Forums

 
Forums de généalogie, entraide généalogique - Filae.com
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 19 février 2008 20:25



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142


"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
P.Fontelaye001
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mardi 19 février 2008 21:28


Inscrit le: 31/01/2005
Messages: 206
Hiding :hiding

Coucou rapide à toute la file avant de retourner au dodo. Moi aussi, quelques méchants microbes m'ont mise KO (Week end au lit)

Bonne nuit et gros bisous à tous

Patricia

Sleeping Sleeping Sleeping
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 20 février 2008 09:26



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
BONJOUR BENE SYLVIE ET TOUT LE PETIT MONDE HABITUE DES METIERS
UNE PTITE DOUCHE UN BRIN DE MENAGE ET JE REVIENS VITE
A TOUT A L HEURE
BISOUS

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 20 février 2008 10:19



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142

LA FAUCONNERIE


La fauconnerie pourrait se définir grossièrement comme la capture de gibier à l?aide d?oiseaux de proie spécialement entraînés.

De méthode de chasse, elle est devenue art et aide à présent l'homme lors de nombreuses activités.




1) Histoire de la fauconnerie

Son origine se perd dans la nuit des temps mais elle est probablement née en Orient aux environs de 2000 avant J-C. Le mode de vie nomade des peuples d?Asie convenait sans doute à la fauconnerie, et l?usage d?aigles ou de faucons a bientôt dû se révéler une manière plus efficace de se procurer de la viande que par les armes primitives de cette époque. Voilà comment est née la fauconnerie et comment elle s?est répandue sur tout le continent asiatique.

La fauconnerie atteignit l?Europe par la Méditerranée vers 400 de notre ère. Au VIe siècle, cette activité est devenue partie intégrante de la vie des tribus germaniques. La loi germanique protégeait même les nids et les arbres qui en portaient. La période entre 500 et 1600 a vu l?apogée de ce sport florissant dans les sociétés féodales de la chrétienté européenne et islamique.



Le rang social décidait de l?oiseau que l?on pouvait employer. L?aigle pour l?empereur, le gerfaut pour le roi jusqu?au crécerelle pour l'artisan. Les rois de France et d?Angleterre, les tsars de Russie et les empereurs romains entretirent durant des siècles de vastes établissements de fauconnerie.

La pratique de la fauconnerie a décliné en Europe aux XVII et XVIIIe siècles. Cela à cause du progrès des armes à feu, du défrichement, de l'aménagement des parcs à gibier et de la détérioration générale du système féodal.

La fauconnerie fut encore utile lors de la Première Guerre Mondiale où des faucons étaient dressés pour tuer les pigeons messagers ennemis. Aujourd?hui, la fauconnerie semble avoir retrouvé un second souffle. Elle n?est plus réservé à une élite mais demeure encore très fermée.



2) La fauconnerie de nos jours

L?engouement pour la fauconnerie est relancé depuis quelques temps dans le monde entier. Si bien que des mesures de protection ont dû être mises en place pour éviter que des captures en vue de dressage ne déciment les populations locales. Des règlements stricts, parfois inspirés par les fauconniers eux-mêmes, y prévoient le contrôle non seulement des rapaces mais aussi de la façon dont ils sont élevés, traités et dressés. Un futur fauconnier devra en outre respecter une certaine taille de volière pour son oiseau, une alimentation saine, un matériel adéquat et devra également demander l'accord de ses voisins pour élever son oiseau.

La fauconnerie d?aujourd?hui garde toujours son attrait de chasse et de sport. A condition d?avoir un permis de chasse en règle et de respecter la législation concernant la détention d'animaux sauvages, on est tout à fait disposé à chasser avec son rapace. Évidemment certains sites de chasse l?interdisent et dans ce cas, de nombreux chasseurs hésitent à troquer leur fusil contre un faucon. Mais plus qu'une technique de chasse, la fauconnerie est une passion et aucun fauconnier ne peut chasser avec un oiseau de proie en lui manquant de respect ou en le négligeant. Si son chien d'arrêt lui est presque entièrement dévoué, ce ne sera jamais le cas de son oiseau. La fauconnerie demande d'instaurer un climat de confiance entre l'oiseau et son "maître".




Mais la chasse au faucon est un art ancestral encore reservé à une certaine élite. La fauconnerie moderne s'axe aujourd'hui sur l'utilisation d'oiseaux de proie pour des spectacles de démonstration. Bien sûr, on peut toujours débattre de l'utilité de telles pratiques pour le bien-être de l'oiseau. La plupart de ces spectacles ne sont pas des pseudos cirques qui montrent les oiseaux pour le plaisir des yeux. Au contraire, ces spectacles essaient de susciter chez les spectateurs du respect, de l?admiration et aussi de la sensibilité. Là encore, tout dépend du fauconnier qui fait ces représentation mais si celui-ci est consciencieux et aime ses oiseaux, il tâchera de faire découvrir ce que sont vraiment les oiseaux de proie. Car, il ne faut pas oublier qu'il n'est pas si loin que ça le temps où l'on avait peur de ces oiseaux au point de les clouer sur les portes ou de les massacrer au fusil. Ces spectacles, s'ils sont bien présentés, ont donc une vocation pédagogique comme le font les spectacles de dauphins ou de lions. Et que les plus réticents sachent que tous ces oiseaux issus de longues générations nées en captivité. Ils seraient totalement incapables de se débrouiller seuls dans la nature. Bien sûr, qu'il existe un traffic d'animaux et que certains fauconniers peu scrupuleux y participent, mais si vous voulez vous assurer que les oiseaux que vous allez voir sont bien nés en captivité, demandez au fauconnier si ses oiseaux sont munis de bagues fermées à leurs pattes. C'est la preuve de leur naissance en captivité et de leur régularité.



