières de confitures (Libre de totes maneres de confits, livre catalan du 14e siècle) : per fer torons de avalanes (pour faire des tourons aux noisettes). Le Libre de Sent Sovi(1324) possédait une recette de torrons a malallts qui a été perdue.


Nougat de Montélimar (Rhône-Alpes)




En cosmétique


L?huile d?amande extraite du noyau est, depuis l?Antiquité, très utilisée pour ses propriétés cosmétiques, adoucissantes et hydratantes en cas d?inflammation cutanée (cicatrisante et anti-inflammatoire)




Au Moyen Âge, on l'utilisait le lait d?amande pour adoucir et entretenir la peau comme cela se faisait depuis des millénaires, alors que l'on préfère aujourd'hui utiliser l'huile d'amande douce.
L'huile d'amande douce est obtenue par extraction des fruits tendres.Après la pression à froid, elle est filtrée et présente une couleur jaune pâle, une odeur suave et agréable





Le Moulin de la Tour, moulin à eau du XVIème siècle, toujours en activité ,situé à 9 km de Sarlat, en Périgord Noir,moud des amandes,des noix..

:bisou:
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 11 mars 2008 13:53



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonjour

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
MamynouCat
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 11 mars 2008 14:03



Inscrit le: 26/10/2007
Messages: 2 531
Bonjour,

je suis nouvelle sur cette file que je viens de découvrir, comme quoi il est bon de faire remonter les files car il y en a tellement qu'on ne tombe pas spécialement sur celles qui peuvent nous intéresser à chaque fois !!

donc je voulais vous demander quelques petits renseignements concernant certains métiers des années 1900 :

pourriez vous me dire ce qu'était un homme de peine à cette époque, comme un imprimeur lithographe, ainsi qu'une femme journalière ??

j'ai une petite idée mais parfois çà peut etre tout autre chose que ce que l'on pense !!

merci bien de votre réponse, au fait je ne les ai pas trouvé dans votre liste p16 ?



Répondre |  | 

Aller au forum