Forums

 
RECHERCHE DE GRANDS PARENTS - Filae.com
Line Chaudy
RECHERCHE DE GRANDS PARENTS
Envoyé le: vendredi 3 septembre 2004 16:30



Inscrit le: 03/09/2004
Messages: 1
JEANNE CHAUDY NEE BODET A BRUXELLES. JE RECHERCHE SON ETAT CIVIL COMPLET. ELLE EST NEE DANS LES ANNEES 1890.
FERDINAND CHAUDY, SON MARI, QUI FUT SOLDAT EN 1914
MERCI DE M AIDER DANS MES RECHERCHES
Jean-Paul.C99
RECHERCHE DE GRANDS PARENTS
Envoyé le: samedi 28 février 2009 21:43



Inscrit le: 18/02/2006
Messages: 2
Chaude prairie ensoleillée

Recherche de l?origine du nom CHAUDI

En langue savoyard une prairie ensoleillée ou paissent les vaches s?appèle une chaudié, une chaudiaz, une chaudieu, une chaudey, etc... selon les différents patois locaux.
Sur les bords du lac du Bourget de nombreux hameaux bien ensoleillés porte le nom de ces prairies ou les vaches choisissent de se coucher au soleil pour digérer.
Ainsi le village ensoleillé de CHAUDIEU sur la commune de Chindrieux, au bout du lac.

Tandis qu?en latin les romains utilisent « CALDUS » pour indiquer la chaleur, les savoyards utilisent « CHA » « CHAU » et « CHAUD ».
Très précisément, le lieu ensoleillé ou se regroupent les vaches pour se coucher et digérer est dénommé « CHAUDIAZ » qui se prononce « CHAUDIE ». C?est en général un lieu mieux protégé du vent, un peu plus plat, et très fleuri. Naturellement on va placer l?étable tout près du champ ensoleillé. Ainsi les Allobroges sédentaires vont se fixer là ou les vaches aiment à séjourner.

Le nom CHAUDIYE est utilisé pour un chaudron que l?on suspend dans la cheminée et qui sert à cuire les aliments. Tandis que le nom « Chaudière » est attribué à un grand chaudron posé sur des pierres qui se situe à l?extérieur de la maison dans un abri éloigné de la grange.

Le verbe « CHAUDIER » est utilisé pour une chienne de la famille des lévriers, la levrette, quand elle entre en chaleur et dégage un « parfum » qui attire le mâle : C?est alors qu?elle « chaudie ». Cet usage est plus commun en Bourgogne. Ce verbe est décliné dans le dictionnaire français de 1872.

Il y a quelques mentions de nom propre commençant par « CHAUDI » dès le Vème siècle au temps ou la Savoie est dirigée par les Burgondes, mais pas de filiation à cette époque. on trouve par exemple CHAUDIUS, CHAUDIOZ, CHAUDIAZ, CHAUDILLINUS. Ces gens sont liés au commerce le long du Rhône.

Dès le Xème siècle apparaissent les nom des famille CHAUDIEU, CHAUDI, CHAUDIE, CHAUDY, CHAUDIAZ, CHAUDEY, CHAUDION, CHAUDIN, etc. qui sont communs dans toute la vallée du haut Rhône.
A Chaudieu il y a un château qui appartient à la famille de Montluel d?où est issu Geoffroy de Châtillon qui sera élu pape en 1230 sous le nom de Celestin IV. Il est né au château de Châtillon appelé aussi Chétillon. A quelques centaines de mètres de là, au château de Chaudieu, le châtelain se nomme « de Chaudieu », « de Choudieu » ou « de Chaudiaz » selon les écrits. Natermerio de Choudieu en est le propriétaire en 1356. Plus tard Berlion de Chandieu, et noble Alexandre de Choudieu en 1480.

Ces « CHAUDI » ont peuplé d?abord la vallée du Rhône en amont et en aval du confluent du canal de Savière avec le Rhône. on les retrouve sur le Bugey, puis les Dombes et la Bresse, à l?ouest. on les retrouve aussi à Genève au nord et à la Combe de Savoie au sud.
Pendant plusieurs siècles les CHAUDI sont bateliers sur le canal de Savière. Ils gèrent le transport fluvial des marchandises entre le Bourget du lac et les gorges de la Balme au sud, ou Seyssel au nord. En tant que bateliers, ils sont aussi constructeurs de barges, bûcherons, menuisiers, ébénistes, charpentiers, ... et ont laissé leur nom gravé sur les poutres de constructions du XIIème siècle qui ont échappées aux ravages des temps.

Un peuplement permanent de CHAUDI s?établit en Bresse sur les bords de la Reysousse entre Bourg en Bresse et Pont de Vaux. on les retrouve bien plus au nord, dans les Vosges, particulièrement la forêt Darney et à Viomenil - la source de la Saône - ou ils sont aussi bûcherons et constructeurs de bateaux, ou bateliers sur la Saône.

Au cours des siècles le nom CHAUDI aura de nombreuses variantes dont les deux plus fréquentes sont CHAUDY ou Chaudiye et CHAUDIEU ou Choudieu
L?écriture CHAUDI remonte au IXème siècle. C?est un terme usuel en Savoyard pour désigner une prairie ensoleillée. Il figure dans des écrits monastiques concernant la dîme payée aux abbayes.
L?écriture CHAUDIEU remonte au XIIème siècle avec le château de CHAUDIEU près du château de CHATILLON sur la commune actuelle de CHINDRIEUX à l?extrémité nord du lac du Bourget, là ou les eaux du lac rejoignent le Rhône par le canal de Savière.
L?écriture CHAUDY figure sur des cartes du XIIIème siècle pour la forêt et le pont sur la Reysousse à Jayat en Bresse.
L?écriture CHAUDEY date aussi du XIIème siècle en Savoie et dans le Bugey à Seyssel, Belley, Culoz, Rumilly

Le lignage CHAUDY sans interruption figure à partir des années 1500 dans une dizaine de communes de Bresse et une dizaine de communes des Vosges.
Ils sont actifs au XVIIème siècle dans le trafic fluvial sur la Saône et la Moselle.

Merci à tous ceux qui ont contribué à cette recherche, en particulier le fond historique de la Savoie à Chambéry.

Article rédigé par Jean-Paul Chaudy,
Lyon le 16 février 2009-02-16
chaudylyon@free.fr


Répondre |  | 

Aller au forum