La fauconnerie est aussi utilisé, à des fins moins récréatives, pour écarter les oiseaux d?un champ d'aviation. Afin d?empêcher tout "bird-strike" c'est-à-dire d'éventuelles collisions entre un avion et un oiseau. Les oiseaux peuvent en effet causer d'énormes dégâts : par exemple, une mouette qui entre en collision avec un F-16 volant à 900 km/h provoque un impact de 25 tonnes. Les dommages sont impressionnants, coûteux et entraînent parfois des catastrophes. Pour éviter ces accidents, les oiseaux de la piste sont effrayés par des tirs de fusées ou par la diffusion de cris d'alarme par l'intermédiaire d'un haut-parleur. La fauconnerie est une technique d'effarouchement supplémentaire utilisée sur certaines pistes militaires ou civiles. Cette méthode s?est révélée efficace et on l?utilise depuis des années en Europe et en Amérique du Nord.



Une déclinaison de cette technique est d'ailleurs apparue. Il s'agit d'écarter des oiseaux indésirables ou trop bruyants loin des habitations. Un fauconnerie vient alors avec son oiseau pour le faire évoluer dans la zone pendant plusieurs semaines. Cela se pratique beaucoup pour "nettoyer" les clochers d'église des nombreux pigeons qui l'occupent. Les résultats sont toujours concluants et rapides



3) Apprentissage

Habituellement, des examens d?habilitation doivent être passés avant qu?on ne puisse prendre un oiseau, et le niveau d?expérience en fauconnerie détermine l?espèce que l?on a le droit d?utiliser. La meilleure façon de devenir fauconnier est de suivre des cours dans une école mais ces écoles sont rares. Les meilleures écoles se trouvent le plus souvent en Angleterre ou aux Pays-Bas. Mais de nouveaux établissements de ce genre ont ouverts leurs portes en Belgique et en France.

Les apprentis fauconniers peuvent alors apprendre sur le tas, sous l??il attentif d?un maître fauconnier. Entraîner un oiseau demande du temps, de la patience, de la sensibilité, de l?habilité et surtout beaucoup de passion. Suivant le type de rapace, cela peut demander des revenus confortables, afin de loger ses rapaces et de se procurer l'équipement nécessaire et réglementaire. Le dressage et les soins représentent un effort quotidien qui se chiffre en milliers d?heures par an mais les vols en compagnie de son oiseau valent bien ces sacrifices.

Il ne faut surtout pas oublier que les oiseaux de proie ne sont pas des animaux de compagnie. La mode étant aux nouveaux animaux de compagnie, il faut remettre les choses à leur place. Un rapace, même né en captivité et habitué à l'homme, restera un oiseau sauvage avec ses instincts et il ne sera jamais dressé. Un oiseau de proie est seulement apprivoisé et tolère son fauconnier. Lorsqu'il n'a pas envie de "travailler", il ne se bougera pas et restera sur son perchoir. Il faut instaurer un climat de confiance avec son oiseau car celui-ci ne sera jamais l'équivalent d'un chien qui écoute vos ordres.







"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 20 février 2008 11:01



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963

Bonjour à tous

Bonjour Joelle et merci pour ce très interessant article sur la fauconnerie.

Il y avait même un office et une dignité en France, celle de Grand Fauconnier du Roi. Voici ceux qui l'ont été de 1200 à 1800... peut-être un de vos ancêtres..


http://www.heraldique-europeenne.org/Regions/France/Grand_Fauconnier.htm

Et moi qui suis huhulophiliste, je ne résiste pas à vous montrer cette photo... on peut également pratiquer la fauconnerie avec des oiseaux nocturnes en particulier le hibou



:bisou:
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 20 février 2008 11:29



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
SALUT BENE
J ETAIS SURE QUE CELA TE PLAIRAIT
MAIS JE NE SAVAIS PAS QU on POUVAIT DRESSER DES HIBOUX
on EN APPREND DES CHOSES ET TOUS LES JOURS
SUR CE JE VAIS PREPARER LE DEJEUNER
A+

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 20 février 2008 13:04



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
HOP

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 20 février 2008 13:21



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Après le vol des rapaces, je retourne aux ras des paquerettes....

Faïencier

Personne qui fait ou vend de la faïence.


