Forums

 
Pour FRANCOISEM.338 - Filae.com
Aurelie.G565
Pour FRANCOISEM.338
Envoyé le: mardi 1 juin 2010 15:21


Inscrit le: 14/02/2010
Messages: 380

Pour FRANCOISEM.338

Pour FRANCOISEM.338

pour votre questionnement concernant le nom Louvel.

La fille de la famille, Léontine, enceinte de six mois, se marie en Juin 1908 à Whitehead dans le Manitoba avec Théophile Albert ROUXEL. Théophile est français, originaire de Bretagne

MAGNIFIQUE LIEN ( histoire de la famille )
http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:O0KuoiuVJkoJ:www.martingen.com/aventuriers/canada.htm+emile+laurent%2Bhortense&cd=2&hl=fr&ct=clnk&gl=ca

Bon , je vois qu'ici on accepte pas les liens hiiii!
je vais vous mettre paragraphe par paragraphe grrrrrrr


Emile Louis LAURENT voit le jour à Dieulouard, petit village de Meurthe-et-Moselle, le 21 mai 1860. La destinée de ce cadet de la famille semblait toute tracée. En effet, les LAURENT sont vignerons de père en fils depuis plus de six générations et sont solidement ancrés à Dieulouard, dont ils forment une des familles d’origine.


Mais les destinées réservent parfois des surprises. En 1884, alors âgé de 24 ans, Emile Louis se marie à Dieulouard avec Hortense Pauline MARCHAL âgée de 19 ans, une jeune fille du village, issue également d’une longue lignée de vignerons. Deux enfants naissent de cette union, Adolphe en 1885 (qui se fera ensuite appelé plus communément Louis), suivit de Léontine, qui voit le jour 3 ans plus tard.


La famille, installée à Dieulouard, vit certainement difficilement de la terre et des vignes. Alors en 1901, Emile Louis, âgé de 41 ans, décide de tenter l’aventure canadienne avec femme et enfants, mais aussi avec sa propre mère qui est veuve et dont il a probablement la charge. Les cinq membres de la famille se rendent jusqu’au port du Havre où ils embarquent sur le bateau « La Gascogne » à destination New York.

La famille se rend à Findlay, dans le Manitoba, où elle obtient des terres avant l’hiver. Deux lots de terres sont obtenues auprès des « Dominion Grants » canadiens, un au nom de Emile Louis, et un au nom de sa mère, Barbe Scholastique LECRIVAIN. Mais les terres obtenues sont un miroir aux alouettes. Emile Louis passera l’hiver à essayer tant bien que mal de les rendre cultivables, mais ce sera peine perdue. Les terres sont extrêmement rocailleuses et il finira par se briser le dos à porter et déplacer des rochers. Un drame vient de plus frapper la famille, Barbe Scholastique, la mère de Emile Louis, décède durant l’hiver.

Le printemps venu, Emile Louis décide donc de quitter Findlay et de partir avec sa famille plus à l’Ouest, dans la province du Saskatchewan, à Forget, petit village de fermiers où une grande communauté francophone est en train de s’implanter. Il y obtient deux lots de terres en son nom et fait officiellement la demande de réservation d’un lot de terres voisin pour son fils, Louis Adolphe, qui aura 18 ans l’année suivante.

Il en obtient officiellement le droit. La famille s’installe donc et travaille les terres, mais une bataille juridique s’engage avec un voisin, Prosper HURIET, qui s’évertue, par des courriers au premier ministre de la Couronne, à démontrer que les terres réservées à Louis Adolphe ne sont pas légales et qu’elles doivent lui revenir. La famille LAURENT défend l’obtention des terres et finit par obtenir gain de cause, mais certainement dans un climat de voisinage fort peu agréable.

La famille LAURENT, bien qu’installée au Canada (Emile Louis obtient officiellement la nationalité canadienne en 1905), est toujours en relation avec ses proches restés en France, à Dieulouard. Ainsi, Hortense fera un aller-retour en 1908 pour rendre visite à sa famille, et son fils Louis Adolphe en fera de même en 1911. Les époux LAURENT feront également un aller-retour en 1921, cette fois-ci via Montréal et non New York.