L'histoire de la faïence commence en Perse au VI eme siècle. Elle pénètre au Moyen Age en Espagne avec l'invasion arabe, et après l'Italie (faïence vient de Faenza, ville italienne très connue à la Renaissance pour sa productions de céramiques) apparaît en France dès le XVIéme siècle. Mais ce n'est qu'au XVIIIème qu'elle prend toute son importance avec le développement de la faïence d'art.
La faïence fait partie avec la poterie, le grès et la porcelaine des quatre grandes familles de la céramique.
De nombreuses villes en France ont abrité des faïenceries . Entres autres citons Gien, Longwy ,Luneville Nevers ,Martres Tolosane, Moustiers,Nevers,Quimper, Rouen, Sarreguemines...etc...

Faïences de Nevers, Quimper, Gien.

La faïence est une forme de céramique à base d?argile , recouverte d'une glaçure (ou émail) à base d'étain qui lui donne son aspect bien particulier (blanc et brillant). La faïence est l'une des plus communes et des plus anciennes de toutes les techniques utilisées en céramique

Technique

Le façonnage
on trouve de l?argile à peu près partout.
L?argile est ramassée, malaxée, puis séchée. Ensuite elle est épurée


préparation de l?argile :


à Nevers


à Quimper

Pour remédier à sa trop grande plasticité, l?artisan intègre à sa terre un dégraissant (quartz, silice, chamotte?) et pour abaisser le point de température de fusion, il incorpore un fondant (cendres de végétaux, feldspath, carbonate de chaux).

Le façonnage de la pâte pour obtenir la forme désirée est réalisé de différentes façons qui peuvent être combinées.
Le modelage à la main à partir de colombins, petits boudins de terre enroulés sur eux-mêmes est la technique la plus ancienne.
Le tournage au tour découvert très tôt permet de concevoir des formes très différentes.



tournage à Quimper

Le moulage permet la répétition des formes à l?identique.


atelier de moulage à Quimper

Les décors
Le décor peut être réalisé au moment du façonnage sous la glaçure ou l?émail qui protège la céramique ou après la pose de la glaçure et de l?émail
Les couleurs sont restreintes jusqu'au XVIIIe siècle car les oxydes métalliques connus pour les donner sont peu nombreux : le cobalt pour le bleu, le cuivre pour le vert et le rouge, le manganèse pour le jaune, le fer pour les brun, jaune et rouge. Au XIXe siècle, les couleurs obtenues avec du chrome permettent d?avoir plusieurs nuances de rouge ou de bleu.
La découverte en Angleterre au XVIIIe siècle du procédé de l?impression facilita beaucoup la pose du décor. D?abord monochrome, l?impression put être réalisée en polychromie grâce au procédé de la chromolithographie.

Les faïences "de grand feu" sont décorées sur l?émail cru. Après avoir subi une cuisson de dégourdi, elles sont couvertes d?un émail stannifère opaque, dit émail cru car non cuit avant de recevoir leur décor coloré. L?opération est très délicate car la terre est encore poreuse et boit les oxydes colorants.



vernissage à Nevers

Les faïences de petit feu et la porcelaine reçoivent un décor sur émail siliceux cuit. Le décor peint est beaucoup plus facile à poser car la terre n?est plus poreuse. Les couleurs sont plus riches et nuancées que dans la faïence de grand feu car la pièce peut-être portée plusieurs fois à des températures différentes. Les faïences de petit feu apparues à la fin du XVIIe siècle connaîtront un grand développement en France au XVIIIe siècle.


ateliers de peinture à Quimper

La cuisson
Les faïences dites de grand feu, subissent deux cuissons : la première, appelée demi-cuisson ou dégourdi, fait perdre à la pâte son eau ; la deuxième grande cuisson a lieu après la pose du décor et de la glaçure ou de l?émail.
La faïence au petit feu subit trois cuissons, le dégourdi, la grande cuisson qui cuit l?émail et la cuisson du décor posé après la cuisson de l?émail ou de la glaçure.



enfournement à Quimper


Mise au four de cuisson à Nevers 1886.


Faïences de Lunevile,Moustiers, Sarreguemines.

:bisou:
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 20 février 2008 14:06



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
BRAVO SUPER LA FAIENCE
CELLE CI DOIT RAPPELER QQ SOUVENIRS CHEZ NOS AIEUX



Je m'absente qq heures je reviens vers 17h
A+

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 20 février 2008 14:09



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301


bonjour je vous mets le logo du moment

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 20 février 2008 14:28



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Merci Christophe... seriez-vous facteur.... ou on ne les appelle plus comme ça de nos jours?

Amicalement
Smile Smile
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 20 février 2008 14:31



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301


la Poste en campagne dans le Loiret,service rapide en voiture à chien

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 20 février 2008 14:35



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
Bénédicte,oui je suis Facteur,
j'ai commencé en 1993,j'étais Facteur,
puis la Direction nous a appelé Préposé ,
puis en 1996,on nous a de nouveau redonné le nom de Facteur


patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 20 février 2008 14:43



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Magnifique, Christophe, cet attelage de chien .... je suppose que c n'est pas comme ça que tu distribue ton courrierWOW WOW
(tu me permets le tutoiement..?)

Et je préfère facteur...

christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 20 février 2008 14:46



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
oui Bénédicte tu peux me tutoyer,je suis en Vélo



patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 20 février 2008 15:09



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Donc voici notre ami Christophe:



à moins que ce soit celui-ci...



Smile
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 20 février 2008 15:15



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
c'est plutôt la 2ème Photo,
mais avec du courrier par terre en vrac,
c'est encore plus drôle





patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 20 février 2008 15:35



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
MERCI DE TA VISITE CHRISTOPHE, J AI BIEN RIGOLE
A+

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 20 février 2008 15:39



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
de rien Joëlle,merci de l'invitation



patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 20 février 2008 15:52



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Liste des métiers déjà étudiés p15

Bonne après midiSmile Smile
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 20 février 2008 17:43



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
on remonte un petit coup



patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 20 février 2008 18:48



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
hop

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 20 février 2008 20:08



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
BONNE SOIREE ET BONNE NUIT A TOUS
A DEMAIN


"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: mercredi 20 février 2008 21:57



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonne nuit à tous.

A demain

:bisou:
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 21 février 2008 09:05



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
BONJOUR TOUT LE MONDE TOUS LES FIDELES DE LA FILE METIERS
SALUT BENE
JE SUIS TOUJOURS DANS LE GAZ CE MATIN MAIS BON !! CA VA BIEN FINIR PAS SE PASSER
A TOUT A L HEURE
BISOUS


"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 21 février 2008 09:52



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour à tous

Bonjour Joelle...toujours dans le brouillard?

Et bien ,en attendant de te voir revenir, je vais faire les courses...

Epicier (ère)
Personne qui fait commerce d'épicerie, qui tient une épicerie
.



Étymologiquement, l'épicier est une personne ou un objet qui a un rapport avec les épices.

Au Moyen Age, tantôt le nom d'épicier s'appliquait aux simples chandeliers ou fabricants de bougie, tantôt il s'étendait à cette classe intermédiaire entre les empiriques et les médecins, qu'on appelait les apothicaires. Rarement signifiait-il, au moyen âge, le marchand de menus comestibles comme nous le comprenons de nos jours.

En 1336, le prévôt de Paris rappelait aux apothicaires-épiciers qu'ils étaient forcés de soumettre aux maîtres de la médecine tous opiats ou autres drogues débitées dans leurs officines.

L'ordonnance de 1450 régla longtemps le commerce d'épicerie chez nos pères. Le règlement porte sur la fabrication des bougies ou cierges et la vente des « saulces ou espicerie » qu'ils débitaient dans leurs « ouvroirs ». Les épiciers tenant et vendant « saulces, comme canneline, saulce vert, saulce rapée, saulce chaude, saulce à composte, moustarde et aultres saulces », devront les composer de bonne qualité à peine de 10 sols d'amende, suivant les ordonnances « du mestier des saulces ». Les épiciers forains devaient faire visiter leurs marchandises par les jurés avant que de les mettre en étal. Ceux-ci étaient tenus de déférer à cette invitation d'examen dans la journée du lendemain au plus tard. Quant aux épiciers établis dans les villes, ils ne pouvaient rien acheter aux forains avant la visite des jurés.



épicerie au XIVème sièccle

En 1514 ils sont aux prises avec les apothicaires et les « espiciers simples », c'est-à-dire les marchands de « bougie de saulces et d'huile », eurent une existence à part.

En 1620, ils obtinrent de vendre du fer forgé, des clous, et même du charbon, mais non sans provoquer des récriminations et des colères.

Le XVIIIe siècle les rattacha aux droguistes ou apothicaires. Ils vendent alors de la thériaque, des préparations de kermès, le mithridate, mais ils ne confectionnent pas ; un arrêt de 1764 leur prohibe essentiellement la manipulation et le mélange des drogues. Entre temps ils trouvent le moyen d'empiéter sur les charcutiers par la vente des jambons de Bayonne, de Bordeaux ou de Mayence. Ils obtiennent contre les vinaigriers le droit de tenir jusqu'à trente pintes de vinaigre, mais sans parvenir à donner à leur infime métier l'ombre du prestige des autres corporations. Pourtant n'était point épicier qui voulait sous l'ancien régime ; et les conditions exigées chez l'apprenti étaient des plus sérieuses. Il fallait d'abord être Français, reconnu honnête, avoir compagnonné trois ans, après quoi les maîtres présentaient le candidat au procureur du roi.

(Sources: Histoire anecdotique des Métiers avant 1789 d?Henri Bouchot, publié en 1888)

Ce n'est qu'à partir du XIXème qu'on trouve l'épicerie, petit commerce de produits alimentaires, tenu par un commerçant indépendant, telle qu'on l'a connue jusqu'à il n'y a pas longtemps.