La fille de la famille, Léontine, enceinte de six mois, se marie en Juin 1908 à Whitehead dans le Manitoba avec Théophile Albert ROUXEL. Théophile est français, originaire de Bretagne. Il a été envoyé au Canada par son père, un capitaine de gendarmerie, qui souhaitait éloigner ce fils qui lui posait apparemment beaucoup de problèmes. Théophile vit à Forget en tant que colon. Il est certainement journalier, travaillant sur les terres des autres français installés sur place. Le couple s’installe dans le Manitoba et change assez fréquemment de ville, comme en témoigne les trois lieux de naissance différents de leurs trois enfants.

Renée Marcelle voit le jour en 1908 à Souris (Manitoba), suivi de Louis à Lake Louise (Manitoba) et enfin de Robert en 1913 à Pambrun (Manitoba). Mais un nouveau drame vient frapper la famille, Léontine, atteinte du tétanos, en meurt avant 1920, laissant Théophile seul avec les trois enfants. Théophile confie alors les enfants à ses beaux-parents, Emile Louis et Hortense LAURENT, qui ont quitté Forget pour s’installer à X, toujours dans le Saskatchewan. Ils décident alors de rentrer en France dans les années vingt et d’élever les enfants à Dieulouard, en famille. Théophile refait sa vie au Canada avec une autre femme, dont il aura un fils, Joe. Cette femme, qui a déjà une fille d’une autre union, prénommée Blanche, finit par quitter Théophile avec les deux enfants sous les bras. A son départ, Théophile devient alors représentant itinérant puis disparaît. Il aurait par la suite changé plus ou moins légalement de nom pour s’appeler MERCIER et serait décédé au début des années 60, mais personne ne sait ce qu’il est vraiment devenu.

A leur majorité, deux des enfants de la première union de Théophile, qui ont été élevés par les époux LAURENT à Dieulouard, décident de repartir vivre au Canada, Renée Marcelle et Robert. Quant à Louis, il décide de rester en France où il fondera une famille. De retour au Canada, Renée Marcelle, qui a sans doute un fort caractère, refuse de se laisser contôler par un homme et décide de rester célibataire. Quant à Robert, il se marie une première fois avant 1960 puis vit ensuite en concubinage. Ses descendants vivent au Québec.

Quant aux époux LAURENT, il semble qu’ils ne soient pas repartis au Canada. Hortense est décédée à Toul en 1944, elle était veuve d’Emile Louis. Quant à Louis Adolphe, leur fils aîné, il a été enrôlé en tant que soldat de 1ère Classe dans le 360ème Régiment d'Infanterie lors de la première guerre mondiale et a trouvé la mort lors des combats de tranchées le 18 octobre 1914 à Ablain-Saint-Nazaire (Pas-de-Calais) où il a été inhumé.

J'ai gardé le lien si vous le voulez ( adresse peut etre ? )

Pour Theophile Albert Rouxel !
Recensement 1906 Census Page Data
District: SK Assiniboia East District (#11)

22 186 Tremelsh Allain Head M M 41
23 186 Tremelsh Jeanne Wife F M 43
24 186 Tremelsh Allain Son M S 13
25 186 Tremelsh Jues Son M S 11
26 186 Tremelsh John Son M S 10
27 186 Tremelsh Marguerite Daughter F S 6
28 186 Tremelsh Paul Son M S 4
29 186 Tremelsh Andrew Son M S 1
30 186 Rouxel Albert Boarder M S 25

Aurelie


Damacanico
Pour FRANCOISEM.338
Envoyé le: mardi 25 juillet 2017 19:30


Inscrit le: 25/07/2017
Messages: 1
Bonjour mon nom est Daniele je suis la fille de Robert Rouxel.
Répondre |  | 

Aller au forum