épicerie du XIXème siècle

:bisou:
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 21 février 2008 10:46



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
BRAVO BENE
JE PREND LE RELAIS CET APRES MIDI
BISOUS

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Helene.M60
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 21 février 2008 11:09


Inscrit le: 22/06/2006
Messages: 25
bonjour à tous. Mon arrière grand-père, LOISEAU Joseph Martin, a reçu une médaille en bronze sur laquelle est incrit, sur la tranche : donnée par Louis Napoléon Bonaparte à Joseph Martin Loiseau, fort à la halle au beurre.Malgrè de nombreuses recherches, je n'arrive pas à savoir pouquoi il
Helene.M60
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 21 février 2008 11:15


Inscrit le: 22/06/2006
Messages: 25
bonjour à tous. mon arrière grand-père, Joseph Martin LOISEAU, de Paris, a reçu une médaille en bronze sur la tranche de laquelle est inscrit : donnée par le Président Louis Napoléon Bonaparte à Joseph Martin Loiseau fort à la halle au beurre. Malgrè de nombreuses recherches, je n'arrive pas à savoir pourquoi cette médaille lui a été décernée.Si vous savez, merci beaucoup de me le faire savoir. a bientôt.
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 21 février 2008 11:29



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
Les Forts des Halles





A l?origine situées à l?extérieur de Paris, les Halles se trouvaient
maintenant au c?ur de la ville. Aux problèmes d?approvisionnement
du quartier venaient s?ajouter les problèmes de circulation
à l?intérieur des Halles même. Les Forts assuraient la circulation
des marchandises entre l?extérieur du marché et ce que l?on appelait
le petit périmètre, où se déroulait l?essentiel des transactions.
Ils déchargeaient la marchandise des carrioles pour l?apporter
sur les points de vente des grossistes.




N'est pas Fort qui veut

Conditions d?embauche :

Etre français
Etre libéré des obligations militaires
Avoir un casier judiciaire vierge
Passer un examen du niveau du certificat d?étude
Mesurer au minimum 1,67m
Etre capable de porter une charge de 200kg sur une distance de 60m
Une profession très hiérarchisée:

Les forts travaillaient pour les différentes Halles. on trouvait des Forts pour les volailles et gibiers, pour les beurres et les ?ufs, pour la viande?.Les chefs se reconnaissaient à la médaille en argent, tandis que les simples forts portaient une médaille en cuivre.

Les forts étaient facilement identifiables grâce à leur vaste chapeaux muni d'un disque de plomb qui permettaient de supporter de lourdes charges sur la tête.

Il ne fallait pas confondre les forts avec les porteurs ou portefaix chargé des corvées, reconnaissables à leur blouse et leur casquette. Employés à la tâche ceux-ci étaient chargés des corvées sur le carreau, où s?effectuait la revente au détail.






"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 21 février 2008 12:02



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
un tres beau site sur les halles de Paris
a visiter absolument


mais qui n'est pas libre de droits

http://themasq49.free.fr/index_fichiers/Les_halles_de_Paris/Les_halles_Album93.htm

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 21 février 2008 12:06



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour Hélène

Voici spécifiquement le Fort au beurre
on voit en effet comme une médaille devant la blouse ...


Voici un site ou peut-être vous pourrez trouver des informations sur les médailles....


http://medaille.decoration.free.fr/




Cordialement
P.Fontelaye001
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 21 février 2008 12:39


Inscrit le: 31/01/2005
Messages: 206
:bisou: :bisou:

Bonjour Joe, Béné et toute la file
Ca y est, je retrouve un peu la forme alors je viens de faire un peu de lecture...

Après avoir vu les photos de nos amis facteurs, je comprends pourquoi il y a du courrier qui se perd des foisLaughing Laughing Laughing

Bonne après midi à tous

Patricia
Mauricette.G27
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 21 février 2008 14:17



Inscrit le: 11/11/2006
Messages: 1 584
bonjour


je vous posela question:

porteur aux halles =fort des halles

merci

amicalement

mauricette
.
j aide a tourlaville (manche)1700_1900
davidVery Happyésit:aube:hauchard
le mieuxVery Happyuval:yonVery Happyelacour:rabey:boisnel:fortin:maillard
legaliteRazzillet;delaunay:tavernier:foucambert
gallon:aubry:camus:lepelltier:hiaume::Very Happyupont:marchais:houdeillerRazzortier:verdier;legendre;esnault
lagouge;levasseurVery Happyescourt
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 21 février 2008 14:25



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
PUISQUE NOUS AVONS PARLE DU FORT DES HALLES VOICI UN HISTORIQUE DES"HALLES DE PARIS"

Les Halles centrales

Les Halles de Paris occupent une zone de 10 hectares, à cheval sur les Ier, IIe, IIIe et IVe arrondissements de la ville de Paris, donc en son centre géographique sur la rive droite. Elles sont le décor principal du Ventre de Paris d'Émile Zola.

Historique

1135. Transfert du marché central de la place de Grève au centre de Paris, au lieu-dit Les Champeaux. Ce marché était situé dans les faubourgs du nord de la ville, près de la léproserie Saint-Lazare. Il est transféré à l'emplacement même des futures Halles[1]. Deux bâtiments couverts sont élevés pour assainir le nouveau marché en 1183. Très intéressé par le développement de ce marché central, Philippe Auguste réglemente lui-même le commerce des denrées essentielles : viande, pain et vin. Quelques années plus tard, Philippe Auguste acquiert l'entière propriété des terrains en payant une redevance à l'évêché de Paris. Il s'agit d'un bazar immense où, sur des emplacements spéciaux, se vendent des denrées alimentaires, du textile, des chaussures, de la mercerie. Les marchands s'installent sous des abris particuliers, proches des maisons où se trouvaient les commerces fixes des fabricants. C'est ainsi que la rue de la Grande Friperie devient le lieu des commerces de fripes. Progressivement, d'autres marchands viennent s'installer autour de ceux qui avaient déjà leur emplacement. Compte tenu de l'augmentation des échanges, Philippe Auguste fait construire les premières halles pour les drapiers et tisserands, mais le marché continue de s'étendre, de telle sorte qu'à partir du XVIe siècle, on envisage sa réorganisation et l'élargissement des voies. François 1er, en 1543, entreprend la reconstruction des Halles. Il s'y prend de manière à ce que Paris y gagne, et le Trésor aussi. Au terme d'un édit du 20 septembre, il ordonne « la vente aux enchères des places vides des halles » annonçant la renonciation des Domaines à la faculté de rachat ; en retour de quoi les acquéreurs avaient obligation d'exécuter, dans des délais fixés, la démolition de bâtisses existantes et la reconstruction de « maisons et manoirs commodes ». Jusqu'en 1572, on fait bâtir des maisons avec, généralement, au rez-de-chaussée, des portiques ou galeries couvertes connues sous le nom de « piliers des Halles », qui disparaissent lors de la construction du pavillon Baltard. Au centre de ces galeries à arcades se trouve le « carreau », marché du pain, du beurre, du fromage et des ?ufs.
1763. Construction de la halle aux blés.
1789. Le cimetière des Innocents, situé à proximité, entre les rues Saint-Denis, de la Lingerie, de la Ferronnerie et aux Fers, est à son tour aménagé en marché aux fleurs, fruits et légumes. La Révolution française, puis le Premier Empire, modifient la conception urbaine de la ville. Le c?ur de Paris souffre de problèmes d'hygiène et de sécurité et l'on commence à s'interroger sur l'approvisionnement de la capitale.


Vue d'oiseau des Halles centrales de Paris en 1863


1808. Napoléon Ier entreprend une réorganisation cohérente des marchés couverts et élabore une réglementation sur l'abattage des animaux. Il projète de faire construire une halle centrale entre le marché des Innocents et la Halle aux blés. Malgré tout, dès 1830, les problèmes de circulation et d'hygiène ressurgissent, ce qui incite le préfet Claude Berthelot de Rambuteau à créer, en 1842, la Commission des Halles, qui a pour mission d'étudier l'intérêt de garder les Halles à leur emplacement ou bien de les déplacer. Le concours d'architecte lancé en 1848 est remporté par Victor Baltard, qui projète d'édifier douze pavillons couverts de vitrage avec des parois en verre et des colonnettes en fonte. Dix pavillons sont construits entre 1852 et 1870. La construction des deux derniers s'achève en 1936



1959. Le transfert du marché des Halles à Rungis et à La Villette est décidé.
1963. Le préfet de Paris propose la rénovation de la rive droite, de la Seine à la gare de l'Est. 670 hectares et 150 000 habitants sont concernés. Le projet est repoussé, mais le Conseil de Paris crée une Société d'études d'aménagement des Halles et secteurs limitrophes.
1968. Les premiers projets d'aménagement sont repoussés par le Conseil de Paris. La surface de rénovation est réduite de 32 à 15 hectares, le reste fera l'objet d'une réhabilitation. Un aménagement souterrain est envisagé.
1969. Départ du marché. Manifestations culturelles dans les pavillons. Le président de la République, Georges Pompidou, décide de construire un centre culturel à Beaubourg.
1970. Création d'une zone d'aménagement concerté, décision d'aménager le futur quartier de l'Horloge.
1971. Démolition des six premiers pavillons situés à l'est de la rue Baltard pour permettre la construction de la gare RER et du Forum.
1973. Démolition des pavillons Baltard de la viande, des îlots sud des Halles et des îlots Beaubourg. Pendant l'été, le film de Marco Ferreri, Touche pas à la femme blanche !, est tourné dans le « trou » des Halles. Celui-ci est apparaît aussi dans Le Locataire de Roman Polanski.
1974. Élu président de la République, Valéry Giscard d'Estaing décide l'abandon du centre de commerce international et la création d'un jardin à son emplacement.
1975. Le projet choisi par les Parisiens est rejeté au profit dans un premier temps de celui de l'architecte espagnol Ricardo Bofill puis de Jean Willerval. Le centre commercial « le forum » est de l'architecte Claude Vasconi. Un concours est d'abord organisé pour l'aménagement de la partie Lescot directement au-dessus de la gare RER. L'équipe composée des architectes Georges Pencreac'h et Claude Vasconi l'emporte avec le projet du Forum des Halles, inauguré en 1979. Une deuxième consultation est par la suite organisée pour la partie aérienne, emportée Ricardo Bofill, dont le projet avance jusqu'à l'édification du gros ?uvre à R+2, avant que le maire de Paris (Jacques Chirac) décide de tout raser en imposant à la place l'architecte Jean Willerval et ses « parapluies », inaugurés en 1983. Ce sera un échec complet.
1977. Inauguration de la station du RER le 7 décembre, et déplacement de la station Les Halles de la ligne 4 pour une meilleure correspondance.
1979. Inauguration du forum de commerce et de loisirs le 4 septembre.
1983. Construction de deux hôtels, de logements et de bureaux.
1985. Ouverture de la deuxième partie du Forum souterrain (architecte : Paul Chemetov).
1986. Aménagement des jardins par Louis Arretche.
2004. Un concours d'architecture est lancé par la mairie pour une rénovation totale du quartier. Quatre équipes d'architectes sont sélectionnés : Jean Nouvel, MVRDV/Winy Maas, OMA/Rem Koolhaas et David Mangin. Le 15 décembre, le maire de Paris Bertrand Delanoë annonce le choix de la commission d'appel d'offres pour le réaménagement des Halles de Paris. C'est le projet de l'architecte et urbaniste français David Mangin qui remporte les suffrages, plus pour son parti pris que pour le projet en lui-même, qui ne sera pas concrétisé tel quel. Son rôle est de coordonner la mise en ?uvre du projet, dont il réalisera une partie. Les conditions qui ont amené à ce choix déclenchent une polémique importante chez nombre d'observateurs de l'urbanisme parisien. Un concours international sera organisé, afin de déterminer le projet définitif. Les premiers travaux devraient commencer en 2007.
2007. En juillet 2007, les architectes français Patrick Berger et Jacques Anziutti gagnent le projet du futur « carreau des Halles », qui devrait remplacer l?actuel Forum des Halles






"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 21 février 2008 14:38



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
AMBIANCE DES HALLES











"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 21 février 2008 15:03



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963

Bonjour Mauricette

Oui, c'est un équivalent mais dans ce cas bien précis des Halles, seulement.

Voici ce que dit le Littré:

Fort:nm Celui qui a une grande force musculaire ; il ne se dit que dans cette locution, les forts de la halle, les portefaix qui font le service de la halle au blé de Paris.
De la halle on dirait deux forts : Peut-être ce sont des milords. [Béranger, Boxeurs.]
Se dit aussi de ceux qui portent les marchandises dans les ports

Bernard Michel Claude.D
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 21 février 2008 16:37



Inscrit le: 26/09/2007
Messages: 1 068
Deuxième tentative: j'ai de plus en plus de mal à passer des messages! Bonjour à tous et toutes et félicitation pour le facteur que notre système moderne voudrais faire disparaître et qui pourtant est un des rares liens qui unit certain vieux de la campagne à la vie des autres. Hommage aussi soit rendu à certain facteur comme celui qui dessert à La Réunion le cirque de Mafatte ou l'on ne peut aller qu'à pieds ou en Hélicoptère. Et le facteur met une semaine, je crois, pour faire une tournée. Et le chemin est dur et pentu, croyez-moi, je l'ai fait.
Bravo aussi pour les Halles, pour nos Halles car à voir ce qui a été fait, défait et refait, Beaucoup ont dû participer par leurs impôts (je parle pour les dernières décennies)!
Je viens vous exposer mon cas. Dans le recensement de la commune de Vertrieu en Isère, j'ai relevé un aplatisseur. Dans mon encyclopédie je vois machine à concasser le grains qui doit servir d'aliment au bétail. Mais je pense que si besoin était, le fermier devait le faire lui-même et non payer un professionnel pour cela.
Par contre j'ai vu un ancêtre être suivant les actes Charpentier, scieur, voire scieur mécanicien. Ce métier ne pourrait-il pas être celui de l'ouvrier qui assure la planéité des planches?
Je laisse le soin à votre sagacité le soin de juger.
Merci et à bientôt tous car je vous suivrai, votre file est intéressante pour connaître mieux nos anciens. Cela ne fera qu'une file de plus !
Et ma récré alors, ce sera quand?
A plus et encore bravo de Bernard.
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 21 février 2008 17:44



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bonjour Bernard

Je ne pense pas en effet qu'il s'agisse d'un aplatisseur de grains: ce dernier est en fait une machine agricole.

L'aplatisseur est celui qui dans les forges est chargé de placer les barres de fer qu'on veut aplatir ou bien l'ouvrier qui aplatit les barres de fer au sortir du feu.
(Supplement au Dictionnaire de l'Académie-Masson et fils 1827)

Il existe aussi un aplatisseur de cornes: celui qui travaille la corne fondue;
les cornes servant à remplacer les fanons de la baleine,devenus rares, pour la confection des baleines de corsets.

Mais sans précision, je pense qu'il s?agit de l'aplatisseur de barres de fer.

Cordialement

Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 21 février 2008 17:48



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
et merci Bernard pour vos encouragements. Si je comprends bien, vous vivez à la Réunion?

Bonne fin de journée Smile
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 21 février 2008 17:52



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
MERCI BERNARD POUR TES COMMENTAIRES SI PERTINENTS
ET BRAVO BENE TU AS ETE PLUS RAPIDE QUE MOI SUR CE COUP LA
BISOUS

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 21 février 2008 18:04



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
POUR BERNARD
Fenderie


Ce mot désigne l?action de fendre les bande de fer en « verges » et l?atelier où on le faisait.

Les bandes de fer sont d?abord recuites dans un « fourneau de réverbère » chauffé au bois et portées au rouge. Des ouvriers chargés de les tirer avec de longues pinces les présentent aux « espatards » (cylindres) ou aplatissoirs où elles sont laminées et allongées. Elles sont présentées dans la foulée aux « taillans » pour être découpées dans le sens de la longueur. Cette opération permet de débarrasser les bandes de leurs dernières scories.





"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
sirene68
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 21 février 2008 18:19



Inscrit le: 17/05/2005
Messages: 9
bonjour a tous et a toute

j'ai comme métier pour mon arrière grand_père natif de lorraine
schirrmeister
je n'ai aucune idée de ce que ça peut-être car je ne parle pas Allemand et je pense que ce métier n'existe plus

merci a ceux qui pourrais me renseigner

sirene68
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 21 février 2008 18:43



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
bonjour et merci pour les facteurs,Bernard

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 21 février 2008 19:14



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963

Bonjour Sirène

Moi, non plus je ne parle pas allemand....et rien trouvé dans le dictionnaire. J'ai peut-être une piste,mais il me faut de l'aide auprès de germanophones. Alors patience....

A moins que Joelle ait une idée?WOW

A bientôt

joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 21 février 2008 19:38



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
pas d'idée sur ce coups là
rien dans les traducteurs
j'ai posé la question sur la file lorraine
j'attends une réponse??

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
joepiednoir
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 21 février 2008 20:15



Inscrit le: 10/04/2003
Messages: 4 142
BONSOIR A TOUS
DEMAIN on SE REPENCHERA SUR LE SCHIRRMEISTER EN ESPERANT QUE L ORTHOGRAPHE EST CORRECTE
CE SOIR TELE
BISOUS BENE

"Jettes une poignée de pierres, une au moins atteindra son but"
mes recherches : TAMISSIER(55-23) - LAJOUX(55) - PERSIN(55)-(52)- CHAUVIN (23) - LAURENT (52)
PIEDNOIR(53)- TORTRAT(45-18) - JOUBARD(56) - STOPHE(75-77-78 et suisse ) - GRANDIERE(53-75)-DUCLOS (56) - GIQUEL (56) - LAGROUAIS (56)
SAVARD (45 et 18)- RAIZE (77 - suisse) Joliat (suisse)
christ.L12
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 21 février 2008 20:47



Inscrit le: 19/09/2005
Messages: 10 301
schier = pur ou presque

meister = maitre

Schreinermeister = maître menuisier

je n'ai pas trouvé non plus

patronymes sur 57 Rall,Neufint/Tänny/Boltz/Bossert/Theobald/Scheuer/
Kiehl/Geisler/Dumolt/Walter/Stenger/Burgun/Schwoerer/Lehmann
patronymes sur 67 Rall/Woelffel/Muller/Simon/Wattron/Zehner/Fritsch/Lux/Martin/Dumolt/Hilt
patronymes sur le luxembourg Boltz/Kiehl/Bernard/Sosson/Jung/Wagner/Medernach/Hansen
Benedicte.V5
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: jeudi 21 février 2008 22:15



Inscrit le: 11/02/2006
Messages: 4 963
Bon, j'ai demandé de l'aide à Hans Meyer de la file Allemagne qui m'a dit qu'il allait chercher.

Bonne nuit à tous et à demain
:bisou:
Bernard Michel Claude.D
Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15
Envoyé le: vendredi 22 février 2008 01:46



Inscrit le: 26/09/2007
Messages: 1 068
Schirr-Meister: conducteur. De Schirren harnacher et Meister maître, patron.
Merci de me permettre de me rendre utile même sur votre file.
J'ai autrefois fait de l'Allemand (mais c'est loin) et j'ai gardé mon dico. C'était tout simple. Grosses bises à tous avec une petite précision: non je ne suis pas à La Réunion mais je l'ai traversée à pied, sac au dos et allant de gite en gite. Au retour, j'avais quelques 7 ou 8 Kg en moins. C'était formidable mais attention faut s'entraîner soigneusement avant et ne pas craindre trop le vide par moment.
Re grosses bises (Je profite) et à plus.
Bernard
Répondre |  | 

Aller au forum